Planet

Depuis le passage à Ubuntu 11.10, impossible de lire ses fichiers mp3 locaux. Spotify nous gratifie d’un joli message nous indiquant qu’il y a une erreur avec le décodeur audio.

Attention, même si ce sont des paquets issues des dépôts officiels d’Ubuntu, le fait d’installer des paquets des paquets d’une ancienne version n’est pas supporté par Ubuntu. Vous êtes seul responsable de vos agissements, ne venez pas vous plaindre si vous avez tué un manchot sans défense (ben oui, ce sont les morses qui ont des défenses).

Pour régler ce problème, télécharger les 3 fichiers suivants:

OS 32bits:

wget https://launchpad.net/~ubuntu-security/+archive/ppa/+build/2789249/+files/libavcodec52_0.6.2-1ubuntu1.1_i386.deb
wget https://launchpad.net/~ubuntu-security/+archive/ppa/+build/2789249/+files/libavformat52_0.6.2-1ubuntu1.1_i386.deb
wget https://launchpad.net/~ubuntu-security/+archive/ppa/+build/2789249/+files/libavutil50_0.6.2-1ubuntu1.1_i386.deb

OS 64bits:

wget https://launchpad.net/~ubuntu-security/+archive/ppa/+build/2789247/+files/libavutil50_0.6.2-1ubuntu1.1_amd64.deb
wget https://launchpad.net/~ubuntu-security/+archive/ppa/+build/2789247/+files/libavcodec52_0.6.2-1ubuntu1.1_amd64.deb
wget https://launchpad.net/~ubuntu-security/+archive/ppa/+build/2789247/+files/libavformat52_0.6.2-1ubuntu1.1_amd64.deb

Ensuite, installez-les:
sudo dpkg -i libav*

Et relancez Spotify :)

Il peut arriver que l'on ait besoin de bidouiller un paquet existant, le plus souvent pour appliquer une correction de bogue à une application non encore publié sous une version plus récente. La procédure est relativement simple :

  1. Récupérer le paquet source via apt-get source nom-du-paquet-source ;
  2. Rendez-vous dans le répertoire du paquet source et faîtes ce qui doit fait (patch, etc) ;
  3. Exécuter debchange --nmu "bla bla bla" en tapant une description appropriée de la modification effectuée, cela incrémentera le numéro de version de sorte que le système n'écrasera pas votre paquet par celui d'origine ;
  4. Exécuter debuild ;
  5. Installer et profitez de votre paquet !

Bon, j'espère sincèrement ne pas vous saturer par la haute fréquence de mes billets…

ClipGrab est une application libre permettant à la fois de télécharger des vidéos sur internet et de les convertir en différents formats comme WMV, MPEG4, OGG Theora, MP3 (audio) et OGG Vorbis (audio).

La recherche de vidéos s’effectue sur YouTube.

Vous pouvez également si vous le souhaitez télécharger des vidéos sur les sites Clipfish, Collegehumor, Dailymotion, MyVideo, MySpass, Sevenload, Tudou et Vimeo en indiquant le lien de la vidéo désirée.

Comme le montre la capture d’écran ci-dessus, le choix du format se fait au lancement du téléchargement.

ClipGrab n’étant pas disponible dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez l’installer qu’en toute connaissance de cause en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

sudo add-apt-repository ppa:clipgrab-team/ppa && sudo apt-get update && sudo apt-get install clipgrab

ClipGrab est désormais accessible depuis votre dash.

Pour installer ClipGrab dans d’autres distributions, il vous suffit de vous rendre sur le site de l’application.

Amusez-vous bien.

 

Billets reliés

Alors que Firefox 8 est sorti il y a à peine plus de deux semaines, La fondation Mozilla propose déjà aux utilisateurs de télécharger la première bêta de sa prochaine mouture. Une des nouveautés majeures de cette version est  la nette amélioration de l’exécution de javascript (44 % plus rapide que Firefox 8).

Si vous êtes du genre peu patient et que vous souhaitez tester cette bêta sans attendre la sortie officielle de la version stable -chose que je recommande, car Mozilla se plaint souvent du peu de remonté de bugs des versions GNU/Linux – voilà un petit billet pour vous expliquer comment l’installer via les dépôts ppa de Mozilla.

