Planet

18 Juillet 2010 à 10:47

Un vrai netbook avec Ubuntu Netbook Edition via Sbskl

Les netbooks sont d'agréables compagnons. Depuis leur apparition, les modèles n'ont cessé de se multiplier. Il y a eu l'initiateur Asus avec son EeePC 700 sous Xandros. L'interface était prometteuse mais les sirènes de Microsoft lui auront été fatales… Dell à fait une tentative avec son Mini 9 sous Ubuntu mais il a subit le même sort… Depuis, les netbooks, c'est "Windows XP" ou "Windows 7 Starter Edition", en clair un PC portable comme un autre sans la moindre adaptation. A quelques détails près pour "Windows Starter Edition" puisque c'est une version bridée (Essayez de changer le fond d'écran par exemple).

Mais dites vous que tout n'est pas perdu, Ubuntu est là ! Et sa version Netbook est terrible !

ATTENTION : Les manipulations qui vont suivre effacent l'intégralité de votre netbook ! Des instructions sont données afin de sauvegarder vos données mais n'hésitez pas user d'autres moyens pour sauvegarder vos données. Si vous n'êtes pas sûr de vous, ne faites rien ou faites vous aider.

Cet article est une version plus complète d'un précédent qui ne parlait que de l'optimisation sur un Dell Mini 9.

Sauvegarde

Avant d'installer votre nouveau système, il faut commencer par sauvegarder tout ce qui se trouve sur votre Netbook.
Pour cela, vous devez avoir à disposition un disque dur externe ou à défaut – si vous n'avez pas trop de donnée – une clé USB.
Les explications qui vont suivre permettent de sauvegarder vos données en partant du principe qu'elles sont stockées dans votre répertoire personnel. Si vous avez eu la mauvaise idée (la contrainte ?) de stocker des fichiers ailleurs, répéter les opérations pour tous les dossiers concernés.

Sous un Linux

Placez vous dans un terminal, soit en lançant l'application "Terminal" ou à l'aide de Ctrl+Alt+F1 (dans ce cas, vous devrez vous connecter avec votre nom/mot de passe).
Avant de commencer nous devons savoir à quelle répertoire correspond le disque dur/clé USB. Lancez la commande suivante :

df -h

Une liste de ce genre apparait :

Sys. de fich.            Tail. Occ. Disp. %Occ. Monté sur /dev/sda1              19G  6,2G   12G  36% / none                 1001M  308K 1001M   1% /dev none                 1005M  644K 1005M   1% /dev/shm none                 1005M  204K 1005M   1% /var/run none                 1005M     0 1005M   0% /var/lock none                 1005M     0 1005M   0% /lib/init/rw /dev/sda3             125G   66G   53G  56% /home /dev/sdb1             466G  296G  171G  64% /media/Iomega

Sous Linux les disques sont identifiés par des chemins finissant par des lettres : /dev/sda correspond au premier disque dur; /dev/sdb au deuxième, etc. Pour information, le chiffre qui suit identifie la partition. Le netbook est livré avec un seul disque dur (ou disque Flash), donc toutes les lignes commençant par /dev/sda correspondent à ce disque. Dans notre exemple, le disque dur/clé USB est donc /dev/sdb1. Les fichiers présent sur votre disque dur/clé USB se trouvent donc dans le répertoire /media/Iomega. Notez bien le votre.
Maintenant que vous savez où sauvegarder, voici la commande pour faire la sauvegarde :

rsync -avh /home/toto /media/Iomega

Dans l'exemple, remplacer toto par votre nom d'utilisateur, et /media/Iomega par le chemin de votre disque dur/clé USB. Je vous suggère de créer un répertoire pour stocker votre sauvegarde.

Sous Windows

A l'aide de l'explorateur, allez dans "C:\Documents and Settings\Votre nom d'utilisateur". Dans le menu "Outils > Options des dossiers", onglet "Affichage", cochez "Afficher les fichiers et dossiers cachés". Confirmez en cliquant sur "OK". Maintenant, sélectionnez l'ensemble des fichiers avec la souris (ou Ctrl+A), clic droit sur une des icônes et "Copier".
Allez sur votre disque externe/clé USB, placez vous dans le dossier de votre choix et clic droit puis "Coller".

