Planet

Suite à mon exemple de rapport LaTeX, je vous présente Minted qui permet de colorer du code source dans vos rapports LaTeX. Il supporte de nombreux langages.

Installation

Pour pouvoir utiliser Minted il vous faut quelques prés-requis. Suivez les instructions suivantes pour les installer sous Ubuntu dans un terminal.

Il vous faut le paquet LaTeX ifplatform disponible dans le paquet Ubuntu (ou plutôt Debian) texlive-latex-extra.

sudo apt-get install texlive-latex-extra

Vous avez besoin également de Pygments qui est une bibliothèque de coloration syntaxique de code source et écrite en Python. Pour l'installer utilisez easy_install disponible dans le paquet python-setuptools.

sudo apt-get install python-setuptools
sudo easy_install Pygments

Il ne reste plus qu'à  télécharger le fichier minted.sty sur cette page et le placer dans le répertoire où se situ le code LaTeX de votre rapport.

Utilisation

Dans vos source LaTeX, importez le package Minted.

\usepackage{minted}

Ensuite insérez votre code source de la manière suivante.

\begin{minted}[linenos=true,fontsize=\scriptsize]{java}
  votre code source ici
\end{minted}

Ici le langage coloré est Java mais vous pouvez le remplacer par la valeur de votre choix (html, php, python, etc).

La compilation LaTeX doit se faire avec l'option -shell-escape.

pdflatex -shell-escape mydocument.tex

Exemples

Vous pouvez télécharger un exemple que j'ai créé à partir de celui de mon billet précédant. Voici en image respectivement le rendu d'un code Python (extrait de Pygments) et d'un code Java (extrait de JUnit).

Rendu LaTeX d'un code Python avec Minted Rendu LaTeX d'un code Java avec Minted

J’ai eu besoin récemment pour les associations pour lesquelles je suis un peu sysadmin, de mettre en place une solution de visio conférence. Plutôt que de me ruer direct sur les solutions propriétaires, j’ai un peu cherché et je suis tombé sur BigBlueButton (qui est open source)!

Cette solution ma séduite, elle allie simplicité, performance, et elle est surtout OpenSource.

BigBlueButton est construit à base des logiciels libres suivants :

  • Asterisk
  • FreeSwitch
  • Flex SDK
  • Ghostscript
  • MySQL
  • Red5
  • Open Office
  • Grails
  • nginx
  • swf Tools
  • Tomcat
  • Asterisk Java
  • Xuggler
  • ActiveMQ
  • Image Magick

 

Plateforme Materielle :


Comme d’habitude, j’ai monté mon prototype sur ma plateforme de virtualisation:

Dedibox Pro HP

Plateforme logicielle hyperviseur:

  • Dom0 Opensuse 12.1 X86_64 Xen 4.1

Plateforme Virtuelle:

  • DomU Xen Ubuntu 10.04 X86_64 Paravirtualisé
  • 2 vcpus
  • 2048 Mo de Ram
  • HDD 16GB

Installation:

Pour commencer j’ai mis à jour totalement mon DomU ubuntu 10.04; mon template avait quelques maj de retard :)

  • Mise à niveau du DomU

 

root@ubuntults:/# apt-get update; apt-get upgrade root@ubuntults:/# apt-get install linux-headers-server linux-image-server linux-server root@ubuntults:/# reboot
  • Installation de Ruby ( à bien installer avant bbb!)
root@ubuntults:/# apt-get install zlib1g-dev libssl-dev libreadline5-dev libyaml-dev build-essential bison checkinstall libffi5 gcc checkinstall libreadline5 libyaml-0-2

 

Créez un script install-ruby.sh :

#!/bin/bash cd /tmp wget http://ftp.ruby-lang.org/pub/ruby/1.9/ruby-1.9.2-p290.tar.gz tar xvzf ruby-1.9.2-p290.tar.gz cd ruby-1.9.2-p290 ./configure --prefix=/usr\             --program-suffix=1.9.2\             --with-ruby-version=1.9.2\             --disable-install-doc make sudo checkinstall -D -y\                   --fstrans=no\                   --nodoc\                   --pkgname='ruby1.9.2'\                   --pkgversion='1.9.2-p290'\                   --provides='ruby'\                   --requires='libc6,libffi5,libgdbm3,libncurses5,libreadline5,openssl,libyaml-0-2,zlib1g'\                   --maintainer=brendan.ribera@gmail.com sudo update-alternatives --install /usr/bin/ruby ruby /usr/bin/ruby1.9.2 500\                         --slave   /usr/bin/ri   ri   /usr/bin/ri1.9.2\                         --slave   /usr/bin/irb  irb  /usr/bin/irb1.9.2\                         --slave   /usr/bin/gem  gem  /usr/bin/gem1.9.2\                         --slave   /usr/bin/erb  erb  /usr/bin/erb1.9.2\                         --slave   /usr/bin/rdoc rdoc /usr/bin/rdoc1.9.2

Exécutez le :

chmod +x install-ruby.sh ./install-ruby.sh

 

Vérifiez la version de ruby :

$ ruby -v ruby 1.9.2p290 (2011-07-09 revision 32553) $ gem -v 1.3.7 $ sudo gem install hello Successfully installed hello-0.0.1 1 gem installed Installing ri documentation for hello-0.0.1... Installing RDoc documentation for hello-0.0.1...

