Planet

13 Décembre 2011 à 13:07

Et voici.. le numéro 53 ! via Full Circle Mag FR

Bonjour à toutes et à tous !

L'équipê du FCM en français est ravie de pouvoir vous présenter le numéro 53, celui de septembre 2011. Ses 51 pages sont pleines de bonne choses ! Il est disponible sur notre page Numéros ou en cliquant directement sur l'image ci-dessous.

issue53-fr.png

  • Tout d'abord, vous y trouverez la première partie d'une nouvelle série sur les sauvegardes qui devrait vous convaincre que celles-ci sont plus que nécessaires et à faire avec beaucoup de sérieux.
  • Il y a aussi la partie 27 de Comment programmer en Python, dédiée, cette fois-ci, aux files d'attente.
  • Un long article est consacré aux logiciels nécessaires - ou pas -pour « Ubuntu dans l'entreprise et dans l'éducation » : c'est la deuxième partie de cette série-là.
  • Vous pourrez lire la partie 8 de la série sur LibreOffice, qui continue en nous faisant une première présentation du module tableur ou feuille de calcul. En revanche, celle sur Gramps, le logiciel de généalogie, se termine dans ce numéro.
  • Quant aux critiques et aux opinions : Un professeur de musicologie nous présente sa façon d'utiliser des logiciels Open Source pour ses travaux musicaux.
  • Nous apprendrons pourquoi une petite majorité d'utilisateurs pensent qu'un client mail est toujours souhaitable, malgré l'essor des Webmails.
  • Linux Mint 11 nous est présenté de façon alléchante : conservateur, mais solide et fiable.
  • Il y a enfin la critique d'un nouveau jeux, VVVVVV, dont le format ressemble à celui d'un jeu sur un vieux Commodore 64, Les nostalgiques seront servis !

Vous trouverez aussi les rubriques habituelles,notamment les Q&R, les Courriels, Femmes d'Ubuntu ou Mon bureau...

Nous avons le bonheur d'accueillir de plus en plus de monde, mais il nous manque toujours des scribeurs. Par ailleurs, la relecture semble parfois délaissée au profit de la traduction, mais elle est tout autant nécessaire à une revue de bonne qualité. Il suffit de savoir lire ! Alors, n'hésitez pas à vous joindre à nous : plus on est de fous, plus on rit, surtout maintenant qu'il y a une extension tchat sur le Forum !!

Bonne lecture et à très bientôt !

Toute l'équipe du FCMfr

Si vous souhaitez accéder à un dossier ou un fichier en « Root » sous Ubuntu, vous devez ouvrir un terminal et entrer une commande du type

gksudo nautilus /usr/mon_fichier_à_ouvrir_en_root

Bien entendu, s’il s’agit d’un dossier ou fichier possédant uniquement les permissions « root », votre mot de passe vous est alors demandé par sécurité afin que n’importe qui ne puisse pas y apporter de modification ou pour que vous ne puissiez le supprimer par inadvertance.

Voici une astuce permettant d’effectuer la même action avec le même niveau de sécurité sans passer par le terminal mais en utilisant uniquement le clic droit de la souris.

Il suffit d’installer nautilus-gksu qui est présent dans les dépôts officiels d’Ubuntu en ouvrant un terminal en en entrant la commande

sudo apt-get install nautilus-gksu

Entrez ensuite la commande suivante

sudo cp /usr/lib/nautilus/extensions-2.0/libnautilus-gksu.so /usr/lib/nautilus/extensions-3.0/

Redémarrez enfin Nautilus à l’aide de la commande

nautilus -q

Amusez-vous bien

Source : Up Ubuntu

Billets reliés

12 Décembre 2011 à 06:33

Personnalisation d'Unity via Quack1

J'ai fait une découverte intéressante ce matin en lisant ma timeline. Un tweet d'@UbuntuFeed.

Un petit utilitaire permettant de personnaliser Unity, la nouvelle interface d'Ubuntu (nouvelle, pas tellement, puisqu'Unity est là depuis 2 versions déjà :-/ ). L'appli s'appelle myunity, et avait l'air sympa.

Donc j'ai voulu installer ça vite fait, mais en fait elle n'est pas encore présente dans les repositories officiels d'Ubuntu, donc il faut rajouter le ppa.

Somme toute, ça a pas été super long.

