Planet

03 Avril 2011 à 19:19

Unity en images via Hiko Seijûrô

Logo d'UnityComme vous le savez surement, Unity est la nouvelle interface de bureau d'Ubuntu développée par Canonical. Elle sera présente dans la prochaine version d'Ubunutu : 11.04 Natty Narwhal. Cette version étant récemment sortie en bêta 1, j'ai pu tester cette nouvelle interface.

Premier constat négatif, Unity ne fonctionnera pas sur toutes les machines puisque qu'il faut que le pilote graphique supporte la 3D. Ce n'est pas le cas de ma machine virtuelle VirtualBox. J'espère que Canonical permettra l'utilisation d'Unity en 2D pour que tout le monde puissent en profiter. Il existe un paquet unity-2d qui n'utilise pas l'accélération graphique (session Unity 2D). J'ai donc mis Ubuntu sur ma clé USB pour le tester sur ma machine.

Unity, qu'est ce que ça change par rapport à Gnome ? Réponse en image. Il faut savoir que Gnome est toujours disponible en choisissant la session "Ubuntu Classic" à la connexion.

La barre en bas de l'écran (tableau de bord de Gnome) est remplacée par un dock sur le coté gauche.

Bureau d'Unity

Comme sous Mac, la barre des menus est affichée dans la barre en haut de l'écran mais n'est visible que si le pointeur de la souris la survole.

Unity - Barre des menus à la sauce Apple

Le sélecteur de bureaux est plutôt sympa. Bien-sur il est toujours possible de changer de bureau avec le raccourcis Ctrl + Alt + Flèche directionnelle.

Unity - Sélecteur d'espaces de travail

On affiche les raccourcis en cliquant sur le logo Ubuntu situé en haut à gauche de l'écran. On peut entrer au clavier le nom de ce que l'on cherche.

Unity - Raccourcis

La recherche d'applications et de fichiers ou dossiers est facilité par ce menu.

Unity - Applications Unity - Fichiers et dossiers

Le dock se masque uniquement s'il gène l'affichage d'une fenêtre. Dans ce cas, pour le faire réapparaitre il faut mettre son pointeur dans le coin supérieur gauche de l'écran. Plus le pointeur se rapproche de ce point, plus le dock devient opaque.

Les lanceurs du dock peuvent afficher une barre de progression et une petite icône.

Unity - Masquage intelligent du dock Unity - Barre de progression sur les icônes

Le seul moyen que j'ai trouvé pour ajouter un lanceur au dock c'est de faire un clique droit sur l'icône de l'application ouverte et de choisir Conserver dans le lanceur. S'il y a trop d'icônes, les dernières sont "compressées".

Unity - Conserver un lanceur Unity - Dock plein

On peut maximiser une fenêtre en la glissant en haut de l'écran.

Unity - Maximiser en glissant la fenêtre en haut Unity - Firefox maximisé

Unity permet aussi de mettre facilement et rapidement deux fenêtres cote à cote. Il suffit d'en glisser une à gauche de l'écran et l'autre à droite.

Unity - Fenêtres cote à cote en les glissant à gauhe ou à droite Unity - Fenêtres cote à cote

Le centre de contrôle est maintenant accessible par défaut via le menu permettant de fermer la session, arrêter, etc.

Unity - Réglages du système

Banshee devenu le lecteur de musique par défaut est intégré à Unity puisque l'icône du son permet de contrôler la musique.

Intégration de Banshee dans Unity

Unity - Raccourcis avec la touche SuperEnfin, des raccourcis clavier permettent de lancer les applications présentes dans le dock. En appuyant sur la touche Super (logo WIndows en général) des lettres et des chiffres s'affichent sur les icônes. On peut donc chercher rapidement une application en tapant Super + a ou lancer Firefox avec Super + 3.

Pour conclure, globalement j'aime bien Unity. Cette évolution dans l'interface utilisateur est selon moi très intéressante. Cependant, on peut noter quelques points négatifs :

  • on ne peut plus utiliser le cube de Compiz pour représenter les bureaux ;
  • Unity nécessite le support de la 3D par le pilote graphique, mais une version 2D existe (paquet unity-2d) ;
  • on ne peut pas personnaliser l'ordre des icônes dans le dock en fait si mais il faut décaler l'icône sur la droite pour pouvoir le déplacer ;
  • uniquement des applications peuvent être ajoutées au dock ;
  • c'est la fin des petits éléments qu'on peut ajouter dans le tableau de bord de Gnome (pas de personnalisation possible).

