Planet

Assez connu des utilisateurs d'Android, ce synthétiseur vocal offre de bon résultat en français.

Licence : https://launchpad.net/ubuntu/precise/+source/svox/+copyright (Une librairie de transformation rapide en série de Fourier n'est pas libre)

Activez les dépots multiverse puis installez le paquet libttspico-utils.

Un exemple simple :

pico2wave -l fr-FR -w test.wav "Faites demi-tour dès que possible !"; play test.wav;

SVOX a été racheté par Nuance et a plus ou moins abandonnée le projet, certainement pour ne pas concurencer son moteur TTS payant. Google continue de développer ce moteur sur son Dépôt GIT.

Lien complémentaire : http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=108430

Pour

Même si on essaie le plus possible d’éviter d’être dépendant de Flash Player, par exemple avec le lecteur vidéo HTML5 YouTube, il faut néanmoins accepter le fait qu’un jour ou l’autre, on a besoin du lecteur Flash pour afficher un contenu qui nous intéresse 😉

Sur Ubuntu (ou Linux en général) il existe plusieurs solutions, mais celle que j’ai retenue est Pipelight car c’est celle qui mérite notre attention.

Mise en route
  • Suivez l’excellente documentation Ubuntu-fr d’installation et d’activation de Pipelight
  • Ensuite (si c’est comme pour moi) vous allez devoir mettre à jour la liste des plugins de Firefox, en supprimant le fichier ~/.mozilla/firefox/*.default/pluginreg.dat

Vous obtiendrez ainsi les dernières versions de Flash et même de Silverlight sur votre navigateur sur Ubuntu.

pipelight-flash-1

Plugin Flash via Pipelight

pipelight-silverlight-1

Plugin Silverlight via Pipelight

Mise à jour

Il faut faire une différence entre la mise à jour des paquets de Pipelight et la mise à jour des plugins proposés par Pipelight. Cette dernière n’étant pas automatique, voici la marche à suivre.

Lancer la commande de mise à jour des plugins :

--2015-04-18 09:27:57-- https://bitbucket.org/mmueller2012/pipelight/raw/master/share/install-dependency-1434FC73.sig ... 2015-04-18 09:27:58 (3,41 MB/s) - enregistré [28862/28862] Script dependency-installer has been updated to version b96b5047cf9624b664c6ff2d16bd59dfcf9806949fbf83e0e480bbb5b4be6098

Ensuite, lancer votre navigateur.

Sur Firefox j’ai un affichage (rapide) de téléchargement et d’installation de wine-flash-installer.

pipelight-flash-update-2

pipelight-flash-update-3

Et voila, c’est pas la classe d’avoir une version non buggée de Flash ?

pipelight-flash-update-4

Astuces

Pour supprimer les fichiers de caches de Flash Player, il faut changer vos alias :

alias flash-clean='rm -r ~/.wine-pipelight/drive_c/users/home/Application\ Data/* ;'

Pour connaître l’ensemble des plugins que Pipelight vous propose :

silverlight5.1 flash

Salut a tous, je continu dans la foulée de l’article sur la mise en place d’un serveur de supervision utilisant Nagios pour vous présenter un autre produits Open Source et très pratique à savoir PNP4Nagios.
PNP4Nagios est un outils s’intègre à l’interface web de Nagios et qui permet de générer des graphs sur les différents hôtes et services que vous avez définit.

J’avoue que le résultat  est assez sympatique je vous laisse en juger par vous même :D

pnp4nagios

 

Nous allons maintenant voir l’installation de ce produit qui n’est pas très compliquer mais qui nécessite un peu de temps.

1) Installation de PNP4Nagios

Tout d’abord on va commencer par installer les dépendances nécessaire a PNP4Nagios:

sudo apt-get install rrdtool librrds-perl php5-gd libapache2-mod-php5

Ensuite on télécharge l’archive des sources de PNP4Nagios depuis le site officiel:

cd /usr/local/src sudo wget http://netcologne.dl.sourceforge.net/project/pnp4nagios/PNP-0.6/pnp4nagios-0.6.25.tar.gz

Puis on passe à l’installation du logiciel:

cd pnp4nagios-0.6.25 sudo ./configure --prefix=/usr/local/pnp4nagios --with-nagios-user=nagios --with-nagios-group=nagios sudo make all sudo make install sudo make install-init sudo make install-webconf sudo make install-config

Puis on active le service NPCD au démarrage du serveur:

sudo update-rc.d npcd defaults

2) Configuration d’Apache et Nagios

On va commencer par la partie la plus simple configurer Apache. Pour ne pas avoir de problème d’authentification sur PNP4Nagios nous allons modifier le fichier de configuration pour qu’il utilise la même base d’utilisateurs.