 

  • Installation de BigBlueButton

On ajoute le dépot de BBB dans les sources.list d’Ubuntu :

# Add the BigBlueButton key wget http://ubuntu.bigbluebutton.org/bigbluebutton.asc -O- | sudo apt-key add - # Add the BigBlueButton repository URL and ensure the multiverse is enabled echo "deb http://ubuntu.bigbluebutton.org/lucid_dev_08/ bigbluebutton-lucid main" | sudo tee /etc/apt/sources.list.d/bigbluebutton.list echo "deb http://us.archive.ubuntu.com/ubuntu/ lucid multiverse" | sudo tee -a /etc/apt/sources.list

 

On met à jour nos dépots et on install BBB. L’installtion va aussi installer FreeSwitch qui gère l’audio de BBB

root@ubuntults:~# apt-get update ; apt-get install bigbluebutton

 

Vous devriez avoir ceci:

The following NEW packages will be installed:   authbind bbb-apps bbb-apps-deskshare bbb-apps-sip bbb-apps-video bbb-client bbb-common bbb-config bbb-freeswitch bbb-freeswitch-config bbb-openoffice-headless bbb-playback-slides   bbb-record-core bbb-web bigbluebutton ca-certificates-java cabextract comerr-dev default-jre default-jre-headless defoma dictionaries-common esound-clients esound-common fontconfig   fontconfig-config ghostscript gsfonts hicolor-icon-theme hunspell-en-us icedtea-6-jre-cacao imagemagick java-common jsvc krb5-multidev libaa1 libaccess-bridge-java   libaccess-bridge-java-jni libao2 libasound2 libatk1.0-0 libatk1.0-data libaudio2 libaudiofile0 libavahi-client3 libavahi-common-data libavahi-common3 libavcodec52 libavformat52   libavutil49 libcaca0 libcairo2 libcdparanoia0 libcolamd2.7.1 libcommons-collections-java libcommons-daemon-java libcommons-dbcp-java libcommons-pool-java libcups2 libcupsimage2 libcurl3   libcurl4-openssl-dev libdatrie1 libdirectfb-1.2-0 libdjvulibre-text libdjvulibre21 libdvdnav4 libdvdread4 libecj-java libenca0 libesd0 libexpat1-dev libflac8 libfontconfig1   libfontconfig1-dev libfontenc1 libfreetype6-dev libgd2-noxpm libgif4 libgl1-mesa-dri libgl1-mesa-glx libgraphite3 libgraphviz4 libgs8 libgsm1 libgssrpc4 libgstreamer-plugins-base0.10-0   libgstreamer0.10-0 libgtk2.0-0 libgtk2.0-bin libgtk2.0-common libhsqldb-java libhunspell-1.2-0 libhyphen0 libice6 libicu42 libidn11-dev libilmbase6 libjack0 libjasper1 libjpeg62   libjpeg62-dev libkadm5clnt-mit7 libkadm5srv-mit7 libkdb5-4 libkrb5-dev liblcms1 libldap2-dev liblircclient0 libltdl7 liblzo2-2 libmagickcore2 libmagickcore2-extra libmagickwand2   libmp3lame0 libmpcdec3 libneon27-gnutls libnspr4-0d libnss3-1d libogg0 liboil0.3 libopenal1 libopenexr6 libpango1.0-0 libpango1.0-common libpaper-utils libpaper1 libpixman-1-0   libpostproc51 libpulse0 libraptor1 librasqal2 librdf0 libsamplerate0 libschroedinger-1.0-0 libsdl1.2debian libsdl1.2debian-alsa libservlet2.5-java libsm6 libsmbclient libsndfile1   libsox-fmt-alsa libsox-fmt-base libsox1a libspeex1 libsvga1 libswscale0 libsysfs2 libtalloc2 libthai-data libthai0 libtheora0 libtiff4 libtomcat6-java libts-0.0-0 libvorbis0a   libvorbisenc2 libvorbisfile3 libwavpack1 libwbclient0 libwmf0.2-7 libwpd8c2a libwpg-0.1-1 libwps-0.1-1 libx264-85 libx86-1 libxaw7 libxcb-render-util0 libxcb-render0 libxcomposite1   libxcursor1 libxdamage1 libxfixes3 libxfont1 libxft2 libxi6 libxinerama1 libxml2-dev libxmu6 libxpm4 libxrandr2 libxrender1 libxslt1-dev libxslt1.1 libxt6 libxtst6 libxv1 libxvidcore4   libxvmc1 libxxf86dga1 libxxf86vm1 lp-solve mencoder mplayer nginx odbcinst odbcinst1debian1 openjdk-6-jre openjdk-6-jre-headless openjdk-6-jre-lib openoffice.org openoffice.org-base   openoffice.org-base-core openoffice.org-calc openoffice.org-common openoffice.org-core openoffice.org-draw openoffice.org-emailmerge openoffice.org-filter-binfilter   openoffice.org-filter-mobiledev openoffice.org-impress openoffice.org-java-common openoffice.org-math openoffice.org-officebean openoffice.org-report-builder-bin   openoffice.org-style-galaxy openoffice.org-writer pkg-config psfontmgr python-software-properties python-uno red5 redis-server-2.2.4 shared-mime-info sox swftools-0.9.1 tomcat6   tomcat6-common tsconf ttf-dejavu ttf-dejavu-core ttf-dejavu-extra ttf-liberation ttf-mscorefonts-installer ttf-opensymbol ttf-sil-gentium ttf-sil-gentium-basic tzdata-java   unattended-upgrades unixodbc uno-libs3 unzip ure vorbis-tools x-ttcidfont-conf x11-common xfonts-encodings xfonts-mathml xfonts-utils zip 0 upgraded, 250 newly installed, 0 to remove and 0 not upgraded. 1 not fully installed or removed. Need to get 346MB of archives. After this operation, 882MB of additional disk space will be used. Do you want to continue [Y/n]?