J'espère que ces lacunes seront considérées par les développeurs d'Ubuntu. J'attends impatiemment le 28 avril 2011 la sortie de Natty (Ubuntu 11.04) pour pouvoir confronter Unity à l'utilisation quotidienne.

 

Being sad reading the GNOME reschedule announcement in this 1st April 2011, I think most of people missed a very important point. That part is: We are particularly encouraging module proposals from alternate desktop shells, which will be given careful consideration.

After, talking to the GNOME release team, I'm really happy to see that they are considering now alternative desktop shells and I'm particularly excited to see a new area of cooperation with GNOME. I'm looking forward to see all those interesting discussions about unity. ;)

31 Mars 2011 à 09:22

Contribuer au projet Ubuntu via YoBoY

On nous parle tout le temps des logiciels libres et des libertés qu'ils nous offrent de pouvoir lire le code source, le modifier, partager ces modifications. Le seul point négatif dans ce discours, c'est que beaucoup d'entre nous n'ont pas les connaissances nécessaires pour utiliser ces libertés. Et pourtant, beaucoup d'entre nous brûlent d'envie d'aider, et de participer à tous ces logiciels libres.

Ce que je passe sous silence, c'est que ces logiciels libres sont également des projets libres, et c'est là que toute aide est la bienvenue. Ces projets ont des sites de support (forum, documentation, irc) où n'importe qui peut aider. Ces projets ont besoin d'être traduits de l'anglais généralement vers notre langue. Ces projets enfin ont besoin d'évoluer et de s'améliorer en suivant toutes les remarques constructives des utilisateurs.

Le projet Ubuntu ne fait pas exception à ces besoins, et il a lui aussi des textes à traduire, des pages de documentation à créer ou améliorer, des bugs à traiter afin que les développeurs s'en occupent. Mais bien sur comme tous les autres projets, tout le monde peut proposer des améliorations du code, des correctifs, et discuter avec les développeurs. Là où il y a un peu de complexité, c'est que Ubuntu regroupe des milliers d'applications, et ce n'est pas nécessairement sur le projet Ubuntu qu'une contribution doit se faire mais sur le projet initial en amont afin que toutes les communautés d'utilisateurs en profitent.

Tous les six mois, la communauté Ubuntu organise une Ubuntu Global Jam. Pendant 3 jours les utilisateurs sont invités à se réunir pour apprendre et s'entraider à contribuer de différentes façon au projet. Vous pouvez retrouver la liste de tous les évènements organisés sur le LoCo Directory.

Je serai présent dimanche 3 avril 2011, à la Cité des sciences et de l'industrie, de 14h à 18h pour notre Ubuntu Global Jam parisienne en compagnie de Gilir (MOTU et développeur sur lubuntu), Pierre (traducteur sur le projet), et Aldian (administrateur de la documentation francophone). Nous vous présenterons différents aspect pour contribuer sur Ubuntu, et ce à tous les niveaux.

Pensez à apporter votre ordinateur pour participer à ces ateliers.

Si je devais classer par ordre de simplicité les différentes façon de contribuer ce serait :

  1. Aider sur le forum ou sur IRC, aider les autres en vous servant de vos connaissances et de votre expérience
  2. Documenter, améliorer la documentation francophone afin que tous les utilisateurs en profite, mais aussi améliorer la documentation directement sur les sites en amont si c'est possible.
  3. Traduire, activité qui semble simple mais qui demande de la rigueur et une bonne maîtrise de l'anglais mais également une très bonne maitrise du français.
  4. Signaler et trier des bugs, là encore une activité en anglais, consistant à signaler les bugs que vous rencontrez ou à compléter les rapports de bugs existants, les confirmer en les reproduisant, afin de faciliter le traitement par les développeurs.
  5. Proposer des patchs, et là il faut savoir programmer dans le langage utilisé, mais la diversité est importante, vous avez le choix suivant les projets entre une multitude de langages comme par exemple html, css, js, php, python, C, C++, vala, ...
J'ai essayé toutes ces activités à un moment ou un autre, histoire de vois ce qui me convenait le mieux. Il ne vous reste plus qu'à faire pareil si vous souhaiter vous aussi contribuer au projet Ubuntu. J'espère vous voir nombreux ce dimanche. Tags: contribuerdocumentationévénementubuntu-frubuntutraductionplanet ubuntu-fr
31 Mars 2011 à 09:22

