Planet

Je fais régulièrement des vidéos (comme beaucoup d’entre vous sûrement) avec mon camescope HD et les transfère ensuite sur mon PC afin d’en faire une sauvegarde ou de les retravailler pour y ajouter de la musique et des textes.

J’utilise pour cela 2 principaux logiciels : Openshot et FFdiaporama. Chacun a ses avantages et ses inconvénients, mais ce n’est pas le propos de cet article. Les vidéos faites avec les camescopes compacts peuvent se révéler tremblantes suivant les conditions dans lesquelles vous avez fait la prise de vues (marche, course, vélo, etc ..) . Même si le stabilisateur est enclenché, on peut voir le tremblement de façon plus ou moins prononcé.

Dans cet article je vais vous présenter comment on peut rendre un film fluide sans tremblements afin de le rendre agréable à regarder, surtout pour des clips vidéos.

Pour celà je vais partir d’une séquence vidéo sur la cote de granit rose.

Voici par exemple, un bout de vidéo avant et après la stabilisation. le résultat est assez parlant.

J’ai donc chercher comment faire de la stabilisation sous Linux. D’après ce que j’ai vu,il y a trois méthodes dont 2 qui partent de la même base. Il existe un plugin de stabilisation Vid.Stab qui peut etre utilisé par le programme trancode et par le programme melt.

  1. Transcode avec le plugin Vid.stab
  2. Melt avec le plugin Vid.stab
  3. Virtualdub (sous wine) avec le plugin Deshaker.

1) Transcode avec le plugin Vid.stab

L’installation est relativement simple. Il suffit de télécharger le plugin sur la page Download du plugin et d’installer les fichiers contenus dans le zip dans le répertoire /usr/lib/transcode. Ensuite, il faut lancer 2 commandes transcode pour faire la stabilisation : une pour faire l’analyse du fichier vidéo et l’autre pour faire la stabilisation.

Vous pouvez consulter l’article suivant pour plus d’infos :

J’ai fait l’essai et ca n’a pas été vraiment concluant. En fait je pense que tout est une histoire de paramètres, et qu’il faut donc faire pas mal de test avant d’avoir une bonne configuration. Je pense qu’il faut que je refasse des essais.

2) Melt avec le plugin Vid.stab

Attention : les manipulations ci-dessous sont a faire en toute connaissance de cause du fait de l’ajout de repository pour les programmes.

Avant que vous ne vous lanciez dans cette manipulation (qui peut fonctionner pour certains) , je tiens a vous dire que de mon coté ça n’a pas fonctionné du tout et en plus que ça a un peu modifié ma config ubuntu en désinstallant pas mal de choses. Donc faites attention aux manipulations.

Je suis parti de l’article Ubuntu – Stabilize your camcorder video with MELT & vid.stab pour faire tout celà. Les conditions pour faire cette manipulation sont les suivantes :

  • Avoir FFMPEG en version 0.9 ou +
  • Avoir MLT en version 0.7.6 ou +

Voyons donc les version des outils présents sur la machine :

FFMPEG :

ffmpeg –version (attention 2 tirets)
ffmpeg version 0.7.3-4:0.7.3-0ubuntu0.11.10.1, Copyright (c) 2000-2011 the Libav developers

MELT

melt –version
MLT melt 0.7.4

Donc, on voit ici que les versions sont incorrectes pour ce que je veux faire. Il faut donc installer les nouvelles version avec un nouveau dépôt. Je me suis pris pas mal la tête entre les installations de paquets qui désinstallent d’autres, et ainsi de suite avant de tomber sur ce message sur le forum  : http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=834251

Cependant, rien a faire, je n’y arrive pas, le programme melt m’indique une erreur de codecs etc …  et j’abandonne là dessus .

3) Virtualdub (sous wine) avec le plugin Deshaker.

