Planet

La prochaine version LTS Trusty 14.04 est à l'horizon, et les plus aventureux d'entre vous la testent déjà. Ce que vous aurez remarqué, c'est que une partie des descriptions de paquets dans le tableau de bord d'Unity, comme celles de la Logithèque Ubuntu et du gestionnaire de paquets Synaptic sont désormais disponibles en français grâce au gigantesque travail de traduction effectué pour Saucy. Ce qui signifie que de nouveaux paquets sont bien plus accessibles qu'avant, et comme une LTS sera conservée pendant plusieurs années sur certains ordinateurs, il est crucial que le plus grand nombre de descriptions possibles soient traduites pour donner un aspect fini et de qualité à Ubuntu.

XScavenger en anglais…et en français

Alors que les températures baissent dans l'hémisphère nord, l'equipe de traduction d'Ubuntu vous lance donc un défi ambitieux : avoir terminé la traduction de toutes les traductions visibles dans le tableau de bord et la Logithèque avant la sortie de Trusty Tahr.

Nous avons plus de 50 000 suggestions (oui, vous avez bien lu) automatisées en attente de relecture pour les DDTP. Main est déjà presque fini, et heureusement, nous estimons à moins de 20 000 le nombre de traductions réellement visibles dans Unity. Qui qu'il en soit, le travail nécessaire est monumental.

Il semble qu'une partie non négligeable nécessite des modifications mineures ou pas de modifications du tout pour être validées, ce qui est une bonne nouvelle. Nous avons donc besoin de vous tous pour effectuer les premières corrections afin que nous puissions valider les traductions très rapidement.

Dès aujourd’hui, nous vous permettons de contribuer à Trusty Tahr de manière simple en traduisant la description de vos applications préférées dans la logithèque grâce à NightMonkey, notre puissant outil de traduction sélective de paquets.

Vous avez la possibilité de traduire les descriptions de paquets par popularité (par installations et par note dans la Logithèque Ubuntu), par mot-clé (le nom de votre paquet adoré, ou - en anglais - « games », « music », « GNOME », « KDE », « Ubuntu »…), par statut (traduit ou non traduit) et enfin par origine (main, multiverse, universe…).

Un logiciel complètement traduit en françaisComment faire ?

L'interface de traduction avec des suggestions

  1. Assurez-vous d'avoir un compte Launchpad

  2. Dirigez-vous vers http://nightmonkey.ubuntu.hu/ Le statut de traduction (« Traduit » ou non) est mis à jour quotidiennement à 08h00. 

  3. Cliquez sur votre paquet favori

  4. Vous pouvez voir - en dessous du texte en anglais - une suggestion automatisée en français "Used in ddtp-ubuntu-multiverse in DDTP Automation Test trunk by Jean Dupond on 2012-12-17".

  5. Il s'agit d'une traduction automatisée importée par un des membres de l'équipe mais non relue.
  6. Si la traduction vous paraît bonne, cliquez sur la flèche pour la copier et la proposer comme traduction définitive. Pour améliorer la traduction, il vous suffit de cliquer sur la flèche et de modifier la traduction.

  7. Une fois les suggestions faites, il vous suffit de cliquer sur "Save and continue" en bas de la page pour envoyer vos relectures et modifications.

Petits trucs & astuces :

  • assurez-vous que vous pourriez comprendre la description avant de l'installer dans la Logithèque
  • ne pas oublier d'insérer [nbsp] avant le signe de ponctuation :
  • exploitez à fond notre lexique et notre faq :-)

Enfin, si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal IRC de discussion.

 

On nous en voudra peut-être, pour ne pas dire sûrement, d’avoir traduit ci-dessous un communiqué de Canonical faisant la promotion d’offres Ubuntu[1] de son partenaire Asus sur Amazon (uniquement aux US), mais il s’agit surtout de souligner que GNU/Linux est aujourd’hui totalement mûr pour être dans les ordinateurs de nos établissements scolaires (payés par le contribuable).

Franchement il n’y a plus d’excuses là (d’autant que le support de Windows XP c’est bientôt fini et qu’il reste des milliers d’ordinateurs dans nos écoles sous cette version du système d’exploitation de Microsoft).

Pour les puristes, on pourra préférer l’offre de ThinkPenguin.com avec la distribution Trisquel dedans par défaut, certifiée 100% libre par la FSF ;)

Et en France, dans toute la francophonie, que conseillez-vous actuellement comme distributeurs d’ordinateurs avec GNU/Linux par défaut dedans (voire rien du tout pour évoquer la question de la vente liée) ?

Sur Racketiciel.info (Aful) il y a cette page qui est intéressante.


Asus Ubuntu


Asus et Ubuntu fournissent des ordinateurs portables abordables à l’éducation américaine

Asus and Ubuntu deliver affordable world-class laptops to USA Education

Canonical - 26 novembre 2013 - Ubuntu.com
(Traduction : Jeff_, Dimitri, chr, MFolschette, Catalaburro, Penguin, ttoine, P + anonymes)

Une révolution silencieuse est en train de se dérouler dans le monde de l’éducation : de plus en plus d’institutions et d’étudiants découvrent l’intérêt du système d’exploitation Ubuntu.

Aux USA, le partenaire d’Ubuntu, ASUS, a rajouté des modèles à sa longue liste de PC portables sous Ubuntu. Les X201E et 1015E sont d’excellents portables sous Ubuntu, avec un rapport qualité prix/performance parfait pour l’éducation.

Comme Ubuntu et tous les logiciels inclus sont libres et gratuits (NdT : free en anglais), il n’y a pas de coût d’acquisition de licence dans le prix d’achat, ce qui réduit considérablement les coûts. C’est idéal pour les étudiants et les institutions, car les deux peuvent avoir des budgets serrés.