Préparation

Vérifier et revérifier que vos données sont bien sauvegardées avant de poursuivre !

Maintenant que vos données sont en sécurité, nous pouvons nous occuper de l'installation. Si ce n'est pas déjà fait, télécharger l'image iso du CD Ubuntu Netbook Edition à l'adresse http://www.ubuntu.com/netbook/get-ubuntu/download. Les Netbooks ne sont pas équipés de lecteur CD/DVD, pour remédier à cela, nous allons utiliser une simple clé USB d'une taille de 1 Go minimum. Vous devriez en trouver une au fond d'un de vos tiroirs ou chez l'épicier du coin pour trois fois rien.

ATTENTION : Si vous avez sauvegardé vos données sur une clé USB comme expliqué précédemment, ne l'a réutilisé pas pour la démarche qui va suivre ! Procurez vous en une autre car son contenu sera effacé.

Pour rendre utilisable une image iso sur une clé USB, nous allons utiliser une autre machine que le Netbook. Suivant le système installé, voici comment procéder.

Sous Ubuntu

Insérer votre clé USB. Lancez "Système > Administration > Créateur de disque de démarrage". Dans la boite de dialogue qui apparait, cliquez sur le bouton "Autres…". Parcourez vos dossiers à la recherche de votre image iso fraichement téléchargée, sélectionnez la et cliquez sur "Ouvrir".

Dans la liste "Disque à utiliser", sélectionnez votre clé (vérifiez en contrôlant la capacité) et cliquez sur "Créer un disque de démarrage". Patientez un peu et votre clé est prête ! Éjectez la et revenez sur votre Netbook.

Sous Mac

Sous Mac OS X, les choses sont un peu différentes. Il va falloir convertir le fichier iso et le copier sur la clé.
Lancez le Terminal (Dans Applications > Utilitaires). Utilisez la commande suivante pour convertir votre fichier iso :

hdiutil convert-format UDRW -o ~/chemin/vers/fichier/ubuntu-10.04-netbook-i386.img ~/chemin/vers/fichier/ubuntu-10.04-netbook-i386.iso

Pour déterminer quel est le nom de votre clé USB, vous allez lancer deux fois la commande diskutil list. Une première fois sans brancher votre clé et une seconde fois avec votre clé connecté à votre Mac. Il y aura une ligne de plus la seconde fois et elle devrait ressembler à cela : /dev/disk2. Dans les commande suivantes, n'oubliez pas de remplacer X par le bon numéro. Démontez votre clé avec la commande :

diskutil unmountDisk /dev/diskX

Lancez la copie de votre fichier img vers la clé :

sudo dd if=~/chemin/vers/fichier/ubuntu-10.04-netbook-i386.img of=/dev/diskX bs=1m

Votre clé est prête, vous pouvez l'ejecter :

diskutil eject /dev/diskX

Revenez sur votre Netbook.

Sous Windows

En standard, rien ne permet de faire cela. Commencez par insérer votre clé USB et notez la lettre que Windows lui a affecter (E:, F: ou autres). Vous allez récupérer un utilitaire à l'adresse suivante. Exécutez le et confirmez que vous êtes d'accord avec la licence en cliquant sur "I Agree". Dans la première liste déroulante (Step 1), selectionnez " Ubuntu Netbook Remix 10.04 " puis cliquez sur "Browse" (Step 2). Parcourez vos dossiers à la recherche de votre image iso fraichement téléchargée, sélectionnez la et cliquez sur "Ouvrir". Dans la dernière liste déroulante choisissez la lettre de lecteur correspondant à votre clé USB. Enfin, cliquez sur "Create". Patientez un peu et votre clé est prête ! Éjectez la et revenez sur votre Netbook.

Installation

L'installation d'une Ubuntu est toujours aussi agréable et même un peu plus depuis la version 10.04. Elle se déroule en quelques petites étapes.

Pour commencez, votre Netbook étant éteint, insérez votre clé USB équipée d'Ubuntu et démarrez le. A ce moment, deux cas de figure ce produit :

Votre Netbook démarre directement sur la clé et vous n'avez rien à faire.