Là c’est une manipulation carrément différente, car on utilise un programme Windows dans le moteur Wine bien connu des linuxiens. Le principe est d’utiliser Virtualdub avec un plugin de stabilisation (deshaker). Pour tout ceci , j’ai utilisé le didacticiel suivant : HowTo install VirtualDub under wine with deshaker plugin . Le principe est de faire les choses suivantes:

  • Installer Wine
  • Télécharger Virtualdub et l’installer
  • Télécharger et installer les codecs Vidéo/Audio pour Windows ffdshow
  • Télécharger et installer les codecs Xvid
  • Télécharger et installer le plugin de stabilisation(deshaker)

Je vous laisse le soin de suivre le tutoriel pour toute cette phase d’installation, ce n’est pas très compliqué à faire. Une fois ceci fait passons donc à la pratique.

Ce que je veux faire , c’est passer mes videos MTS (format HD) à travers une phase de stabilisation en vue d’en faire un petit clip vidéo par exemple. Je vais donc procéder de la suite dans un petit script shell unix.

  1. Convertir ma vidéo en fichier AVI pour virtualdub car celui ci n’accepte pas les fichiers MTS d’origine.
  2. Lancer une phase Virtualdub d’analyse de la vidéo (phase 1)
  3. Lancer la phase Virtualdub de stabilisation
  4. Le script final

1) Conversion MTS en AVI

Une commande très simple ffmpeg permet de faire le travail :

2) Analyse de la vidéo

Cette phase 1 est assez longue car Virtualdub teste la vidéo afin de déterminer les endroits où il y a tremblement. Pour ce faire, il suffit de charger la vidéo avec VirtualDub , d’appliquer le filtre Deshaker et de le configurer avec toutes les valeurs par défaut. Pour lancer , l’analyse il suffit de sélectionner le menu Vidéo :

Il faut aussi penser à configurer la compression Vidéo au format xvid, sinon le logiciel ne fera pas de compression et vous vous retrouverez avec un gros fichier en sortie (par exemple 2 go pour 6 secondes de vidéos …). Pour ce faire, dans le menu Vidéo , puis compression , il faut appliquer la compression Xvid

3) Stabilisation

Dans cette phase 2 qui est plus rapide que la précédente, Virtualdub va prendre ses informations saisies en phase 1) afin de générer une vidéo stabilisée. Cependant, pour faire ce travail, virtualdub réajuste chaque image de la vidéo afin d’éviter le tremblement. Ce qui conduit au final avec une vidéo avec des bords tremblants noirs. Il faut donc les supprimer de la vidéo finale. Pour ce faire il faut sélectionner le menu Edge compensation à la valeur : Adaptive zoom full

A noter : Je pense qu’il faut passer pas mal de temps pour bien configurer le plugin deshaker afin d’obtenir un résultat bien fluide. J’ai remarqué sur certaines séquences qu’il y avait des sauts du fait d’un gros tremblement ou sursaut de ma vidéo. Je pense qu’une configuration sur la sensibilité des sauts est sûrement possible pour parfaire le tout.

4) Le script

J’aime bien les scripts, je n’aime pas les choses répétitives donc je préfère passer un peu de temps a écrire et peaufiner les scripts pour en gagner plus tard.

Il faut d’abord enregistrer le travail que Virtualdub doit faire , c’est à dire les 2 passes du plugin deshaker ainsi que le compression xvid. Pour faire celà c’est très simple. On va créer 2 fichiers : un pour la phase 1 et un second pour la phase 2. Ces 2 fichiers ( process-ph1.vcf et process-ph2.vcf ) sont crées simplement par virtualdub avec la méthode suivante :

  • a) Ajouter et Configurer le plugin Deshaker. Positionner en phase 1.
  • b) Mettre la compression XVID
  • c) Dans le menu Fichier, sélectionner -> Save Processing Settings et enregistrer en donnant un nom de fichier.

d) Refaire la meme chose pour la phase 2 du plugin Deshaker.

Voilà qui est donc fait pour la configuration de Virtualdub. Maintenant je positionne ces scripts à l’endroit où son mes vidéos pour simplifier la chose.