$ sudo add-apt-repository ppa:myunity/ppa && sudo apt-get update && sudo apt-get install myunity

Quand on rajoute le repository, j'ai eu un message me disant que l'application était déjà présente dans les sources officielles d'Ubuntu, en fait pas du tout. Il faut bien rajouter le ppa et mettre à jour l'index apt-get. Ensuite vous pouvez l'utiliser en lançant directement l'appli dans le terminal

$ myunity

Au final, après utilisation, je m'attendais quand même à mieux. MyUnity permet de régler la taille des icônes du dock, la transparence des icônes, la brillance de celles-ci.... J'espère que ce n'est qu'un début et qu'on pourra personnaliser Unity plus que ça dans les prochaines versions.

Normalement, myUnity sera officiellement présente dans les dépôts d'Ubuntu à partir de la 12.04. Espérons que le lancement d'une version LTS chez Ubuntu nous offrira un nouvel Unity :)

Si quelqu'un lit ce blog, et qu'en plus il a des solutions pour personnaliser Unity, je suis preneur ;)

12 Décembre 2011 à 06:33

Personnalisation d'Unity via Quack1

J'ai fait une découverte intéressante ce matin en lisant ma timeline. Un tweet d'@UbuntuFeed.

Un petit utilitaire permettant de personnaliser Unity, la nouvelle interface d'Ubuntu (nouvelle, pas tellement, puisqu'Unity est là depuis 2 versions déjà :-/ ). L'appli s'appelle myunity, et avait l'air sympa.

Donc j'ai voulu installer ça vite fait, mais en fait elle n'est pas encore présente dans les repositories officiels d'Ubuntu, donc il faut rajouter le ppa.

Somme toute, ça a pas été super long.

$ sudo add-apt-repository ppa:myunity/ppa && sudo apt-get update && sudo apt-get install myunity

Quand on rajoute le repository, j'ai eu un message me disant que l'application était déjà présente dans les sources officielles d'Ubuntu, en fait pas du tout. Il faut bien rajouter le ppa et mettre à jour l'index apt-get. Ensuite vous pouvez l'utiliser en lançant directement l'appli dans le terminal

$ myunity

Au final, après utilisation, je m'attendais quand même à mieux. MyUnity permet de régler la taille des icônes du dock, la transparence des icônes, la brillance de celles-ci.... J'espère que ce n'est qu'un début et qu'on pourra personnaliser Unity plus que ça dans les prochaines versions.

Normalement, myUnity sera officiellement présente dans les dépôts d'Ubuntu à partir de la 12.04. Espérons que le lancement d'une version LTS chez Ubuntu nous offrira un nouvel Unity :)

Si quelqu'un lit ce blog, et qu'en plus il a des solutions pour personnaliser Unity, je suis preneur ;)

Google Chrome qui passe devant Firefox (dans le Monde pas en France) et Linux Mint désormais plus « populaire » que Ubuntu, c’est la guerre des chiffres dans le monde des navigateurs et de distrubutions GNU/Linux.

Cela ne pouvais que inspirer notre ami Gee…

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Crédit : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)

07 Décembre 2011 à 18:35

Configurez facilement Unity avec MyUnity via Clapico

MyUnity est une application permettant de configurer facilement et intuitivement l’environnement Unity des dernières versions d’Ubuntu. Plusieurs onglets permettent d’accéder à différents réglages concernant le dock, le dash, le tableau de bord, le bureau et la police de caractère.

  • Le Dock

Cet onglet permet de modifier la taille des icônes du dock ainsi que leur apparence mais également le comportement de ce dernier.

  • Le Dash

En principe vous pouvez ici modifier le flou du dash mais personnellement je n’ai pas vu de réelle différence en essayant les réglages proposés.

  • Le tableau de bord

Les réglages proposés actuellement dans cette onglet concernent le degré de transparence du tableau de bord.

  • Le Bureau

Cette fonction permet de faire apparaitre ou non sur le bureau le dossier personnel, le réseau, les différents périphériques ainsi que la corbeille.

  • La police

C’est sur ce dernier onglet que l’on peut choisir la police qu’utilisera le système ainsi que sa taille.

