Planet

epiphany_browser

Epiphany, le navigateur web de l’environnement de bureau Gnome, fonctionne de pair avec Network Manager, outil de gestion de réseaux inclus par défaut au sein de Gnome.

De ce fait, si vous gérez vos connexions autrement qu’avec Network Manager, il y a de grandes chances que, par défaut et tout comme le logiciel Evolution -gestion de courriers entre autres- intégré par défaut depuis Gnome 2.8, le navigateur Epiphany se lance en mode déconnecté.

C’était mon cas. Pour remédier au problème, la solution est très simple:

- utiliser l’éditeur de configuration (Applications -> Outils système) ou lancer la commande

$ gconf-editor

Vous vous retrouverez dans une arborescence et suivrez le chemin: /apps/epiphany/general

Décochez la case managed-network (voir ci-dessous) et Epiphany se lancera alors en mode connecté par défaut.

gconf-editor

Astuce préalablement postée par frenchy82 sur le forum Ubuntu-fr.



Navigateur Epiphany: ne plus travailler en mode déconnecté par défaut est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

epiphany_browser

Epiphany, le navigateur web de l’environnement de bureau Gnome, fonctionne de pair avec Network Manager, outil de gestion de réseaux inclus par défaut au sein de Gnome.

De ce fait, si vous gérez vos connexions autrement qu’avec Network Manager, il y a de grandes chances que, par défaut et tout comme le logiciel Evolution -gestion de courriers entre autres- intégré par défaut depuis Gnome 2.8, le navigateur Epiphany se lance en mode déconnecté.

C’était mon cas. Pour remédier au problème, la solution est très simple:

- utiliser l’éditeur de configuration (Applications -> Outils système) ou lancer la commande

$ gconf-editor

Vous vous retrouverez dans une arborescence et suivrez le chemin: /apps/epiphany/general

Décochez la case managed-network (voir ci-dessous) et Epiphany se lancera alors en mode connecté par défaut.

gconf-editor

Astuce préalablement postée par frenchy82 sur le forum Ubuntu-fr.



Navigateur Epiphany: ne plus travailler en mode déconnecté par défaut est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

Notre prochain cours sur #u-classroom sera le deuxième épisode de la série de cours sur le langage Ruby.

C'est donc la suite directe du premier cours où l'on avait eu l'occasion de découvrir les bases du langage (et de la programmation).

Les programmeurs déjà expérimentés pourront en apprendre plus sur ruby, et les débutants découvrir de nouveaux concepts.
Nous parlerons notamment des boucles (un gros manque de la première session); et surtout de la Programmation Orientée Objet, le thème central de cette session et un concept primordial de Ruby.

Les prérequis logiciels de cette session sont les mêmes que pour la première, à savoir les paquets logiciels ruby et irb de votre distribution linux favorite (vous pouvez également installer le paquet ruby-full sur ubuntu ou debian pour profiter de nombreuses additions. Attention à ne pas installer tous les paquets conseillés pour ne pas vous retrouver sans le vouloir avec emacs :D ).

Pour installer ruby et toutes ses additions sur ubuntu (mais sans paquets en trop) : sudo aptitude --without-recommends install ruby-full

Je vous invite à nous retrouver le jeudi 14 mai à 20H15 (Heure de Paris) sur notre canal habituel : #u-classroom sur le réseau Freenode (#u-classroom@irc.freenode.net).

PS: Retrouvez les logs de la première session ici, et les cours sur cette page du wiki.

Le nouveau système de notification d’ubuntu (notifyOSD) disponible depuis Jaunty, permet d’afficher différentes alertes de manière homogène entre les logiciels et surtout de manière assez classe!

Pour le moment, assez peu d’actions ou de logiciels profitent par défaut du nouveau système. Il y a par exemple la gestion du volume, de la luminosité, l’ajout d’un périphérique usb… Le but à terme est de remplacer la plupart des notifications par ce nouveau système. Thunderbird par exemple, possède son propre système d’alerte quand un nouveau message arrive. Si à la place de l’alerte d’origine, vous voulez utilister notify-osd, voici la marche à suivre.