On édite donc le fichier /etc/apache2/conf.d/pnp4nagios.conf

sudo vi /etc/apache2/conf.d/pnp4nagios.conf

Puis ont modifie la ligne AuthUserFile pour que la base des utilisateurs soit la même que celle utilisé par Nagios.

AuthName "Nagios Access" AuthType Basic AuthUserFile /usr/local/nagios/etc/htpasswd.user Require valid-user

Si vous êtes sur Apache 2.4 n’oubliez pas de faire un lien symbolique dans le dossier /etc/apache2/conf-enabled/ avec un fichier portant l’extention .conf.
Enfin on redémarre Apache:

sudo service apache2 restart

Vous pouvez maintenant accéder a l’application via l’URL suiavnte: http://IP_SERVER/pnp4nagios
Si tout est bien configuré votre serveur vas vous demander une authentification puis vous devriez obtenir une page comme celle-ci:

pnp4nagios_envtest

 

Si tout est au vert alors vous devez supprimer le fichier install.php

sudo rm /usr/local/pnp4nagios/share/install.php

Rafraîchissez votre page et vous devriez obtenir une nouvelle page comme celle-ci:

pnp4nagios_error

La configuration d’Apache est terminée ont va attaqué maintenant la partie Nagios.

Pour commencer nous allons modifier le fichier /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg

Pour commencé chercher la ligne suivante:

process_performance_data=0

puis remplacée la  par:

process_performance_data=1

Ensuite ajoutez le bloc suivant:

host_perfdata_file=/usr/local/pnp4nagios/var/host-perfdata service_perfdata_file=/usr/local/pnp4nagios/var/service-perfdata host_perfdata_file_template=DATATYPE::HOSTPERFDATA\tTIMET::$TIMET$\tHOSTNAME::$HOSTNAME$\tHOSTPERFDATA::$HOSTPERFDATA$\tHOSTCHECKCOMMAND::$HOSTCHECKCOMMAND$\tHOSTSTATE::$HOSTSTATE$\tHOSTSTATETYPE::$HOSTSTATETYPE$ service_perfdata_file_template=DATATYPE::SERVICEPERFDATA\tTIMET::$TIMET$\tHOSTNAME::$HOSTNAME$\tSERVICEDESC::$SERVICEDESC$\tSERVICEPERFDATA::$SERVICEPERFDATA$\tSERVICECHECKCOMMAND::$SERVICECHECKCOMMAND$\tHOSTSTATE::$HOSTSTATE$\tHOSTSTATETYPE::$HOSTSTATETYPE$\tSERVICESTATE::$SERVICESTATE$\tSERVICESTATETYPE::$SERVICESTATETYPE$ host_perfdata_file_mode=a service_perfdata_file_mode=a host_perfdata_file_processing_interval=15 service_perfdata_file_processing_interval=15 host_perfdata_file_processing_command=process-host-perfdata-file service_perfdata_file_processing_command=process-service-perfdata-file

Nous allons maintenant ajouter les fichiers de commandes et de template dans le dossier /usr/local/nagios/etc/objects.