Ou c'est votre ancien système qui démarre. Dans ces conditions, éteignez votre Netbook, démarrez le en appuyant sur Echap ou Suppr ou F1 ou F2 ou F10 ou F12 ou 0… Tout dépends de votre machine… Une liste de périphérique doit apparaitre, choisissez votre clé USB et validez avec la touche "Entrée".

Le nouveau logo d'Ubuntu apparait et après quelques instants, une boite de dialogue surgit. Dans la liste de gauche choisissez "Français" (ou la langue de votre choix). Notez au passage q'un même disque permet d'installer Ubuntu en un nombre impressionnant de langues.

  1. Cliquez sur "Installer Ubuntu-Netbook 10.04".
  2. Cliquez sur "Suivant" après avoir sélectionné votre emplacement géographique.
  3. Cliquez sur "Suivant" après avoir sélectionné la disposition du clavier.
  4. TRÈS IMPORTANT, "Préparation de l'espace disque". C'est à cette étape que vous allez choisir entre faire cohabiter Ubuntu avec le système déjà présent OU tout effacer pour Ubuntu. Faites votre choix en choisissant "Installer les deux côte à côte, le choix s'effectuant au démarrage" OU "Tout effacer et utiliser le disque entier" et cliquez sur "Suivant".
  5. Renseignez vos nom, prénom, pseudo (nom de connexion) et mot de passe. Vous pouvez aussi personnaliser aussi le nom de votre Netbook. Cliquez sur "Suivant".
  6. Vous avez maintenant un résumé de vos choix de configuration. Vous pouvez confirmer en cliquant sur "Installer".

L'installation n'est pas très longue, comptez une vingtaine de minutes. Une fois terminée, un redémarrage s'impose. N'oubliez pas de retirer la clé USB lorsque Ubuntu vous le demande.

Voila ! Vous êtes devant un bureau conçu pour les Netbooks et leurs petits écrans !

Optimisation

C'est beau… Malgré tout, quelques petites améliorations peuvent encore être faites, en voici la liste.

Réseau sans fil

Il faut activer les pilotes qui ne le sont peut-être pas par défaut.

Menu : "Système > Administration > Pilotes de périphériques"

Touchpad

Installer "gpointing-device-settings" avec le Gestionnaire de paquets ou en ligne de commande :

sudo aptitude install gpointing-device-settings

Vous pouvez ajuster les réglages dans : "Système > Préférences > Souris", onglet "Pavé tactile".

Connexion automatique

Lorsqu’on choisit la connexion automatique au démarrage, Un mot de passe vous est demandé malgré tout pour accéder au trousseau de clés et ainsi activer le réseau sans fil… Pas très pratique. Pour éviter ça, clic droit sur l’icône "Connexion au réseau sans fil" puis : "Modification des connections…". Allez sur l’onglet "Sans fil" et modifier votre connexion réseau. Cochez, en bas à gauche, "Disponible pour tous les utilisateurs".

Polices de caractères

Allez dans : "Système > Préférences > Apparence > Police > Détails…"

Passez la résolution à 80 points par pouce au lieu de 96. Tous le texte à l’écran va prendre moins de place.

Barre d’outils

Lancez gconf-editor (dans un terminal ou avec Alt+F2) et modifier ces deux paramètres :

/desktop/gnome/interface/toolbar_icons_size    small-toolbar /desktop/gnome/interface/toolbar_style         both-horiz

Gestionnaire de paquet Synaptic

Menu : "Configuration > Barre d’outils"

Cochez "Texte à coté des icônes".

Navigation avec Firefox

L’installation de trois modules complémentaires vont maximiser l’espace :

Il existe deux autres extensions qui pourraient vous rendre bien des services sur votre netbook :

  • Toolbar Buttons : Permet d'ajouter tout une série de nouveaux boutons dans vos barres pour ne pas aller dans les menus.
  • Firefox Sync : Synchronise vos favoris, historique et mots de passe entre différentes machines.