Contribuer au projet Ubuntu via YoBoY

On nous parle tout le temps des logiciels libres et des libertés qu'ils nous offrent de pouvoir lire le code source, le modifier, partager ces modifications. Le seul point négatif dans ce discours, c'est que beaucoup d'entre nous n'ont pas les connaissances nécessaires pour utiliser ces libertés. Et pourtant, beaucoup d'entre nous brûlent d'envie d'aider, et de participer à tous ces logiciels libres.

Ce que je passe sous silence, c'est que ces logiciels libres sont également des projets libres, et c'est là que toute aide est la bienvenue. Ces projets ont des sites de support (forum, documentation, irc) où n'importe qui peut aider. Ces projets ont besoin d'être traduits de l'anglais généralement vers notre langue. Ces projets enfin ont besoin d'évoluer et de s'améliorer en suivant toutes les remarques constructives des utilisateurs.

Le projet Ubuntu ne fait pas exception à ces besoins, et il a lui aussi des textes à traduire, des pages de documentation à créer ou améliorer, des bugs à traiter afin que les développeurs s'en occupent. Mais bien sur comme tous les autres projets, tout le monde peut proposer des améliorations du code, des correctifs, et discuter avec les développeurs. Là où il y a un peu de complexité, c'est que Ubuntu regroupe des milliers d'applications, et ce n'est pas nécessairement sur le projet Ubuntu qu'une contribution doit se faire mais sur le projet initial en amont afin que toutes les communautés d'utilisateurs en profitent.

Tous les six mois, la communauté Ubuntu organise une Ubuntu Global Jam. Pendant 3 jours les utilisateurs sont invités à se réunir pour apprendre et s'entraider à contribuer de différentes façon au projet. Vous pouvez retrouver la liste de tous les évènements organisés sur le LoCo Directory.

Je serai présent dimanche 3 avril 2011, à la Cité des sciences et de l'industrie, de 14h à 18h pour notre Ubuntu Global Jam parisienne en compagnie de Gilir (MOTU et développeur sur lubuntu), Pierre (traducteur sur le projet), et Aldian (administrateur de la documentation francophone). Nous vous présenterons différents aspect pour contribuer sur Ubuntu, et ce à tous les niveaux.

Pensez à apporter votre ordinateur pour participer à ces ateliers.

Si je devais classer par ordre de simplicité les différentes façon de contribuer ce serait :

  1. Aider sur le forum ou sur IRC, aider les autres en vous servant de vos connaissances et de votre expérience
  2. Documenter, améliorer la documentation francophone afin que tous les utilisateurs en profite, mais aussi améliorer la documentation directement sur les sites en amont si c'est possible.
  3. Traduire, activité qui semble simple mais qui demande de la rigueur et une bonne maîtrise de l'anglais mais également une très bonne maitrise du français.
  4. Signaler et trier des bugs, là encore une activité en anglais, consistant à signaler les bugs que vous rencontrez ou à compléter les rapports de bugs existants, les confirmer en les reproduisant, afin de faciliter le traitement par les développeurs.
  5. Proposer des patchs, et là il faut savoir programmer dans le langage utilisé, mais la diversité est importante, vous avez le choix suivant les projets entre une multitude de langages comme par exemple html, css, js, php, python, C, C++, vala, ...
J'ai essayé toutes ces activités à un moment ou un autre, histoire de vois ce qui me convenait le mieux. Il ne vous reste plus qu'à faire pareil si vous souhaiter vous aussi contribuer au projet Ubuntu. J'espère vous voir nombreux ce dimanche. Tags: contribuerdocumentationévénementubuntu-frubuntutraductionplanet ubuntu-fr
31 Mars 2011 à 09:22

Contribuer au projet Ubuntu via YoBoY

On nous parle tout le temps des logiciels libres et des libertés qu'ils nous offrent de pouvoir lire le code source, le modifier, partager ces modifications. Le seul point négatif dans ce discours, c'est que beaucoup d'entre nous n'ont pas les connaissances nécessaires pour utiliser ces libertés. Et pourtant, beaucoup d'entre nous brûlent d'envie d'aider, et de participer à tous ces logiciels libres.

