Planet

Déjà Dup est l’outil de sauvegarde installé par défaut dans la dernière version d’Ubuntu. Cette interface graphique de duplicity est d’une simplicité déconcertantetante et permet de façon très intuitive de sauvegarder l’intégralité de son dossier home, ce qui s’avère très utile lorsque que comme moi on utilise régulièrement des Live-USB et que l’on ne souhaite pas passer huit jours à reconfigurer chaque clé que l’on crée.

En effet, lorsque je démarre pour la première fois sur une nouvelle clé, je commence par installer les quelques applications manquantes que j’utilise au quotidien puis je connecte le disque dur externe sur lequel j’ai archivé ma précédente sauvegarde et enfin j’ouvre Déjà Dup (que l’on trouve dans les Paramètres système).

Je choisis alors de restaurer les fichiers d’une sauvegarde précédente.

J’indique l’emplacement de mon dossier de sauvegarde et je lance la restauration. Une fois cette dernière terminée, je redémarre mon système afin de retrouver mon bureau habituel, mes documents, mes paramètres,…

Pour lancer une nouvelle sauvegarde, la démarche est exactement la même :

  • Ouverture de Déjà Dup
  • Choix de l’emplacement du dossier de sauvegarde

  • Lancement de la sauvegarde

Parmi les nombreux avantages de Déjà Dup, vous pouvez choisir de :

  • Crypter les sauvegardes
  • Planifier des sauvegardes automatiques
  • Récupérer les données sauvegardées à une date précise
  • Sauvegarder vos données sur Ubuntu-One
  • Ignorer certains dossiers lors de la sauvegarde
Les sauvegardes sont compressées et chaque nouvelle sauvegarde n’enregistre que les parties modifiées des fichiers. Si vous utilisez une version d’Ubuntu antérieure à la 11.10, Déjà Dup est disponible dans la logithèque. Pour l’installer en ligne de commande, il suffit d’ouvrir un terminal et d’entrer :   sudo apt-get install deja-dup   Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter les pages deja-dup et duplicity de la documentation Ubuntu-fr.   Amusez-vous bien

Billets reliés

Me voila avec un nouveau système ubuntu 11.10 fraîchement installé. Et devinez quoi, la carte son ne fonctionne pas ou tout du moins, il n'y a pas de son....

m-audio-audiophile-2496.1227993.jpg




Voici ce qu'il faut faire pour une sortie analogique de la carte sont M-Audio Audiophile 24/96.

Les modules

Créer les fichiers suivants

/etc/modprobe.d/audiophile.conf

options snd-ice1712 model=audiophile index=0

/etc/modprobe.d/blacklist-audiophile.conf

blacklist snd-hda-intel blacklist snd-hda-codec

Configuration PulseAudio

Exécuter la commande suivante

$ aplay -l **** Liste des Périphériques Matériels PLAYBACK **** carte 0: M2496 [M Audio Audiophile 24/96], périphérique 0: ICE1712 multi [ICE1712 multi] Sous-périphériques: 0/1 Sous-périphérique #0: subdevice #0

Modifier le fichier /etc/pulse/default.pa et décommentez les lignes suivantes et remplacez les chiffres derrière le hw avec les chiffres récupérés par la dernière commande (ici 0,0)

load-module module-alsa-sink load-module module-alsa-source device=hw:0,0

Configuration ALSA

Effectuer la même configuration que précédemment dans le fichier @@/usr/share/alsa/cards/ICE17.12.conf@@

Logiciels supplémentaires

Le salut m'est venu du logiciel mudita24, permettant de contrôler les niveaux d'E/S de la carte son. J'ai un peu tout testé et le son est finalement apparu :) . J'ai également installé d'autres utilitaires dédiés à PulseAudio : paman et paprefs.

$sudo apt-get install mudita24 paman paprefs
14 Octobre 2011 à 19:25

Sortie de Lubuntu 11.10 via Gilir

Hier, Ubuntu 11.10 est sortie, avec son lot de nouveautés. Vous pouvez retrouver un très bon résumé sur la documentation française  (http://doc.ubuntu-fr.org/oneiric) :)

Le point que je vais évoquer en détail, est l’arrivée de Lubuntu dans la famille Ubuntu, avec cette version 11.10.