LibreOffice regroupe les applications de bureautique. Faciles d’utilisation, elles offrent toutes les fonctionnalités nécessaires pour les étudiants, et sont complètement compatibles avec les fichiers de la suite propriétaire leader du marché. Il y a d’autres applications incluses pour le courriel et la navigation web.

En plus de ces applications de base, des milliers d’autres applications libres et gratuites sont disponibles pour répondre à des besoins plus spécifiques comme la retouche d’image, l’animation 3D, les antivirus ou la comptabilité.

Nous connaissons l’importance des ordinateurs pour les étudiants et les institutions, c’est donc vraiment intéressant pour nous de travailler avec nos partenaires pour proposer au secteur de l’éducation ces solutions performantes à bas coûts.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur Amazon.com ou sur d’autres sites web de vente de matériel en ligne.

Notes

[1] On notera qu’ils ne citent jamais Linux dans l’article, c’est Ubuntu tout seul :(

26 Novembre 2013 à 07:00

Steam : bilan d’une année via Ubuntuser

Un an après la disponibilité de Steam sur Ubuntu, il est temps de tirer un premier bilan. Une année riche en annonces pour les jeux vidéo dans nos distributions GNU/Linux. Longtemps une rumeur, notamment entretenue par le site anglophone Phoronix, Steam sur GNU/Linux a longtemps nourri les sceptiques, et nombreux étaient ceux qui ne croyaient pas à l’arrivée d'un tel portage. Un an après sa mise à disposition par Valve, faisons le point d'une année 2013 plutôt active.  

Les jeux disponibles

Selon la base de donnée non-officielle, au 7 Novembre 2013, ce sont actuellement 237 jeux qui sont disponibles sur GNU/Linux et 305 au total si l'on compte les titres qui pourraient être disponibles prochainement. Cela représente  10,59% (et 13,63%) du total des jeux disponibles dans la plateforme Steam. Un joli résultat après seulement une année d’activité. Valve a porté, de son côté, la majorité de son catalogue vers GNU/Linux (23 jeux sur 27), et on a vu de nombreux studios indépendants joindre cette initiative. Il manque encore certains titres de grand éditeurs qui pourraient débarquer l'an prochain... mais rien n'est moins sûr. Si l'on regarde un peu plus dans le détail, on s’aperçoit qu'environ 20% des jeux publiés cette année sont disponibles également sur GNU/Linux. Valve continue de travailler avec les développeurs pour les pousser à distribuer leurs jeux dans Steam. L'une des motivation est notamment la sortie prochaine de la SteamBox.  

Valve et le libre

La SteamBox devrait certes inciter les développeurs à porter plus de jeux vers Steam, mais pas seulement. Si Steam et les jeux développés par Valve sont tous propriétaires et souvent avec DRM, Valve travaille depuis deux ans avec certains acteurs du libre. Valve a ainsi embauché le développeur du framework SDL. Ce dernier facilite le travail des développeurs lorsqu'il s'agit de rendre disponible un jeu quelque soit la plateforme (y compris GNU/Linux). C'est une solution qui a l'avantage d’être multi-plafeforme et de prendre en charge de nombreux langages de programmation. Lorsqu'il s'agit de porter un jeux vers GNU/Linux, SDL rend la tâche plus aisée. La dernière version, SDL 2.0, a été publiée en août dernier et apporte de nombreuses améliorations. Les prochaines évolutions devraient notamment apporter la prise en charge du protocole Wayland et du gestionnaire d'affichage Mir. De manière moins visible, Valve a également travaillé à l’amélioration de certains outils pour faciliter la recherche de bugs dans la gestion de la 3D sous GNU/Linux. Elle travaille également depuis deux ans avec Intel, AMD et nVidia dans le but d'optimiser et rendre plus performants les pilotes actuellement disponibles pour GNU/Linux.

Steam OS

Annoncé en septembre dernier, Steam OS est l'une des trois briques autour desquelles se construit le futur de Steam. Peu d'informations ont encore filtrés. On sait qu'il sera basé sur une distribution GNU/Linux personnalisée par Valve. Elle intégrera Steam Big Picture en tant qu'interface par défaut, mais on n'en sait pas beaucoup plus actuellement.

Steam Box

Les Steam Box sont également une grande inconnue. Valve a lancé un premier programme de bêta-test et va envoyer environ 300 consoles construites par ses soins. Selon les informations glanées, plusieurs modèles seraient envoyés avec une configurations différentes. De la version basique et peu puissante servant uniquement de stations de diffusion à des machines haut de gamme puissantes, l'idée est de tester ces différents scénarios et d'obtenir les retours des utilisateurs pour affiner la ou les configurations finales. Il reste encore beaucoup de zones grises. Valve a toutefois présenté à certains médias une version de ses prototypes lors d'une présentation spéciale. Steam Box et Contrôleur La machine présentée était une machine plutôt haut de gamme, avec un processeur Intel Core i7 et une carte graphique nVidia GeForce GTX 780 compris dans un châssis compact. En bref : un PC relativement standard dans son choix d'équipement, auquel il ne manque qu'un lecteur de CD/DVD/Blu-Ray.