Ce que je passe sous silence, c'est que ces logiciels libres sont également des projets libres, et c'est là que toute aide est la bienvenue. Ces projets ont des sites de support (forum, documentation, irc) où n'importe qui peut aider. Ces projets ont besoin d'être traduits de l'anglais généralement vers notre langue. Ces projets enfin ont besoin d'évoluer et de s'améliorer en suivant toutes les remarques constructives des utilisateurs.

Le projet Ubuntu ne fait pas exception à ces besoins, et il a lui aussi des textes à traduire, des pages de documentation à créer ou améliorer, des bugs à traiter afin que les développeurs s'en occupent. Mais bien sur comme tous les autres projets, tout le monde peut proposer des améliorations du code, des correctifs, et discuter avec les développeurs. Là où il y a un peu de complexité, c'est que Ubuntu regroupe des milliers d'applications, et ce n'est pas nécessairement sur le projet Ubuntu qu'une contribution doit se faire mais sur le projet initial en amont afin que toutes les communautés d'utilisateurs en profitent.

Tous les six mois, la communauté Ubuntu organise une Ubuntu Global Jam. Pendant 3 jours les utilisateurs sont invités à se réunir pour apprendre et s'entraider à contribuer de différentes façon au projet. Vous pouvez retrouver la liste de tous les évènements organisés sur le LoCo Directory.

Je serai présent dimanche 3 avril 2011, à la Cité des sciences et de l'industrie, de 14h à 18h pour notre Ubuntu Global Jam parisienne en compagnie de Gilir (MOTU et développeur sur lubuntu), Pierre (traducteur sur le projet), et Aldian (administrateur de la documentation francophone). Nous vous présenterons différents aspect pour contribuer sur Ubuntu, et ce à tous les niveaux.

Pensez à apporter votre ordinateur pour participer à ces ateliers.

Si je devais classer par ordre de simplicité les différentes façon de contribuer ce serait :

  1. Aider sur le forum ou sur IRC, aider les autres en vous servant de vos connaissances et de votre expérience
  2. Documenter, améliorer la documentation francophone afin que tous les utilisateurs en profite, mais aussi améliorer la documentation directement sur les sites en amont si c'est possible.
  3. Traduire, activité qui semble simple mais qui demande de la rigueur et une bonne maîtrise de l'anglais mais également une très bonne maitrise du français.
  4. Signaler et trier des bugs, là encore une activité en anglais, consistant à signaler les bugs que vous rencontrez ou à compléter les rapports de bugs existants, les confirmer en les reproduisant, afin de faciliter le traitement par les développeurs.
  5. Proposer des patchs, et là il faut savoir programmer dans le langage utilisé, mais la diversité est importante, vous avez le choix suivant les projets entre une multitude de langages comme par exemple html, css, js, php, python, C, C++, vala, ...
J'ai essayé toutes ces activités à un moment ou un autre, histoire de vois ce qui me convenait le mieux. Il ne vous reste plus qu'à faire pareil si vous souhaiter vous aussi contribuer au projet Ubuntu.J'espère vous voir nombreux ce dimanche.
31 Mars 2011 à 09:22

Contribuer au projet Ubuntu via YoBoY

On nous parle tout le temps des logiciels libres et des libertés qu'ils nous offrent de pouvoir lire le code source, le modifier, partager ces modifications. Le seul point négatif dans ce discours, c'est que beaucoup d'entre nous n'ont pas les connaissances nécessaires pour utiliser ces libertés. Et pourtant, beaucoup d'entre nous brûlent d'envie d'aider, et de participer à tous ces logiciels libres.