La script (gen-stab.sh) devra donc faire les choses suivantes :

  • a) Convertir les fichiers MTS en AVI
  • b) Lancer la phase 1 de la stabilisation avec le fichier process-ph1.vcf
  • c) Lancer la phase 2 de la stabilisation avec le fichier process-ph2.vcf et créer le fichier « stabilisé »

Voici donc les script , rien de bien compliqué :

MTSDIR=/media/DDSVG/David/camescope/videos
WORKDIR=/work/ClipGranitRose2/AVI
WINDIR=/home/roozeec/Vidéos/VirtualDub

ffmpeg -y -i $MTSDIR/$1.MTS -f avi -aspect 16:9 -vcodec mpeg4 -b 8000000 -acodec ac3 -ab 128000 -s 704×384 $WORKDIR/$1-conv.avi

cd $WORKDIR
wine $WINDIR/VirtualDub.exe /c /s process-ph1.vcf /p $1-conv.avi temp.mp4 /r /x;
wine $WINDIR/VirtualDub.exe /c /s process-ph2.vcf /p $1-conv.avi $1-stab.avi /r /x;
rm temp.mp4

Pour le lancer, c’est très simple , il prend un paramètre donnant le numéro de la vidéo. Par exemple mon fichier MTS est 03102.MTS , je lance donc la script de cette facon : gen-stab.sh 03102 , il généra donc un fichier 03102-stab.avi

Maintenant, ca donne quoi au final ? Voici une vidéos de la cote de granit rose avec à gauche la vidéos stabilisée et à droit la vidéo originale :
Voilà vous savez tout , il faut passer quand même pas mal de temps , je pense , sur la configuration pour avoir un résultat satisfaisant pour les vidéos qui contiennent un tremblement prononcé.

Telecharger l'article au format PDF

Petite commande utile, pour voir quels sont les packages qui sont installés sur votre machine, pour générer un script de réinstall à l'arrache par exemple, ou pour avoir une base.

On va utiliser la commande dpkg-query, qui permet d'interroger la base de données des paquetages installés.

sudo dpkg-query -Wf '${Installed-Size} - ${Package} n' | sort -n

On prend tous les paquets installés, en filtrant la sortie avec un format, qui n'affichera que la taille installée, ainsi que le nom. Le sort permet de trier par ordre croissant de taille.

Source

Petite commande utile, pour voir quels sont les packages qui sont installés sur votre machine, pour générer un script de réinstall à l'arrache par exemple, ou pour avoir une base.

On va utiliser la commande dpkg-query, qui permet d'interroger la base de données des paquetages installés.

sudo dpkg-query -Wf '${Installed-Size} - ${Package} n' | sort -n

On prend tous les paquets installés, en filtrant la sortie avec un format, qui n'affichera que la taille installée, ainsi que le nom. Le sort permet de trier par ordre croissant de taille.

Source

26 Mars 2012 à 07:00

Cinnamon mon amour via Geek de France

L’interface ne fait pas tout. Malgré tout,très souvent les efforts d’ergonomie ont un effet indéniable en terme de succès d’une solution logicielle. A ce sujet, l’arrivée de Unity et le développement de Gnome Shell sont de très bons points.En effet, le développement de ces système d’interface et les remous qu’ils ont provoqués ont amené à une réflexion générale quant aux besoins d’ergonomie qu’il fallait combler pour nos systèmes Linux. C’est dans ce contexte particulier que les développeurs de Linux Mint ont décidé de développer une nouvelle interface : Cinnamon.

Utilisateur de Linux Mint, j’étais assez déçu du travail d’amélioration de Gnome Shell pour Linux Mint 12 Julia. J’ai donc décidé de tester cette nouvelle interface (je sais, Cinnamon n’est pas seulement une Interface mais un fork complet de Gnome Shell). Présent dans les dépots de Mint, il m’a simplement fallu choisir le paquet Cinnamon dans le gestionnaire de logiciel pour en installer la version 1.4.