On créé d’abords le fichier de définition des commandes:

sudo vi /usr/local/nagios/etc/objects/pnp-commands.cfg

Avec le contenu suivant:

define command{ command_name process-service-perfdata-file command_line /bin/mv /usr/local/pnp4nagios/var/service-perfdata /usr/local/pnp4nagios/var/spool/service-perfdata.$TIMET$ } define command{ command_name process-host-perfdata-file command_line /bin/mv /usr/local/pnp4nagios/var/host-perfdata /usr/local/pnp4nagios/var/spool/host-perfdata.$TIMET$ }

Puis le fichier du modèle de service:

sudo vi /usr/local/nagios/etc/objects/pnp-service.cfg

Avec le contenu suivant:

define service { name pnp-service process_perf_data 1 action_url /pnp4nagios/index.php/graph?host=$HOSTNAME$&srv=$SERVICEDESC$' target='main' class='tips' rel='/pnp4nagios/popup?host=$HOSTNAME$&srv=$SERVICEDESC$ register 0 }

Et on finit par le fichier du modèle d’hôte:

sudo vi /usr/local/nagios/etc/objects/pnp-host.cfg

Avec le contenu suivant:

define host { name pnp-host process_perf_data 1 action_url /pnp4nagios/index.php/graph?host=$HOSTNAME$&srv=_HOST_' target='main' class='tips' rel='/pnp4nagios/popup?host=$HOSTNAME$&srv=_HOST_ register 0 }

Enfin on modifie la configuration de Nagios  pour qu’il prenne en compte ces nouveaux fichiers:

sudo vi /usr/local/nagios/etc/nagios.conf

Et ajoutez les lignes suivantes:

cfg_file=/usr/local/nagios/etc/objects/pnp-commands.cfg cfg_file=/usr/local/nagios/etc/objects/pnp-service-template.cfg cfg_file=/usr/local/nagios/etc/objects/pnp-host-template.cfg

Pour commencé la création des graphs il suffit de rajouter le modèle d’hôte ou de service à l’objet souhaité.

Pour un hôte ou serveur:

define host { host_name localhost alias localhost address localhost icon_image_alt Ubuntu Server icon_image base/ubu40.gif statusmap_image base/ubu40.gd2 check_command check-host-alive check_period 24x7 notification_period 24x7 use linux-server,pnp-host contact_groups +admins }

Ou pour un service:

define service{ use local-service,pnp-service host_name localhost service_description PING check_command check_ping!100.0,20%!500.0,60% }

Il ne reste plus qu’à redémarrer Nagios pour la prise en compte de la nouvelle configuration.

sudo service nagios restart

Maintenant allez sur l’interface Nagios vous devriez voir des icones de graphiques sur chaque lignes ou vous avez activé les graphs.
Vous n’avez plus qu’a cliquez sur cette icone pour afficher vos graphs :)

stacks_image_6288

 

Voila vous pouvez maintenant afficher les graphs en relation avec vos alertes ou pour suivre l’évolution de votre plateforme. :)

Référence:

Des graphes avec PNP4nagios

15 Avril 2015 à 14:52

Sortie du numéro 94 via Full Circle Mag FR

Bonjour à toutes et à tous !

L'équipe du FCM en français est heureuse de vous présenter le numéro 94, celui de février 2015, juste à temps pour les vacances de printemps ! Vous le retrouverez (au téléchargement ou à la lecture) sur notre page NUMÉROS ou en cliquant directement sur l'image de la couverture, ci-dessous.

numero94.png

Comme d'habitude, tous les articles et rubriques sont très intéressants ! Ce mois-ci, vous y trouverez notamment :

  • Comment sécuriser (autant que possible) votre connexion Internet avec i2P ;
  • Comment bloquer les appels téléphoniques non voulus (marketing et autre) en vous servant de deux modems ;
  • La critique d'un livre, Practical Data Science Cookbook, présentant des projets en code R et en Python, écrit par quatre as de la science ;
  • Un long article sur comment installer et utiliser BTRFS et pourquoi ça vaut le coup de le faire ;
  • Une brève histoire du chiffrement, raconté dans la rubrique Sécurité ; et
  • Dans Jeux Ubuntu, une critique alléchante du jeu « War Thunder »...

Bonne lecture et à bientôt !