Ce que je passe sous silence, c'est que ces logiciels libres sont également des projets libres, et c'est là que toute aide est la bienvenue. Ces projets ont des sites de support (forum, documentation, irc) où n'importe qui peut aider. Ces projets ont besoin d'être traduits de l'anglais généralement vers notre langue. Ces projets enfin ont besoin d'évoluer et de s'améliorer en suivant toutes les remarques constructives des utilisateurs.

Le projet Ubuntu ne fait pas exception à ces besoins, et il a lui aussi des textes à traduire, des pages de documentation à créer ou améliorer, des bugs à traiter afin que les développeurs s'en occupent. Mais bien sur comme tous les autres projets, tout le monde peut proposer des améliorations du code, des correctifs, et discuter avec les développeurs. Là où il y a un peu de complexité, c'est que Ubuntu regroupe des milliers d'applications, et ce n'est pas nécessairement sur le projet Ubuntu qu'une contribution doit se faire mais sur le projet initial en amont afin que toutes les communautés d'utilisateurs en profitent.

Tous les six mois, la communauté Ubuntu organise une Ubuntu Global Jam. Pendant 3 jours les utilisateurs sont invités à se réunir pour apprendre et s'entraider à contribuer de différentes façon au projet. Vous pouvez retrouver la liste de tous les évènements organisés sur le LoCo Directory.

Je serai présent dimanche 3 avril 2011, à la Cité des sciences et de l'industrie, de 14h à 18h pour notre Ubuntu Global Jam parisienne en compagnie de Gilir (MOTU et développeur sur lubuntu), Pierre (traducteur sur le projet), et Aldian (administrateur de la documentation francophone). Nous vous présenterons différents aspect pour contribuer sur Ubuntu, et ce à tous les niveaux.

Pensez à apporter votre ordinateur pour participer à ces ateliers.

Si je devais classer par ordre de simplicité les différentes façon de contribuer ce serait :

  1. Aider sur le forum ou sur IRC, aider les autres en vous servant de vos connaissances et de votre expérience
  2. Documenter, améliorer la documentation francophone afin que tous les utilisateurs en profite, mais aussi améliorer la documentation directement sur les sites en amont si c'est possible.
  3. Traduire, activité qui semble simple mais qui demande de la rigueur et une bonne maîtrise de l'anglais mais également une très bonne maitrise du français.
  4. Signaler et trier des bugs, là encore une activité en anglais, consistant à signaler les bugs que vous rencontrez ou à compléter les rapports de bugs existants, les confirmer en les reproduisant, afin de faciliter le traitement par les développeurs.
  5. Proposer des patchs, et là il faut savoir programmer dans le langage utilisé, mais la diversité est importante, vous avez le choix suivant les projets entre une multitude de langages comme par exemple html, css, js, php, python, C, C++, vala, ...
J'ai essayé toutes ces activités à un moment ou un autre, histoire de vois ce qui me convenait le mieux. Il ne vous reste plus qu'à faire pareil si vous souhaiter vous aussi contribuer au projet Ubuntu.J'espère vous voir nombreux ce dimanche.

GeTax, le logiciel de saisie de déclaration d’impôts pour les contribuables genevois (disponible également pour la plupart des autres cantons suisses) est sorti il y a quelques mois, mais malgré tous les efforts consentis pour aider l’éditeur du logiciel DV Bern et l’administration fiscale du canton pour qu’ils réalisent des paquets d’installation utilisables par le commun des mortels, force est de constater que si vous n’êtes pas un administrateur système Linux confirmé, il vous sera à nouveau impossible d’installer ou d’utiliser ce logiciel sans l’aide d’un tiers.

En effet, les instructions données par l’équipe de GeTax sont plus que lacunaires :

Téléchargez le fichier ci-dessus, et après téléchargement :

  • ouvrez un terminal,
  • positionnez-vous dans le répertoire où se trouve le fichier d’installation (avec la commande « cd ») ;
  • tapez la formule magique (sic) : sh ./getax2010_linux_v120.bin
    et GeTax2010 s’installe.