Pour l’installer donc, commencer par ajouter ce dépôt ppa avec la commande suivante :

$ sudo add-apt-repository ppa:mozillateam/firefox-next

Ensuite mettez à jour votre sources.list :

$ sudo apt-get update

Enfin, installer la nouvelle version de firefox :

$ sudo apt-get install firefox

Une dernière chose, n’oublier pas de mettre à jour votre distribution régulièrement, pour télécharger les mises à jours proposé par Mozilla.

Cet article Installer Firefox 9 sur ubuntu 11.04 et 11.10 est apparu en premier sur crowd42.

No related posts.

25 Novembre 2011 à 17:46

World of Warcraft sur Linux via Quack1

Certains d'entre vous jouent peut être à World Of Warcraft sur Linux en utilisant wine.Pour ceux qui souhaiteraient le faire, il y a un très bon tutoriel dédié dans la doc d'Ubuntu.

Personnellement, la chose m'avait un peu rebutée à cause d'un nombre d'images par secondes (ips ou fps(en anglais)).

J'ai découvert hier matin une petite astuce pour l'augmenter considérablement.

Il suffit de cocher l'option "Réduire la latence" dans les options vidéo de World of Warcraft :

Bon, évidemment, l'image est un peu plus moche qu'avant, mais ça n'empêche absolument pas de jouer :P Et ça nous évite de devoir rebooter sur Windows pour pouvoir geeker entre 2 lignes de codes!!

J'espère que ça marchera aussi chez vous, mais il n'y a pas de raisons ;)

25 Novembre 2011 à 17:46

World of Warcraft sur Linux via Quack1

Certains d'entre vous jouent peut être à World Of Warcraft sur Linux en utilisant wine.Pour ceux qui souhaiteraient le faire, il y a un très bon tutoriel dédié dans la doc d'Ubuntu.

Personnellement, la chose m'avait un peu rebutée à cause d'un nombre d'images par secondes (ips ou fps(en anglais)).

J'ai découvert hier matin une petite astuce pour l'augmenter considérablement.

Il suffit de cocher l'option "Réduire la latence" dans les options vidéo de World of Warcraft :

Bon, évidemment, l'image est un peu plus moche qu'avant, mais ça n'empêche absolument pas de jouer :P Et ça nous évite de devoir rebooter sur Windows pour pouvoir geeker entre 2 lignes de codes!!

J'espère que ça marchera aussi chez vous, mais il n'y a pas de raisons ;)

Petit billet pour voir comment intégrer des sous titres sur une vidéo sur Ubuntu.

Nous allons utiliser un petit logiciel en ligne de commande, mencoder, qui est inclut dans le logiciel mplayer (qui, lui, permet de lire des vidéos directement depuis la ligne de commande). On peut installer mencoder directement depuis apt ici.

De plus, le logiciel ffmpeg est assez utile, pour récupérer des informations sur la vidéo, et il est aussi indispensable à mencoder.

Pour installer les deux logiciels depuis la ligne de commande, tapez :

sudo apt-get install ffmpeg mencoder

L'utilisation de mencoder est très simple. Il suffit de lui passer en argument la vidéo originale, le fichier de sous-titres et le nom du fichier à créer. On peut également rajouter quelques options concernant l'encodage de la vidéo, du son, ainsi que des options concernant le format du sous titre.

Voici la ligne de commande que j'utilise :

mencoder video_originale.avi -sub fichier_sous_titre.srt -fontconfig -font Arial -subfont-text-scale 4 -utf8 -oac mp3lame -lameopts br=128 -ovc xvid -xvidencopts bitrate=1200 -o video_sous_titrée.avi

Il ne reste plus qu'à faire Entrée et le tour est joué ;) 

Voici le détail des options (vous trouverez plus d'infos dans la page de manuel ou sur le net). Je rappelle que ce sont les options que j'utilise personnellement. Beaucoup d'autres sont dispo dans le manuel ;) :

-fontconfig -font Arial

On donne ici la police de caractères à utiliser. Dans ce cas, Arial. (Ca reste quelque chose de basique, mais ça rend très bien pour des sous-titres :P)

-subfont-text-scale 4

On défini ici la taille des sous-titres. Attention, cela correspond au pourcentage de la taille de l'écran. Dans mon cas, les lettres feront 4% de la taille de la vidéo.