Tout l'équipe du FCMfr, dont, pour ce numéro, Bab, scribeur et relecteur, les traducteurs d52fr, frangi, FredPhil91 et moi, et les relecteurs (autre que Bab !) d52fr et moi-même, AuntieE

Bonjour

L'association Ubuntu-fr est heureux de vous annoncer que la prochaine 
édition de l'Ubuntu Party se déroulera les samedi 30 et dimanche 31 mai 
2015, toujours au Carrefour Numérique de la Cité des Sciences et de 
l'Industrie à Paris 20è.
Les Ubuntu Party sont un cycle de conférences, d’ateliers, de 
démonstrations, ainsi qu'une install-party autour de la distribution 
GNU/Linux Ubuntu, du Libre et de ses usages. Avec son espace pour 
découvrir notre système d'exploitation et ses logiciels, des stands 
associatifs, il y a de quoi passer un bon moment dans une ambiance 
conviviale et non commerciale.
A découvrir sur http://www.ubuntu-paris.org/ .

Si vous souhaitez y donner une conférence, un cours ou un atelier, vous 
êtes le bienvenu.

Délais:
La soumission est ouverte jusqu’au 29 avril 2015. Elles sont étudiés par 
les organisateurs et feront l’objet d’une validation communiquée dans 
les plus brefs délais.

Durée:
- Les conférences durent entre 20 minutes et 1 heure
- Pour les ateliers et les cours, la durée est à décider avec les 
organisateurs

Matériel:
Vous disposerez d’un vidéo-projecteur, de prises de courant (220V) et 
d’un accès internet (Wifi)

Format de soumission:
- Thème pour lequel vous proposez votre présentation
- Titre de l’exposé, si possible, indiquer le type de public
- Un résumé de votre présentation, permettant de juger de son contenu
- Un éventuel lien vers vos réalisations passées
- Les durées "idéales" minimum et maximum

Pour soumettre votre conférence, merci de remplir le formulaire suivant:
http://talks.ubuntu-paris.org/ et vous inscrire sur la liste de 
discussion ci-après: orga-up-paris@listes.ubuntu-fr.org (également 
accessible sur http://listes.ubuntu-fr.org/ ).
Vous pouvez y poser vos questions ainsi que sur le salon IRC 
#ubuntu-fr-party sur irc.freenode.net .

Supports d’intervention:
Des versions numériques des exposés et autres matériaux utiles seront 
demandées en vue de leur mise en ligne. Elles participent à la 
constitution d’archives très utiles à toute la communauté. Le format de 
ces documents doit être dans un format ouvert et le contenu placé sous 
licence libre.

Captation vidéo:
Des captations vidéo de vos interventions pourront être effectuées et 
archivées plus tard. Merci d’indiquer si vous acceptez ces captations.

Nous vous prions de diffuser cet appel le plus largement et espérons 
vous voir lors de cet événement.

L'équipe d'organisation d'Ubuntu-fr

Un alias Bash c’est facile à faire et très utile. Mais il faut être sûr de ce qu’il fait, pour éviter les déconvenues.

Prenons par exemple un alias de purge :

alias clean='rm -r ~/directory/to/clean/'

Vous pensez qu’il est tout a fait contrôlé ?

Imaginons que vous tapiez précipitamment votre commande et que vous dérapez sur une touche (par exemple *) cela procédera à l’instruction suivante :

# will proceed: rm -r ~/directory/to/clean/ *

Ce qui n’est vraiment pas top 😉

La solution la plus simple pour s’éviter ces petites frayeurs est de rajouter systématiquement le ; (semicolon) à la fin de votre commande, cela terminera l’instruction :

alias clean='rm -r ~/directory/to/clean/' ;

Petite frayeur ce matin : après m’être à nouveau endormi sur mon pc portable, Ubuntu bloquait au boot, lors du splash screen (les petites bulles qui défilent habituellement).

Un appui sur Echap révèle le dernier message inscrit dans la sortie standard : « Scanning for btrfs file systems ».

Deux minutes plus tard, un nouveau message arrive, contenant « blocked for more than 120 seconds » suivi deux lignes plus bas par « kernel: « echo 0 > /proc/sys/kernel/hung_task_timeout_secs » disables this message. »

J’ai fini par trouver la solution dans les archives d’une mailing list : lorsqu’un arrêt risque d’endommager le système de fichier, BTRFS place la partition en sécurité. Hors pour effectuer une vérification complète, l’utilitaire semble avoir besoin de placer la partition en lecture seule.

La solution consiste à booter sur un Live CD / USB d’Ubuntu et à exécuter en root « btrfs check /dev/votre_partition_btrfs » et redémarrer. Voilà.