Si par votre pratique régulière de la magie noire et diverses incantations de commandes obscures vous arrivez par miracle à installer GeTax avec ces instructions (si c’est le cas, pensez à passer une certification Linux, vous êtes prêts !), vous vous retrouverez néanmoins comme les autres années avec toute une palette de problèmes secondaires déjà décrits en 2009 (impossible d’ouvrir les PDF avec le lecteur par défaut, pas de raccourci sur le bureau ou dans le menu des applications pour lancer GeTax, etc.).

J’ai pourtant au fil des années proposé de nombreuses solutions à DV Bern et à l’administration :

  • Pour GeTax 2008, après avoir décrit en détails comment installer ce logiciel, j’ai communiqué à l’équipe de GeTax une liste des problèmes et fourni les patches nécessaires pour les corriger ; j’ai ensuite construit des paquets d’installation faciles à utiliser pour les utilisateurs des distributions Linux les plus connues.
  • Pour GeTax 2009, l’administration fiscale a fait appel a mes services pour réaliser de nouveaux paquets et je les en remercie ; néanmoins, ils n’ont pas été diffusés depuis leur site ou le CD-ROM officiel ce qui a évidemment grandement limité leur intérêt (plus d’un millier de contribuables ont néanmoins téléchargé les paquets depuis mon site).
  • Pour GeTax 2010, j’ai été en communication avec DV Bern et l’administration fiscale de plusieurs cantons qui m’ont indiqué ne pas avoir les ressources nécessaires pour réaliser ces paquets eux-mêmes ou avec mon concours (max. 1 à 2 jours de travail).

Il faut savoir que les problèmes rencontrés avec GeTax touchent de façon identique toutes les autres applications de l’éditeur de ce logiciel (déclaration pour les personnes morales, certificats de salaires, etc.) et qu’il est difficile à comprendre pourquoi ils ne résolvent pas ces problèmes à la source (il suffirait en effet d’appliquer mes corrections et de mettre à disposition un dépôt officiel pour ces logiciels afin de profiter des mises à jour automatiques proposées par le système d’exploitation).

À cause de tous ces défauts et de mon investissement dans ce domaine, comme chaque année, plusieurs dizaine de personnes me contactent afin de me demander comment installer ce logiciel ou générer le PDF de la déclaration et je me retrouve à fournir du support technique à la place des administration fiscales concernées. De leur côté, les administrations indiquent qu’elles ne reçoivent pas assez de plaintes ou n’ont pas assez de contribuables sous Linux pour considérer cette situation comme un problème (on retrouve ici un problème déjà rencontré avec l’implémentation de Linux dans les écoles publiques : si on remet aux utilisateurs des outils volontairement déficients, ceux-ci préféreront utiliser une solution alternative (utiliser un poste de travail sous Windows, faire faire leur déclaration par un tiers), plutôt que de perdre du temps à se plaindre aux personnes sensées leur fournir ces outils.

J’invite donc les utilisateurs Linux de GeTax (VaudTax, JuraTax, VSTax, etc.), GeTaxPM,  Certificat de salaires, etc. qui souhaitent mettre un terme à cette situation à contacter leurs administrations afin de se plaindre du traitement déplorable qui est fait aux utilisateurs de Linux qui disposent pourtant du système d’exploitation sous lequel l’installation de logiciels est certainement l’une des fonctions les plus abouties et simples en comparaison de Windows et Mac OSX.

N’hésitez pas à commenter cet article ou mes paquets d’installation dans vos commentaires et retrouvez mes paquets GeTax sur http://getax.ernstfamily.ch (je n’aurai pas le temps cette année de les tester sur autant de distributions, versions et architectures que l’année passée, mais n’hésitez pas à me contacter en cas de difficulté avec votre distribution de Linux ou configuration particulière).

flattr this!

J’ai récemment migré mon poste de test vers Ubuntu 11.04 (Natty Narwhal, version Alpha 3, Amd64), comme d’habitude, non pas une installation complète mais une mise à niveau via la commande:

update-manager -d

qui permet de mettre à jour le système vers la version de développement.