Faites ‘y’ est c’est partie pour l’install

Enfin vous pouvez installer la page de DEMO de BBB vous permettant d’avoir une page d’acceuil.

sudo apt-get install bbb-demo

Pour finir faites un restart de BBB

 sudo bbb-conf --clean  sudo bbb-conf --check

 

Accès à l’interface Web:

Si tout est bien installé démarré, on peut accéder à l’interface Web de BBB:

http://votre_ip:80

Attention j’ai galéré un moment, si vous tombez systématiquement sur la magnifique pas de NginX: « welcome to nginx!! » , c’est que votre fichier hosts est mauvais.
Il faut que dans votre fichier host, le système sache résoudre, le fqdn avec lequel on l’attaque.

Par exemple j’y accède sur http://info16.fr, donc dans mon fichier hosts j’ai:

root@ubuntults:~# cat /etc/hosts
127.0.0.1    localhost
192.168.1.3    info16.fr ubuntults

Une fois bien configuré vous devriez arriver sur la page de demo de votre serveur bbb :

 

Entrez votre pseudo et profitez de bbb :

 

Des sites vous expliquerons bien mieux que moi, l’utilisation de BBB.

Les possibilités sont entre autres:

  • Chat
  • Conférence Audio
  • Conférence Vidéo
  • Partage de Slide et interaction
  • Partage de Bureau

 

Optimisations :


A la première utilisation, ce qui m’a choqué, c’est que la vidéo est vraiment très moche. En local c’est joli, mais de l’autre coté du tuyeau beaucoup moins…

Voiçi un aperçu:

Consommation de bande passante sur un client en cam to cam avec une seule personne.

On peut voir que sur un poste client: lors d’une conversation cam to cam on envoit et reçoit environ 250Kb/s. On s’apercoit aussi que plus on bouge devant la caméra plus le débit augmente. C’est assez bien, il faudrait rester dans ces consommations là mais avec une qualité vidéo meilleure!!

Pour cela j’ai essayé de gratter un peu dans les configurations. le fichier qui nous interesse est : /var/www/bigbluebutton/client/conf/config.xml

Et plus particulièrement le module: VideoconfModule

Voiçi les valeurs par défaut:

 <module name="VideoconfModule" url="VideoconfModule.swf?v=3861" uri="rtmp://info16.fr/video" dependsOn="ViewersModule" videoQuality="70" presenterShareOnly="false" resolutions="320x240,640x480,1280x720" autoStart="false" showButton="true" showCloseButton="true" publishWindowVisible="true" viewerWindowMaxed="false" viewerWindowLocation="top" camKeyFrameInterval="5" camModeFps="15" camQualityBandwidth="0" camQualityPicture="50" enableH264="false" h264Level="2.1" h264Profile="main"                      />

Pour ma part je l’ai un peu modifié:

<module name="VideoconfModule" url="VideoconfModule.swf?v=3861" uri="rtmp://info16.fr/video" dependsOn="ViewersModule" videoQuality="100" presenterShareOnly="false" resolutions="320x240,640x480" autoStart="false" showButton="true" showCloseButton="true" publishWindowVisible="true" viewerWindowMaxed="false" viewerWindowLocation="top" camKeyFrameInterval="30" camModeFps="10" camQualityBandwidth="0" camQualityPicture="90" enableH264="false" h264Level="2.1" h264Profile="main"                      />

J’ai modifié 4 paramètres:

videoQuality= »100″ ##En gros j’ai mis la qualité d’image a fond
resolutions= »320×240,640×480″  ##J’ai supprimé la résolution 1280×720 que personne n’utilisera
camKeyFrameInterval= »30″  ##c’est interessant, il va permettre de consommer moins de bande passante en mouvementgrace à la prédiction de séquence d’image
camModeFps= »10″ ## 10FPS c’est bien suffisant et sa consommera moins
camQualityPicture= »90″ ## C’est la qu se joue vraiment la qualité de l’image

 

Résultat après reboot de BBB :

C’est quand même autre chose :)

Maintenant les débits:

La consommation est moindre, environ 200Kb/s dans les mêmes conditions que tout à l’heure. Par contre l’image est sans commune mesure. Et surtout le paramètre camKeyFrameInterval fonctionne très bien, les mouvements ont très peu d’incidence sur la consommation de bp.

Bon il reste pas mal de boulot, notamment la mise en place de Moodle pour permettre de planifier des conférences.

Cet article a été publié par bartounet sur le blog info16. Si vous désirez comme bartounet publier en guest-blogging sur Geek de France, vous pouvez me contacter.

DownVerter est une application proposée pour Windows, Mac et Ubuntu (32 et 64 bits) qui permet aux utilisateurs de télécharger des vidéos (en haute définition – HD 1080/720) à partir de YouTube et de les convertir en mp3, mp4, 3gp, avi, mov, wmv pour PSP, Pocket PC, iPod, téléphone mobile, smartphone, etc.

Même si cette application n’est pas disponible en français, nul n’est besoin d’avoir fait de grandes écoles pour en comprendre le fonctionnement.