-utf8

Le format d'encodage des caractères, pour éviter d'avoir des mauvaises surprises sur la vidéo finale.

-oac mp3lame

Ici, on défini l'Output Audio Codec : donc Lame, implémentation open-source du format MP3.

-lameopts br=128

Les options spécifiques à Lame : je donne juste le bitrate que je souhaite avoir, soit 128kbps.

-ovc xvid

Ici, c'est comme plus haut, sauf que cela concerne la vidéo (Output Video Codec). Du Xvid, ça rest standard pour des bonnes vidéos ;)

-xvidencopts bitrate=1200

Et maintenant les options spécifiques à Xvid. Comme pour Lame, je donne juste le bitr ate de ma vidéo : 1200kbps.   Et voilà, vous êtes prêt à intégrer vos sous titres sur vos vidéos!! Si vous souhaitez éditer facilement vos sous-titres, en voyant votre vidéo en même temps pour avoir un meilleur rendu, vous pouvez utiliser Gnome-Subtitles(comme son nom l'indique, il est fait pour Gnome, mais il devrait sûrement fonctionner sur Kde ou Xfce ;) )

Petit billet pour voir comment intégrer des sous titres sur une vidéo sur Ubuntu.

Nous allons utiliser un petit logiciel en ligne de commande, mencoder, qui est inclut dans le logiciel mplayer (qui, lui, permet de lire des vidéos directement depuis la ligne de commande). On peut installer mencoder directement depuis apt ici.

De plus, le logiciel ffmpeg est assez utile, pour récupérer des informations sur la vidéo, et il est aussi indispensable à mencoder.

Pour installer les deux logiciels depuis la ligne de commande, tapez :

sudo apt-get install ffmpeg mencoder

L'utilisation de mencoder est très simple. Il suffit de lui passer en argument la vidéo originale, le fichier de sous-titres et le nom du fichier à créer. On peut également rajouter quelques options concernant l'encodage de la vidéo, du son, ainsi que des options concernant le format du sous titre.

Voici la ligne de commande que j'utilise :

mencoder video_originale.avi -sub fichier_sous_titre.srt -fontconfig -font Arial -subfont-text-scale 4 -utf8 -oac mp3lame -lameopts br=128 -ovc xvid -xvidencopts bitrate=1200 -o video_sous_titrée.avi

Il ne reste plus qu'à faire Entrée et le tour est joué ;) 

Voici le détail des options (vous trouverez plus d'infos dans la page de manuel ou sur le net). Je rappelle que ce sont les options que j'utilise personnellement. Beaucoup d'autres sont dispo dans le manuel ;) :

-fontconfig -font Arial

On donne ici la police de caractères à utiliser. Dans ce cas, Arial. (Ca reste quelque chose de basique, mais ça rend très bien pour des sous-titres :P)

-subfont-text-scale 4

On défini ici la taille des sous-titres. Attention, cela correspond au pourcentage de la taille de l'écran. Dans mon cas, les lettres feront 4% de la taille de la vidéo.

-utf8

Le format d'encodage des caractères, pour éviter d'avoir des mauvaises surprises sur la vidéo finale.

-oac mp3lame

Ici, on défini l'Output Audio Codec : donc Lame, implémentation open-source du format MP3.

-lameopts br=128

Les options spécifiques à Lame : je donne juste le bitrate que je souhaite avoir, soit 128kbps.

-ovc xvid

Ici, c'est comme plus haut, sauf que cela concerne la vidéo (Output Video Codec). Du Xvid, ça rest standard pour des bonnes vidéos ;)

-xvidencopts bitrate=1200

Et maintenant les options spécifiques à Xvid. Comme pour Lame, je donne juste le bitr ate de ma vidéo : 1200kbps.   Et voilà, vous êtes prêt à intégrer vos sous titres sur vos vidéos!! Si vous souhaitez éditer facilement vos sous-titres, en voyant votre vidéo en même temps pour avoir un meilleur rendu, vous pouvez utiliser Gnome-Subtitles(comme son nom l'indique, il est fait pour Gnome, mais il devrait sûrement fonctionner sur Kde ou Xfce ;) )

Avec l’abandon de Gnome 2.0, au profit de Unity, la sortie de la dernière version de Ubuntu – Oneiric Ocelot – a soulevé beaucoup de controverses. La grande distribution gagnante de la situation, c’est bien Linux Mint et pourtant…

