Planet

Pour ceux ou celles qui auraient raté la précédente partie de ce billet qui consiste à construire un périphérique Multitouch pour environ 20-30 € maximum, n'hésitez pas à cliquer sur l'image suivante ;)

img_1320.jpg

Mise en Garde :

dialog-warning.png!! Attention !! Bien que follement passionnant (...hem ...) ce billet décrira quelques manipulations qui risquent de mettre à mal votre système. Si vous ne savez pas précisément ce que vous faites, veillez à ne pas prendre de risque inutile!! On vous aura prévenu!!

Intro :

Après le Hardware, la partie software, le plus difficile! Nous allons utiliser pour ça une librairie Opensource, j'ai nommé : "TouchLib".

Cette librairie bien que portée sous linux a principalement été développée pour windows. Nous, linuxiens, subirons donc quelques effets de bord de ce fait (moins de démos, impossible d'interfacer avec flash,...). Mais, n'oublions pas que si le projet vous plaît, vous êtes libre (oui oui) de contribuer à votre manière!

Voici d'ailleurs le lien vers le projet : http://code.google.com/p/touchlib/.

L'article ne passera pas en revue l'étape pendant laquelle vous installez votre webcam sur votre système préféré. Nous supposerons donc que celle-ci est parfaitement reconnue ;)

Compilation et installations :

Comme Indiqué dans le wiki du projet, installons la touchlib sur notre système grâce aux commandes magiques :

svn co http://touchlib.googlecode.com/svn/trunk/ multitouch cd multitouch cmake . make

pour les détails, regardez le wiki du projet.

il se peut que vous deviez aussi installer oscpack :

svn co https://www.smartelectronix.com:9000/repos/osc/trunk oscpack cd oscpack make sudo make install

ou

sudo checkinstall make install

Configuration :

Rendez vous dans le répertoire "src" de votre touchlib fraîchement compilée, ensuite, lancez la commande :

./configapp

Cette commande permettra de créer un fichier de configuration pour la touchlib. Plusieurs fenêtres seront ouvertes et vous demanderont des réglages afin d'ajuster au mieux les filtres pour rendre les points plus nets.... moins vous avez de bruits et de taches (autre que vos doigts) et moins vous avez l'effet des ombres de votre main avec la lumière, mieux ce sera!

Plusieurs filtres sont à votre disposition pour arriver à vos fin : mono, rectify, highpass, invert, smooth, brightnesscontrast, backgroundremove, resize et quelques autres plus ou moins utiles.

Chacun de ces filtres possèdent une ou plusieures options de configuration voyez pour ça la documentation officielle sur les filtres. Pour les utiliser, ajoutez juste les lignes correspondantes dans le fichier de configuration sous la balise "filtergraph" et dans l'ordre qui vous convient le mieux (l'ordre est donc important).

Par exemple :

<invert label="invert3" />

Lorsque vous lancez l'application de configuration et que vos manipulations sont fructueuses, appuyez sur "enter" pour enregistrer le fichier config.xml et passer à la seconde phase (pas indispensable...d'ailleurs elle marche pas terrible chez moi). Sinon, veillez à quitter avec ctrl+c dans la console afin de ne pas écraser votre essai de configuration.....

Après de long chipots, vous devriez avoir un résultat ressemblant à ça :

touch.png

Dans le cas contraire, vous pouvez reprendre mon fichier de configuration et l'adapter à vos souhaits (ou en chercher un autre sur le net) :

Sinon, Documentez-vous aussi sur la configuration de l'application sur le site du projet (bah oui, encore)

Lancement de la démo (enfin!)

Wééé, ça marche! Vous voici enfin à l'avant dernière étape de cet article.... Lançons la seule démo disponible pour notre plateforme à l'heure de l'écriture de ces lignes, grâce à la commande :

../demo/smoke/smoke config.xml

Nous passons donc notre fichier de configuration à celle-ci.

Touchez ensuite votre plaque et constatez les nuages de fumée suivant vos doigts et changeant de couleur.

smoke.png

Conclusion :

Malgré le peu d'application disponible de cette librairie, on voit clairement qu'il ne suffirait que peu d'effort pour fournir des petites démos sympas à la communauté. Alors je fais appel à tout le monde pour contribuer à sa manière au projet :

  • configuration plus user friendly
  • plus de démo
  • traduction de doc
  • plus de doc
  • des paquets pour ubuntu?
  • intégration avec les bureaux kde / gnome /...
  • et bien d'autres choses!