Une extension est disponible sur le site officiel de Mozilla. Elle s’appelle Mozilla Notification Extensions et permet de réaliser ce changement de système de notifications. Il suffit de la télécharger  (n’oubliez pas de cocher la case « Let me install this experimental add-on. » pour avoir accès au bouton de téléchargement). Ensuite, ouvrez thunderbird, allez dans Outils>Modules complémentaires>Installer puis choisissez le fichier téléchargé pour que l’installation commence. Avant de redémarrer Thunderbird, n’oubliez pas de décocher l’utilisation du système de notification par défaut, sinon les 2 systèmes fonctionneront en même temps (Edition > Préférences > Général)

Voilà, normalement ça marche, vous pouvez voir ci dessous l’ancienne et la nouvelle apparence des notifications!

mail_default_notify mail_libnotify

Lorsqu’il s’agit d’installer Windows et Linux en dual-boot, il est souvent intéressant d’aller un peu plus loin dans l’intégration des deux systèmes d’exploitation et de permettre à l’utilisateur de retrouver ses documents, sa musique, ses vidéos, ses e-mails (dans cet exemple Mozilla Thunderbird) et son calendrier (dans cet exemple Mozilla Lightning) quel que soit le système d’exploitation sur lequel il a démarré.

Comment faire ?

Voici ce que je fais en général dans les configuration dual-boot Windows/Ubuntu (mais la procédure est similaire pour d’autres distributions) que je met en place pour les personnes qui ne sont pas encore passées 100% à un système d’exploitation libre.

  1. (optionnel) je commence par exécuter mon script de post-installation afin que les codecs et polices Windows soient installés
  2. ensuite je rajoute quelques paquets qui seront utiles pour cet exemple (exécutez la commande suivante dans un terminal – applications/accessoires/terminal- ou cliquez sur les trois liens suivants si vous utilisez Ubuntu : apt://mozilla-thunderbird, apt://lightning-extension et apt://ntfs-config) : sudo aptitude install mozilla-thunderbird lightning-extension ntfs-config
  3. ntfs-config

    ntfs-config (attention à l'« ortograffe » ;-) )

    vous pouvez maintenant exécuter la commande suivante dans un terminal, cochez la case en regard de votre partition Windows et tapez « windows » dans le champ à droite ; validez et profitez de cocher les deux cases sur l’écran suivant :

    sudo ntfs-config
  4. si ça n’a jamais été fait et que vous utilisez Thunderbird, lancez-le une fois (ne configurez rien, fermez l’assistant et Thunderbird)
  5. dans un terminal, copier/coller les commandes suivantes (cela déplace le point de montage de votre partition Windows hors de /media et évite d’avoir une icône inutile sur votre bureau) : sudo sh -c 'sed "s/\/media\/windows/\/mnt\/windows/g" /etc/fstab > /tmp/fstab && cp /tmp/fstab /etc/fstab' sudo umount /media/windows sudo mv /media/windows /mnt sudo mount /mnt/windows
  6. C’est là que cela devient intéressant ; il s’agit ensuite de faire des liens symboliques depuis votre dossier personnel qui pointent vers les dossiers correspondant sous Windows. Lorsque vous tapez les commandes suivantes dans le terminal, à chaque fois qu’il y a un mot entre « <> », il ne faut pas taper ce mot, ni les symboles «<» et «>», mais utilisez la touche tabulation plusieurs fois afin de faire apparaître les possibilités, puis, lorsque vous avez repéré le bon répertoire, commencez à saisir son nom, puis tapez encore une fois sur la touche tabulation pour compléter automatiquement le nom. Finalement notez que <dossier des utilisateurs> correspond en général « Documents and settings » sous XP et « Users » sous Vista. mv Documents Documents_old;mv Images Images_old;mv Vidéos Vidéos_old;mv Musique Musique_old ln -s /mnt/windows/<dossier utilisateurs>/<nom utilisateur>/Mes\ documents Documents ln -s /mnt/windows/<dossier utilisateurs>/<nom utilisateur>/Mes\ documents/Mes\ images Images ln -s /mnt/windows/<dossier utilisateurs>/<nom utilisateur>/Mes\ documents/Mes\ vidéos Vidéos ln -s /mnt/windows/<dossier utilisateurs>/<nom utilisateur>/Documents/Ma\ musique Musique mv Documents_old/* Documents/;mv Images_old/* Images/;mv Vidéos_old/* Vidéos/;mv Musique_old/* Musique/* rmdir Documents_old Images_old Vidéos_old Musique_old
  7. Maintenant que vos données sont mises en commun entre Windows et Linux, voici les instructions en ce qui concerne Firefox, les e-mails (Thunderbird) et le calendrier (Lightning) (Attention : copiez-collez ce qui suit quelque part parce que vous allez devoir fermer Firefox pour continuer et notez que les opérations suivantes suppriment votre profil Firefox et Thunderbird sous Linux au profit des versions sous Windows). cd .mozilla-thunderbird/<série de lettres et de chiffres> rm -rf * TB=/mnt/windows/<dossier utilisateurs>/<nom utilisateur>/Application\ Data/Thunderbird/Profiles/<série de lettres et de chiffres> for file in "$TB"/*; do ln -s "${file}"; done rm extensions cd ../.. cd .mozilla/firefox/<série de lettres et de chiffres> rm -rf * FF=/mnt/windows/<dossier utilisateurs>/<nom utilisateur>/Application\ Data/Mozilla/Firefox/Profiles/<série de lettres et de chiffres> for file in "$FF"/*; do ln -s "${file}"; done rm extensions
  8. Vous pouvez maintenant rouvrir Firefox et Thunderbird et devriez retrouver les mêmes informations et la même configuration que sous Windows