Mais d’abord, qu’est que Lubuntu ? C’est une distribution dérivée d’Ubuntu (appelée aussi « flavor » ou saveur en français), qui utilise l’environnement de bureau LXDE, au lieu d’Unity/Gnome. Son but est de fournir une alternative très légère et facile à utiliser. En plus de l’environnement LXDE, elle utilise des logiciels complémentaires : Chromium pour la navigation, Openbox pour la gestion des fenêtres, Pidgin pour la messagerie / IRC etc …

Cette version 11.10 est donc la première version officielle de Lubuntu. Derrière ce mot se cache plusieurs avancées :

D’abord, nos images ISO sont maintenant construites avec l’infrastructure officielle, comme toutes les autres distributions Ubuntu. En plus d’améliorer la qualité des images, nous avons gagnés le support du 64 bits, et des ISO alternate, permettant de faire une installation de Lubuntu sur plus de supports. Ces ISO alternate sont d’ailleurs particulièrement utiles sur les petites configurations, qui ont du mal à lancer une session avec un Live-CD.

Également, nous avons eu le soutien des équipes Ubuntu qui travaillent sur les composants que nous partageons. Exemple, plusieurs bugs sur jockey (le gestionnaire des drivers), ou le gestionnaire des notifications ou dans la création des ISO ont été corrigés par d’autres équipes que nous, alors que cela concernait principalement, voir uniquement Lubuntu. Le statut officiel permet d’avoir plus de considération et d’aide :)

Pendant le développement, nous avons également profité du site permettant de tester les ISO (http://iso.qa.ubuntu.com/), très pratique pour centraliser les tests et faire venir des testeurs d’ISO.

Bref, c’est l’aboutissement de plusieurs mois de travail, depuis le début du développement de la 10.04. Les développements futurs devraient être plus faciles :)

Le changement de statut est clairement l’amélioration majeure de cette version. Mais nous avons fait d’autres changements depuis la 11.04 :

  • Mise à jour de tous les composants LXDE, qui ont enfin eu des sorties officielles. On peut notamment noter la vue hiérarchique dans pcmanfm.
  • Remplacement de gnome-power-manager par xfce4-power-manager : Ce mouvement était nécessaire, gnome-power-manager étant devenu très lié aux composants clés de GNOME avec GNOME 3. Ce mouvement n’est pas non plus optimal, car nous avons récupéré de nouvelles dépendances à XFCE, notamment le gestionnaire de configuration (xfconf).
  • Suppression par défaut de Xchat, Pidgin faisant parfaitement l’affaire pour une utilisation standard. Xchat est de toute manière disponible dans les dépôts.
  • L’ajout d’un plugin pour pidgin pour faire du micro-blogging.
  • Un nouveau thème graphique, toujours fait par Rafael Laguna.
  • Quelques améliorations à la marge, comme la non dépendance des paquets à lubuntu-desktop (permettant de retirer des composants de Lubuntu, en gardant le meta-paquet).

Ne cherchez donc pas de très grands changements sur cette Lubuntu 11.10 :) J’espère que cette version aura gagné en stabilité. Nous avons eu très peur, tout au long du cycle de développement, que le passage à Gnome 3 nous oblige à plus de changements. Heureusement, rien de catastrophique n’est arrivé :)

Malgré la sortie d’hier, nous allons très vite nous projeter vers la 12.04, et capitaliser sur les améliorations de cette version 11.10 pour faire quelques changements plus visibles. Rendez-vous à l’UDS, à partir du 31 octobre, pour plus de précisions :)

 

Liens :


Tagged: Lubuntu, Packages, planet-libre, planet-ubuntu-fr, Ubuntu

A l’occasion de la sortie de Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot, Seb de tux-planet a mis en ligne un guide pour aider les débutant à tenter l’aventure. Quand celui-ci cherchait des volontaires pour tester, je lui ai proposé le secours de la geekette.

Alors, je lui ai préparé la page du guide, un PC portable avec un disque dur vide, une clé USB et l’ai lâché seule dans l’aventure. Voila son récit :

Linux je n’ai rien contre, mais je me contente de l’utiliser (Mint pour mon propre pc). S’il me faut un logiciel, je crie au secours, s’il y a une panne, idem. Aujourd’hui me voilà mise à contribution pour tester « le guide du débutant » un tuto en ligne pour installer son premier linux: hommage à mon incompétence? En tout cas un défi à relever.