Si vous utiliser la distribution Ubuntu, un dépot existe également et Cinnamon peut être installer via les commandes :

sudo add-apt-repository ppa:gwendal-lebihan-dev/cinnamon-stable sudo apt-get update sudo apt-get install cinnamon

Pour les autres distributions, vous pouvez vous rendre à cette adresse pour trouver les procédures d’installations.

Cinnamon ça donne quoi?

Cinnamon reprend un menu proche de celui  de Linux Mint à l’époque de la version 9. L’idée n’est pas d’avoir un dock ou un panel comme sous Gnome Shell mais un menu rassemblant toutes les applications par catégorie.

Malgré tout, pour assurer la pérennité du projet, Cinamon repose sur Gnome Shell, ce que l’on peut vite voir avec les infobulles esthétiquement proches de celles de Gnome Shell.

L’interface peut simplement être paramétrée pour s’adapter à ses goûts et agrémentée d’extensions pour en parfaire l’usage (disponibles au téléchargement ici). Le thème peut également être modifié par une série disponible au téléchargement ici.

Du reste, l’interface sublime Gnome Shell en en reprenant les points forts mais en en faisant disparaître les faiblesses. La primeur est laissée à la simplicité avec Cinnamon ; point d’obligation de nouvelles habitudes, point d’interface adaptée au tactile (arrêtez de nous vendre des interface pour des marchés sur lequel votre présence est proche du néant messieurs les développeurs). Du fait, on se retrouve avec une interface légère, rapide et simple de prise en main.

Si je reste assez fan du travail réalisé avec Gnome Shell, les nombreux utilisateurs qui ne trouvent pas leur compte avec cette interface devraient se régaler avec Cinnamon. Ma geekette, qui est de ceux qui n’aiment pas Gnome Shell, va j’en suis sur raffoler de Cinnamon. Après, il est sur qu’il manque encore quelques points à cette interface pour être aussi aboutie que l’était celle de Mint 9 mais du bon chemin a été parcouru et le développement de Cinnamon est assez rapide. Mon avis est bien sûr subjectif mais je pense que beaucoup d’entre vous devraient tester cette interface et risqueraient comme moi d’en tomber amoureux!

Banshee

Alors qu'il sera remplacé par Rhythmbox comme lecteur musical par défaut sur Ubuntu 12.04, la dernière release de Banshee, version 2.4, vient de sortir.

Au programme : des corrections de bugs, mais aussi de nouvelles fonctionnalités, comme le support des DVD, la gestion de plateformes musicales en ligne comme Amazon, la synchro des playlists iPod/iPhone, Android....

Bref, c'est pour moi le lecteur multimédia le plus complet pour Linux.

Pour le mettre à jour, il suffit juste de rajouter le PPA des développeurs :

sudo add-apt-repository ppa:banshee-team/ppa && sudo apt-get update && sudo apt-get install banshee

Enjoy ;)

Banshee

Alors qu'il sera remplacé par Rhythmbox comme lecteur musical par défaut sur Ubuntu 12.04, la dernière release de Banshee, version 2.4, vient de sortir.

Au programme : des corrections de bugs, mais aussi de nouvelles fonctionnalités, comme le support des DVD, la gestion de plateformes musicales en ligne comme Amazon, la synchro des playlists iPod/iPhone, Android....

Bref, c'est pour moi le lecteur multimédia le plus complet pour Linux.

Pour le mettre à jour, il suffit juste de rajouter le PPA des développeurs :

sudo add-apt-repository ppa:banshee-team/ppa && sudo apt-get update && sudo apt-get install banshee

Enjoy ;)

25 Mars 2012 à 08:35

MComix, un lecteur de BD pour Ubuntu via Clapico

MComix est un fork de l’ancien projet Comix arrêté fin 2009 auquel ont été ajoutées des corrections de bugs et des améliorations de la stabilité.
MComix est à l’origine une visionneuse d’image hautement personnalisable conçue spécifiquement pour gérer la bande dessinée et qui peut lire les images au format ZIP, RAR, 7Zip ou des archives TAR ainsi que de simples fichiers d’image.