Informations supplémentaires

Dans cette configuration il est important de comprendre que si la partition NTFS n’a pas été démontée correctement par Windows, elle ne sera pas montée sous Linux et les documents et profiles ne seront donc pas accessible (dans ce cas, il faut redémarrer sous Windows). C’est également le cas si vous mettez Windows en « Veille profonde » (hibernation).

flattr this!

07 Mai 2009 à 01:20

Personnalisation de Pidgin via Jonathan Ernst

Pidgin est mon logiciel de messagerie instantanée préféré et cela tombe bien, il est pré-installé sur Ubuntu (Applications/Internet/Messagerie Internet Pidgin). Il me permet d’utiliser simultanément mes 15 (!) comptes de messagerie (MSN, Yahoo, Jabber, Bonjour, Facebook, IRC, Google Talk, ICQ, AIM, Skype, etc.) ainsi que de modifier mes statuts sur identi.ca, twitter et Facebook, le tout depuis une interface très propre et sans pub (astuce : faites glisser vos contacts qui correspondent à la même personne sur plusieurs protocoles l’un sur l’autre pour les fusionner, vous n’avez plus à vous soucier de savoir s’ils utilisent MSN ou Skype).

Je vais décrire ici ce que je configure en général dans ce logiciel une fois qu’il est installé car une des autres grandes force de Pidgin est l’existence de nombreux plugins qui permettent d’étendre ses fonctionnalités.

Intégration avec Facebook

Si vous disposez d’un compte Facebook et que vous avez autre chose à faire de votre journée que de répondre à des questionnaires, jouer à des jeux de vampires en cliquant sur des liens ou que vous ne souhaitez simplement pas avoir en permanence une fenêtre de votre navigateur pour discuter avec vos « friends », ce plugin d’Eion Rob est fait pour vous (en attendant que Facebook permette enfin d’utiliser le protocole ouvert XMPP pour discuter avec vos amis ; c.f. Bug 3152).

Sous Ubuntu, il vous suffit d’installer le paquet pidgin-facebookchat en cliquant sur ce lien ou en collant la commande suivante dans un terminal par exemple :

sudo apt-get install pidgin-facebookchat

Une fois le plugin installé, vous pouvez soit relancer Pidgin, soit rechargé la liste des plugins en allant dans « outils/plugins » puis en cliquant sur « Fermer ».