  1. Indiquez l’URL YouTube de la vidéo à télécharger,
  2. Choisissez le format de conversion,
  3. Téléchargez et convertissez.

Attention, DownVerter n’est pas disponible dans les dépôts Ubuntu: vous ne devez l’installer qu’en toute connaissance de cause.

Si vous souhaitez essayer cette application, rendez-vous sur le site de DownVerter afin de télécharger le fichier deb à lancer soit avec la logithèque Ubuntu, soit avec Gdebi.

Amusez-vous bien.

Source : UpUbuntu

Billets reliés

Rembobinons. Dans la première partie, nous avons conclu que le plan le plus sûr de stockage de données ressemble à peu près à ceci:
  • disque sur la machine locale : original ou copie master ;
  • disque de stockage en réseau : copie commune ou partagée ;
  • le stockage hors ligne, qui signifie de nos jours stockage à distance dans le nuage (le « Cloud » en anglais) ou sauvegarde en ligne.
Extrait du Magazine Full Circle 54 p18 - Allan J. Smithie (version FR)

Il ne s'agit pas simplement de succomber au « tout dans les nuages » à la mode. Une vraie sauvegarde hors site utilise le centre de données de quelqu'un d'autre, qui est lui-même sauvegardé. Cela offre la tranquillité d'esprit maximale, car vous saurez que vos précieuses et éphémères données ne peuvent pas être perdues, même si votre version originale part en fumée ou dans des inondations ou se fait exterminer par un « écran bleu de la mort ».

Nous connaissons tous les problèmes avec la solution de sauvegarde traditionnelle : soit ce n'est pas fait régulièrement, soit quelqu'un envoie la mauvaise génération de bandes vers le coffre hors site. Ou votre DVD de données reste pendant six mois sur le dessus de l'armoire alors que vous auriez dû l'apporter chez grand-maman. Le « Cloud » est peut être la mode  de l'année pour l'instant, mais cela ne signifie pas que vous devez ignorer, disons, la multitude de nuages disponibles. La sauvegarde dans le nuage est devenue une industrie en soi. Votre seule réelle difficulté est de choisir quel nuage et quel fournisseur répondent à vos besoins. Tout le monde semble offrir du stockage dans le nuage, ce qui n'est pas la même chose qu'un service de sauvegarde dans le nuage.

Peut-être que nous devrions commencer par examiner une check-list pour vous aider à prendre la décision.

Le coût

C'est par là que je commence toujours. Y a-t-il des frais initiaux ? Quelle est la redevance mensuelle ou annuelle ? 

Quel volume de stockage puis-je obtenir pour mon argent ? Quel niveau de service - c'est la performance et le temps de disponibilité - est-ce que je paie ? Quel écart de prix y a-t-il entre ce service et les bandes de stockage ?

La sauvegarde dans le nuage est un marché encombré et immature pour l'instant, avec des pourvoyeurs qui réclament notre attention. Pour le chef de famille moyen, il existe des offres de lancement avec des forfaits de base à un coût nul, mais c'est un leurre car le but est de nous en vendre plus ultérieurement. J'aime l'espace de stockage gratuit. On dirait que tous le fournissent, donc nous devons affiner nos critères.

Les logiciels

Tous les services d'expérience offrent un client logiciel dédié pour gérer les processus de transfert de fichiers. Tous prétendent être multi-plateformes, du moment où ça signifie Windows et Mac. Beaucoup ont maintenant un client Linux disponible.

J'aime l'idée des transferts par un navigateur, appelé aussi « ne PAS avoir à utiliser un programme propriétaire pour accéder au service ». C'est là qu'Ubuntu One marque des points, même s'il s'agit de stockage de base dans le nuage plutôt que d'une      véritable sauvegarde dans le nuage pour l'instant.

La facilité d'utilisation

Nous voulons aussi la facilité d'utilisation, ce qui signifie :

  • une configuration et une installation simples et terminées en quelques étapes après le téléchargement du logiciel ;
  • une sauvegarde en ligne qui peut fonctionner en tâche de fond pendant  que nous poursuivons notre activité normale, sans monopoliser toute notre bande passante ; un réglage pour la vitesse d'upload (ou téléversement) est essentiel ;
  • une définition aisée des fichiers inclus et exclus pour chaque jeu de    sauvegarde, jusqu'au plus bas niveau de granularité comme le nom ou le type de fichier, en utilisant des caractères joker ;
  • un planificateur qui doit permettre des sauvegardes automatiques à une fréquence et une heure de la journée que vous avez
    fixées, de préférence à la minute près ; des données qui peuvent être restaurées facilement et sur-le-champ, avec une certaine notion de versioning des jeux de sauvegarde ;
  • une gestion centralisée et facile de toutes nos sauvegardes, établie avec suffisamment de méta-données pour les distinguer les unes des autres.

Le cryptage

De nos jours, nous devrions prendre très au sérieux la sécurité des données. Merci Sony et le DoD [Ndt : le Département de la Défense américain]. Une vraie sauvegarde de tous vos éléments importants va inclure vos trucs personnels, bancaires, et la  correspondance. Personne ne veut subir un vol d'identité.