Pour les installer, allez dans le menu "Outils > Modules complémentaires". Faites une recherche dans l'onglet "Catalogue" et cliquez pour chaque module sur "Ajoutez à Firefox…".

De plus, pour avoir un (tout petit) peu plus de place au niveau de la barre d’outils, faites un clic droit dessus puis "Personnaliser…". Dans la boite qui apparait, cochez "Petites icônes" et cliquez sur "Terminer".

Plein écran

Certaines applications accepte le mode « Plein écran » accessible directement par la touche F11. Vous récupérez ainsi un maximum d’espace mais cette touche n’existe pas sur certains Netbook (le Dell, par exemple). Donc, petite modification du raccourci clavier : Allez dans Système > Préférences > Raccourcis clavier. Dans la colonne Action, cliquez sur Gestion des fenêtres > Basculer en mode plein écran. A partir de maintenant, tapez sur la combinaison de touche qui vous interpelle (pour ma part, j’ai choisi : Windows+F représenté par Mod4+F).

Conclusion

Voila, on peut profiter d’une machine extrêmement peu encombrante et malgré son écran de petite taille (1024×600 sur le mien), avoir un espace de travail confortable et bien pensé.

La page d'accueil:

Firefox en action:

Ubuntu-fr tenait un stand ainsi qu'une install party lors des RMLL 2010. Une fois de plus, je vois cet évènement plus comme un évènement social que technique, et les retours et échanges humains[1] ont rendu la chaleur de Bordeaux supportable. :)

J'ai moi-même donné deux conférences (une sur bughugger qui a failli à cause d'une connexion Internet douteuse) et une sur Quickly qui ont, je pense, touchées leur public.

En plus de rencontrer des veilles connaissances[2] comme Vincent Untz, Frédéric Peters, framasoft[3] le CA de l'April, fedora, mandriva, opensuse, et bien entendu toute la clique ubuntu-fr, j'ai eu le plaisir de faire connaissance avec ubuntu-lyon et quelques nouvelles têtes du TCT[4]. Merci à eux pour les bons moments partagés[5]!

Bref, il est temps de rentrer avant une semaine de travail chargée.

PS: Évidemment, nous avons enfin pu profiter d'une glace ensemble pour terminer les RMLL en beauté !

Notes

[1] et surtout les soirées !

[2] preuve que cet évènement est très très mal fréquenté ;)

[3] pyg, tu as eu ton vol au fait, encore mal à la tête ?

[4] ou TdCT,au choix. Pas de polémique.

[5] Sauf quand on me pique ma bière, pendant que mon attention était fourbement détournée sur une question technique. ;)

06 Juillet 2010 à 20:32

Bilan de santé des LocoTeams via YoBoY

Mardi 6 juillet, s'est tenue une réunion sur IRC sur le canal #ubuntu-locoteams , dont vous pouvez trouver les infos sur ce lien

Cette réunion réalisée par le Loco Council a pour but de partager les connaissances et d'améliorer les guides sur les façons de gérer une communauté locale. 

Il y a ce guide par exemple : Best Practices and Guidelines qui est un bon point de départ pour bien s'organiser, pour que tout marche bien. Il mériterait d'ailleurs une petite traduction en français.

Ensuite pour trouver de l'aide rapidement, le salon de discussion #ubuntu-locoteams sur freenode (en anglais) est là pour ça. Des membres de toute la communauté mais aussi les membres du Loco Council pourront répondre à vos questions. Si vous allez sur ce chan, parlez aussi de ce que vous faites, de ce qui marche pour vous, de ce que vous aimeriez faire. Les autres communautés pourront vous conseiller ou reprendre vos idées. J'en profite pour rappeler que si vous parlez de vos évènements sur twitter et/ou identi.ca n'hésitez pas à utiliser le tag #locoteams.

Pourquoi je parle ici de Loco Teams ? Et bien c'est simple, dans la communauté francophone (notre LocoTeam), vous souhaitez souvent pouvoir rencontrer d'autres utilisateurs mais les évènements sont souvent trop loin. Alors je me dis que ces bons conseils pour vous organiser avec les utilisateurs autour de chez vous peuvent vous aider. Le plus simple c'est de faire un petit rendez-vous autour d'un verre ou d'un plat, dans un café, un restaurant ou chez vous. Et si vous avez besoin d'aide, ubuntu-fr est là bien sur avec son forum et ses salons sur IRC, mais aussi toute la communauté Ubuntu.