Vous pouvez maintenant ajouter votre compte Facebook comme n’importe quel compte depuis « comptes/gérer les comptes ». Dans avancé, je coche personnellement les options suivantes : « Set Facebook status through Pidgin status » (ne fonctionne pour l’instant que quand vous êtes « Disponible », c.f. Bug 374 ), « Show Facebook notifications as e-mails in Pidgin » et « Edit Facebook friends from Pidgin »

Intégration avec Skype

Le même développeur qui a développé le plugin précédent a également créé un plugin pour Skype. Malheureusement celui-ci nécessite encore que le client Skype soit installé et lancé (vous pouvez faire en sorte qu’il soit lancé automatiquement en cochant la case correspondante dans les paramètres avancés de votre compte Skype dans Pidgin) pour que l’intégration fonctionne, mais cela a au moins l’avantage de ne garder qu’une liste de contacts affichée.

Vous pouvez télécharger ce plugin ici.

Intégration avec le microblogging (identi.ca et twitter)

Le plugin pidgin-microblog (des instructions pour Ubuntu sont disponibles sur cette page) permet de poster et recevoir les mises à jour sur vos sites de microblogging. Il n’est malheureusement pas possible actuellement (Bug #28) de poster des mises à jour directement avec le statut de Pidgin et il faut cliquer sur un des contacts virtuels correspondant à chacun de vos comptes pour le faire.

Plugins supplémentaires

En plus de ces plugins de protocoles, il existe de nombreux autres plugins intéressant qui permettent d’étendre les fonctionnalités de Pidgin, je vais en décrire ici quelques uns que j’active en général.

Premièrement, si vous utilisez Ubuntu comme moi, commencez par installer une série de plugins supplémentaires (pour les autres, il faudra les chercher sur leur site correspondant ou voir s’ils existent dans le gestionnaire de paquet de votre distribution préférée). Vous pouvez cliquer ici ou taper la ligne suivante dans un terminal :

Pidgin

sudo apt-get install pidgin-plugin-pack

Ensuite rendez-vous dans « outils/plugins » et activez (si vous le voulez) :

  • « Accepter automatiquement » pour accepter automatiquement, sous certaines conditions que vous pouvez définir dans les préférences du plugin, les transferts de fichiers
  • « Conversation badger » qui affiche une petite icône correspondant au protocole utilisé dans la fenêtre de conversation (utile pour éviter d’envoyer par exemple des informations confidentielles à travers Facebook alors que vous pensiez écrire à votre correspondant sur Jabber/SSL)
  • « Dissimulation des Join/Part », « /exec » et « IRC helper » utiles si vous utilisez l’IRC
  • « Historique » qui affiche dans les fenêtres de discussion les derniers messages échangés avec le contact en question (pensez à activer dans « outils/préférences/archivage », les options « archiver tous les messages » et « archiver toutes les discussions »)
  • « Mode psychique » qui vous permet de savoir quand quelqu’un va vous écrire avant même qu’il vous envoie le premier message. Effet garanti : demandez à votre contact ce qu’il veut juste avant qu’il envoie son message ;-)

flattr this!

Pour le cours de cette semaine, nous continuons avec la série Survivre dans son TTY. Une session qui abordera un outil fort pratique pour tous CLI user qui se respecte : GNU screen. C'est un cours qui sera un peu plus long que les précédents mais qui se destine toujours à toutes personnes, débutant compris bien sûr. Si vous ne connaissez pas, GNU screen est un "Multiplexeur d'écran avec une émulation de terminal VT100/ANSI" (merci apt-cache show pour la définition) : en d'autres termes, il permet d'avoir plusieurs terminaux dans un seul et de jouer avec eux. Je présenterai aussi brièvement en début (ou en fin ?) de cours deux autres outils du même genre à savoir dtach et dvtm.

Nous vous attendons donc le Jeudi 07 mai à 19H30 Heure de Paris (@770 07.05.2009 SIT) sur le canal #u-classroom du réseau Freenode (#u-classroom@irc.freenode.net) (et bien sûr n'oubliez pas que si vous n'êtes pas très copain avec IRC ,vous pouvez retrouver une petite introducion à IRC afin de nous rejoindre facilement).