En ce qui concerne le « Cloud », il existe plusieurs façons de faire cela, la meilleure étant de mettre en oeuvre une version solide de chiffrement à 128 bits au minimum sur votre client,     avant qu'il ne quitte votre machine pour voyager dans les airs. De préférence, cela devrait inclure une signature aveugle afin que personne chez le fournisseur ne possède votre clé qui pourrait compromettre vos données, soit lors d'un travail de    l'intérieur, soit en tant que victime d'un hacker externe. Vous devez être votre propre policier.

La performance

Nous avons absolument besoin de vitesse et de fiabilité. La plate-forme d'installation des prestataires doit également être évolutive, elle ne doit pas ralentir ou planter à chaque fois que la côte est américaine se réveille et se connecte en masse à 8h   du matin. La théorie doit aussi fonctionner dans la pratique, comme Amazon S3 l'a découvert plus tôt cette année.

Le service doit également maintenir un miroir de nos données pour la résilience et le basculement, en tant que protection contre la perte de données due aux sabotages, incendies, vols, inondations, virus ou autres catastrophes. Autrement dit, votre  service dans le Cloud ne doit pas conserver les boîtes de bandeschezgrandmaman. C'est ce que nous appelons dans les affaires un test de conformité. 

La commodité

Maintenant les choses deviennent intéressantes, on distingue les hommes des garçons, les moutons des chèvres, et les métaphores mélangées des clichés. Il se peut que le choix déterminant soit l'un de ces éléments :

  • les capacités de partage de fichiers ; être capable de définir des partages, des « endroits », des « aperçus » ou des liens publics au niveau de granularité du fichier, avec une certaine sécurité à plusieurs niveaux en fonction de permissions que vous seul êtes en mesure de fixer à  partir de votre console de gestion ;
  • l'accès web à distance aux données, à tout moment. Idéalement c'est le client basé sur un navigateur qui vous permet un accès sécurisé à vos données (peut-être sans toutes les capacités du client dédié) depuis n'importe quelle machine ;
  • vraie disponibilité des données 24h/24, 365j/an. Voir « La performance » ;
  • des rapports d'état pour la vérification et les audits. Nous avons besoin que la confiance soit démontrée par une information de gestion appropriée.

Rien de très nouveau dans tout cela ; en fait, les plus classiques des applications de sauvegarde et des services d'hébergement web couvrent tous ces aspects ; le moment est venu de mettre les deux ensemble dans le Cloud. Avec ces considérations à l'esprit, vous pouvez maintenant regarder les différents services offerts et juger par vous-même comment ils se comparent.

VLC Media Remote Android Dans le cas d’une utilisation multimédia d’un PC sous Gnu/Linux (ici Ubuntu 11.10), une bonne télécommande est très utile, je vous propose ici d’utiliser votre smartphone sous Android en tant que tel.

Nous allons ici détailler la procédure pour contrôler l’application VLC de votre machine sous Gnu/Linux et plus spécialement Ubuntu à partir d’un smartphone sous Android.

Pour cela, nous allons commencer par configurer VLC afin de pouvoir le contrôler via l’interface HTTP:

  • Configuration l’interface principale (ou secondaire) de VLC sur HTTP:
    • Se rendre dans les préférences de VLC et activer l’interface HTTP en tant qu’interface principal:

    Activer l'interface HTTP dans les préférences de VLC

    • Lancez VLC depuis le PC en utilisant le paramètre suivant afin de lancer l’interface HTTP en tant qu’interface secondaire (option « -I http » pour la lancer en interface primaire):
vlc --extraintf=luahttp

ou un exemple plus complet chargeant automatiquement une playlist ou une liste de chaines TV et utilisant un affichage au ratio 16/9:

/usr/bin/vlc chaines.conf --aspect-ratio=16:9 --extraintf=luahttp

Editez ensuite le fichier /usr/share/vlc/http/.hosts en y ajoutant l’adresse IP de votre smartphone (ou la plage d’adresses IP que vous souhaitez autoriser à accéder à l’interface HTTP de votre VLC):

Installer l'application depuis le market en scannant ce QR code

VLC Remote

  # Access-list for VLC HTTP interface   # $Id$   192.168.0.0/16

Vous êtes maintenant prêts du côté du PC, passons donc à l’installation du nécessaire sur le smartphone.

Vous pouvez également scanner le QR code présent à droite depuis votre smartphone pour retrouver directement l’application sur le market:

Une fois l’application installée, configurez les données de votre serveur (adresse IP, port (par défaut 8080), nom, …).

Vous pouvez désormais accéder à vos playlist, changer de chaine, gérer le volume, passer en plein écran, …

Si cela ne fonctionne pas, pensez à vérifier votre pare-feu, il faut que votre smartphone puisse joindre votre machine sur le port choisi dans la configuration de VLC (par défaut 8080).

D’autres solutions existent, si vous en connaissez de meilleures, plus simples ou souhaitez apporter des informations supplémentaires, n’hésitez pas, utilisez les commentaires et/ou la page du blog Libre-Astux sur G+, ils sont là pour ça.

Il y a une autre application qui m’a semblé interressante, SSHmote qui permet de controler diverses applications multimédia à travers une connexion SSH, cependant, cette application bien que proposant la gestion de diverses applications telles que Kaffeine, VLC, MPlayer, … ne m’a pas convaincu car celle-ci ne permet en fait que la navigation dans mes repertoires et me propose la lecture des fichiers audios, … mais pas le lancement d’une playlist ou d’un fichier chaines.conf. De plus, après un test et un rapide contact avec les développeurs, la gestion des mot de passe dans l’application SSHmote n’est pas sécurisée.