Honnêtement, je ne sais pas dire si la situation me plaît ou me dérange. Je vous l’ai déjà dis, Ubuntu c’était mieux avant. Pourtant, il faut reconnaître que cette nouvelle mouture est encore une fois très réussie. Unity est toujours une aussi mauvaise interface à mon goût mais Gnome Shell peut être installé sur cette dernière version d’Ubuntu. Et une fois Gnome Shell installé (avec les dépôts webupd8 qui sont nettement plus complets), on se retrouve avec une distribution puissante, stable, complète et abordable. Aussi, Ubuntu 11.10 , Oneiric Ocelot, est très réussi.

Malgré tout, ceux qui prétendent que Ubuntu ne se résume pas à son interface sont à mon avis dans le faux. Canonical a toujours voulu avec Ubuntu démocratiser l’accès à Linux. Aussi l’immense majorité des Ubunteros ne sont pas des power-users. Ces même utilisateurs n’ont pas envie de rajouter un dépôt tiers pour installer une nouvelle interface. D’ailleurs, la majorité des utilisateurs de Windows ne sauraient dire les différences autres d’esthétiques entre Windows XP et Windows 7.

Arrive Linux Mint 12 avec ses extensions MGSE qui permettent une transition plus douce depuis Gnome Shell. Les utilisateurs s’emballent et Linux Mint est sur toutes les lèvres. Enfin, c’est surtout les blogger qui s’excitent. Au point que certain prèchent Mint avec des mauvaises statistiques se référant uniquement sur les recherche par mots pendant que d’autres annoncent (moi aussi je me suis vautré sur twitter) prématurément la sortie de la version 12. Moi l’idée me plaît, après tout depuis que j’ai découvert Mint (avec la version 9), je clame haut et fort que cette distribution est incontournable.

Je pense malgré tout qu’il serait bon de remettre les pendules à l’heure. Linux Mint n’est pas LMDE même si les deux sont intrinsèquement lié. Linux Mint ne repose pas sur Debian mais sur Ubuntu. En gros, l’essoufflement de Ubuntu ne serait pas sans conséquences sur Linux Mint. Linux Mint a besoin d’Ubuntu pour exister. C’est également amusant de voir que les reproches fait à Ubuntu ne le sont pas fait à Mint : Mint intègre autant – voir plus – de solutions propriétaires que Ubuntu.

Alors, pour conclure, je crois qu’il serait bon de rappeler à tout le monde qu’avant de condamer Ubuntu au profit de cette géniale distribution qu’est Mint, rappelez vous que les deux sont interdépendantes, ont les même défauts et cohabitent parfaitement…

20 Novembre 2011 à 16:44

Exemple de rapport en LaTeX via Hiko Seijûrô

Logo de LaTeX Il y a presque deux mois j'ai rédigé mon rapport de stage en LaTeX. Si vous ne connaissez pas LaTeX, direction Wikipédia. Je propose dans ce billet uniquement un modèle de rapport qui pourras servir à des étudiants d'informatique (ou autres).

Avant tout, je partage un tutoriel qui m'a bien servi : Tutoriel LaTeX.

Pour pouvoir compiler des fichiers LaTeX sur Ubuntu, il faut d'abord installer les paquets texlive et texlive-lang-french.

sudo apt-get install texlive texlive-lang-french

Il existe certainement un plugin LaTeX pour votre éditeur de texte préféré. Pour gedit installez gedit-latex-plugin, pour vim installez vim-latexsuite et pour emacs installez auctex.

Voici ci dessous le rendu au format PDF du rapport exemple et les fichiers sources LaTeX.

Exemple de rapport au format PDF Sources LaTeX de l'exemple de rapport

La page titre est très fortement inspiré de celle décrite sur WikiBooks.

Décompressez les sources et vous y trouverez des fichiers textes dont l’extension est .tex. Ce sont ses fichiers qu'il faut éditer. Il faut donner les droits d'exécution aux exécutables.

unzip sample_report.zip cd sample_report/ chmod +x make.sh clean.sh # si besoin

Ensuite, vous pouvez compiler et supprimer les fichiers temporaires très simplement.

./make.sh # générer le fichier PDF evince rapport.pdf & # ouvrir le fichier PDF ./clean.sh # nettoyer

Pages