Planet

24 Août 2015 à 19:21

Voici le numéro 99 via Full Circle Mag FR

Bonjour à toutes et à tous !

L'équipe française du FCMfr est heureuse de pouvoir vous livrer ce numéro, celui de juillet 2015, quatre jours avant la sortie du prochain numéro en anglais. Comme d'habitude, vous pouvez le lire ou le télécharger sur notre page Numéros ou le télécharger directement en cliquant sur l'image de couverture ci-dessous.

issue99fr.png

Voici un bref aperçu de ce numéro, le dernier à deux chiffres (!) :

  • La critique des deux nouveaux Téléphones Ubuntu : le BQ Aquaris E5 et le Meizu MX4, une vraie bête de course, celui-là ;
  • Quatre des cinq tutoriels habituels - LaTeX, LibreOffice, JavaScript et Inkscape - car, malheureusement, Greg, l'auteur de la série Python, est toujours un peu souffrant ;
  • Dans la rubrique Sécurité, une présentation de TAILS (qui utilise TOR pour la navigation Web) sur une clé USB persistante ; et
  • La critique de deux jeux sous Ubuntu : Brutal Doom (encore plus fou que l'original !) et Dreamfall Chapters...

En attendant le méga numéro 100..., nous vous en souhaitons bonne lecture !

Toute l'équipe du FCMfr dont, Bab, le scribeur, les traducteurs d52fr, fredphil91 et moi, et les relecteurs, Bab, d52fr, Ekel, qui nous a fait un petit coucou, et moi-même, AuntieE.

deja-dup-1L’outil Déjà Dup est vraiment très pratique pour sauvegarder ces données facilement et rapidement.
La seule chose que vous devez savoir c’est que les sauvegardes seront incrémentales. Cela implique qu’on peut retrouver des fichiers supprimés ou accéder à plusieurs versions d’un fichier.

C’est génial, mais ça prend de la place 😉

Car ce n’est pas l’idéal de sauvegarder de manière incrémentale des fichiers et des dossiers qui vont continuellement changer ou avoir des suppressions fréquentes (par exemple le dossier ~/Downloads).

Exemple avec un comparatif entre une sauvegarde unique et de multiples sauvegardes de mon dossier personnel :

683M user 306M backup/deja-dup-one-time 1,1G backup/deja-dup-incremental

Au pire, quand ça prend trop de place, vous changez le dossier de destination de la sauvegarde pour recommencer sur une sauvegarde toute neuve, toute propre !

Référence sur la documentation Ubuntu-fr

Je vous propose de créer un « aspirateur à données », vous protégeant des pannes matérielles et des erreurs logicielles. Les risques incendie, inondation et vol ne sont en revanche évitables qu’en louant un serveur, ce que le logiciel présenté supporte.

Back In Time simplifie la création de sauvegardes (de type incrémentielles, basées sur des liens hardware), qui peuvent être chiffrées. Commencez par l’installer depuis votre logithèque, ou installez les paquets backintime-common et backintime-gnome.

1- Identifier les données à sauvegarder

Sur ordinateur, le meilleur moyen de ne jamais rien oublier est d’avoir organisé vos données dans un seul dossier, ensuite compartimenté comme il vous plait. Chez moi, ce dossier est toujours séparé du système d’exploitation par sécurité.

Notez que vous pouvez créer un /home séparé à l’installation de n’importe quelle distribution, conservant ainsi tous vos profils logiciels. Lors d’une réinstallation, je vous conseille d’avoir mémorisé (ou scripté) tous vos logiciels !

2- Découverte de l’interface

En ouvrant Back In Time, la fenêtre suivante apparaît :
48
Cliquer sur l’icône en forme d’outils.