A première vue, le tuto est écrit dans un langage « normal ». Les raisons du choix d’Ubuntu sont claires, la version à utiliser bien indiquée. Premier problème: je n’ai pas de CD, je décide d’installer avec une clef USB. Mais installer unetbootin avec la commande sudo apt-get install unetbootin, ça dépasse mes compétences. Heureusement, je sais passer par la logithèque pour le même résultat, mais il n’y a pas si longtemps que Timcruz me l’a appris, alors ce n’est pas forcément limpide pour tout le monde. Et en fait je dois dire avec satisfaction que c’est un premier et dernier problème!

L’installation se passe comme sur des roulettes, plus rapidement que les windows précédemment installés. Il y a eu une ou deux surprises, mais rien de bien grave. J’ai cherché un peu le logo wifi pour connecter le PC : en haut à droite, en forme de camembert de Trivial Pursuit (mais de toute façon ma clef était demandée sur l’écran d’installation suivant, inutile donc de chercher!).

J’ai eu aussi à me battre pour taper ma clef (vive l’option pour rendre visible la clef qui a permis de le remarquer!) car le clavier était en qwerty bien que la langue soit la première chose que demande l’installeur d’ubuntu. Et en effet, par la suite en renseignant la localisation et la langue précise, revoilà l’azerty habituel. Après, le PC travaille seul, un bon bout de temps!

C’est après le redémarrage que le guide du débutant sous linux est vraiment magique. Je connaissais le principe de la logithèque, et sous cette distribution elle est  vraiment accessible dans le menu à gauche du bureau.

Mais pour moi c’est trop fouillis, il faudrait que je connaisse mieux les logiciels sous linux sinon je n’installe jamais le plus adapté à mes besoins. Mais le guide du débutant donne un lien direct qui trouve dans la logithèque les logiciels principaux (ceux dont j’ai besoin pour l’usage web-bureautique-musique/films/jeux) et il n’y a plus qu’à cliquer sur installer!

Un bémol pour les jeux: je me suis lancée dans l’installation via le terminal de Oad, et malgré un suivi scrupuleux des formules magiques sudo apt-blabla, pas moyen de l’installer (supervision du geek : pas de mauvaise manip de ma part).

Ceci dit, ce guide permet d’installer seule une distribution vraiment personnalisée, d’accès facile, à l’interface claire et agréable, et ce en une soirée, sans problème. Avec une petite fierté d’avoir tout fait et choisi seule!

Pour plus d’informations au sujet de la nouvelle version d’Ubuntu – 11.10 Oneiric Ocelo -, vous pouvez aussi consulter ces articles (ou le tester en ligne directement depuis votre navigateur web préféré) :

- Présentation par Tux-Planet

- Présentation par Le Libriste

- Présentation par Ubuntu-fr.org

- Présentation de Ubuntu sur le site officiel

D’ailleurs, si comme ma geekette vous avez aimez les nouveaux wallpappers Ubuntu, vous pouvez les télécharger ICI.

Après avoir installé pas mal de choses et fait pas mal d'essais... J'ai choisi de réinstaller mon PC avec la dernière version d'ubuntu.

Voici les différentes manipulations que j'ai effectué

Avant de tout casser

Table de partitions

Je récupère la table de partitions existantes afin de conserver les données présentes dans les répertoires /home et /usr/local

$ sudo fdisk -l /dev/sda Disque /dev/sda: 1500.3 Go, 1500301910016 octets 255 têtes, 63 secteurs/piste, 182401 cylindres Unités = cylindres de 16065 * 512 = 8225280 octets Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets Identifiant de disque : 0x000f39c6 Périphérique Amorce Début Fin Blocs Id Système /dev/sda1 * 1 4863 39062016 83 Linux /dev/sda2 4864 182401 1426073985 5 Etendue /dev/sda5 4864 10942 48829536 83 Linux /dev/sda6 181794 182401 4883728+ 82 Linux swap / Solaris /dev/sda7 10943 181793 1372360626 83 Linux $ sudo df -h Sys. de fichiers Taille Uti. Disp. Uti% Monté sur /dev/sda1 37G 9,1G 26G 27% / none 2,0G 708K 2,0G 1% /dev none 2,0G 248K 2,0G 1% /dev/shm none 2,0G 424K 2,0G 1% /var/run none 2,0G 8,0K 2,0G 1% /var/lock /dev/sda7 1,3T 666G 557G 55% /home /dev/sda5 46G 4,6G 39G 11% /usr/local

IDS utilisateur

pour que le montage des répertoires utilisateur soit lisible par défaut, j'ai récupéré les UIDS des utilisateurs du PC soit par l'outil de gestion des utilisateurs, soit en regardant dans le fichier /etc/password

Liste des paquets installés

Au cas ou j'aurai un oubli. Je ne compte pas recharger tous les paquets pour essayer de faire un système propre ....