D'autres plateformes ont fait le choix de la "multitouchitude" ... alors pourquoi pas nous!

La communauté de communes du pays Glazik (c'est dans le finistère, 29 pour les incultes) organise ces 24 et 25 octobre 2008 un Week-End très chargé. Au programme : jeux en LAN, conférences, ateliers, et install-party.

C'est encore Poutitine aux manettes, qui nous a déjà épatés par ses talents d'organisatrice, ce Week-End devrait donc être un succès, espérons que le public soit au rendez-vous.

connectonsnouslaffiche0mx3.jpg

connectonsnousproga308fp0.jpg

J’ai découvert un utilitaire qui permet, à la base, de traquer et de supprimer les fichiers dupliqués au sein d’un répertoire. Il s’agit du logiciel FSlint.

Bon, une chose est sûre, mieux vaut l’utiliser dans votre répertoire personnel afin d’éviter toute mauvaise manipulation.

FSlint permet bien sûr plusieurs autres possibilités de nettoyage que les simples duplicata de fichiers, il autorise également les recherches sur les paquets installés, les mauvais noms, les conflits, les fichiers temporaires, les mauvais liens symboliques, les mauvais identificateurs, les répertoires vides et les blancs d’espacement redondant.

Attention toutefois lorsque vous envisagez de détruire certains fichiers. Par exemple, dans ma recherche de répertoires vides, le logiciel m’a trouvé les dossiers incoming et temp de aMule. Donc méfiance avant d’appuyer sur le bouton Détruire, vérifiez bien les résultats de recherches.

Simple d’utilisation, FSlint est un bon utilitaire de nettoyage pour qui veut dépolluer un peu son répertoire /home, les résidus de programmes devenant vite légions si la commande de désinstallation passe par remove plutôt que par purge.

Pour l’installation sur Debian comme sur Ubuntu, une seule commande, comme d’habitude:

$ sudo aptitude install fslint



FSlint nettoie en profondeur votre répertoire /home est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

J’ai découvert un utilitaire qui permet, à la base, de traquer et de supprimer les fichiers dupliqués au sein d’un répertoire. Il s’agit du logiciel FSlint.

Bon, une chose est sûre, mieux vaut l’utiliser dans votre répertoire personnel afin d’éviter toute mauvaise manipulation.

FSlint permet bien sûr plusieurs autres possibilités de nettoyage que les simples duplicata de fichiers, il autorise également les recherches sur les paquets installés, les mauvais noms, les conflits, les fichiers temporaires, les mauvais liens symboliques, les mauvais identificateurs, les répertoires vides et les blancs d’espacement redondant.

Attention toutefois lorsque vous envisagez de détruire certains fichiers. Par exemple, dans ma recherche de répertoires vides, le logiciel m’a trouvé les dossiers incoming et temp de aMule. Donc méfiance avant d’appuyer sur le bouton Détruire, vérifiez bien les résultats de recherches.

Simple d’utilisation, FSlint est un bon utilitaire de nettoyage pour qui veut dépolluer un peu son répertoire /home, les résidus de programmes devenant vite légions si la commande de désinstallation passe par remove plutôt que par purge.

Pour l’installation sur Debian comme sur Ubuntu, une seule commande, comme d’habitude:

$ sudo aptitude install fslint



FSlint nettoie en profondeur votre répertoire /home est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

Si vous n'avez plus de son suite à une mise à jour récente (passage du noyau Linux 2.6.24-19 au Linux 2.6.24-21) sur votre Dell inspiron 1525, vous n'êtes pas le seul :)

Voici la solution :

cd /lib/modules/2.6.24-21-generic/ubuntu/sound/alsa-driver/pci/hda sudo mv snd-hda-intel.ko.REPLACEDBYhsfmodem snd-hda-intel.ko cd /lib/modules/2.6.24-21-generic/updates sudo rm snd-hda-intel.ko sudo rm snd-hda-codec.ko sudo depmod -a sudo update-initramfs -u sudo reboot

Liens, sources, informations complémentaires :

18 Octobre 2008 à 17:00

SmartSVN via Pianopenguin

J'avais quelques difficultés à faire fonctionner RapidSVN sur plusieurs projets. J'ai testé le script SVN pour Nautilus mais ne l'ayant pas trouvé assez simple d'utilisation j'ai finalement adopté SmartSVN.