3- Configuration : onglet Général

Dans ce premier onglet, vous pouvez personnaliser :
– le mode, c’est à dire la destination des sauvegardes (local ou SSH)
– le dossier pour les sauvegardes (votre support de destination)
– l’automatisation des sauvegardes (à chaque démarrage, un laps de temps, une période ou à la détection du périphérique)
32

4- Configuration : onglet Inclure

Ajoutez ici tous les dossiers ou fichiers que vous souhaitez sécuriser. S’il ne s’agit pas de votre /home, n’oubliez pas clés SSH, profils de navigateurs ou encore boites mails. L’onglet Exclure fonctionne sur le principe opposé.
47

5- Configuration : onglet Purge auto

En fonction de la capacité de votre support de stockage, choisissez les options de suppression automatique de vos anciennes sauvegardes : ne soyez pas trop sévère !
58

Ce tuto est déjà fini, nous n’avons pas utilisé la moindre ligne de commande et nous avons obtenu un système robuste, semblable à la Time Machine de Mac OSX. C’est en effet le gros point fort de ce logiciel qui permet de récupérer individuellement tout fichier, sauvegarde après sauvegarde. Son point faible est le support de l’unique protocole SSH.

N’oubliez pas que stocker vos données sur un serveur ou sur un support de stockage chiffré met une barrière entre vous et le libre accès à vos données : perdre cet accès reviendrait à perdre définitivement vos données.

N’oubliez pas non plus de dissimuler correctement votre support de sauvegarde après chaque utilisation. Il est tout à fait possible d’utiliser deux supports alternativement pour limiter la possibilité de défaillance en cas de restauration.

Illustration sous CC BY 2.0 réalisée par GotCredit.

Simple et efficace, le chiffrement natif de Linux (LUKS) peut être réalisé via le logiciel Disques sous Ubuntu (formellement gnome-disk-utility présent dans d’autres distributions). Le mode opératoire est ensuite simple : on branche puis on tape son mot de passe et c’est terminé.

1- Lancer l’utilitaire Disques, sélectionner votre périphérique, faire de la place

38

2- Valider la suppression de la bonne partition

14

3- Ajouter une nouvelle partition de type LUKS + Ext4

39

4- Saisir une phrase (ou un mot) de passe puis créer la partition

51

Cet outil utilise LUKS, qui est à ma connaissance la seule méthode de chiffrement de partition dont aucune vulnérabilité ou faiblesse n’est connue, contrairement à EncFS ou TrueCrypt. Aucun utilitaire n’est requis pour accéder à vos données depuis un autre ordinateur puisque l’outil est intégré au noyau Linux.

Illustration sous CC BY SA 2.0 réalisée par Tim Gage.

yoda - campaign site - G+Avec le lancement du nouveau scope « Film » sur le téléphone Ubuntu, les utilisateurs peuvent désormais regarder des bandes annonces de films, lire les commentaires et découvrir des choix de films.Canonical a réussi à obtenir un fan de Sci-Fi, le célèbre DJ Yoda à bord pour faire partie d’un nouveau concours que la société sponsor de Canonical lance.Canonical invite donc le public à créer ses propres GIFS de science-fiction dont DJ Yoda jugera les meilleurs. Alors, soyez aussi créatif et original que possible !
Voici comment participer:
  • Créer le plus original GIF de film de Sci-Fi
  • Partagez-le sur Twitter avec le hashtag #UbuntuGoesSciFi
  • Gardez la force avec vous pendant le jugement de DJ Yoda !
Les trois premiers prix à gagner sont :
  • 1er prix : Rencontre avec DJ Yoda, 2 billets pour le festival de musique Bestival (y compris le camping de luxe et 2 billets d’avions) et un téléphone Ubuntu
  • 2ème prix : L’album CD « The Breakfast of Champions » de DJ Yoda et un téléphone Ubuntu
  • 3ème prix : Un téléphone Ubuntu
Le concours sera clos le lundi 17 Août à 17:00 (CEST) - On a déjà hâte de voir vos création !DJ Yoda est un célèbre platiniste hip-hop, qui est l’un des meilleurs manipulateurs du monde de la musique et de l’image en mouvement. Il est le gagnant de la DMC DJ de l’année, un invité régulier de la radio BBC 1 et a été nommé par Q Magazine comme un des « dix meilleurs DJ à voir avant de mourir ».Terms and Conditions – Ubuntu Goes Sci-Fi

Bonjour à toutes et à tous !

