Planet

Les 1er et 2 octobre dernier s'est tenu l’Open World Forum 2009 à Paris, en deux mots : il s'agit d'un « sommet international dédié aux décideurs et aux acteurs du Logiciel Libre, pour débattre de l'impact technologique, économique et social du logiciel libre et des technologies ouvertes. ». Canonical et Ubuntu y étaient présents. Mark Shuttleworth a animé une conférence en plénière sur le thème « Open Source, quels enjeux pour les politiques publiques ? ». Plusieurs interview ont été réalisées à cette occasion, sur Clubic ou le Monde informatique.

Intelli'N TV (webTv « apprenante » sur les enjeux de l'open source) a interviewé également quelques acteurs Canonical, dont le plus célèbre d'entre eux, Mark Shuttleworth qui nous explique sa vision du futur (en anglais dans le texte) dans cette vidéo : Challenges pour Linux : Ergonomie et cadence

Mais aussi Nicolas Barcet, responsable de la distribution Unbuntu server chez Canonical, qui nous explique notamment la relation entre salariés, communauté et les développeurs dans cette vidéo : Canonical, Ubuntu Linux, pousse son offre serveur et Cloud

2e partie sur les nouveautés d’Ubuntu 9.10. Nous allons nous intéresser plus particulièrement aux évolutions de certains éléments techniques.

Ext4 par défaut

Les nouvelles installations d’Ubuntu sont désormais faites avec un nouveau format de partition : le ext4. Ce format était déjà disponible dans la version précédente, mais seulement comme une option. Ce nouveau système vient remplacer le vieillissant ext3 (qui pour rappel n’est que le format ext2 encore plus vieillissant + une journalisation). Ext4 intègre plusieurs améliorations déjà présentes dans des systèmes de fichiers récents, comme l’allocation retardée (pas d’écriture immédiate sur le disque), système d’extend (espace réservé pour écriture de fichiers volumineux), une vérification (fsck) plus rapide etc … Il faut considérer ce système comme une très grosse évolution de ext3, pas une révolution. La révolution sera pour plus tard, avec l’arrivée de btrfs, le système de fichiers de nouvelle génération, encore en test dans le noyau.

Kernel Modesetting pour ATI/Intel

Le kernel modesetting (appellé KMS) est une évolution de la gestion des drivers graphiques. Ce mode permet au noyau de prendre en charge l’affichage, dévolu auparavant au serveur Xorg. Il permet une amélioration globale des drivers graphiques (gestion simplifiée, pas de rupture dans la séquence de démarrage, meilleure gestion de l’hibernation, possibilité de lancer Xorg sans les droits root, garder une interface graphique lors du crash de Xorg (oui c’est le blue screen of death) …). Ce mode nécessite des drivers adaptés, mais aussi une adaptation au niveau du noyau. Ubuntu 9.10 intègre par défaut ce support pour les cartes Intel. Pour ATI, le support est disponible en test sur un PPA (Attention ! ce sont des paquets non officiels, et potentiellement, très instables !)

Pour les possesseurs de cartes Nvidia, un gros travail est actuellement en cours niveau noyau et drivers. A en juger par cette matrice, c’est en bonne voie.

HAL meurt

HAL est une interface entre les périphériques et les applications, qui sera bientôt abandonnée. Son remplacement (par les DeviceKit-* et udev) est en cours dans Ubuntu 9.10, avec notamment la gestion de l’alimentation, les raccourcis claviers des portables, et la gestion des disques (en passant par gvfs). Il n’y a pas pour l’instant de gain pour l’utilisateur final, mais si vous avez un problème sur 1 de ces éléments ci-dessus, vous savez sur quoi il faut taper :-)

Empathy & RB versus Pidgin & Banshee

Ubuntu 9.10 aurait pu être une version avec beaucoup de changements pour les applications par défaut. Cela a été presque le cas.

Pour la musique Rhythmbox est toujours là, malgré les nombreuses critiques à son sujet (vieux, pas assez de fonctionnalités, peu développé …). Beaucoup de personnes lui préfèrent Banshee qui fut un temps programmé pour être le lecteur de musique par défaut. Si on peut reconnaître que Banshee possède des avantages (support vidéo, support lastfm supérieur), certains lui reprochent sa consommation mémoire supérieure (surtout quand la bibliothèque est grande), une maturité moins grande, et certaines fonctionnalités encore manquantes par rapport à son concurrent (le crossfading par exemple).