Steam Pad

Le Steam Pad est à première vue relativement classique de par sa forme et peut faire penser aux manettes pour XBOX. Il intègre toutefois quelques nouveautés intéressantes :
  • Au lieu des habituel sticks analogique on retrouve deux surfaces tactiles avec retour de force. Si on en sait encore peu, on sait que leur comportement a été finement étudié pour reproduire un usage via la souris, et s'adapter aux différents cas d'utilisations.
  • Un écran central devrait afficher des informations selon le jeux et servira également comme zone d'action supplémentaire.
Nous ne disposons pas encore de retours d'utilisateurs indépendants, il est donc difficile de s'exprimer sur le sujet, mais les retours des différents éditeurs et journalistes sont plutôt positifs. Et selon ces derniers, la solution choisie par Valve permettrait de s'approcher de la précision offerte par une souris. Malgré tout il ne serait pas toujours adapté à l'ensemble des jeux disponibles sur Steam et les éditeurs devront sûrement faire un travail complémentaire pour adapter la jouabilité de leur jeux. A la différence de la console - dont la fabrication ne sera pas réalisée par Valve - ce sera bien Valve qui devrait fabriquer la manette et la fournir aux assembleurs de la console. Elle sera accompagné d'une API intégré. Que ce soit pour l'API ou le pilote, on ne sait pas si ils seront libres ou propriétaires.

Une année 2014 prometteuse ?

Si on peut considérer l'année 2013 comme une année de préparation pour Valve, les choses devraient s’accélérer en 2014. C'est en effet en Janvier 2014 que devraient être annoncés et présentées les premières consoles lors du CES de Las Vegas. On connaîtra donc quelles sont les constructeurs impliqués et quels choix de configurations seront offerts aux clients. Le CES sera suivit par un événements Valve réservés aux développeurs souhaitant travailler sur la SteamBox. Enfin les première Steam Box pourraient arriver en milieu d'année 2014. Le catalogue de jeux pour la SteamBox et pour Linux devrait continuer de gonfler durant cette période. Et même si il ne faut pas s'attendre à voir les partenaires de Valve vendre autant de SteamBox que de PS4 ou XBox One il sera intéressant de voir quel accueilli leur sera réservé.
24 Novembre 2013 à 15:06

vUDS 13.11 via Ubuntuser

A contrario des précédents vUDS, qui avaient été relativement pauvres en nouveautés, cette nouvelle édition, qui marque le début du cycle de développement d'Ubuntu 14.04 LTS (The Trusty Tahr), a fourni de nombreuses informations sur le futur de la distribution. En effet, nous sommes au tout début de la période de développement de la future mouture d'Ubuntu. Cette version sera d'autant plus importante, car elle deviendra une version avec une période de soutien étendue (Long Term Support, LTS). Comme à notre habitude, nous allons faire un tour des plus intéressantes annonces ayant été tenues lors des multiples rencontres en ligne de cet Ubuntu Developers Summit (vUDS). On rappellera, avant toute chose, que ces annonces sont sujettes à de possibles évolutions et que rien n'est gravé dans le marbre.  

Le discours d'ouverture

Après les explications concernant le fonctionnement du vUDS par le responsable de la communauté d'Ubuntu, Jono Bacon, le fondateur d'Ubuntu, Mark Shuttleworth, a pris la parole pour présenter les prochaines orientations souhaitées pour Ubuntu 14.04 LTS. En ce qui a trait à la partie mobile, M. Shuttleworth réaffirme l'importance de la stratégie de convergence. Trusty devrait permettre d'affiner Ubuntu Touch pour smartphones et d'en distribuer officiellement une première version pour les tablettes numériques. Selon lui, Canonical serait en contact avec des constructeurs qui seraient intéressés au déploiement d'Ubuntu Touch en même temps sur les deux plateformes (téléphones et tablettes), mais Shuttleworth est resté encore très flou quant à une possible mise en marché dans l'avenir à court terme. Il en a également profité pour évoquer que les dernières allégations d'espionnage informatique, qui ont éclaboussées récemment la NSA et les trois grands géants de l'informatique (Google, Apple et Microsoft), avaient poussé certaines institutions à s’intéresser davantage à Ubuntu Touch. Toujours dans cette stratégie de convergence, il a également fait allusions au possible portage d'applications d'Ubuntu Touch vers la version pour postes de travail. Certaines pourraient même devenir des applications par défaut dès Ubuntu 14.04 LTS. On pense notamment au logiciel de calendrier ou encore à l'application dédiée aux réseaux sociaux. Mais pour cela, il faudra d'abord résoudre de nombreux problèmes. Les applications devront certes être utilisables par la gestuelle, mais aussi à l'aide d'un clavier et d'une souris, ce qui n'est pas encore le cas. Là aussi, un groupe de développeurs et l’équipe dédiée au design s'attellerait à cette tâche. Si l'apparition de ces applications dans les dépôts officiels d'Ubuntu paraît réaliste, l'échéancier est plus serré pour qu'elles soient implantées en tant qu'applications par défaut. Tout comme pour les versions précédentes, une petite équipe devrait également s'occuper de l'optimisation des performances. En fin de plénière, les participants ont pu poser leurs questions. On a notamment pu apprendre que si la possibilité de prendre en charge les applications d'Android est maintenant envisagée, elle n’était pas une priorité. Le service Ubuntu One passe lui aussi par une période de vache maigre, n'étant pas non plus un projet prioritaire. Vous pouvez visionner la vidéo en anglais ici :  

Unity 8

Sidestage

En premier lieu, Sidestage es tune fonctionnalité qui intéressera particulièrement les utilisateurs de tablettes et de postes de travail. Cette solution permet de positionner deux applications en même temps au premier plan sur l'écran de la machine. L'une est l'application principale couvre les 2/3 de l'écran, alors que la seconde apparaît sur le tiers restant. Par exemple, une application de prise de notes pourrait être ouverte côte-à-côte à un navigateur Web. Cette fonctionnalité, qui était précédemment présente dans Mir, va être intégrée dans l'environnement de travail.

Gestion des notifications "push"

Les notifications de type "push" permettent aux serveurs et autres services en ligne d'envoyer une alerte aux smartphones lorsqu'il y a une publication d'une nouvelle, une réception d'un nouveau courrier électronique, une arrivée d'un message instantanée... Cette fonctionnalité, qui est importante dans l'univers mobile, devrait faire son apparition dans Ubuntu Touch 14.04. Le premier service à se voir doté des alertes de type "push" sera l'utilitaire de mises à jours.