Sources:

http://maketecheasier.com/remote-control-vlc-with-android-phone/2010/08/06

http://www.appbrain.com/app/org.peterbaldwin.client.android.vlcremote

 

Depuis plusieurs années déjà, j'utilise quasi-exclusivement le système d'exploitation Linux sur mes machines. Je ne conserve Windows que par compatibilité pour certains softs (Photoshop par exemple) ou les jeux vidéos (ce qui représente une part de temps presque négligeable ;-) ). Et j'utilise donc la distribution Ubuntu, qui est stable et bien maintenue.

Une des plus grandes "innovations" des dernières versions d'Ubuntu est son interface graphique. Canonical a supprimé l'interface Gnome classique pour développer la sienne : Unity.

J'avais donc commencé à l'utiliser, puisqu'elle était installée et activée par défaut, sans chercher plus loin.

En cherchant sans chercher, je suis tombé il y a quelques mois sur Gnome-Shell. Par manque de temps (et de motivation...) je n'avais pas vraiment eu le temps de tester et voir ce que ça valait.

Je m'y suis (enfin) mis la semaine dernière, et voici une petite review des deux interfaces graphiques et ce que j'en pense!!

Avantages d'Unity

  • La barre de menu ainsi que les boutons de réduction/agrandissement/fermeture de la fenêtre dans la barre des tâches du système (style Mac OS) : On économise de ce fait l'équivalent de 2 barres de menus sur notre écran. Quand on a un 15 pouces ou moins, ça fait du bien! :-)
  • La gestion "au point" du multi-écran : J'ai un deuxième écran pour le laptop, et Ubuntu/Unity arrive à le gérer parfaitement. J'ai eu un bug plutôt chiant avec Gnome-Shell, voir plus bas...
  • Le dock qui se masque/s'affiche automatiquement et assez rapidement.
  • Un look assez sobre, classe, qui reste un peu dans la lignée des précédentes versions de Gnome (2.x). Je trouve que ça envoie du steak.

Inconvénients d'Unity

  • L'ajout de raccourcis au dock est plutôt contraignant : À part lancer l'appli, puis faire un clic-droit sur l'icône, et "Conserver dans le lanceur", je n'ai pas trouvé plus simple... Sinon il faut modifier des fichiers de config...Ça devient vite le bordel.
  • L'affichage du dash plutôt lent : Autant le dock vient vite, autant le dash met un peu plus de temps à arriver quand on appuie sur Super. On peut modifier une option de Compiz pour l’accélérer, ça aide un peu...
  • Dans le même genre, quand on appuie sur Super et qu'on commencer à taper, pour chercher par exemple une application, la prise du focus dans le champ n'est pas toujours réussie, ou bien on a pas mal de lenteurs pour avoir le résultat.
  • En parlant de Compiz : il utilise pas mal de ressources systèmes.... J'ai un peu peur pour les petites configs.. :-S

Avantages de Gnome-Shell

  • Incontestablement son plus gros avantage : il est rapide! Rien à dire de plus, il suffit de le tester pour s'en rendre compte.
  • L'éclatement des fenêtres quand on appuie sur Super est assez pratique, même si je suis quand même plus friand du Alt+Tab...
  • Le grand nombre d'extensions que l'on peut installer. Ça permet de personnaliser facilement et rapidement son interface.
  • Les popups qui s'affiche en haut de la fenêtre "mère", un truc qui ressemble à Mac OS. Ça évite d'avoir ses popups qui se barrent on ne sait pas où sur l'écran...
  • Le système de notification en bas de l'écran est plutôt bien foutu en ce qui concerne les ouvertures d'onglets dans Firefox, les périphériques qui sont montés, etc... Plutôt que de donner le focus à la fenêtre, on affiche une notif en bas de l'écran, j'aime!!

Inconvénients de Gnome-Shell

  • Problème de gestion du multi-écran : mon wallpaper se retrouver coupé, déplacé, un peu à l'arrache... Rien que ça c'est presque une condition pour ne pas l'utilise... :-S
  • Comme dit plus haut, les barres de titres et de menus prennent de la place sur l'écran, je préfère de ce côté là Unity qui économise de la place.
  • Pas de dock en natif, obligé de passer par une extension. Certains trouveront que c'est un avantage, perso je préférerais que ce soit inclut en natif.
  • La zone de notification qui est cachée en bas à droite de l'écran. C'est bien puisque ca économise un peu de place, mais c'est un peu contraignant de devoir envoyer sa souris tout en bas à droite de l'écran pour l'afficher...
  • Le style des fenêtres diffère trop du style de la barre de menu supérieure et de la zone de notifs. Chez Unity, les choses sont plus homogènes.
  • Pas d’intégration native du contrôle de la musique dans la mini-fenêtre de gestion du volume.

Conclusion

En conclusion, je dirais que pour l'instant je préfère utiliser Unity. Un gain de place sur l'écran, le dock qui est réactif, (concernant le dash qui est plutôt lent, je l'utilise peu, ça ne me dérange pas).

Gnome-Shell est lui aussi très bien foutu, mais dans l'ensemble il lui manque quelques fonctionnalités propres à Unity, qui fait que je reste sur ce dernier.

Les deux interfaces ont chacune leurs points forts et leurs inconvénients, c'est un peu les goûts et l'utilisation de chaque utilisateur qui leur permettra de choisir l'un ou l'autre.