RBvsB

Pour la messagerie instantanée, Empathy a été mis à la place de Pidgin. Si le couple Empathy/Telepathy prends de plus en plus d’importance sous GNOME (partage de jeu, de bureaux etc …), il faut admettre que certaines fonctionnalités manquent encore à Empathy par rapport à Pidgin. Je pense notamment au support IRC, très limité sur Empathy, ou simplement le transfert de fichiers avec les clients MSN (en cours de développement, mais trop juste pour la 9.10). Certes, Empathy possède d’autres avantages (support vidéo plus mature, thèmes Adium …) et dans l’ensemble, Empathy a fait beaucoup de progrès. Mais je le trouve encore un peu limite pour remplacer Pidgin complètement, pour l’utilisation que j’en fais. Mais si vous utilisez Xchat pour IRC et que vous ne transférez pas de fichier par MSN, Empathy devrait parfaitement convenir.

GNOME 3 et Gnome Shell, pas convaincant

Pour ceux qui ne sont pas au courant, GNOME 3.0 est prévu dans 6 mois. Cela ne devrait pas être un aussi grand changement que le passage de KDE 3 à 4. Mais on devrait avoir l’intégration de gnome-shell, un nouveau bureau. Une version « preview » est disponible dans les dépôts. Pour ma part, c’est loin d’être convaincant. Pour les adeptes de Compiz, cela ressemble à un mode Bureau Plat, avec un menu sur la gauche et la possibilité de rajouter des bureaux à la volée. Le panel est minimaliste, non personnalisable et n’affiche plus les fenêtres ouvertes. En plus, je trouve l’ensemble bien plus lent que Compiz. Ajoutez à cela qu’il faut activer la 3D pour le faire fonctionner (comme Compiz finalement), je ne vois pas bien l’intérêt pour l’instant. J’espère que la version finale apportera de vrai avancées en matière d’accès au bureau, d’expérience utilisateur. Parce que pour l’instant, la simple association Compiz + Gnome-Do (+ éventuellement Awn) est bien plus convaincante à mes yeux.

gnome-shell

Et pour finir, n’oublions pas les versions de quelques logiciels phares :

  • Firefox 3.5 (plus rapide, moins gourmand en mémoire, avec support des balises HTML5 <video> et <audio> …)
  • OpenOffice 3.1
  • GNOME 2.28 (entre autres Epiphany avec support Webkit, plein de nettoyage dans les bibliothèques  pour le futur GNOME 3.0 …)
  • noyau 2.6.31 (fr et en) (USB 3.0, KMS radeon et défragmentation à chaud pour ext4 (fonctionnalités expérimentales !), et d’autres améliorations assez techniques :-) )

Lexique :

Droits root : droits de tout faire sur le système (tout modifier, tout supprimer). Ce sont les droits que vous avez quand vous utilisez la commande « sudo ». Actuellement le serveur graphique est lancé avec ces droits, ce qui n’est pas des plus sécurisés.

Crossfading : le fait de commencer un morceau de musique avant que le précédent ne soit fini. C’est l’effet de transition des DJ :-)

DeviceKits-* : remplaçants de HAL, composés de DeviceKits-power pour la gestion de l’alimentation et de DeviceKits-disks pour la gestion des disques. Vous aurez surement devinez que c’est développé par des gens de Fedora :-)

GVFS : Le remplaçant de gnome-vfs, c’est le système sous GNOME qui gère les volumes, les disques etc … C’est l’outil derrière Nautilus qui permet notamment de faire du FTP directement dans le gestionnaire de fichiers.

Journalisation : Les transactions du système de fichier sont tracées dans un journal, ce qui permet en cas de crash de corriger les problèmes plus rapidement, la vérification s’effectuant en remontant le journal, et non sur tout le système de fichier.

udev : le gestionnaire de périphériques de GNU/Linux.

Telepathy : Framework permettant aux applications d’implémenter facilement des fonctionnalités de communication. Par exemple, on peut partager facilement son bureau avec Vinagre grâce à Telepathy. Certains jeux (comme le Sudoku dans GNOME) ont une fonctionnalité multi-joueurs grâce à Telepathy.


Tagged: planet-libre, planet-ubuntu-fr, Ubuntu

La rumeur va vite se répandre, mais oui Ubuntu 9.10 est sortie aujourd’hui :-) N’oubliez pas d’utiliser les .torrent !