Version tablette des applications principales:

Les applications principales (ou core apps), qui bénéficient du soutien direct d'Ubuntu et qui sont présentes de base dans Ubuntu Touch, devraient voir leur interface évoluer pour prendre en compte les écrans de tablettes plus larges. La majorité pourra ainsi s'afficher dans toute la largeur de l'écran, alors que certaines applications pourraient rester en mode "sidestage" uniquement et être restreintes au format smartphone. ubuntu-trusty-icon-theme-system

Nouvel ensemble d'icônes

L'équipe du design chez Canonical a présenté son travail sur le jeu d'icônes, créé en se basant sur des anciens styles et en analysant les designs des différents systèmes concurrents. C'est un travail qu'on nous promettait depuis déjà un certain temps, mais qu'on ne voyait pas arriver. Bonne nouvelle, car l'équipe a travaillé sur cet aspect et a déjà dessiné une bonne partie des icônes : les icônes des barres d'outils, les icônes des applications principales et des icônes des éléments du système. L'ensemble devrait commencer à arriver dans Unity 8 ces prochaines semaines et pourrait débarquer en partie dans Ubuntu pour postes de travail, bien que pour ce dernier des ajustements restent à être réalisés.

Premiers pas sur PC

Actuellement, si l'interface Unity 8 est bien pensée pour fonctionner sur tablettes et smartphones, ce n'est pas encore le cas de l'usage sur un ordinateur qui utilise la souris et le clavier comme moyen d"interaction principale avec l'utilisateur. De fait, des cas spécifiques à ce mode d'interaction doivent être pris en compte. Certains problèmes sont déjà envisagés, et un ensemble de tests devraient être conduits afin de bien identifier les éléments qui devront être adaptés à la réalité des postes bureautiques. C'est donc un premier pas en vue d'une adoption de l'interface par les postes de travail, un travail qui devrait durer plus d'un an.

Applications d'Unity 8

Certaines applications principales actuellement disponibles dans Unity 8 et Ubuntu Touch pourraient être rendues disponibles pour Unity 7 dans Ubuntu pour postes de travail. On pense notamment aux applications Note, Galerie, Photo, Lecteur multimédia et Navigateur. Certaines pourraient être proposées comme applications par défaut pour Ubuntu 14.04 LTS. Il reste toutefois à résoudre de nombreux problèmes d'usage pour faciliter l'utilisation à la souris et au clavier.

Remplaçant d'USB Creator

USB Creator, présent dans Ubuntu depuis de nombreuses années, permet de créer une clé USB contenant un système d'exploitation utilisable sans installation -- ce que l'on appelle un système "liveUSB". Une nouvelle version du logiciel pourrait s'appuyer sur le travail réalisé dans Unetbootin et permettrait, à partir d'une interface simplifiée, de télécharger automatiquement les images d'Ubuntu et de l'installer dans la clé USB. Elle devrait apporter le chiffrement des données présentes dans la clé USB, la persistance des données, la gestion des variantes d'Ubuntu et la prise en charge des machines avec micrologiciel de type UEFI.  

Le système

Possibilité de chiffrer les données dans les appareils mobiles

Actuellement, il est possible de chiffrer ses données ou l'ensemble du système d'exploitation en activant une option lors de l'installation d'Ubuntu dans un poste de travail. Il pourrait en être de même dans les tablettes et les smartphones. L'équipe dédiée à cet objectif doit d'abord s'assurer que les performances sous l'architecture ARM ne sont pas pas trop impactées par un système chiffré et identifier une implémentation possible. Le sujet devrait être alors discuté à nouveau lors du prochain UDS, qui aura lieu dans trois mois.

Prise en charge de TRIM pour les disques SSD

La fonction TRIM permet d'améliorer les performances et la gestion des SSD. Cette fonction présente depuis de nombreuses années dans le noyau pourrait maintenant être activée par défaut dans la prochaine version d'Ubuntu pour postes de travail.

Paquets Click

Ce nouveau système de paquets simplifiés, qui s'apparentent aux APK d'Android et qui s'appuient en grande partie sur la technologie des paquets Debian, est au centre de la solution mobile d'Ubuntu. Outre le fait de simplifier la création de paquets, il permet aussi, pour des raisons de sécurité, de bien isoler l'application contenue dans le paquet. On devrait voir son usage s'étendre dans l'ensemble du système et ne pas se limiter qu'aux applications tierces :
  • Il pourrait être ainsi utilisé comme système de paquets par défaut pour les greffons divers, les codecs, les applications Web et les comptes en ligne dans Ubuntu Touch ;
  • Il pourrait aussi faire son apparition dans Unity 7 pour certains logiciels.
Actuellement, plus de 140 applications dans Ubuntu Touch sont distribuées sous ce format de paquets. Dans les smartphones et les tablettes, un magasin virtuel présentant l'ensemble de ces applications est déjà disponible. Il devrait recevoir quelques améliorations :
  • Ajout d'achat d'applications ;
  • Possibilité de commenter et de noter une application ;
  • Rapporter des applications.

Les comptes en ligne

Les comptes en ligne devraient voir leur sécurité largement améliorée. Ils vont utiliser le nouveau système d'isolement qui permettra de limiter les droits d'une application au strict nécessaire et, tout comme sur d'autres OS, demander au préalable l'autorisation de l'utilisateur pour accéder à ces ressources.

Gestion centralisée des téléchargements et des fonctions multimédia

Les téléchargements et les fonctionnalités multimédia d'Unity 8 seront gérés directement à l'aide d'un système centralisé utilisable par l'ensemble des applications.  