Si vous souhaitez installer MyUbuntu sur votre système, sachez que ce dernier n’est pas (encore) disponible dans les dépôts officiels des versions 11.04 Natty Narwhal et 11.10 Oneiric Ocelot et que vous ne devez donc le faire qu’en toute connaissance de cause même s’il y a fort à parier que MyUnity soit intégré dans les dépôts d’Ubuntu 12.04 Precise Pangolin car lorsque l’on ajoute le ppa, le terminal retourne le message suivant :

If you are using Precise (the current development release, which in time will become 11.10), please don’t use this PPA: MyUnity is already availble from Ubuntu Archive through Ubuntu Software Center.
More info: https://launchpad.net/~myunity/+archive/ppa

MyUnity fonctionne tant sur Ubuntu 11.04 que 11.10 mais comme le montre la capture ci-dessous, tous les réglages ne sont pas disponibles sous Natty Narwhal.

Pour installer MyUnity, il suffit d’entrer dans un terminal la commande :

sudo apt-add-repository ppa:myunity/ppa && sudo apt-get update && sudo apt-get install myunity

MyUnity est accessible à partir du dash (j’ai du rebooter ma machine pour le voir apparaître).

Amusez-vous bien.

Source : Ubuntued

Billets reliés

Si depuis l’installation d’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot vous n’entendez plus de musique à l’ouverture de votre session et que cette dernière vous manque, voici une manière simple de la réactiver.

Il convient en fait de copier l’intégralité des fichiers se trouvant dans le dossier « stereo » (/usr/share/sounds/ubuntu/stereo/) à l’intérieur du dossier « sounds » (/usr/share/sounds/)


Pour effectuer cette opération, il suffit d’ouvrir un terminal et d’entrer la commande suivante :

sudo cp /usr/share/sounds/ubuntu/stereo/* /usr/share/sounds/

Les fichiers sont désormais dans le dossier « sounds »


Lors de votre prochaine connexion, le son d’accueil sera alors actif.

Amusez-vous bien

Billets reliés

05 Décembre 2011 à 06:00

[TEST] PC LDLC Vulcain SP2 via Geek de France

 

LDLC.com a décidé il y a quelques temps d’étoffer son offre par un ensemble de PC portables sans OS. A l’occasion de la sortie de la nouvelle version d’Ubuntu et dans l’objectif de tester le guide de tux-planet, j’ai eu l’occasion de tester l’un de ces modèles, le Vulcain SP2-2-S10.

Pour commencer, je vous propose une courte vidéo de présentation de la bête :

Le Vulcain SP2 est en fait un châssis Textorm M13A SU7300, équipé et vendu par LDLC sous son nom. Celui-ci embarque un processeur Intel SU7300, de 2Go de RAM, 120 de SSD, une webcam (JMicron 1,3MP), le WIFI et le Bluetooth pour un écran 13 pouces.

Accessoires

Le Vulcain est vendu sans OS mais pas sans accessoires. En effet, il est proposé avec un pavé numérique USB et une housse néoprène griffés LDLC. C’est une bonne attention qui apporte une plus-value au PC (surtout la housse).

Design et ergonomie

En terme de design, ce PC est vraiment bonne surprise. Alors que je m’attendais à une machine insipide, dont le pedigree chinois ne ferait aucun doute, le Vulcain a une bouille plutôt réussie et sobre. La coque est en plastique, imitant le métal brossé, de couleur bronze (et non pas gris/maronnâtre comme je le dis dans ma vidéo…). En y regardant de plus près, on constate qu’au niveau de la charnière, les plastiques du châssis sont un peu moins rigides, sans pour autant paraître faiblards.

Le Vulcain est plutôt fin (2.2cm), particulièrement léger et assez petit grâce à son écran 13pouces. De fait, son gabarit le prépare à un usage nomade.

Cette petite taille s’assortit d’une connectique réduite à l’essentiel :

  • sur le flanc gauche : deux prises USB, un lecteur SD/XD Pro, une prise VGA et la prise chargeur électrique
  • sur le flanc droit : un port USB, les entrée/sortie jack, une prise RJ45, un port antivol et une ouïe d’aération

Pas de lecteur CD/DVD qui prendrait trop de place, il faudra installer son OS depuis une clé USB ou un lecteur DVD externe. Je trouve dommage que le branchement électrique se fasse sur le côté, ce que je trouve moins pratique…

On ouvre la machine (qui ne se ferme pas par une saleté de petit clip qui se casse au bout d’un an, merci ldlc/textorm) sur un ensemble châssis/clavier/touchpad noir agrémenté de touche de gris métal chromé. A gauche du clavier on retrouve 5 LED qui indiquent la charge, les accès SSD, le verrouillage majuscule, le verrouillage numérique et le WIFI.  Au dessus du clavier, 3 boutons permettent d’allumer le PC, d’activer/désactiver le WIFI et de réduire la luminosité de l’écran.