Enfin, petite requête un peu utopiste, si un des développeurs de Gnome-Shell passe sur ce blog, voilà ce qui (à mon goût) rendrait Gnome-Shell vraiment génial : intégration de la barre de menu et des boutons de gestion de la fenêtre dans la barre de titre, gestion optimale du multi-écran et le look unifié qu'on a avec Unity. ;-D

En revanche, si HUD est réellement intégré à Unity, je pense que je passerais quand même à Gnome-Shell.

A suivre...

Depuis plusieurs années déjà, j'utilise quasi-exclusivement le système d'exploitation Linux sur mes machines. Je ne conserve Windows que par compatibilité pour certains softs (Photoshop par exemple) ou les jeux vidéos (ce qui représente une part de temps presque négligeable ;-) ). Et j'utilise donc la distribution Ubuntu, qui est stable et bien maintenue.

Une des plus grandes "innovations" des dernières versions d'Ubuntu est son interface graphique. Canonical a supprimé l'interface Gnome classique pour développer la sienne : Unity.

J'avais donc commencé à l'utiliser, puisqu'elle était installée et activée par défaut, sans chercher plus loin.

En cherchant sans chercher, je suis tombé il y a quelques mois sur Gnome-Shell. Par manque de temps (et de motivation...) je n'avais pas vraiment eu le temps de tester et voir ce que ça valait.

Je m'y suis (enfin) mis la semaine dernière, et voici une petite review des deux interfaces graphiques et ce que j'en pense!!

Avantages d'Unity

  • La barre de menu ainsi que les boutons de réduction/agrandissement/fermeture de la fenêtre dans la barre des tâches du système (style Mac OS) : On économise de ce fait l'équivalent de 2 barres de menus sur notre écran. Quand on a un 15 pouces ou moins, ça fait du bien! :-)
  • La gestion "au point" du multi-écran : J'ai un deuxième écran pour le laptop, et Ubuntu/Unity arrive à le gérer parfaitement. J'ai eu un bug plutôt chiant avec Gnome-Shell, voir plus bas...
  • Le dock qui se masque/s'affiche automatiquement et assez rapidement.
  • Un look assez sobre, classe, qui reste un peu dans la lignée des précédentes versions de Gnome (2.x). Je trouve que ça envoie du steak.

Inconvénients d'Unity

  • L'ajout de raccourcis au dock est plutôt contraignant : À part lancer l'appli, puis faire un clic-droit sur l'icône, et "Conserver dans le lanceur", je n'ai pas trouvé plus simple... Sinon il faut modifier des fichiers de config...Ça devient vite le bordel.
  • L'affichage du dash plutôt lent : Autant le dock vient vite, autant le dash met un peu plus de temps à arriver quand on appuie sur Super. On peut modifier une option de Compiz pour l’accélérer, ça aide un peu...
  • Dans le même genre, quand on appuie sur Super et qu'on commencer à taper, pour chercher par exemple une application, la prise du focus dans le champ n'est pas toujours réussie, ou bien on a pas mal de lenteurs pour avoir le résultat.
  • En parlant de Compiz : il utilise pas mal de ressources systèmes.... J'ai un peu peur pour les petites configs.. :-S

Avantages de Gnome-Shell

  • Incontestablement son plus gros avantage : il est rapide! Rien à dire de plus, il suffit de le tester pour s'en rendre compte.
  • L'éclatement des fenêtres quand on appuie sur Super est assez pratique, même si je suis quand même plus friand du Alt+Tab...
  • Le grand nombre d'extensions que l'on peut installer. Ça permet de personnaliser facilement et rapidement son interface.
  • Les popups qui s'affiche en haut de la fenêtre "mère", un truc qui ressemble à Mac OS. Ça évite d'avoir ses popups qui se barrent on ne sait pas où sur l'écran...
  • Le système de notification en bas de l'écran est plutôt bien foutu en ce qui concerne les ouvertures d'onglets dans Firefox, les périphériques qui sont montés, etc... Plutôt que de donner le focus à la fenêtre, on affiche une notif en bas de l'écran, j'aime!!

Inconvénients de Gnome-Shell

  • Problème de gestion du multi-écran : mon wallpaper se retrouver coupé, déplacé, un peu à l'arrache... Rien que ça c'est presque une condition pour ne pas l'utilise... :-S
  • Comme dit plus haut, les barres de titres et de menus prennent de la place sur l'écran, je préfère de ce côté là Unity qui économise de la place.
  • Pas de dock en natif, obligé de passer par une extension. Certains trouveront que c'est un avantage, perso je préférerais que ce soit inclut en natif.
  • La zone de notification qui est cachée en bas à droite de l'écran. C'est bien puisque ca économise un peu de place, mais c'est un peu contraignant de devoir envoyer sa souris tout en bas à droite de l'écran pour l'afficher...
  • Le style des fenêtres diffère trop du style de la barre de menu supérieure et de la zone de notifs. Chez Unity, les choses sont plus homogènes.
  • Pas d’intégration native du contrôle de la musique dans la mini-fenêtre de gestion du volume.

Conclusion

En conclusion, je dirais que pour l'instant je préfère utiliser Unity. Un gain de place sur l'écran, le dock qui est réactif, (concernant le dash qui est plutôt lent, je l'utilise peu, ça ne me dérange pas).

Gnome-Shell est lui aussi très bien foutu, mais dans l'ensemble il lui manque quelques fonctionnalités propres à Unity, qui fait que je reste sur ce dernier.