Pour les developpeurs

SDK HTML5

Tout comme Firefox OS, Ubuntu devrait prendre en charge les applications Web de manière totalement intégrée au système. Actuellement, le SDK est relativement limité et peu documenté. Lors de cette itération, certains éléments d'Ubuntu devraient pouvoir communiquer avec des applications Web grâce à une API spécifique. Au cours des prochains mois, nous devrions voir arriver les premiers éléments menant à terme à la prise en charge de certaines fonctionnalités par Javascript, une meilleur intégration à QT Creator et la possibilité d'accéder à certaines fonctions de l'OS comme les comptes en lignes.

Faciliter le portage d'applications venant d'autre OS

Point important et sensible pour les développeurs, la facilité de portage d'une application vers Ubuntu Touch. On devrait pouvoir ainsi convertir une application venant de Meego et Sailfish à l'aide d'un simple script. La possibilité d'utiliser ce même convertisseur devrait également être étudié pour Android. La documentation d'Ubuntu devrait également faire apparaître différents éléments pour faciliter le travail des développeurs dans ce sens.

L'émulateur Ubuntu Touch

Jusqu'à présent, pour pouvoir développer et tester son application sur Ubuntu Touch, il était nécessaire d'avoir un smarthpone disponible à cet effet. À partir d'Ubuntu 14.04 LTS, un émulateur Ubuntu Touch fait son apparition. Il permet d'avoir un système Ubuntu Touch fonctionnant dans son ordinateur de développement. L'ensemble est basé sur l’émulateur d'Android.  

Résumé et discussion finale

Pour la première fois, Didier Roche et l'association Ubuntu-FR ont organisé une présentation par vidéo-conférence pour faire le point sur le vUDS et parler des futures évolutions d'Ubuntu. Vous pouvez visionner la vidéo ici :
21 Novembre 2013 à 15:00

Sortie du numéro 73 via Full Circle Mag FR

Bonjour à toutes et à tous !

L'équipe du FCM-fr est très heureuse de pouvoir vous présenter le numéro 73 en français. Oui, c'est celui de mai 2013, mais mieux vaut tard que jamais. Il est disponible __ICI__ ou tout simplement en cliquant sur l'image ci-dessous.

issue73.png

Voici un petit aperçu de ce numéro :

  • L'article sur SQLite, qui fait la couverture ce mois-ci, est très détaillé et vous donne tout ce que vous auriez toujours voulu savoir sur SQLite en 9 pages et demi ;
  • Le Petit Nouveau nous parle, dans son style inimitable, de l'installation de la nouvelle version d'Ubuntu sur une vieille machine ;
  • Il y a, bien entendu, les séries habituelles, notamment, Python, LibreOffice, Blender et Inkscape ;
  • Knightwise nous fait part de son opinion concernant la « dynastie » d'Apple, apparemment en déclin ;
  • Les résultats du dernier sondage concernant le magazine Full Circle s'étalent sur cinq pages ;
  • La rubrique Jeux Ubuntu est bien fournie ce mois avec les Actus, des jeux de Steam, et une critique d'Aeon Command.

Autrement dit, presque tout le monde devra y trouver son bonheur.

Alors, bonne lecture et à bientôt...

Toute l'équipe du FCM-fr dont Bab, notre scribeur, BriceP, FredPhil91, Ekel et moi, pour les traductions, Bab, Ekel, Tiboo, Wees et moi, pour la relecture des traductions. Et Ekel, Tiboo et moi-même, Auntie pour la relecture des PDF (au pluriel). Celui qui est publié est le septième du nom !

N.B. Malgré les apparences, nous ne sommes que CINQ qui travaillent avec assiduité sur la version française du FCM. Ce n'est facile pour aucun de nous, surtout que nous tenons à produire une revue de qualité. Et VOUS ? Ce serait chouette de vous accueillir sur le wiki et le forum. Alors n'hésitez pas ! Vous pourriez vraiment nous aider.

Bonjour à tous,

Suite à une discussion lors de la dernière Ubuntu Party à Paris, une proposition a été faite de résumer ce qui a été débattu pendant l'Ubuntu Developer Summit en ligne qui a eu lieu de mardi à jeudi soir.

Pour rappelle l'UDS est le lieu (maintenant complètement en ligne) où toutes les décisions techniques concernant le développement d'Ubuntu sont prises. Tout le monde est invité à participer par conférence vidéo ou directement sur IRC. Cependant, la barrière de la langue est le frein principal pour nombre de francophones.

Nous allons donc tâcher de résumer ce qui a été couvert par ce vUDS, ainsi que de discuter d'autres sujets, comme l'iso francophone d'ubuntu incluant le Dash Privacy Interface. Nous retrouverons lors de cet événement vidéo en ligne:

  • Frédéric Mandé (quesh, membre du Conseil d'administration de l'association Ubuntu-fr)
  • Loïc Minier (lool, technical architect d'Ubuntu chez Canonical)
  • Rick Spencer (rickspencer3, Vice-président d'Ubuntu Engineering chez Canonical)
  • Rudy ANDRÉ (cm-t, membre du Conseil d'administration de l'association Ubuntu-fr et développeur du Dash Privacy Interface)
  • et moi-même, Didier Roche (didrocks, avec la casquette Ubuntu-fr/Canonical)

Nous utiliserons la même technologie que pour le vUDS, c'est à dire des google hangout. Comment nous suivre?

C'est (presque) très simple. Ceux qui me suivent sur Google+ doivent avoir vu cet évènement. Une vidéo (Youtube) apparaitra quelques minutes avant le début de la diffusion. Je copierai à ce moment là également le lien sur le topic des nouveautés de trusty dans le forum ubuntu-fr.