L'une des fonctionnalité intéressantes de nos smartphones, est la possibilité de les transformer en modem Internet itinérant.Le téléphone de bq, propose donc également cette fonctionnalité, sauf qu'elle est un peu cachée.

Préparation du téléphone

Cette étape est relativement simple. On relie le téléphone à l'ordinateur que l'on souhaite connecter via un câble USB/microUSB Data (normalement fournit), puis on le sort de la mise en veille

Activation de la fonction Tethering

On ouvre un terminal (++t sur une Ubuntu standard) puis on tape :adb shell android-gadget-service enable rndis
Cela va permettre d'activer le protocol RNDIS sur le téléphone, ce qui créera une connexion virtuelle usb0Vous devriez être en mesure d'utiliser internet sur votre PC maintenant.

Désactiver la fonction Tethering

Toujours depuis le terminal :adb shell android-gadget-service disable rndis
La connexion se coupe. Rien de bien difficile donc.Merci à Oliver Grawert pour cette astuce

Un fonction de tethering intelligente ?

Et bien, ça va être la prochaine étape pour moi je pense.Via un script côté PC, lancé par un déclenchement udev, qui vérifie s'il n'y a pas déjà une connexion active et qui demande à l'utilisateur s'il veut lancer le tethering à la connexion. Bref rien de difficile, mais un super outils :)
03 Avril 2015 à 10:31

Sortie du numéro 93 via Full Circle Mag FR

Bonjour,

Nous avons échappé de peu au poisson d'avril pour la sortie de notre numéro 93, daté de janvier 2015, disponible sur la page Lire ou télécharger les numéros ou en cliquant directement sur l'image de couverture ci-dessous.

issue93.png

Le voici avec ces rubriques habituelles, notamment : Actus, Questions & réponses, LibreOffice sur l'outil Audit de Calc, Inkscape, avec d'autres astuces sur les clones...

À découvrir aussi :

  • le premier article d'une série sur FreeBSD ;
  • un tutoriel sur l'écoute des fréquences radio avec une clé USB ;
  • un autre sur l'installation d'Ubuntu Kiosk ;
  • la fin de la série sur la compilation du noyau dans Labo Linux ;
  • une critique de la 8ème édition de The Official Ubuntu Book et j'en passe...

Ne manquez pas ce nouveau numéro du magazine Full Circle en français !

Bonne lecture ! N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques et propositions.

L'équipe de ce numéro 93 : la traduction est de frangi, fredphil91, AuntieE et d52fr, la relecture a été assurée par Bab, AuntieE et d52fr et la mise en page avec Scribus a été réalisée par Bab et d52fr.

Merci à d52fr pour ce billet de sortie.

Actions directement sur le menu :

Spotify Unity

mkdir -p ~/.local/share/applications cp /usr/share/applications/spotify.desktop ~/.local/share/applications/

Rajouter les lignes suivantes :

[...] Actions=PlayPause;Next;Previous [Desktop Action PlayPause] Name=Lecture/Pause Exec=dbus-send --print-reply=literal --dest=org.mpris.MediaPlayer2.spotify /org/mpris/MediaPlayer2 org.mpris.MediaPlayer2.Player.PlayPause OnlyShowIn=Messaging Menu;Unity; [Desktop Action Next] Name=Suivant Exec=dbus-send --print-reply=literal --dest=org.mpris.MediaPlayer2.spotify /org/mpris/MediaPlayer2 org.mpris.MediaPlayer2.Player.Next OnlyShowIn=Messaging Menu;Unity; [Desktop Action Previous] Name=Précédent Exec=dbus-send --print-reply=literal --dest=org.mpris.MediaPlayer2.spotify /org/mpris/MediaPlayer2 org.mpris.MediaPlayer2.Player.Previous OnlyShowIn=Messaging Menu;Unity; Source : http://askubuntu.com/questions/145697/spotify-quicklist-for-unity#answer-346957
 

Avoir une icone de notification correct :

Spotify Indicator

wget --no-check-certificate http://bit.ly/fix-spotify-icon -O - | sh À refaire en cas de mise à jour...

Source : https://github.com/faviouz/fix-spotify-icon

Pages