Je vous propose de partir à la découverte de certaines nouveautés de cette version 9.10 (surnommée Karmic Koala) en 3 articles :

  • Le démarrage, regroupant tous les nouveaux programmes mis en œuvre dans le démarrage d’Ubuntu
  • Le système, pour les principales innovations générales du système
  • La « touche » Ubuntu, pour toutes les applications spécifiques Ubuntu

GRUB 2

grub2910

Le changement n’est pas flagrant au premier abord. Mais si vous avez effectué une réinstallation, c’est maintenant GRUB 2 qui vous fait démarrer. Compte tenu de la criticité de ce programme, ce changement de version n’est pas anodin. Surtout quand on sait que la dernière version de GRUB 1 est sortie en … 2005 ! Depuis, la plupart des développements sur GRUB ont été faits par les distributions elle-mêmes. On peut citer le passage au UUID pour les disques, ou le support d’ext4.

Place donc à GRUB2 qui nous promet plein de nouvelles choses (interface graphique, internationalisation etc …). Pour l’instant, le gros du travail a été de faire que la migration se passe dans de bonnes conditions.

Upstart

On avait laissé Upstart quasiment inchangé depuis Ubuntu 6.10 (Edgy). Et même à ce moment là, Upstart ne faisait que mimer init, sans vrai gain. Il aura fallu attendre la mode des netbooks et des démarrages en quelques secondes pour que le travail sur Upstart reparte.

Dans Karmic, on a droit a une version refaite, avec quelques scripts init réécrits au format Upstart. A terme, le but est de gagner en rapidité, et de rendre complètement dynamique le démarrage des processus par Upstart. Une bonne nouvelle pour ce projet partagé maintenant avec Fedora et bientôt Debian.

Rapidité

En ce qui concerne la rapidité, si vous avez testé Karmic, vous avez peut être remarqué que le démarrage semblait plus rapide. C’est vrai, mais pas entièrement. En effet, l’ordre de démarrage des programmes a été revu, avec comme but de démarrer Xorg et GDM le plus rapidement possible, en chargeant le reste plus tard. C’est utile si vous utilisez GDM pour rentrer un login et un mot de passe, car pendant que vous les tapez, la machine continue à travailler.

Il est cependant difficile de dire si le gain de temps a été uniforme, certains testeurs disent même que le temps global à plutôt augmenté pour eux. Mais l’optimisation du démarrage est vraiment prévu pour Lucid, quand on sera sûr que cette conversion n’a pas fait trop de dégâts.

Xsplash

xsplash910

Autre élément qui a changé dans la séquence de démarrage de Karmic, c’est l’introduction de xsplash. Il s’agit de l’écran de chargement que vous pouvez voir avant et après vous être connecté par GDM. Il a pour but de faire patienter l’utilisateur entre le démarrage de Xorg et l’affichage de GDM, puis entre la connexion par GDM et l’affichage du bureau. Cette approche a été préférée à Plymouth, l’alternative de Fedora qui se repose sur le KMS. La raison invoquée est que, comme Xorg est lancé très tôt, pas besoin de programme supplémentaire qui ne sera affiché que très peu de temps. Certes, mais on regrettera ce développement spécifique Ubuntu alors qu’une alternative existe déjà.

GDM

gdm910

Vous avez surement remarqué que le look de GDM a changé. Mais vous ne savez peut être pas que le programme derrière a lui aussi complètement changé. Comme GRUB2, GDM 2.28 est un changement radical par rapport à son prédécesseur. Cette réécriture n’est pas nouvelle, la première version de GDM « new look » fut la 2.21, mais Ubuntu ne l’a jamais intégrée, restant à la version 2.20 (toujours présent dans les dépôts d’ailleurs). Le but principal de cette réécriture a été de le faire évoluer avec les technologies actuelles (ConsoleKit, PolicyKit, D-Bus etc …). Malheureusement, la réécriture a laissé des « cadavres » sur la voie, dont le plus visible est la configuration graphique et la configuration du thème. Ne cherchez pas d’outil de configuration un peu complexe (notamment pour les thèmes), ça n’existe pas. Ne cherchez pas à appliquer vos anciens thèmes GDM, ça ne marche pas. Bref, ce n’est pas pour rien que Debian n’a pas encore migrée vers gdm >= 2.21.

Pour finir, vous avez dû également voir que usplash (l’ancienne bar de progression orange avec le logo Ubuntu), a changé de look, remplacé par un logo blanc sur fond noir, sans progression. Si on peut approuver le design (je le trouve plutôt joli), on regrettera que le thème principal est resté orange. Mais on verra le thème plus tard.

usplash910

Lexique :

GDM : Écran de connexion d’Ubuntu et GNOME

GRUB : Programme qui sert a faire démarrer le système. C’est le premier élément à démarrer après le BIOS, là où on choisi le système à démarrer (Ubuntu, Windows etc …).