Loco Teams : groupes d'utilisateurs Ubuntu locaux, souvent représentant un pays.
Loco Council : les personnes qui s'occupent de répondre à toutes les questions que les LocoTeams pourraient se poser.

Le 5 juillet (hier donc), France Télévisions a lancé son service de télévision de rattrapage, qui ne permet pas de lire les vidéos. À moins d’accepter d’installer un système d’exploitation particulier avec un logiciel particulier (propriétaires évidemment). C’est comme s’ils diffusaient leurs émissions uniquement pour les utilisateurs équipés d’une TV Sony ou Philips, et pas pour les autres… France Télévisions a simplement oublié que c’était un avant tout un service public.

Formats

La lecture des vidéos nécessite soit Windows Media Player, soit Silverlight. C’est dommage, il aurait été préférable que leur site soit du web, accessible à tous.

En plus de cela, les vidéos sont diffusées dans le format fermé WMV. Certaines contiennent même des DRM. Les DRM, pour rappel, c’est ce qui empêche les utilisateurs de lire le contenu proposé. Certains prétendent que ça permet d’empêcher la copie ; ce n’est pas totalement faux : quand on ne peut pas lire le contenu on ne peut pas le copier. Une autre technique plus efficace serait de ne pas le publier du tout.

En numérique, tout ce qui est lisible est copiable. Par contraposée, tout ce qui n’est pas copiable n’est pas lisible.

Outil d’accès

Comme France Télévisions n’a pas fait son boulot d’interopérabilité, et qu’a priori chacun a droit d’accéder à ce service (public!), nous sommes obligés de nous débrouiller par nous-mêmes.

J’ai donc écrit un petit script bash qui permet d’accéder relativement simplement à Pluzz à partir d’un système libre (où VLC doit être installé, testé sur Ubuntu 10.04). Pour l’utiliser, rendez-vous sur Pluzz.fr, cliquez sur l’émission de votre choix, et copier l’adresse de la page (par exemple http://www.pluzz.fr/jt-20h.html).

Ensuite, pour lire la vidéo, tapez :

pluzz play http://www.pluzz.fr/jt-20h.html

Pour l’enregistrer (bah oui, tout ce qui est lisible est enregistrable) :

pluzz record http://www.pluzz.fr/jt-20h.html

Si vous voulez simplement l’url du flux :

pluzz url http://www.pluzz.fr/jt-20h.html

Ceci ne fonctionnera que pour les vidéos sans DRM : les vidéos avec DRM ne sont pas lisibles.

Script

EDIT 11/07/2010 :
J’ai mis à jour le script avec une version 0.2, qui gère également les flux en mp4 (flvstreamer doit être installé).
L’historique des scripts est disponible ici (au cas où une régression poserait problème).

Voici le script (sous licence wtfpl), à sauvegarder en tant que fichier exécutable /usr/local/bin/pluzz (uniquement si vous comprenez ce que vous faites) :

#!/bin/bash # Script pour utiliser pluzz.fr # v0.2 (11 juillet 2010) if [ $# != 2 ] then printf "Syntaxe: $0 [url|play|record] http://www.pluzz.fr/...\n" >&2 exit 1 fi command="$1" url="$2" if [ "$command" != 'url' -a "$command" != 'play' -a "$command" != 'record' ] then printf "Command must be 'url', 'play' or 'record', not '$command'\n" >&2 exit 2 fi video_page_url=$(wget -qO- "$url" | grep -o 'http://info.francetelevisions.fr/?id-video=[^"]\+') stream_url_part2=$(wget -qO- "$video_page_url" | grep urls-url-video | sed 's/.*content="\(.*\)".*/\1/') ext=${stream_url_part2##*.} if [ "$ext" = 'wmv' ] then stream_url_part1='mms://a988.v101995.c10199.e.vm.akamaistream.net/7/988/10199/3f97c7e6/ftvigrp.download.akamai.com/10199/cappuccino/production/publication' elif [ "$ext" = 'mp4' ] then stream_url_part1='rtmp://videozones-rtmp.francetv.fr/ondemand/mp4:cappuccino/publication' else printf "Extension not managed : '$ext'\n" >&2 exit 3 fi stream_url="$stream_url_part1/$stream_url_part2" if [ "$command" = "url" ] then printf "$stream_url\n" elif [ "$command" = "play" ] then if [ "$ext" = 'wmv' ] then vlc "$stream_url" else flvstreamer -r "$stream_url" | vlc - fi elif [ "$command" = "record" ] then output_file=${stream_url##*/} printf "Recording to $output_file...\n" if [ "$ext" = 'wmv' ] then vlc "$stream_url" ":sout=#std{access=file,mux=asf,dst=$output_file}" else flvstreamer -r "$stream_url" -o "$output_file" fi fi