  • Intitulé du cours : Survivre dans son TTY #5 : GNU Screen and friends
  • Niveau : Pour débutant
  • Date : Jeudi 07 mai 2009
  • Heure UTC : 17H30
  • Heure de Paris : 19H30
  • Heure de Québec : 13H30
  • SIT : @770 (07.05.2009)

Déjà-Dup est un outil de sauvegarde dont la philosophie est axée sur la facilité d’utilisation. Il offre la possibilité de chiffrer ses données et de pouvoir stocker ces mêmes données sur des médias externes ou un stockage distant (serveur SSH ou Amazon S3) et il propose la planification des sauvegardes.

Pour l’interface, on ne peut pas faire plus simple. Deux gros boutons, un pour la sauvegarde manuelle et un autre pour la restauration. Ces deux fonctions sont aussi accessibles dans le menu Fichiers (pas grands intérêts). On trouve aussi la configuration des préférences dans le menu Édition et le menu  l’aide. C’est tout.

Installation

Déjà-Dup est disponible pour Frugalware dans le dépôt -current (version instable). Vous êtes sur currentla commande suivante suffira :

pacman -g2 -Sy deja-dup

Sinon téléchargé le paquet ci-dessous et faites : pacman-g2 -A lenomdupaquet.fpm

deja-dup-91-1-i686

Si vous ne voulez pas télécharger le paquet faites (merci DEvil505) : pacman -U url_vers_le_paquet.fpm

Premier lancement

On trouve Déjà-Dup en suivant ce chemin Applications -> Accessoires > Utilitaire de sauvegarde Déjà-Dup.

Dans les préférences (Edition > Préférences), vous pouvez définir le type de stockage par défaut. Le choix est possible entre « Amazon S3« , « Dossier local » et « SSH« . Le choix Dossier Local définit un disque interne ou bien des médias externes. SSH signifie que le stockage se trouve sur un serveur distant et qui utilise le protocole SSH, enfin, le dernier choix est Amazon S3.

Amazon S3 (Amazon Simple Storage Service) est un service de stockage en ligne. L’utilisateur  (moi dans le cas présent) paie un forfait mensuel en proportion de la zone de stockage utilisé, du volume du trafic généré et du nombre de la restauration effectuée. Je vous ferai un billet pour vous présenter plus précisément l’immense avantage de ce service payant. 10Go pour 1€ par mois il n’y a pas photos pour sécuriser ces données.

Si vous sélectionnez comme moi Amazon S3 pour le stockage, il vous sera demandé de fournir l’access Key Id que vous trouverez dans votre compte S3 et un nom de dossier pour votre sauvegarde..Ainsi, vous pouvez gérer des sauvegardes à partir de plusieurs ordinateurs et les utilisateurs sur un même compte Amazon S3.

Pour les préférences restantes rien de plus simple. Vous pouvez définir ce que vous voulez inclure ou exclure dans votre sauvegarde, sélectionner ou non le chiffrement de vos données (Recommandé voir même obligatoire pour le stockage de données sur serveur distant) et si vous souhaitez planifier la sauvegarde régulière.

Sauvegarder

Vous avez vu le gros bouton de l’interface ou il y a écrit Sauvegarder et bien cliquez dessus. Voilà rien de plus simple. Selon la manière dont vous avez configuré Déjà-Dup, il est possible qu’il vous demande d’entrer un mot de passe pour chiffrer vos données ou encore d’entrer votre clé d’accès si vous utilisez le service Amazon S3. Il ne vous reste plus qu’à regarder le travail se faire.

Restaurer

Pas plus compliqué que pour l’étape précédente. Cliquez sur le bouton Restaurer. Selon la manière dont vous avez configuré Déjà-Dup, il est possible que l’on vous demande d’entrer un mot de passe pour chiffrer vos données ou encore d’entrer votre clé d’accès si vous utilisez Amazon S3. Après Déjà-Dup vous demandera ou vous souhaitez restaurer les données (emplacement d’origine ou nouvel emplacement) et le confirmation de la restauration. Voilà, vos données sont en cours de restauration.