Init : Programme qui est responsable du lancement des autres programmes. Sur Ubuntu, il a été remplacé par Upstart qui jusqu’à Jaunty se contentait de mimer le comportement de Init.

Plymouth : Alternative à Usplash, l’image qui s’affiche juste après GRUB. Plymouth utilise KMS (ou Kernel-Modesetting, voir 2e article pour plus de détail) et génère un démarrage sans changement de résolution (sans saut d’image).

Upstart : Programme qui est responsable du lancement des autres programmes, comme Init. Il est actuellement utilisé par défaut sur Ubuntu, Fedora, et bientôt sur Debian.

Xorg : Appellé aussi serveur X, serveur graphique, qui gère l’affichage, les drivers graphiques, et les périphériques d’entrée/sortie (écran, souris, clavier etc …)

La suite :


Tagged: planet-libre, planet-ubuntu-fr, Ubuntu
27 Octobre 2009 à 17:02

Un peu de culture [remasteurisée] via BastNic's Blog

"The path of the righteous hacker is beset on all sides by the inequities of proprietary, and the tyranny of Microsoft. Blessed is he, who in the name of freedom and goodness, shepherds the n00b thru the valley of darkness, for he is truly his user's keeper and the finder of lost source code. And I will strike down upon thee with GPL and furious Affero GPL those who attempt to poison and destroy my projects with proprietary-licensed materials. And you will know my name is the GNU when I lay my vengeance upon thee."

Bruno Bord's non-talk at LRL 09

À côté ses utilisations les plus communes (shell, transfert de fichiers, etc), SSH est un bon outil qui permet de contrôler l'accès aux branches créées avec Bazaar. C'est couplé avec le Bazaar smart server que je l'utilise afin de savoir qui à le droit ou non de modifier les branches. Pour cela, chaque personne ayant le droit d'écriture doit disposer d'un compte sur la machine serveur. Cependant, il est prudent de limiter l'accès de ses personnes.

En effet, donner un compte utilisateur sur une machine possédant SSH revient généralement à donner l'accès au shell via SSH à cet utilisateur. Dans mon cas, je ne souhaite pas que l'utilisateur puisse avoir accès au shell mais seulement à ce qu'il puisse pusher ses branches via bzr+ssh://. L'idée est de laisser l'utilisateur se connecter puis de le déconnecter tout de suite après. Pour réaliser ceci, on édite alors le fichier /etc/passwd avec les droits d'administrateur. Ne le faites surtout pas si vous ne savez pas sur quoi vous allez tomber, cette manipulation s'avérer dangereuse pour votre système !

Une fois le fichier ouvert, on recherche l'utilisateur qui ne doit pas avoir accès au shell. La ligne doit ressembler à ça :
utilisateur:x:1004:1004:,,,:/home/utilisateur:/bin/bash

Ici on voit que le terminal de l'utilisateur est de type bash. On change alors la valeur /bin/bash (ou autre si elle est différente) par /bin/true. On obtient alors ceci :
utilisateur:x:1004:1004:,,,:/home/utilisateur:/bin/true

Lors de sa tentative de connexion, l'utilisateur aura droit à une déconnexion automatique.
utilisateur@localhost:~$ ssh utilisateur@domaine.tld
Last login: Sat Oct 24 14:05:26 2009 from ....
Connection to domaine.tld closed.


Bien entendu, les commandes utilisant bzr+ssh:// continueront à fonctionner.

Présentation

INX Is Not X est un live CD basé sur Ubuntu 8.04.

Le système est en fait basé sur une installation ubuntu minimale, et dépourvue d'interface graphique. Pas d'environnement de bureau, pas de serveur graphique, juste de la ligne de commande.

Oui, mais pas sans fioritures, au contraire. INX Is Not X est en fait essentiellement constitué d'un ensemble de scripts bash plutôt impressionnants.

Objectifs

Le système ne vise pas à être utilisable tel quel pour un usage quotidien, ou presque. L'objectif de INX Is Not X est essentiellement pédagogique. C'est un outil d'apprentissage pour découvrir les dessous du fonctionnement d'un système GNU/Linux.

Contenu

INX Is Not X s'ouvre sur une série de menus en couleurs, permettant d'accéder à des outils de configuration (langue, réseau...), des applications diverses (web, mail, musique...) et même de la vidéo en framebuffer. Et bien plus encore...