EDIT 11/07/2010 : Le plus simple est de créer un fichier pluzz dans le dossier personnel, d’y recopier le script ci-dessus, et d’exécuter :

sudo install pluzz /usr/local/bin

Conclusion

Après s’être déjà fait remarqué par leur exclusivité avec Orange, j’espère que France Télévisions acceptera un jour de permettre l’accès à tous à la télévision de rattrapage.

05 Juillet 2010 à 07:19

Libre Software Meeting 2010 via DidRocks'blog

From tomorrow, I’ll be too present at Libre Software Meeting in Bordeaux! There will be some conferences there which cover all the aspects of free and open source software, from the technical details to the educational and political aspects as well. There is as well a village composed from all French organization about Free Software promotion and advocates.

I’ll be giving two presentations. One in English about "Client to deal with great amount of bug for Launchpad: BugHugger" on Wednesday, 2:40 PM and another one (in French) on "Accelerated development with Quickly", Thursday 3:20 PM. Most of the time of this week (until Sunday), I'll be at ubuntu-fr booth. Please join if you can !

Après avoir créé des paquets pour GeTax 2008 (le logiciel officiel de saisie de la déclaration d’impôts pour les contribuables genevois) l’année passée, j’ai été contacté par l’administration fiscale pour produire des nouveaux paquets pour Linux pour GeTax 2009. Ces paquets ont été terminés pour le début 2010, mais je n’ai malheureusement pas eu le temps d’en parler ici à cause de problèmes de santé.

Avec mon collègue Jonas Luthi nous avons même mis en place un site de téléchargement où vous trouverez dorénavant tous les paquets GeTax pour Windows, Mac OSX, Ubuntu , CentOS, Debian, Fedora, Kubuntu, Linux Mint, Mandriva, PCLinuxOS, RedHat, OpenSuse (!).

Je profite de la sortie d’un paquet mis à jour pour Ubuntu 10.04 (Lucid Lynx) 32 bits pour écrire ce bref article que je regrette d’avoir publié si tard (ceci d’autant plus que malgré notre bonne collaboration, l’administration fiscale n’a pas réussi à faire un lien ou publier mes paquets sur leur site de téléchargement officiel).

getax2009

N’hésitez pas à proposer des améliorations sur ces paquets dans vos commentaires.

http://getax.ernstfamily.ch

Mise à jour 20 mars 2011 : Suite à une forte demande, je viens de publier des paquets pour la version 2010 de GeTax dans cet article.

flattr this!

23 Juin 2010 à 11:43

Réunion ubuntu-fr du 22 juin via YoBoY

Hier s'est tenue une réunion de l'association ubuntu-fr pour faire le bilan de nos dernières activités. 

Donc voila, hier nous avons fait le bilan sur notre santé associative, sur nos évènements passés qui sont toujours aussi bien accueillis et qui ont de plus en plus de succès quand on les compare d'une année à l'autre, sur notre plateforme web en pleine mutation, et enfin sur nos évènements à venir.

Je ne vais pas m'étaler là dessus, le compte rendu est déjà en ligne : Ordre du jour - Compte rendu - (log)

Cela fait longtemps que nous n'avions pas organisé une telle réunion publique, où tout le monde pouvait venir. Je me doute bien par contre que l'info n'aura pas été assez diffusée, mais rassurez vous, nous comptons faire ce genre de réunions (durée 1h, pas 2 comme celle d'hier) environ tous les 2 mois. 