Si vous souhaitez poser des questions/participer, vous pouvez vous connecter sur IRC (freenode), canal #ubuntu-uds-plenary. Voici un lien qui pourra être utile pour ceux peu familier avec cette technologie. Si certains sont très actifs, nous pourrons même les inviter dans le hangout pour poursuivre la discussion.

Rendez-vous donc ce soir, à 21h!

16 Novembre 2013 à 10:45

Rendez-vous à Paris ! via Ubuntu Party

L’Ubuntu Party de Paris, c’est ce weekend. Les portes du Carrefour numérique de la Cité des sciences et de l’industrie viennent d’ouvrir, et les nombreux bénévoles sont fin prêts à vous accueillir, jusqu’à 18h ce soir, puis de nouveau ce Dimanche de 11h à 18h.

Vous n’êtes pas à Paris ? Pas de problème. Suivez les conférences et la radio de l’évènement sur http://ubuntu-paris.org/live ! Certains conférenciers seront interviewés avec vos questions, glanées sur les réseaux sociaux.

 

conferences

 

Le programme est riche et, pris par le temps, nous vous décrirons qu’une partie de celui-ci. Retrouvez le programme complet sur http://ubuntu-paris.org/programme.

Conférences

Samedi 12h00 Introduction au chiffrement et GPG

Qu’est-ce que le chiffrement? Que peut-on chiffrer? Pourquoi doit-on chiffrer? Quels sont les arguments en faveurs du chiffrement ? Qu’est ce que PGP? Destinée au grand public, le but de cette conférence est de répondre à ces questions de façon simple, de lancer une réflexion et un débat sur la problématique du chiffrement. Débat et réflexions se poursuivront ensuite lors de l’atelier avancé « Échangez de manière sécurisée(Seahorse et GPG) » et de la Cryptoparty. Conférence par Genma.

Samedi 12h20 Franciliens.net, FAI associatif

La fédération FDN regroupe des Fournisseurs d’Accès à Internet associatifs se reconnaissant dans des valeurs communes : bénévolat, solidarité, fonctionnement démocratique et à but non lucratif; défense et promotion de la neutralité du Net. Franciliens.net fait partie de cette fédération. L’association à fournit à ses membres les outils pour se développer et répondre aux problématiques qui concernent l’activité de fournisseur d’accès à Internet mais aussi quelques services tels que la redondance DNS, les backups de mails, une connexion par VPN… Conférence par les membres de l’association.

Samedi 13h10 Devenir Traducteur

La traduction des logiciels est importante pour aider la diffusion d’un logiciel puisque notre belle planète comporte de nombreuses langues et qu’aucune n’est universellement comprise. Mais techniquement, le processus va plus loin, on parle de localisation. Ce sont ces aspects qui vous seront présentés et qui pourra être suivi par l’atelier « Traduire Ubuntu ». Conférence par Jean-Marc Gailis.

Samedi 14h10 IBus et les méthodes de saisie

Lors de cet exposé, le système de gestion des saisies au clavier iBus et les méthodes de saisie disponibles seront exposées, afin de mettre en évidence la pertinence d’Ubuntu dès qu’il est question d’expression écrite dans une langue autre que le français, et de la personnalisation des méthodes de saisie, entre le choix du clavier et le choix d’encodage, dans l’ensemble des langues qui sont proposées,tandis qu’Ubuntu participe au maintien de langues en déclin, ce qui sera l’objet de la fin de la conférence. Conférence par Minox.

Samedi 14h50 Boinc, calcul distribué pour la recherche

Si l’ensemble des systèmes d’exploitations GNU/Linux est moins vorace que d’autres en ressources matérielles (processeur, mémoire), Ubuntu offre la possibilité d’utiliser à bon escient votre ordinateur quand il est en veille et/ou quand votre utilisation requiert peu de ressources systèmes, en le faisant participer à des calculs qui permettent de faire avancer la recherche fondamentale en sciences exactes et en sciences du vivant, dont la médecine. Conférence par Minox.

Samedi 16h00 Social Engeeniring et journalisme

Social Engeeniring ou quand les journalistes utilisent des techniques de hackers parfois sans le savoir et pourquoi ils devraient développer cette compétence notamment dans le cadre de leur protection et de la protection des sources à l’étranger. Conférence par @Jujusete, journaliste et @Hi_T_cH du collectif Hackerzvoice.

Samedi 17h00 Occupy Public Domain!

La question du domaine public, de sa défense et de sa valorisation, est intéressante car elle oblige à penser et comprendre pourquoi et comment on en est arrivé là (70 ans après la mort de l’auteur avec des tonnes d’exceptions qui compliquent tout) et à aborder par la bande la question du partage sur Internet (en attendant qu’ils virent Hadopi etc. mettons en avant le domaine public). On va tenter de rendre le propos dynamique et original en proposant quelques exemples pertinents d’oeuvres du domaine public qui méritent d’être (re)découvertes.
Véronique, qui est la littéraire du binôme, présentera ces oeuvres et comme elle fait de la musique et joue au théâtre, elle lira quelques courts extrais et éventuellement jouera également (en acoustique) une ou deux chansons.

Dimanche 11h00 Ubuntu Touch

Présenté en début d’année, Ubuntu Touch est un nouveau système d’exploitation mobile qui reste encore mystérieux pour beaucoup. Cette conférence sera donc l’occasion de présenter le projet, ses origines, son fonctionnement et de répondre à vos questions sur le sujet.

Dimanche 11h00 OpenFoodFacts, le wikipedia de l’alimentation

Open Food Facts est un projet collaboratif pour référencer les produits alimentaires de la planète et les informations qui leur sont associées dont les labels (bio, commerce équitable, etc), les ingrédients, les allergènes, les additifs, la composition nutritionnelle, etc… Conférence par Pierre S.