Deux jours avant la sortie du numéro 99 en anglais, nous sommes fiers de vous présenter le numéro 98, celui de juin 2015, en français. Vous pouvez le lire ou le télécharger sur notre page Numéros ou le télécharger en cliquant directement sur l'image ci-dessous.

Issue98.png

Outre les bonnes rubriques habituelles, il y a une présentation de Veracrypt, le successeur Open Source de TrueCrypt, et, dans Labo Linux, Charles McColm nous parle de Midnight Commander, un gestionnaire de fichiers à la fois en interface graphique et en ligne de commande.

Malgré l'absence de Python, il y a des tutoriels qui vous intéresseront : vous pouvez notamment apprendre à créer une liste de tâches en compte à rebours avec remind, qui sera toujours sur votre bureau, grâce à conky, ou à utiliser des macros comme fonctions dans LibreOffice. Bien entendu, Inkscape et JavaScript continuent.

Côté matériel, il y a une critique du Saitek Pro Flight Yoke System, qui comprend un manche et un quadrant. Et il y a deux critiques littéraires. Malheureusement, les livres ne sont pas traduits en français, mais pourraient vous être utiles néanmoins : pour vous donner une idée, en français ce serait à peu près Apprenez le codage à vos enfants et L'automatisation des trucs ennuyeux sous Python.

Il y a deux articles dans la rubrique jeu : une critique de Minetest, pour les gens qui aiment Minecraft, mais ne veulent pas jouer à un jeu Microsoft ou pour ceux qui ont des machines vieillissantes. L'autre nous parle des jeux Free-to-Play, en en suggérant quatre ou cinq.

Mais vous savez déjà que, mois après mois, le magazine Full Circle est plein de bonnes choses ! Alors, faites-vous plaisir avec ce numéro-ci.

Toute l'équipe du FCM-fr, dont Bab, le scribeur, les traducteurs Bab (et Google), d52fr, frangi, fredphil91 et moi, et les relecteurs, Bab, d52fr, Darkjam, Ekel, frangi et moi-même, AuntieE.

plasma-mobile-logo

Avec l’hégémonie des géants Apple (iOS), Google (Android) et Microsoft (Windows Phone), on ne peut que se réjouir de l’arrivée de nouveaux OS à destination des smartphones et tablettes. Après Tizen, FirefoxOS et Ubuntu, c’est à KDE de proposer un challenger avec PLASMA MOBILE.

Pour être honnête, Plasma n’est actuellement qu’au stade expérimental. Toutefois, si l’envie vous en prends, vous pouvez déjà expérimenter son usage sur un Nexus 5 (petit how-to ici).

plasma-screen-7

Plasma Mobile repose sur l’environnement Plasma de KDE avec un support ARM et un support des fonctions téléphonique. L’OS a été codé en Qt (KDE oblige) et se veut largement ouvert.

Voila une brève vidéo de présentation de l’OS :

Un large support applicatif

Puisque les applications sont le nerf de la guerre, Plasma Mobile vise l’ouverture et propose le support des applications en Qt/GTK/X11. Aussi, on pourra installer sur son mobile des applications Plasma, Ubuntu Touch (.click), Gnome (e.g.GnomeChess), X11 (e.g.xmame) et potentiellement des application basées sur Qt destinées à Sailfish OS ou Nemo.

Tout n’est pas rose puisqu’actuellement les applications s’installent encore selon la vieille méthode “apt-get install packagename”. Un vrai frein à l’ouverture à un plus large public…

Notons toutefois qu’un travail d’intégration des applications a déjà été pas mal engagé.

plasma_apps

Un nouvel OS, pour quoi faire?

plasma-screen-1

Il y a des chances que Plasma restera très minoritaire dans l’environnement des OS mobiles. Toutefois, ce genre de projet est une excellente initiative à plus d’un égard