La prochaine aura donc lieu à la fin du mois d'août ou au début du mois de septembre suivant nos disponibilités. 

Merci à tous d'avoir participé.

A l’occasion de la sortie de WordPress 3.0 « Thelonious » j’ai décidé de créer un petit tutoriel pour expliquer comment on peut installer ce CMS en local et sur Ubuntu 10.04 la dernière version en date. Cela va me permettre aussi le test de mon blog avec un nouveau thème, et l’intégration de nouveau service pour passer un blog utilisable au quotidien (V3.0).

Faut comprendre que pour cette installation on a besoin d’un serveur web (Apache bien sur) d’un serveur de base de données (MySQL) et du support de php5 pour Apache. Je suppose que vous avez déjà Ubuntu installé sur votre machine, alors je passe directement a l’installation des serveurs et de PHP un par un.

Ouvrez un terminal (Alt + F2 « gnome-terminal ») et taper la commander suivante pour installer Apache2 :

sudo apt-get install apache2


Une fois l’installation terminé vous pouvez tester votre serveur en tapant dans un navigateur http://127.0.0.1 Si tout va bien vous devez avoir une page blanche avec un message « It Works! »

Maintenant vous pouvez passer a l’étape suivante et installer MySQL. Dans le même terminal taper la commande suivante :

sudo apt-get install mysql-server-5.1

Durant cette installation vous serez amener a donner un mot de passe pour le super-user « root » de MySQL. Essayer de trouver un mot de passe diffèrent de celui de votre session, avec une combinaison de chiffres et de lettres et caractère spéciaux majuscules et minuscule vu que cet utilisateur gère toutes les bases de données présentes dans le serveur.

Une fois l’installation terminé faut créer la base de données dédiée a WordPress avec un utilisateur qui aura les privilèges nécessaires de gestion.

La première chose a faire c’est de lancer le script d’installation de MySQL :

sudo mysql_install_db

Une fois terminé, vous pouvez vous connectez au serveur grâce a la commande :

mysql -u root -p

Entrer le mot de passe MySQL que vous avez mis lors de l’installation, et vous aurez une ligne de commander qui commence par mysql >

Avant de passer aux requêtes SQL, vous devez avoir une idée sur les besoins de WordPress pour l’installation. On doit créer une base de données qui aura le nom « wordpress », un utilisateur sql pour gérer cette base « papi » et un mot de passe biensur « Morocco1″ (ceci est un exemple, ayez l’esprit libre de le changer si vous le voulez) maintenant on passe aux requêtes :

  • CREATE DATABASE wordpress;
  • CREATE USER papi;
  • SET PASSWORD FOR papi = PASSWORD(“Morocco1”);
  • GRANT ALL PRIVILEGES ON wordpress.* TO papi@localhost IDENTIFIED BY ‘Morocco1’;
  • exit;

On est bon avec la base de données SQL, on passe maintenant a l’installation de PHP5 et son module MySQL, pour cela il suffit de taper la commande suivante :

sudo apt-get install php5 php5-mysql

Avant de passer a l’installation de WordPress, il faut éditer le fichier de configuration d’Apache pour qu’il puisse bien interpréter le PHP. Taper la commande suivante pour ouvrir ce fichier en mode graphique :

sudo gedit /etc/apache2/apache2.conf

Ensuite ajouter ces lignes en bas du fichier :

#PHP for apache
AddType application/x-httpd-php .html

Redémarrer Apache pour qu’il prend en considération le nouveau fichier de configuration :

sudo /etc/init.d/apache2 restart

Maintenant vous pouvez télécharger la dernière version de WordPress (3.0 Thelonious) disponible a cette adresse (http://fr.wordpress.org/wordpress-3.0-fr_FR.zip) décompresser l’archive téléchargé grâce a la commande :

unzip /chemin_du_fichier/wordpress-3.0-fr_FR.zip

et mettez tout sur le dossier /var/www :

sudo cp -R /...chemin/wordpress/* /var/www

Maintenant ouvrez votre navigateur pointer le vers http://127.0.0.1 suivez les étapes, et souvenez vous dans mon exemple, j’ai pris les informations suivantes :

  • Base de données : wordpress
  • L’utilisateur : papi
  • Mot de passe : Morocco1

Vous voyez! c’est pas sorcier du tout :)

Sources : WordPress, Ubuntu-fr.