Problèmes connus

Au jour d’aujourd’hui, Déjà-Dup ne peut pas restaurer qu’une partie de votre sauvegarde, c’est tout ou rien. Déjà-Dup est fait pour la récupération de données en cas de catastrophe plutôt que que pour récupérer un document que vous avez accidentellement supprimé. (backintime devrait peut-être plus correspondre dans ce cas précis. Essai à venir)

Déjà-Dup n’est pas encore capable de vérifier si votre système de fichiers possède suffisamment d’espace disque pour restaurer vos données. La restauration de vos données se fait dans un répertoire temporaire   avant de déplacer les fichiers vers le dossier de destination. Donc vérifiez bien l’espace disponible avant lancement d’un processus de restauration. Sinon c’est l’échec assuré.

À force d’installer Ubuntu pour des gens, je me retrouve souvent à refaire un certain nombre d’opérations identiques sur chacune de ces machines. Cela faisait longtemps que je souhaitais écrire un petit script pour automatiser une bonne partie de ces étapes une fois le système d’exploitation installé afin de gagner du temps.

Le script en action

Le script en action

Fonctionnement

Ce script pose quelques questions à l’utilisateur en début d’exécution, puis installe toute une série de logiciels libres, de polices de caractères, de codecs audio et vidéo, de plugins de navigateur et, si l’utilisateur ne peut s’en passer et le décide, de logiciels propriétaires connus. Pendant l’opération quelques dépôts de logiciels sont ajoutés et une ou deux optimisations sont apportées et toutes les mises à jour disponibles sont finalement installées. Il est facile de modifier le script selon vos besoins personnels en l’éditant avec votre éditeur de texte préféré.

Instructions

Je met à disposition ici ce script pour ceux que cela intéresse (teste sur Ubuntu Jaunty 32 et 64 bits, mais devrait fonctionner avec d’autres versions également) :

  1. enregistrer postinstall.sh
  2. clic droit -> propriétés -> permissions -> « autoriser l’exécution du fichier comme un programme »
  3. double clic sur le fichier et choisir « lancer »

N’hésitez pas à proposer des améliorations !

Mise à jour 3 mai 2009 : J’ai publié ici une nouvelle version de ce script qui tient compte de certains de vos commentaires. Merci !

Mise à jour 4 mai 2009 : J’ai encore publié une nouvelle version de ce script qui corrige certains problèmes et tient compte des nouveaux commentaires.

Mise à jour 5 mai 2009 : Décidément, les commentaires pleuvent ! La nouvelle version du script vérifie désormais si une nouvelle version est disponible et tiens compte de certaines de vos remarques dont je vous remercie. Il est en outre maintenant possible d’exécuter plusieurs fois le script de suite sans avoir des entrées à double dans les fichiers de configuration.

Mise à jour 7 mai 2009 : Encore une nouvelle version. Pour cette version et les prochaines, reportez-vous au changelog (il apparaît automatiquement en cas de mise  à jour automatique).

flattr this!

Wget dans sa version initiale 1.10 est incapable de récupérer les fichiers Css présent via "@import". La solution réside dans une hypothétique version 1.12 qui corrigerait apparement le problème. Incapable de trouver cette dite version, il existe apparement une version de wget modifiée. Merci Ted Mielczarek et merci Fabrice pour la procédure. La démarche qui suit explique comment compiler cette version pour Ubuntu.

Attention, l'ensemble des manipulations qui vont suivre peuvent rendre votre système d'exploitation Ubuntu instable. La compilation est un risque pour lequel je décline toute responsabilité.

Compiler wget-modified

  1. Récupérer wget-1.10-css-parser.tar.gz - 2.2mo
  2. Dézipper l'archive
  3. Installer le paquet flex sudo aptitude install flex
  4. Optionnel : si besoin installer les paquets renvoyés par la commande sudo apt-cache search yacc | grep yacc
  5. Dans votre archive dézippée taper
    1. ./configure
    2. make
    3. make install
  6. Vérifier que vous avez la bonne version via wget --version, cette commande doit normalement vous renvoyer : GNU Wget 1.10+devel

Pages