Une fois la mise à niveau effectuée, l’interface graphique ne s’est pas relancée automatiquement, problème lié au pilote nvidia précédemment utilisé. Une fois le fichier de configuration de xorg renommé à l’aide de la commande suivante:

sudo mv /etc/X11/xorg.conf /etc/X11/xorg.conf.old

Gdm ne se lance pas tout seul, je relance gdm dans les services au démarrage (désactivé automatiquement lors de la mise à niveau ???):

sudo update-rc.d -f gdm defaults

Puis suit un redémarrage du système, je retrouve enfin mon écran de login. Une fois logué (session classique), je reconfigure le pilote nvidia via l’interface graphique en exécutant nvidia-xconfig puis nvidia-settings.

Je retrouve l’usage de mes 2 écrans en twinview (bureau en continu sur les 2 écrans).

Autres problèmes:

Unity:

Sur mon poste et malgré plusieurs tentatives, impossible d’utiliser l’interface « Unity » pourtant configurée en tant qu’interface par défaut lors du login (choisir « interface classique » au login pour basculer sur gnome)

Firefox 4:

Incompatibilité de profil entre Firefox 3.6 et Firefox 4, impossible de lancer Firefox 4 même en safe mode, j’ai du renommer mon profil afin qu’un nouveau puisse être crée. j’ai ensuite réimporté mes favoris sur celui-ci.

mv /home/user/.mozilla /home/user/.mozilla.ff3_6

Une fois cette manipulation effectuée, Firefox 4 se lance sans problème. La restauration des favoris se fait via le gestionnaire de bookmark => Import => Sélectionner le dernier fichier de backup dans le profil « .mozilla.ff3_6″.

Pour le reste, tout semble fonctionner convenablement hormis quelques freeze complet (arret disques durs + perte clavier et souris) de temps en temps, problème récurrent sur ce poste depuis Ubuntu 9.10. (spécifique à la version 64 bits)

Pour test, une Debian Squeeze est également installée sur ce poste, sur le même disque dur et avec les même applications, je n’ai pas le moindre problème de freeze.

Certains d’entre vous ont déjà testé cette future version d’Ubuntu, d’autres s’y interressent et se demande s’ils peuvent franchir le pas avant la mise à disposition de la version finale. Cette version ne me semble pas encore suffisamment stable pour ceux qui ne s’y connaissent pas suffisamment en ligne de commande. De plus Unity proposé comme interface par défaut est encore loin d’être opérationnel sur cette version en tout cas.

Si vous rencontrez d’autres problèmes spécifiques, que vous ayez ou non trouvé une solution, venez partager votre expérience en laissant un commentaire afin de recenser les problèmes les plus fréquents avec cette nouvelle version (La version beta 1 est prévue pour le 31 mars 2011 pour une version finale le 28 avril 2011).

flattr this!

Voici une méthode permettant d’installer LibreOffice 3 à partir d’un dépôt Personal Package Archive (PPA). L’avantage du PPA par rapport à l’installation manuelle à partir des fichiers « .deb » est de recevoir les mises à jour ainsi que les mises à niveau automatiquement.

Veuillez noter que OpenOffice.org et LibreOffice ne peuvent coexister. Installer LibreOffice en suivant ces instructions supprimera OpenOffice.org de votre système.

Les manipulations qui suivent nécessitent des manipulations à effectuer avec des droits superutilisateurs (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système. Je ne suis donc pas responsable de vos erreurs.

L’installation

Dans un terminal (Applications> Accessoires> Terminal):

sudo add-apt-repository ppa:libreoffice/ppa

On met à jour:

sudo apt-get update

On installe me « meta-package » LibreOffice:

sudo apt-get install libreoffice

Ensuite l’intégration pour gnome:

sudo apt-get install libreoffice-gnome

Et pour terminer la langue française:

sudo apt-get install libreoffice-l10n-fr

Voilà un tout nouveau LibreOffice

Notes:

Il est possible d’installer des applications spécifiques de LibreOffice, au lieu de toutes les applications.

  • libreoffice-writer: Traitement de textes
  • libreoffice-calc: Feuille de calcul
  • libreoffice-impress: Présentations
  • libreoffice-draw: Dessin
  • libreoffice-base: Base de données
  • libreoffice-math: Éditeur d’équations
  • libreoffice-filter-mobiledev: Filtres pour dispositifs mobiles

Si vous utilisez KDE comme bureau, l’intégration peut se faire par la commande suivante:

sudo apt-get install libreoffice-kde

Source

Également à lire.....