Si vous souhaitez utiliser  MComix dans Ubuntu 12.04 Precise Pangolin ou Ubuntu 11,10 Oneiric Ocelot, vous devez au préalable installer le paquet suivant en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

sudo apt-get install python-setuptools

Vous devez ensuite télécharger la  dernière version de MComix depuis Sourceforge puis extraire le dossier mcomix-0.97.1 (n° de version actuel) du dossier tar.bz2 téléchargé en le mettant dans votre dossier « Documents ».

Rendez vous à cet emplacement dans le terminal en entrant la commande :

cd ~/Documents/mcomix-0.97.1/ (Verifiez le numéro de la version)

Lancez alors la commande suivante :

sudo python setup.py install

Pour lance MComix, vous devez appuyer simultanément sur les touches [Alt] et [F2] de votre clavier et entrer la commande

mcomix

MComix est également disponible pour d’autres distributions Linux ainsi que pour Windows sur cette page.

Vous pouvez trouver des BD libres sur le site The Digital Comic Museum pour lequel une simple inscription suffit. La plupart sont en Anglais mais en cherchant bien…

Bonne lecture et amusez-vous bien.

Source : Tech Drive-in

Billets reliés

Tous ceux qui aiment tester différents environnements (KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox, Fleex et Unity 3D) disponibles sous Linux seront heureux d’apprendre que la version 12.04 de cette toujours surprenante distribution devrait être disponible une semaine après la sortie de la future Ubuntu 12.04 Precise Pangolin puisque basée sur cette dernière.

Hybryde est une distribution se basant sur Ubuntu dont la première version (NirvanOS) est sortie au mois de Mars 2011.

Son concepteur , Josepe36, l’a créée à l’origine , pour y inclure et montrer les possibilités d’un outil qu’il a développé, permettant de sauvegarder le MBR de Windows nommé “Equitable”. Il a su ainsi attirer et fédérer autour de lui une petite équipe de passionnés qui maintiennent cette distribution depuis sa création.

A l’heure actuelle, trois versions sont sorties:

  • NirvanOS – Basées sur Ubuntu 10.10
  • EldoradOS – Basée sur Ubuntu 11.04
  • Hybryde 11.10 – Basée sur Ubuntu 11.10

(Source : wiki Hybryde, rubrique présentation)

Comme à son habitude, la Team Hybryde nous prévoit quelques surprises, notamment le remplacement de Cairo-dock par un Hy-menu spécialement codé pour Hybryde avec comme fil conducteur l’idée que de nombreux Linuxiens souhaitent pouvoir personnaliser leur distribution. Ce menu permettra donc de modifier facilement son fond d’écran, de choisir son thème, de modifier sa position mais également d’activer ou non les icônes sur le bureau. Il sera même possible de choisir d’activer ou non la mise en mémoire vive des caches de Firefox et Chromium.

En attendant de pouvoir essayer cette nouvelle mouture, voici une prometteuse vidéo de démonstration de ce fameux Hy-menu

[There is a video that cannot be displayed in this feed. Visit the blog entry to see the video.]

Le site Hybryde

Billets reliés

Linux Deepin 11.12.1 est une distribution Linux basée sur Ubuntu et qui utilise Gnome Shell 3.2.1 (très personnalisé) comme environnement de bureau par défaut. Elle a dans un premier temps été créée pour les utilisateurs chinois mais l’anglais est disponible dans l’image ISO.

Je l’ai donc installée en Anglais sur un vieil ordinateur destiné à mes essais en dur de distributions puis je suis allé dans les paramètres de langue afin de la passer en Français.

Une fois le pack de langue installé, la plupart des traductions fonctionne… quoi que !!!