Dimanche 12h00 Devenir Traducteur

La traduction des logiciels est importante pour aider la diffusion d’un logiciel puisque notre belle planète comporte de nombreuses langues et qu’aucune n’est universellement comprise. Mais techniquement, le processus va plus loin, on parle de localisation. Ce sont ces aspects qui vous seront présentés qui pourra être suivi par l’atelier « Traduire Ubuntu ». Conférence par Jean-Marc Gailis.

Dimanche 14h00 Pourquoi Ubuntu-fr ne gagnera pas de Big Brother Awards

Lorsque Canonical, la société qui gère la partie commerciale d’Ubuntu,a décidé d’introduire un outil de recherche susceptible de laisser fuiter des informations sur la vie privée, l’association Ubuntu-fr a décidé de s’y opposer. Elle aurait pu choisir de retirer la fonction en cause. A la place, elle a décidé d’informer et de laisser choisir l’utilisateur d’utiliser cette fonction. C’est grâce à un outil, développé par la communauté internationale d’Ubuntu, qui vous est présenté aujourd’hui. Conférence par Cm-t.

Dimanche 16h00 Contre les grandes oreilles ? Le logiciel libre !

Sujet d’actualité, avec les révélations de Edouard Snowden. Quels enjeux, quelles solutions contre l’écoute généralisée de nos communications ?
Conférence de deux heures, par Benjamin Sonntag.

Cours d’initiation

Samedi et Dimanche 11h30 Ligne de commande

La richesse de la ligne de commande peut effrayer le débutant qui pense que ce sont des milliers de choses à retenir. Ce n’est pas juste. En fait, on apprend les commandes une par une, on utilise celles que l’on a retenu ou noté. Ce cours a pour but de vous faire découvrir à votre rythme les premières bases. Cours par Heraclide et Roberto.

Samedi et Dimanche 12h30 et 15h30 Premier pas dans Ubuntu

On n’utilise pas un nouveau système d’exploitation comme ceux qu’on connaît depuis plusieurs années. Il y a de nouveaux réflexes à acquérir. Nous vous proposons de découvrir les bases pour profiter d’Ubuntu, de son interface Unity et de quelques-uns des outils les plus utilisés comme la Logithèque qui sert à installer des applications. Cours par Quesh/Roberto/Guillaume Lecocq.

Samedi et Dimanche 13h30 Utilisation avancée d’Ubuntu

Pour les utilisateurs ayant déjà une certaine maîtrise d’Ubuntu, nous allons approfondir divers aspects, comme sa personnalisation ou l’utilisation des Lens et Scopes pour la recherche. Cours par Winaël.

Samedi et Dimanche 14h30 Traduire Ubuntu

Car il est plus facile d’utiliser Ubuntu dans notre propre langue,nous avons besoin de traducteur. Ce cours vous apprendra les procédures pour le faire. Ce n’est pas technique, mais seulement comprendre l’organisation des équipes de traduction et de relectures qui forment un tout appelé localisation. Et une découverte des outils utilisés pour cela. Cours par Jean-Marc Gailis.

Samedi 16h30 LibreOffice, suite bureautique

Ecrire du texte, c’est bien, le corriger et le mettre en forme, c’est mieux. Merci Writer. Ce simplifier la vie grâce aux feuilles de calcul, c’est possible avec le tableur Calc. Faire une présentation comme vous les voyez dans les conférences de cet Ubuntu Party, c’est facile avec Impress. Ce sont une partie des outils composant LibreOffice. Cours par Sophie Gauthier.

Dimanche 16h30 Wikipedia, l’encyclopédie participative

Wikipedia est une encyclopédie qui est enrichi par des milliers de contributeurs à travers le monde. Ce cours va vous apprendre à créer votre compte et comment apporter votre première pierre à cet édifice. Il est très facile de partager vos connaissances au bénéfice de toute l’humanité. Alors n’hésitez pas à rejoindre cette communauté. Cours par Manuel Fauveau.

Ateliers avancés

De nombreux ateliers ouverts, dans la limite des places disponibles, tourneront autour des problématiques de vie privée, avec la mise en pratique de solutions permettant de reprendre le contrôle de ses propres données, grâce au chiffrement et à la décentralisation, notamment. Auto-hébergement de vos mails, anonymisation, chiffrement de vos communications, mais aussi comment bien partager ses données. On ne s’y ennuiera pas !

 

Démonstrations

De nombreux outils, jeux, techniques, feront l’objet de démonstration tout au long de ces deux journées. Vous prendrez ainsi conscience de l’immense potentiel des logiciels libres ;)

 

Entraide / Install-party

Au cœur de l’évènement, un très large espace dédié à l’installation d’Ubuntu sur les ordinateurs des visiteurs, et une entraide sur l’utilisation d’Ubuntu et des logiciels libres en général. Cette activité-ci se déroule à plus petite échelle le premier samedi de chaque mois, dans le même lieu.

 

L’Ubuntu Party est ouvert à tous, de 11h à 18h, au Carrefour numérique de la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris. Voir le plan d’accès.

La communauté francophone d’Ubuntu, du haut de ses neuf ans, est bien motivée à continuer de promouvoir Ubuntu et les logiciels libres auprès du grand public !

À Paris, c’est une centaine de bénévoles qui organiseront ce weekend (16 et 17 novembre) le plus grand événement de promotion du Libre de la région. Dans un grand espace dédié au numérique, au sous-sol de la Cité des sciences et de l’industrie, la dix-septième ubuntu party parisienne proposera 25 conférences petites et grandes, 12 cours d’initiation, 28 démonstrations, un micro village associatif, un espace jeunesse, et, bien sûr, une install party où les visiteurs seront accompagnés dans leur passage de Windows/mac à Ubuntu.