A l’usage, on s’habitue très vite à la disposition des  touches du clavier et il est fort agréable à utiliser. C’est moins vrai pour le touchpad qui n’est pas spécialement agréable, ni précis.

Sous la machine, la batterie s’intègre parfaitement au châssis et ne boudine pas l’ordinateur. C’est la seule pièce amovible directement sous le PC. Sous celle-ci, on trouve une encoche pour insérer une SIM (3G?).

Voici une galerie photo de la bête pour vous faire une idée :

[Show as slideshow] [View with PicLens] p1060749x800 p1060751x800 p1060752x800 p1060753x800 p1060754x800 p1060755x800 p1060756x800 p1060757x800 p1060758x800 p1060759x800 p1060761x800 p1060762x800 p1060763x800 p1060764x800 p1060765x800 p1060766x800 p1060767x800 p1060771x800 p1060773x800

Démontage et accès RAM/HDD

LDLC le permettant avec maintien de la garantie, je vous propose d’ouvrir la machine pour une éventuelle upgrade. Pour ce faire, il va falloir retirer les 9 vis du châssis (cf. photo ci dessous). Puis, on glisse le capot vers soi pour le démonter. La RAM et le disque dur sont facilement accessibles. Sur ce modèle, LDLC intègre par défaut un SSD OCZ de 120Go et 2 Go de RAM.

Disque dur  et RAM sont les seuls éléments remplaçables par soi-même sans perte de garantie constructeur. La carte WIFI, aussi,  peut-être remplacée mais sans maintien de la garantie.

Allez Van Dame, full Contact!

Allumons donc la bête puis installons-y quelques OS pour s’assurer de sa compatibilité out-of-the-box (ou pas). Pour ce test, j’ai installé sur le Vulcain les OS suivants :

  • Windows 7 x32
  • Windows 7 x64
  • Windows 8 developer preview  x64
  • Ubuntu 11.10 x32 – (Unity et Gnome Shell)
  • Ubuntu 11.10 x64 – (Unity et Gnome Shell)

Pour installer les OS Windows à l’aide d’une clé USB, j’ai utilisé l’utilitaire Windows 7 USB/DVD download tool de Microsoft. Pour Ubuntu, j’ai utilisé Unetbootin.

Windows 7 oui, mais x32 de préférence

Le PC  est vendu comme compatible Windows 7 et fourni avec un CD de drivers. Malheureusement, les drivers ne sont fournis que pour la version x32 du système d’exploitation. Ce n’est pas spécialement pénalisant puisque seul un driver n’est pas reconnu (je ne suis pas parvenu à trouver lequel pour en forcer l’installation) et que le système 7 x64 fonctionne parfaitement sur le Vulcain.

Si la machine s’en sort plutôt bien sous Windows 7, notamment grâce à son SSD, elle n’obtient une note de performance que de 3,1/7,9.

Attention toutefois : les drivers fournis (sur CD pour un PC qui n’en a pas le lecteur…) ne sont pas proposés au téléchargement par Textorm sur son site Internet. Ne le perdez donc pas!

Windows 8, Windows 7 interfacé?

Le support matériel du Textorm sous Windows 8 developer preview  est tout à fait identique à celui de Windows 7. De fait, le problème de drivers est le même que sous Windows 7 pour la version x64. Après, le système Windows 8, prévu pour les tablettes est très léger. Je le trouve malgré tout, par son interface, inadapté à ce type de PC mais ici, la faute revient à Windows 8.

Presque taillé pour Ubuntu

Je dis presque car si le PC est out-of-the-box compatible avec la dernière version de Ubuntu en date (11.10), les touches de fonction fonctionnent sans indications, ce qui rend difficile le fait de savoir si sa webcam est active, etc.