Linux Deepin dispose par défaut d’applications telles que LibreOffice, Firefox, Thunderbird, Mplayer , Deadbeef comme lecteur de musique par défaut, Iptux (LAN Messenger), Uget comme gestionnaire de téléchargement, Gnome Tweak Tool, Empathy ainsi que les principales applications de base indispensables à toute distribution Linux utilisant Gnome comme Gedit par exemple. Comme de nombreux forks d’Ubuntu, Deepin Linux est livrée avec tous les codecs nécessaires à la lecture de nombreux formats propriétaires ainsi qu’Adobe flash.

Cette distribution offre sa propre logithèque (non traduite) qui intègre également le gestionnaire de mises à jour.

Mon ordinateur étant vieux, mon environnement ressemblait plus à Gnome 2 (ou plutôt Gnome Classique) qu’à Gnome 3 aussi, je n’ai pu tester toutes les extensions de Gnome-Shell telles que Dock, Dash et aperçu des fenêtres que vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessous. Vous pouvez retrouver également pas mal d’informations à ce sujet sur Web Upd8.

[There is a video that cannot be displayed in this feed. Visit the blog entry to see the video.]

Cette distribution semble plutôt prometteuse alors, si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à la télécharger et à poster ici vos impressions.

Amusez-vous bien.

 

Billets reliés

Quelle est la différence entre ces deux commandes ?

  • Laquelle utiliser ?
  • upgrade pour mettre à jour ma distribution ?
  • dist-upgrade pour mettre mon système à niveau ?
  • laquelle est la plus opportune ?

La plupart des utilisateurs préfère en général procéder à la mise à jour des paquets en entrant les commandes suivantes :

sudo apt get update pour mettre à jour la liste des paquets puis

sudo apt-get upgrade pour mettre à jour ces paquets en pensant que la commande dist-upgrade est réservée à la mise niveau de la distribution mais, est-ce vraiment le cas ?

Voici les définitions que j’ai trouvé en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

man apt-get

Upgrade

Dist-upgrade

N’étant qu’à peine plus avancé, j’ai recherché quelques explications complémentaires que j’ai trouvé sur Tech Hamlet.

Apt-get upgrade

Cette commande sera utilisée pour mettre à jour dans leur version la plus récente les paquets déjà présents dans notre distribution. En revanche, si la mise à jour d’un paquet nécessite l’ajout ou la suppression d’une dépendance, apt-get upgrade ne saura gérer l’opération.

Apt-get dist-upgrade

Si un nouveau paquet mis à jour entrainait automatiquement la suppression ou l’ajout de dépendances, cela risquerait d’entrainer certains conflits avec d’autres paquets utilisant ces dernières et on se retrouverait avec un paquet mis à jour fonctionnant parfaitement bien mais empêchant d’autres plus anciens de fonctionner correctement. La fonction intelligente de dist-upgrade permet grâce à son mode de fonctionnement d’éviter ce genre de conflit en gérant l’ordre dans lequel s’effectuent les mises à jour.

Mise à jour en mode graphique

Le gestionnaire de mise à jour d’Ubuntu fonctionne de la même façon que la commande apt-get upgrade. Il peut si besoin est ajouter des paquets mais ne sait les enlever quand cela s’avère nécessaire. C’est pour supprimer ces derniers que parfois il vous propose d’effectuer une mise à jour partielle.

Quelle commande utiliser pour effectuer mes mises à jour ?

Dans un premier temps, il est recommandé d’utiliser la commande apt-get upgrade sans omettre de lire ce qu’elle renvoie avant d’appuyer sur la touche [O] pour lancer la mise à jour afin de voir si certains paquets sont conservés.

Si comme dans la capture ci-dessus un tel cas se présente, il convient alors lancer la commande apt-get dist-upgrade sans oublier de lire attentivement la liste les opérations qui vont s’effectuer avant de valider par la touche [O].

Soyez également prudent si vous devez utiliser ces commandes sur un serveur.

Amusez-vous bien.

Billets reliés

Pages