$ sudo dpkg --get-selections > paquets.txt

Copie du répertoire /etc

Parce qu'il y a toujours une configuration qu' on a oublié ... (ex. nfs )

$sudo cp -Rfv /etc ~/tmp

Installation

Lors de l'installation

Voici les quelques configurations spécifiques que j'ai appliqué:

Screenshot_at_2011-10-13_19_49_16.png

Screenshot_at_2011-10-13_19_51_18.png

Configuration

Installation des pilotes nvidia

Capture_du_2011-10-14_00_02_08.png

Ajout du dépot Medibuntu

$wget -q http://packages.medibuntu.org/medibuntu-key.gpg -O- | sudo apt-key add - $sudo wget http://www.medibuntu.org/sources.list.d/`lsb_release -cs`.list --output-document=/etc/apt/sources.list.d/medibuntu.list $sudo apt-get update

Installation de divers paquets

$ sudo apt-get install w32codecs ubuntu-restricted-extras gstreamer0.10-plugins-bad gstreamer0.10-plugins-bad-multiverse openssh-server easytag tuxguitar nautilus-script-audio-convert nautilus-gksu nautilus-script-manager nautilus-wallpaper nautilus-filename-repairer htop xbindkeys compizconfig-settings-manager wine winetricks homebank openshot gnome-tweak-tool filezilla audacity indicator-messages-gtk2 gm-notify

Après tout ça, j'ai un système presque opérationnel :) Il ne me reste plus qu'à ajouter les outils de développement

13 Octobre 2011 à 08:46

Fêtez Ubuntu 11.10 via Ubuntu Party

Ubuntu 11.10 sort aujourd’hui jeudi 13 octobre et nous sommes sur que beaucoup d’entre vous attendent cela avec impatience. Nous aimons accompagner les sorties d’Ubuntu avec des événements ouverts à tous afin de permettre à tous les utilisateurs et futurs utilisateurs de se rencontrer et d’échanger leurs opinions, astuces et connaissances. Pour l’occasion, nous avons mis en ligne un site éphémère afin de recenser les événements qui nous ont été signalés. Retrouvez ce site à l’adresse http://ocelot.ubuntu-party.org/. Certaines rencontres nécessitent une inscription afin de prévoir un nombre de places suffisantes.

Si vous aussi vous souhaitez figurer sur ce site, n’hésitez pas à nous envoyer toutes les informations nécessaires en utilisant notre formulaire : http://ubuntu-party.org/contact/ (un petit bug vous fait croire qu’il ne marche pas mais nous recevons bien les soumissions). Nous pourrons également mettre en place pour vous notre système d’inscription si vous le souhaitez.

Nous vous souhaitons une bonne découverte ou redécouverte d’Ubuntu et de toutes les nouveautés qui le compose et espérons vous voir nombreux à tous ces événements.

  • vendredi 14 octobre : Release Party à Paris
  • vendredi 21 octobre : Release Party à Lyon
  • samedi 15 octobre : Barbecue et Install Party à La Celle Saint-Cloud
  • samedi 15 octobre : Install Party à Romorantin Lanthenay
  • samedi 5 novembre : Ubuntu Party à Bordeaux
  • vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 novembre : Ubuntu Party à Paris
  • samedi 16, dimanche 17 novembre : Ubuntu Party à Toulouse

Je suis un peu allergique à l’orange, donc en passant sous Gnome 3, j’ai essayé de trouver un moyen d’ajouter la pack d’icônes que j’utilisais sous Gnome 2 (le pack « Dropline Neu! » ). Alors voici comment j’ai procédé.

1 – Changer un thème d’icônes.

Pour changer un thème d’icônes nous avons besoins de l’utilitaire gnome-tweak-tool, s’il n’est pas installé il suffit de taper dans un terminal:

sudo apt-get install gnome-tweak-tool

On peut ensuite le lancer en tapant gnome-tweak-tool dans un terminal ou bien dans le menu Applications->Autre->Advanced Settings.

On peut ensuite changer le thème d’icônes dans la section Theme:

2 – Ajouter un thème d’icônes.