Étant l'heureux possesseur d'une freebox V6, et étant comme tout le monde en incapacité de lire les fichiers de sous-titre (srt), j'ai décidé ce week-end d'essayer de régler le problème (principalement pour la tranquilité du ménage ;)).

Lire les fichiers srt

Résumons, le protocole UPnP, utilisé entre la freebox server et le freebox player, ne permet pas de lire les fichiers srt (ce n'est tout simplement par suppporté par le protocole).

La solution est donc de se servir d'un serveur[1] domestique (celui où se trouve ce blog en réalité), afin de réencoder au fur et à mesure la vidéo avec les sous-titres et ne proposer qu'un flux unique contenant la réunion des deux. Pour cela, j'ai utilisé mediatomb sur mon serveur lucid, et après avoir corrigé et simplifié le script sur la documentation francophone d'ubuntu, j'ai enfin accès aux vidéos, avec des sous-titres sur la freebox V6! Pour ceux qui veulent en savoir plus, voir les avantages et les inconvénients du transcoding.

Vidéos sur Youtube

Vu qu'il m'arrive (rarement) de regarder quelques émissions sur Youtube, je me suis dit qu'il serait dommage de s'arrêter en si bon chemin :)

Je me suis donc mis en quête d'envoyer les flux mp4 (H.264) directement au freebox player. La documentation officielle de mediatomb explique cela assez bien. Il suffit d'ajouter un:

<account user="utilisateur" password="mot de passe"/> au bon endroit du fichier de configuration (/etc/mediatomb/config.xml), puis de changer la section:

@@<YouTube enabled="yes" refresh="28800" update-at-start="yes" purge-after="604800" racy-content="exclude" hd="no"> <favorites user="utilisateur"/> <standardfeed feed="most_viewed" time-range="today"/> <playlists user="utilisateur"/> <uploads user="utilisateur"/> <standardfeed feed="recently_featured" time-range="today"/> </YouTube>@@

en replaçant bien entendu le nom d'utilissateur et le mot de passe aux bons endroits.

Cependant, cela ne marchait pas (je n'avais pas accès au compte "Online Service") de mediatomb. En lisant la documentation, il est fait état que cette fonctionnalité utilise curl. Pas de problème, un apt-get install curl fixe cela! Cependant, après un redémarrage de mediatomb, je ne vois toujours rien à part les flux récents sur Youtube :/

Quelques recherches montrent rapidement que la version incluse dans la 10.04 (0.12.0~svn2018) de mediatomb, ne supporte plus YouTube. Je trouve alors le ppa de micahg (le mainteneur d'ubuntu) qui a backporté 0.12.1 pour lucid.

Installation et hop redémarrage! Je vois alors toujours les flux récents et mes favoris, mais le Freebox player m'indique que le fux n'est pas valide. Que se passe-t-il?

En regardant les logs, je vois que mediatomb se reçoit (méchamment) une page 404 de Youtube. Après un peu de recherche, il semble que Youtube ait récemment changé quelques adresses. Un patch posté sur le bugtracker de mediatomb corrige ceci. Je l'ai intégré à 0.12.1 et envoyé sur mon ppa pour lucid. Après installation, tout se passe bien, je vois donc les vidéos sur Youtube sur la freebox V6. Il me suffit d'ajouter les vidéos en favoris sur mon compte pour y avoir directement accès par upnp sur tous mes lecteurs :)

Mais quel fût ma stupeur en voyant de nombreuses erreurs (tâches vertes, freeze complet, etc.) sur cette vidéo par exemple. Voulant vérifier que le problème venait bien de médiatomb, je me suis rué sur ma playstation 3. Elle cependant, lit cette même vidéo avec le même serveur UPnP mediatomb parfaitement… je peux mettre en pause, accélérer, arrêter.

Bref, encore du travail à faire au niveau de la Freebox V6 et de son player? Il semble bien, aussi bien pour trouver une solution pour ces sous-titres que dans les codecs supportés (même si le H.264 est officiellement supporté). Report de bug pour le freeplayer ici.).

Notes

[1] redondance!

Pages