  • plus d’ouverture : limité le marché à 2-3 acteurs mène toujours à de vilains effets de bord. La suprématie de Android lève de plus en plus de soucis d’éthique et sans alternative viable, cela ne changera pas (je ne parle même pas du mouton-OS de Apple)…
  • plus de liberté : la liberté c’est le choix. Le choix de son fonctionnement, de ses applications, de ses habitudes. Ce choix les OS mobile ne l’offrent de moins en moins et l’arrivée d’OS basés sur la philosophie Linux pourra peut-être changer la donne.
  • plus de moteurs : j’en parlerai bientôt ici, j’ai été TRÈS déçu de Firefox OS et Ubuntu Phone. Je le serai sans doute de Plasma Mobile. Toutefois, plus ces OS seront présents et plus les développeurs (et par pitié quelques ergonomes) se pencheront sur la question et transformeront ces OS en alternatives fiables.

Bref, s’il fallait résumer tout ça, je dirai qu’il est temps qu’une alternative viable à Android pointe son bout du nez et que Plasma est un pas avant de plus dans ce sens!

Site officiel de plasma-mobile : http://plasma-mobile.org/

26 Juillet 2015 à 19:50

Utiliser Nemo sur Ubuntu 14.04 via kmelia

Pourquoi utiliser Nemo à la place de Nautilus ?

C’est bien évidemment une question de goût, mais personnellement je n’ai pas aimé le tournant que Nautilus à pris quand la plupart des informations ont été masquées sans possibilité de les ré-afficher. Et Nemo a d’ailleurs été créé pour proposer une alternative à ce moment là.

Après des début chaotiques sur Precise Pangolin (12.04), je trouve qu’il est très stable Trusty Tahr (14.04) et qu’on peut l’utiliser sans mettre les mains dans le cambouis.

Mise en route

Installer Nemo depuis le dépôt Ubuntu.

Il faut maintenant l’utiliser comme logiciel par défaut :

xdg-mime default nemo.desktop inode/directory application/x-gnome-saved-search

Ça y est, vous utilisez Nemo comme gestionnaire de fichier 😉

Référence sur Nemo sur la documentation Ubuntu-fr

Adam Conrad, au nom de l'équipe Ubuntu Release, a annoncé dans la liste de diffusion Ubuntu-annonce que la période de soutien et maintenance d'Ubuntu 14.10 The Utopic Unicorn arrive à son terme. À partir du 23 juillet prochain, cette version d'Ubuntu cessera de recevoir des correctifs de sécurité, des corrections de bogues et des mises à jour de logiciels à partir des serveurs principaux d'Ubuntu. Publiée le 23 octobre 2014, la mise à disposition de la version finale de Utopic Unicorn a coïncidé avec le dixième anniversaire du projet Ubuntu. Cependant, Ubuntu 14.10 n'a pas causé de grands remous, étant davantage une publication incrémentielle qu'une introduisant des changements révolutionnaires. On a pu observer quelques mises à jour mineures du noyau Linux, de l'environnement Unity et des applications intégrées de base à la distribution, tels la suite bureautique LibreOffice, le navigateur Web Mozilla Firefox et le client de messagerie Mozilla Thunderbird. Du côté des variantes, on peut noter que la mouture 14.10 marque la première version officiellement reconnue d'Ubuntu MATE. Kubuntu a aussi publié une pré-version de la variante incluant le nouvel environnement KDE Plasma 5, bien que la version soutenue ait été celle fonctionnant avec KDE SC 4.14. Enfin, l'équipe de Xubuntu a modifié le thème de leur environnement en ajoutant des touches de rose, afin de célébrer la licorne utopique.  

Quelles options de mises à niveau s’offrent à moi ?