Le choix étant assez limité, on se demande rapidement comment ajouter un thème d’icônes. Heureusement quelques pack d’icônes fonctionnent sous Gnome 3. Il suffit de créer le répertoire .icons à la base notre répertoire personnel.

mkdir ~/.icons

Et y placer notre répertoire contenant notre pack d’icônes. On peut ensuite changer le thème d’icônes dans la section Theme de gnome-tweak-tool.

Également à lire.....

11 Octobre 2011 à 12:47

Barbecue Ubuntu via Ubuntu Party

Venez découvrir Ubuntu et les Logiciels Libres autour d’un barbecue !

Le samedi 15 Octobre à la MJC de la Celle Saint CLoud.
Une équipe d’animateurs passionnés vous accueillera de 10h à 17h et vous présentera les nombreuses applications du monde libre offrant une alternative sérieuse et gratuite à Windows.

Profitez de cet événement pour venir avec votre PC préféré (fixe ou portable) et vous faire aider pour installer et configurer ce merveilleux système d’exploitation.

Rencontre conviviale, barbecue mis gracieusement à votre disposition. Apportez vos saucisses et grillades !!!
Boisson et café offerts (dans la limite des stocks disponibles).

Entrée libre et gratuite

En voulant écrire un billet sur l’installation de Gnome 3 dans Oneiric, je suis tombé sur ce billet de Daylinux qui reprend le même thème:

Ubuntu 11.10, la prochaine mouture de Canonical, outre l’environnement par défaut proposant Unity, permet l’installation de Gnome Shell de façon très simple puisque celui-ci est disponible via la logithèque Ubuntu. Si vous souhaitez installer et tester Gnome Shell sur Oneiric suivez les instructions ci-dessous.

Ouvrez la logithèque Ubuntu puis, dans le champ de recherche, tapez ‘gnome’ (ou gnome shell).

Installez le paquet ‘Gnome Shell’

Déconnectez-vous de votre session puis dans le gestionnaire de session LightDM, cliquez le petit engrenage correspondant à votre nom. Dans le menu apparaissant, selectionnez ‘GNOME’ puis loguez vous.

Pour respecter le travail de l’auteur du billet original, celui-ci est placé sous la licence suivante: Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France (CC BY-NC-ND 2.0)

Source

Également à lire.....

Afin de réduire la fracture numérique, le Conseil Général des Deux-Sèvres a décidé depuis 2009 d’aider les collégiens titulaires d’une bourse en leur fournissant matériel, formation et aide à la connexion internet. Aujourd’hui, le Conseil Général met également des micro-ordinateurs à disposition des personnes âgées et des publics suivis par les travailleurs sociaux.

Les ordinateurs fournis par l’opération 5000 Micros proviennent de la Maaf. Il sont dans un premier temps « nettoyés » de toutes leurs données puis le matériel est vérifié afin d’être soit utilisé, soit mis au rebut. Les distributions 5000 micros sont dérivées d’Ubuntu 10.04 LTS mais il existe plusieurs choix sur le site Solid’R net : Lubuntu Associations, Ubuntu Collégiens et Solid’R net V3 (version de test).

Le réseau Solid’R net recherche pour parfaire cette distribution des testeurs de bonne volonté. Si vous êtes intéressés, rendez-vous sur la page dédiée de leur site afin de télécharger 5000 Micros.

Comme j’ai décidé d’essayer cette distribution dans VirtualBox, voici quelques captures d’écrans et commentaires.

Le premier écran permet de choisir soit le live CD, soit l’installation. C’est cette option que j’ai choisi.

Je suis arrivé sur la « mire » 5000 micros qui est en fait l’écran de chargement de l’installateur.

J’ai ensuite déroulé les différents écrans qui effectivement sont les mêmes que ceux d’une Ubuntu.

Enfin j’ai lancé l’installation.

Une fois l’installation terminée et l’ordinateur redémarré, on se retrouve sur l’écran de connexion GDM.

On notera au niveaux des applications par défaut la présence de ClamTk, Alexandria, PhpCompta, Grisbi, LibreOffice, PowerPoint Viewer, Évolution, Verbiste, GCompris, CaRMetal, Celestia, Childsplay, Dr Géo, TuxMath, Tux Typing, Dia, Gimp, Inkscape, Geekie, Opera, Thunderbird, etc…

A noter également la présence du contrôle parental Nanny

En bref, une distribution sur mesure proposée par le Conseil Général des Deux-Sèvres qu’il convient de saluer pour cette belle initiative.

Amusez-vous bien

 

Billets reliés

Pages