INX Is Not X utilise 3 modes de fonctionnement différents :

  1. Mode guidé : qui utilise des menus permettant d'accéder facilement aux applications
  2. Mode tutoriel : un mode interactif plein de surprises pour apprendre à se débrouiller dans un terminal. Aucune connaissance préalable n'est requise, C'est à mon avis le mode le plus intéressant (et le plus spectaculaire, je ne savais pas que le terminal permettait autant de choses)
  3. Mode avancé : plus de menu ni d'interactivité. Vous êtes livrés a vous même. A vous d'exploiter les connaissances acquises en mode tutoriel.

Téléchargement

INX Is Not X est disponible en téléchargement (live CD ou image Virtualbox à l'adresse http://inx.maincontent.net/

Comme son but uniquement pédagogique est pleinement assumé par l'auteur, aucun outil d'installation n'est prévu.

Exemples

Voici le menu de démarrage :
inx1.png

Première chose à faire, passer le clavier en français : espace 8 4 1

Ensuite, arrivé au menu principal, je vous recommande de commencer dans l'ordre, 0 puis 1 pour la présentation et assister à une petite démonstration, ensuite, libre à vous d'explorer les possibilités. Toutefois, les néophytes devraient suivre l'ordre prévu, la difficulté augmentant progressivement.

inx_mainmenu.png inx_games.png inx_web.png inx_mail.png

14 Octobre 2009 à 19:50

Cinq ans pour ça... via BastNic's Blog

J'ai oublié que tout le monde ici ne lit pas mon twitter, mais :

Etudes FINIES !!!!!!!

De plus, je suis maintenant consultant chez Clever Age à Paris.

Pour l'un comme pour l'autre.... qui l'aurait crû ?

11 Octobre 2009 à 18:17

Créer un poster sous Ubuntu via Pianopenguin

Mon fils, comme tous les copains de sa classe est un grand fan des Gormiti. Pour ceux qui ne connaissent pas les Gormiti sont des petits monstres à collectionner dont les fabricants ont eu l'excellente idée marketing de les vendre sous un blister opaque. Le jeu original se joue en principe sur une grande carte représentant l'ile de Gorm mais elle est difficile à se procurer et j'ai donc décidé de l'imprimer moi-même.

Tout d'abord j'ai scanné avec XSane la petite carte de l'ile de Gorm fourni dans l'un des playset. Puis sous GIMP j'ai collé les deux images scannées et effectué quelques traitements pour améliorer la netteté.

Pour imprimer le tout sous la forme d'un poster assez grand pour que les Gormiti tiennent dans une case j'ai utilisé le logiciel PosteRazor.

Pour l'installer sous Ubuntu rien de plus facile, il vous suffit de cliquer sur le lien Posterazor

Il faut charger l'image et indiquer la dimension voulue en nombre de pages ou en taille réelle :

Posterazor

On enregistre ensuite le poster sous format PDF pour pouvoir l'imprimer et faire plaisir à son petit geek.

07 Octobre 2009 à 20:20

Changement d'adresse via Littlewing

A cause de Grâce Free, j'ai du légèrement modifier mon adresse de blog.

Vous fidèles lecteurs, public chéri mon amour, pourrez toujours me retrouver à l'adresse suivante http://blog.touret.info/blog ( http://blog.touret.info/ suffit logiquement ).

Une mise à jour des flux RSS/ATOM sera par contre à mettre à jour:

Les billets Les commentaires

A bientôt !

28 Septembre 2009 à 22:07

(Dé) vérouiller les panneaux sur ubuntu via Littlewing

Un petit topic pour (dé-) verrouiller simplement les panels ou panneaux sur ubuntu.

Une exemple avec un clic droit sur le panel du bas:

panneauBloque.png

J'ai eu cette problématique, je ne sais comment, et quelques personnes de mon entourage néophytes et fraîchement évangélisés migrés sur ubuntu ont eu le même problème.

J'ai pour cela utilisé Ubuntu tweak car je n'ai pas trop voulu me prendre la tête à rechercher la clé sur gconftool. Si vous n'avez pas installé ubuntu tweak ( menu applications > système ) allez sur cette page, c'est clairement expliqué.

Petit rappel d'usage : warning.png L'application Ubuntu Tweak est un moyen alternatif de personnalisation du bureau. Il peut corrompre votre système Ubuntu ( ici Jaunty 9.04)

Après lancement de l'application il faut aller sur Bureau > Gnome puis décocher l'option "Vérouillage complet du panneau"

Capture-Ubuntu_Tweak.png

Immédiatement, vous verrez les options suivantes lors d'un clid droit sur les panels haut et bas :

panneauModifiable.png

Pages