Cet article va vous expliquez comment enregistrer vos stations radio préférées en utilisant VLC en ligne de commande.

Pour cela il suffit de créer un script « scriptradio.sh » qui contient les lignes suivantes :

#!/bin/sh
NOW=$(date +”%b-%d-%y”)

cvlc --run-time=7200 http://kqed-ice.streamguys.org:80/kqedradio-ch-e1 --sout “#duplicate{dst=std{access=file,mux=raw,dst=/home/<user>/myshow-$NOW.mp3}” vlc://quit ;

  • cvlc est la version ligne de commande de VLC
  • utiliser –run-time pour indiquer la duree du spectacle en seconde
  • Remplacer le url avec le lien de la station radio de votre choix
  • Remplacer dst avec le chemin de destination du fichier qui va être créer

Rendre le script executable :

chmod +x monscript.sh

Programmer l’enregistrement avec Cron :

crontab -e

Ajouter la ligne suivante, et changer <user> avec le nom d’utilisateur de votre machine :

00 18 * * 06 /home/<user>/recordmyshow.sh

Source

13 Juin 2010 à 08:44

En vracbuntu via Taltan.Blog.Bkp

En vrac et dans le désordre, quelques news autour de Ubuntu qui valent le coup d'être lues :

  • Ubuntu 10.04 LTS : la nouvelle référence des distributions Linux. L'excellent Tom's Hardware se fend d' un long et complet test d'Ubuntu 10.04. Ce dossier analyse les nouveautés par rapport à ses prédécesseurs et met en parallèle les deux dernières versions LTS, la 8.04 et l'actuelle 10.04 en proposant différents benchmark. La conclusion est limpide, c'est d'ailleurs le titre du dossier : la nouvelle référence des distributions Linux. Cependant l'auteur fait une remarque tout à fait pertinente, il s'interroge sur l'excellence des version LTS et le relatif caractère moyen (pour ne pas dire pire) des versions intermédiaires...
  • La folie des tablettes, bientôt le MMPad (Maverick Meerkat Pad) ! Canonical embraye et annonce qu'Ubuntu devrait débarquer sur des tablettes début 2011, probablement basé sur Maverick Meerkat
  • L'Europe pousse les gouvernements vers le logiciel libre, la commissaire européenne en charge du numérique, Neelie Kroes, souligne en substance le risque de se voir « enfermés accidentellement dans une technologie propriétaire », précise également que les alternatives sont systématiquement ignorées mais aussi que c'est un gaspillage d'argent public que la plupart des administrations ne peuvent plus se permettre. C'est tellement évident qu'on ne comprend pas bien le décalage entre les discours européens et les discours nationaux. Sur les centaines de milliers de postes de travail Windows/Internet Explorer/MS Office dans nos administrations, combien pourraient sans problème tourner avec le triptyque Ubuntu/Firefox/OpenOffice, à mon sens la grande majorité, alors certes pas demain, mais il faut amorcer un virage à un moment donné. Mais quand un gouvernement est capable de dire haut fort qu'OpenOffice est un firewall libre, on est bien loin du vrai débat.
  • Linux doit rendre l'open-source "fabuleux" pour rester dans la course des mobiles. l'identité visuelle de la dernière version d'Ubuntu y participe
  • L'adoption d'Ubuntu en entreprise passe par le support payant, Canonical lance sa nouvelle offre de service à destination des entreprise, un atout de plus pour la réponse à des appels d'offres de marchés publiques...
  • L'Ubuntu 10.10 en avant-première, les choses sérieuses vont commencer, l'alpha1 est désormais disponible. _/!\_ Attention, à manier avec précaution, uniquement si vous excellez avec les commandes en ligne _/!\_

Pages