À Toulouse, Le Capitole du Libre co-organisé avec Toulibre ces 23 et 24 novembre, accueillera comme toujours une Ubuntu Party aux cotés de nombreuses conférences pour découvrir et comprendre le monde du Logiciel Libre, comprendre ce qu’est l’OpenData, la culture libre et les biens communs. Une LAN Party pour découvrir les jeux libres y est même organisée ! Consultez le programme.

À Sarrebourg, « La journée du Libre » est le nom donné à l’Ubuntu Party qui se tiendra le samedi 23 novembre, organisée par la communauté Ubuntu Sarrebourg. Là aussi, une install party pour le grand public, accompagnée de conférences sur Blender, Gimp, les différents environnements de bureau, OpenStreetMap. Particularité de cet Ubuntu Party, la « bourse informatique » pour redonner vie aux PC à bout de souffle.

Venez et faites venir vos amis aux Ubuntu Party et faites-en la promotion sur les réseaux sociaux ! (@ubuntuparty et +ubuntu-fr)

Premiers pas avec Ubuntu 13.10 - CouvertureLes traductions sont au cœur de la philosophie Ubuntu :

  • chacun doit avoir la liberté de télécharger, exécuter, copier, distribuer, étudier, partager, modifier et améliorer le logiciel ;
  • chacun doit avoir l’opportunité d’utiliser le logiciel, même en cas de handicap ;
  • chacun doit avoir le droit d’utiliser le logiciel dans la langue de son choix.

C’est pour cela qu’aujourd'hui nous sommes heureux et fiers de vous annoncer la sortie de la version française du célèbre Manuel Ubuntu pour Ubuntu 13.10. Le manuel vous fournit de manière claire et structurée tout ce dont vous avez besoin pour débuter puis progresser avec Ubuntu. Le Manuel Ubuntu est aussi la garantie d’instructions pas à pas qui marchent, testées et intégralement en français, sans barbarismes ni mots incompréhensibles.

Pour résumer les avantages du manuel :

  • facile à appréhender – notre manuel comprend des instructions pas à pas et est dénué de jargon technique ;
  • une illustration vaut bien mieux qu’une longue description – beaucoup de captures d’écran illustrent les instructions ;
  • tout au même endroit – vous n’avez pas à parcourir le Web pour trouver de l’aide car tout se trouve dans un seul fichier ;
  • apprentissage progressif – démarrez avec les bases et apprenez au travers des différents chapitres ;
  • des dizaines de langues – traduit en plus de 52 langues, y compris des copies d’écran localisés ;
  • sous licence CC-BY-SA – téléc hargez, modifiez, reproduisez et partagez autant que vous voulez ;
  • aucun coût – nos documents sont tous rédigés par des membres de la communauté Ubuntu et leur utilisation est gratuite ;
  • imprimable – cette version est optimisée pour l’impression afin de sauver les arbres ;
  • section de diagnostic des problèmes – pour vous aider à régler rapidement les problèmes courants sous Ubuntu.

 

Télécharger le Manuel

Télécharger le manuel (13.10)

Liens directs : Ecran - Impression


Commander une version papier (13.10) sur CreateSpace (4,69 $ + frais de port)

Commander une version papier sur amazon.fr (13.10) (bientôt disponible, frais de port inclus)

Contribuer à la traduction d’Ubuntu et de sa documentation

 

 

Image: 

Fork me on GitHub

 

J'ai parlé récemment d'un script qui permet de poster automatiquement un tweet quand je publie un nouvel article sur le blog.

Ce script a été un peu modifié puisqu'il fait aujourd'hui 4 choses :

  1. Il vérifie si un nouvel article a été écrit (en cherchant la présence du message [POST] au début du message de commit Git) ;
  2. Dans ce cas, il envoie les nouveaux commits sur le dépôt Git défini par défaut ;
  3. Il met à jour le blog sur le serveur via SSH (commande make ssh_upload pour les Pelican-eux) ;
  4. Il envoie un tweet.

Tout ça c'est sympa, mais c'est un peu con d'automatiser toutes ces étapes si il faut au final lancer le script à la main. La magie de Git fait qu'on peut automatiser tout ça en utilisant les hooks de Git.

Ces hooks sont des scripts que Git lance après (ou avant) certaines étapes de son processus. Ils sont listés dans le répertoire .git/hooks/ :

╭────<quack@spiderman >───< ~/Documents/writing/blog/quack1_pelican > ‹master*› ╰───[18:52:40] $ ls .git/hooks applypatch-msg.sample post-commit pre-applypatch.sample prepare-commit-msg.sample update.sample commit-msg.sample post-update.sample pre-commit.sample pre-rebase.sample

Je ne vais pas tous les faire, les noms sont assez explicites, mais par exemple pre-commit est lancé avant le commit.

Mon script a besoin que le commit soit terminé, donc j'ai fait pointer le fichier .git/hooks/post-commit sur le script. Toute la configuration nécessaire est placée dans le fichier de conf, donc le script se lance sans souci :

╭────<quack@spiderman >───< ~/Documents/writing/blog/quack1_pelican > ‹master*› ╰───[18:53:14] $ ln -s ~/work/workspace/python/pelican_auto_tweet/pelican_auto_tweet.py .git/hooks/post-commit

Désormais dès que vous ferez un commit dans ce dépôt Git, le script se lancera et si toutes les conditions sont réunies, votre blog se mettra à jour, et un tweet sera posté !

 

Le dépôt GitHub du projet est à jour, et possède déjà quelques issues que j'avais trouvé sur les scripts et que je dois corriger. Si vous utilisez les scripts, et que vous trouvez des bugs, n'hésitez pas à me les remonter, je corrigerais ça rapidement !

Pages