La machine est assez puissante pour encaisser sans problème les interfaces performancophages que sont Unity et Gnome Shell. Malgré tout, la carte vidéo est loin d’être ultra puissante. Elle renvoie un résultat de à la commande glxgears un FPS de 59.516 images par secondes.

timcruz@DeLorean:~$ glxinfo | grep « direct rendering »

direct rendering: Yes

timcruz@DeLorean:~$ glxgears

Running synchronized to the vertical refresh.  The framerate should be

approximately the same as the monitor refresh rate.

298 frames in 5.0 seconds = 59.516 FPS

Le PC est tout de même capable de lire une vidéo HD en 1080p sans problème. Tant pour la version x32 que x64, le support est complet (ce qui est logique). Pour les curieux, voici une copie du lspci et lsusb de la bête : lspci_lsusb (9).

J’ai malgré tout rencontré quelques petits bugs sous Ubuntu que je n’ai pas connus sous Windows, toutes versions confondues :

  • lag du poste pendant une 20aine de secondes une fois la session ouverte. Je pense que le problème peut venir d’un support incomplet du SSD, pourtant j’ai appliqué les différentes configurations recommandées dans la doc Ubuntu.
  • arrêt incomplet du poste qui vide toute sa batterie. D’ailleurs, le problème n’a absolument pas lieu si on éteint le PC avec la commande sudo poweroff.
  • le PC a aussi rencontré un ou deux kernel panic lors du branchement de disques USB.

Malgré ces quelques problèmes, le PC tournant parfaitement sous Ubuntu, je dois avouer que durant mon test, je n’ai presque jamais eu à revenir sous Windows. La machine est tout à fait adaptée au système Linux et celui-ci est taillé sur mesure pour l’usage auquel ce genre de poste est dévolu (web/multimédia).

Performances générales

Comme je le disais plus haut, la puce vidéo qui équipe le Vulcain est loin d’être la plus puissante qui existe. De fait, la machine se retrouve vite à la traîne pour ce qui est jeux vidéos et 3D mais sait traiter les vidéos HD. Toutefois, les performances du Vulcain sont peu au dessus de celles des netbooks les plus puissants. Cela s’explique surtout par le fait que la plate-forme SU7300 de Intel est maintenant un peu vieillissante (mais nettement plus abordable que son équivalent pour ultrabook) face aux puces AMD Brasos.

La machine est donc beaucoup plus à l’aise pour un usage multimédia/web/chat, etc. D’ailleurs, si vous désirez vous faire une idée de la performance de la webcam, voici une photo prise avec :

En terme d’autonomie, la puce Intel ne s’en sort pas trop mal et permet au Vulcain d’offrir une autonomie mesurée – en utilisation web/multimedia, wifi activé – sous Linux de 4h00, pour 4h20 sous Windows. Elle peut encore être améliorée grâce à des utilitaires tels que Jupiter qui optimisent la puissance délivrée en fonction du besoin réel. En désactivant les puces inutiles comme la webcam ou le WIFI selon l’usage voulu, on peut réussir à flirter avec les 5heures d’autonomie en usage multimédia.

Caractéristiques techniques

ModèleLDLC Vulcain SP2-2-S10 (Textorm M13A SU7300)Système d’exploitationaucun – compatible Windows 7 et Ubuntu 11.10 (noyau Linux 3.0)ProcesseurIntel Core 2 Duo SU7300 (1.3 GHz – FSB 800 MHz – Cache 3 Mo)ChipsetMobile Intel GS45 ExpressMémoire RAM2Go DDR2 800 – PC2-6400StockageSSD OCZ 120Go SATA3Lecteur de carteMemory Stick, Multimedia Card, SD (Secure Digital)RéseauEthernet 10/100 Mbps – WiFi N 150MbpsConnectiquesBluetooth – 1 x Casque (Jack 3.5mm Femelle), 1 x Micro (Jack 3.5mm Femelle), 1 x RJ45, 2 x USB 2.0, VGA (D-sub 15 Femelle)Batterie6500 mAh – 4 cellules (Autonomie annoncée 5,5h – mesurée 4h20)

 

L’avis de la geekette

Seul (gros) bémol: le touchpad: je ne m’y suis toujours pas faite! Sinon ce serait pour ce genre de PC que je quitterais mon netbook. Son format est idéal pour mon usage quotidien, il est si léger qu’il permet de travailler dans le canapé, il est rapide (pour les impatients comme moi), son clavier est agréable et silencieux, et en plus sa robe bronze brossée est vraiment belle et originale!