Si vous utilisez encore Ubuntu 14.10 et n’avez pas encore envisagé un scénario de mise à niveau, profitez des prochains jours pour y songer. À compter du 23 juillet 2015, il n’y aura plus de nouvelle alerte de sécurité ni de nouvelle mise à jour publiée. S’il n’est pas obligatoire de procéder à une mise à niveau vers une version plus récente d’Ubuntu, elle reste néanmoins plus que conseillée. L’assistance technique pour cette version d’Ubuntu deviendra progressivement plus difficile à obtenir, puisque de moins en moins de gens l'utiliseront, passant à une version plus récente d’Ubuntu. De plus, l’information à propos d’elle deviendra plus difficile à trouver, car la documentation sera tranquillement mise à jour pour refléter les nouvelles avancées d’Ubuntu. Enfin, conserver un système qui n’est plus maintenu peut être considéré comme un risque de sécurité. Il est fortement encouragé d’effectuer une mise à niveau de votre système vers une version plus récente, toujours soutenue d’Ubuntu. Voici les options qui s’offrent à vous:
  • En mise à niveau, vous ne pouvez migrer directement que vers la version 15.04 d’Ubuntu (The Vivid Vervet). Le gestionnaire de mises à jour gère la mise à niveau ; suivez simplement les instructions qui s’affichent à l’écran pour procéder. Ubuntu 15.04 sera soutenue jusqu'au mois de janvier prochain.
  • Le retour en arrière vers la précédente version LTS encore maintenue -- 14.04 LTS The Trusty Tahr -- n’est pas directement prise en charge. Pour ce faire, vous devrez réinstaller complètement un système Ubuntu neuf. Téléchargez un média d’installation d’une nouvelle version d’Ubuntu et recommencez de zéro le processus d'installation.
À partir d'Ubuntu 14.10, vous ne pourrez pas effectuer directement une mise à niveau vers Ubuntu 15.10 ou Ubuntu 16.04 LTS lorsqu'elles sortiront, respectivement en octobre 2015 et avril 2016. Vous devrez suivre une succession de mises à niveau ou réinstaller un système à neuf.

Que faire si je ne souhaite pas mettre mon système à niveau ?

Pour ceux qui souhaiteraient tout de même continuer à chevaucher la licorne utopique passé le 23 juillet prochain, notez que les dépôts officiels ne proposeront bientôt plus de paquets/logiciels pour cette version. Ceux-ci seront progressivement déplacés vers un dépôt d’archives, destinés à contenir les logiciels des versions obsolètes d’Ubuntu. Les paquets de ces dépôts ne sont évidemment plus mis à jour ; néanmoins, vous pourrez ainsi continuer à utiliser la Logithèque ou tout autre système d’installation de logiciels. À partir du 23 juillet, vous devrez changer le contenu du fichier /etc/apt/sources.list, listant l’ensemble des sources de logiciels auxquels vous avez accès, afin que le serveur de source soit "http://old-releases.ubuntu.com/ubuntu/".

Version d’Ubuntu soutenue

Pour information, les versions d’Ubuntu qui profitent encore de mises à jour de sécurité sont les suivantes:
  • Ubuntu 12.04 LTS, avec des mises à jour de sécurité jusqu’en avril 2017 pour serveurs et postes de travail ;
  • Ubuntu 14.04 LTS, avec des mises à jour de sécurité jusqu’en avril 2019 ;
  • Ubuntu 15.04, avec des mises à jour jusqu'en janvier 2016.
La prochaine version d'Ubuntu actuellement en développement, la version 15.10 The Wily Werewolf, est attendue pour le mois d'octobre et sera maintenue jusqu'en juillet 2016. ------ Source: Ubuntu-announce mailing list
Le prochain Ubuntuphone de bq pourrait embarqué un processeur ARM 64 bitAlors que les nouveaux téléphone haut de gamme des deux différents contructeurs partenaires de Canonical, Meizu etbq, le MX5 pour l'un et la série M- pour l'autre sont basés sur des processeurs 64 bits, il était en droit de se demander si Ubuntu allait être porté vers cette nouvelle famille de processeur. C'est chose confirmée par Cristian Parrino, VP Mobile chez Canonical. Le prochain téléphone de bq, le fameux téléphone convergent annoncé par Mark Shuttleworth plus tôt cette année, sera bien basé sur un processeur arm 64 bits offrant un très gros challenge aux développeurs de Canonical. Initialement prévu pour la fin de l'année 2015, il ne serait pas étonnant de voir cette date repoussée en fonction de l'avancée du port de l'Ubuntuphone vers cette nouvelle plateforme.
Restez connectés pour d'autres news !!!

Pages