Les deux interfaces ont chacune leurs points forts et leurs inconvénients, c'est un peu les goûts et l'utilisation de chaque utilisateur qui leur permettra de choisir l'un ou l'autre.

Enfin, petite requête un peu utopiste, si un des développeurs de Gnome-Shell passe sur ce blog, voilà ce qui (à mon goût) rendrait Gnome-Shell vraiment génial : intégration de la barre de menu et des boutons de gestion de la fenêtre dans la barre de titre, gestion optimale du multi-écran et le look unifié qu'on a avec Unity. ;-D

En revanche, si HUD est réellement intégré à Unity, je pense que je passerais quand même à Gnome-Shell.

A suivre...

Il y a quelques jours, la nouvelle version de Unity (5.0) a été publié, avec elle Unity 2D 5.2 pour les ordinateurs ne disposant pas de la configuration requise pour faire fonctionner Unity 3D. Parmi les quelques nouveautés apportées, on notera la possibilité de déplacer les icônes du lanceur avec la souris pour changer leur ordre, un clic droit de la souris sur une icône du lanceur fera apparaître une liste des options. Ainsi que quelques améliorations concernant comme l’option permettant de changer la couleur du Dash et du lanceur depuis Compiz Config Seetings Manager.

Les utilisateurs qui ont installé la version Alpha de Ubuntu 12.05 Precise Pangolin, pourront tester cette version de Unity grâce à mise à jour. Mais si vous n’avez pas installé l’Alpha de Ubuntu 12.04 et que vous souhaitez toute de même essayer Unity 5.0, vous pouvez le faire en ajoutant le ppa suivant :

sudo add-apt-repository ppa:unity-team/staging

sudo apt-get update

sudo apt-get dist-upgrade

N.B : Unity 5.0 reste une version de développement, donc des mauvaises surprises ne sont pas à exclure.

Cet article Comment installer Unity 5.0 sur Ubuntu 11.10 et 11.04 est apparu en premier sur crowd42.

No related posts.

Allumer / éteindre votre écran depuis un smartphonePour allumer ou éteindre votre écran de PC à distance et notamment depuis votre smartphone, nous allons utiliser des commandes liées à DPMS et ssh. (Le PC utilisé est équipé d’Ubuntu 11.10 avec OpenSSH)

  • Plusieurs commandes possibles,notamment xset et vbetool.
xset dpms force on ' Force le rétroéclairage de l'écran. xset dpms force standby ' Force l'arrêt du rétroéclairage de l'écran. sudo vbetool dpms on ' Force l'activation du rétroéclairage (fonctionne également via SSH) sudo vbetool dpms standby ' Force la désactivation du rétroéclairage (fonctionne également via SSH)
  • Si vbetool n’est pas installé sur votre poste (par défaut sur Ubuntu il ne l’est pas), utilisez simplement la commande suivante:
 sudo apt-get update && sudo apt-get install vbetool
  • Il est possible d’autoriser l’utilisation de sudo sans mot de passe pour cette commande en ajouter la ligne suivante au fichier /etc/sudoers:
Installez Connect Bot depuis l'Android Market
ConnectBot
%admin ALL=(root) NOPASSWD:/usr/sbin/vbetool
  • Pour simplifier l’utilisation de ces commandes, ajoutez les alias suivants à votre fichier ~/.bash_aliases (après l’avoir activé si nécessaire dans ~/.bashrc):
alias off='sudo vbetool dpms standby' alias on='sudo vbetool dpms on'
  • Afin de pouvoir utiliser ces commandes depuis notre smartphone Android, il nous faut y ajouter un client SSH.

Le client SSH gratuit ConnectBoT fera l’affaire, vous pouvez le retrouver ici ou utiliser le QR code correspondant à droite, il suffira ensuite de se connecter puis de lancer la commande on ou off pour allumer ou éteindre l’écran. Cela fonctionne avec tout type de smartphone ou depuis un PC client pour peu que celui-ci dispose d’un client SSH et que votre serveur SSH soit accessible.

18 Janvier 2012 à 17:30

Le numéro 54... enfin ! via Full Circle Mag FR

Bonjour à toutes et à tous !

Malgré la venue de plusieurs traducteurs/relecteurs, nous avons eu beaucoup de mal à terminer le numéro 54 avec 6 relectures de chaque article. Nous sommes d'autant plus heureux de pouvoir vous proposer un numéro de qualité, celui d'octobre 2011. Il est disponible sur notre page Numéros ou en cliquant directement sur l'image ci-dessous.

Issue54-fr

Dans ce numéro, vous trouverez plein de bonnes choses, mais les grandes nouveautés sont :

  • Un tutoriel sur FreeMind, une application heuristique, à la place de celui sur LibreOffice, qui revient en novembre ;
  • Un article qui explique les tenants et les aboutissants de l'utilisation de Apt-Cacher-Ng ;
  • Une critique de Synergy, qui permet l'utilisation de plusieurs ordinateurs sous différents systèmes d'exploitation avec un seul clavier et une seule souris ;
  • Et, enfin, une nouvelle rubrique, « Closing Windows », que nous avons traduit par « Fermeture des fenêtres », ou, comment faire sous les diverses variétés d'Ubuntu tout ce que vous avez l'habitude de faire sous Windows XP !

Nous vous en souhaitons bonne lecture. À bientôt pour un prochain numéro.

Toute l'équipe du FCM-fr

Pages