 

Mon avis sur le Vulcain SP2

Pour juger le Vulcain SP2, il faut avant tout le replacer dans son contexte. En proposant à la vente des PC portables sans OS, LDLC vise un public geek susceptible d’y installer un système alternatif. J’ai clairement l’impression d’être dans la cible visée et honnêtement, je pense que la machine tient ses promesses : rapidité, support multi-OS et performances. Si quelques bugs ternissent le tableau, le poste fonctionne d’une façon très agréable. Le faible poids et le gabarit de la machine en font une machine nomade de premier ordre et comble aisément les lacunes des netbooks : performances, écran et résolution.

03 Décembre 2011 à 09:40

Sauvegarde incrémentale du blog via Littlewing

Voici un billet rapide expliquant la procédure que j'ai mise en œuvre pour faire des sauvegardes incrémentales de mon blog, tout du moins la partie WEB ( je n'ai pas la main sur la base de données ). J'effectue la sauvegarde grâce à rsync. Par défaut, cet outil ne supporte pas FTP. On peut néanmoins utiliser curlftpfs qui permet de monter une arborescence FTP dans le système de fichier.

Remarque : J'ai fait ces manipulations sur mon PC ubuntu 11.10 mais c'est reproductible sur toute distribution GNU/LINUX.

Pré-requis

$ sudo apt-get install curlftpfs rsync

Montage de l’arborescence distante

dans le fichier /etc/fstab, ajouter la ligne suivante:

curlftpfs#monID:monPASSWORD@monftpserver monchemindemontage fuse rw,user,allow_other,uid=1000,_netdev,noauto 0 0

Pour monter l’arborescence :

$sudo mount monchemindemontage

Lancement de la sauvegarde

rsync -rtv --progress monchemindemontage monrepertoiredesauvegarde

Bonjour à toutes et à tous !

Voici la question que Ronnie pose dans le numéro 55 du FCM, celui de novembre 2011 :

« Aimeriez-vous participer à une réunion mensuelle informelle sur IRC avec l'équipe du FCM ?

Pour donner votre réponse, allez à http://goo.gl/BEuYb».

En cliquant sur le lien, vous arriverez à une question principale et à plusieurs sous-questions (pourvues, celles-là, de menus déroulants). La question principale est la suivante :

Si nous organisons une réunion mensuelle, pensez-vous être intéressé ? Les réunions seraient très informelles et vous donneriez, à vous les lecteurs, l'occasion de communiquer vos idées et vos pensées à l'équipe du FCM.

La première sous-question est : Vous joindriez-vous à nous sur IRC une fois par mois ? Et les réponses possibles sont Peut-être... (Maybe), Oui, sans aucun doute ! (Yes, defnitely !), Non, c'est pas mon truc (Nah, not my kinda thing), et Oui, mais je ne suis pas certain de savoir comment faire fonctionner l'IRC (Yes, but I'm not sure how to work IRC).

La deuxième : Pas sur IRC. Peut-on utiliser ceci à la place ? Là il y a un cadre où vous pouvez mettre votre suggestion.

Troisième question : Quel jour vous convient le mieux ? (choisissez tous les jours ou vous seriez libre d'assister à une telle réunion). Vous pouvez cocher tous les jours que vous voulez - la liste commence avec lundi (Monday).

Ensuite : Quelle semaine du mois vous convient le mieux ? Cochez tout ce qui vous convient. La première, la deuxième, la troisieme ou la quatrième.

Et quelles heures (en TU) vous conviennent le mieux ? 18-19h (TU), 19-20h (TU), 21-22h (TU) 22-23h (TU) ou 23-24h (TU). N.B. TU = Temps universel, ce que les anglais appellent Greenwich Mean Time ou GMT. Actuellement, la France est à TU +1.

Enfin, Votre commentaire (Soyez bref, s'il vous plaît).

Comme toujours, nous sommes prêts à traduire votre commentaire, le cas échéant. Il suffit de nous l'envoyer à webmaster@fullcirclemag.fr et nous le rendrons en anglais tout de suite, ou presque !

À bientôt !

L'équipe du FCM en français.

Pages