SmartSVN est un client SVN en JAVA qui fonctionne donc sur tout système d'exploitation. Il ne s'agit pas d'un logiciel libre, mais la version "Foundation" est disponible gratuitement et elle suffit entièrement à mes besoins.

L'installation de SmartSVN, comme toute installation hors des dépots officiels, représente un risque pour votre système.

SmartsSVN nécessite une version du JRE de SUN supérieure à 1.4. Pour l'installation de JAVA reportez vous à la documentation sur Ubuntu.fr.

Décompressez le fichier d'installation générique pour Linux dans un dossier spécifique de votre répertoire personnel.

Exécutez le fichier "SmartSVN 4.0.7/bin/smartsvn.sh" et suivez les instructions :

Setup SmartSVN

Vous pouvez ensuite créer un "lanceur" en choisissant une icône située dans le dossier bin :

Lanceur SmartSVN

Et voila un client SVN complet fonctionnant sans aucun problème sur plusieurs projets :

SmartSVN

17 Octobre 2008 à 08:39

Quel développeur suis-je ? via Kévin Dunglas

  • Os : Ubuntu et Mac OS X
  • Éditeurs : Eclipse et vim
  • Langages favoris : Python, C
  • VCS : Subversion
  • Navigateur : Firefox

Alors, quel développeur je suis ?

Programmer hierarchy

Programmer hierarchy

14 Octobre 2008 à 22:48

Retour d'hibernation ;) ! via Ludoka.net

Ayant rencontré moultes problèmes avec la mise en veille et l'hibernation, je vais expliquer très brièvement comment les régler.

Avant toute chose, ce que je vais dire concerne principalement les possesseurs de carte nVidia. De plus, les manipulation que je vais décrire peuvent se révéler très dangereuses pour l'intégrité de votre système (tant matériel que logiciel). Avant d'éditer un fichier système, il est fortement conseillé d'en faire une copie de sauvegarde.

Problèmes dûs à la carte graphique nVidia GeForce 8600M GT

Éditer le fichier /etc/X11/xorg.conf pour ajouter à la section « Device » (carte graphique) :

Option "NvAGP" "1" Option "NoLogo" "1"

Éditer le fichier /etc/default/acpi-support pour changer :

SAVE_VBE_STATE=false POST_VIDEO=false

Éditer /etc/modprobe.d/blacklist pour ajouter :

blacklist intel_agp blacklist agpgart

Sources :

Problèmes dûs à la carte son Intel Corporation 82801H

Éditer /etc/modprobe.d/alsa-base pour ajouter :

options snd-hda-intel model=toshiba

Source inconnue.

Mysql Workbench glorieux successeur de dbdesigner 4 est désormais disponible sous Linux dans sa version alpha, hautement instable. Plutôt que de copier bêtement les instructions utiles pour compiler Workbench pour ubuntu voici un lien utile sur developpez.com, inutile de dire que si vous êtes débutant je vous conseille fortement d'attendre une version stable et disponible en .deb (comme moi :p)

Attention, les manipulations indiquées dans l'article et les liens mentionnés peuvent compromettre la stabilité de votre système, je décline toutes responsabilités

Dans cette version pour linux on retrouve évidemment les caractéristiques habituelles :

  • Conception visuelle de la base de données
  • Rétro-ingénieurie, c'est à dire que d'après un script Sql on vous redessine le schéma Merise
  • Pro ingénieurie, transformation d'un schéma en script Sql.
  • Outils de synchronisation entre schéma et base de données courante
  • Intégration de DBDoc afin de documenter les schémas
13 Octobre 2008 à 00:54

Imprimer un plan à l'échelle via KubuntuBlog

Un petit article en forme de pense-bête. Comment imprimer un plan[1] en conservant l'échelle de celui-ci.

Nous considérons que le plan est sous forme d'image. Ouvrir celle-ci avec The Gimp. À l'aide de l'outil de mesure prendre une distance connue et noter le nombre de pixels correspondants.

Mesurer

Une fois ceci fait, un simple petit calcul nous permet de déterminer le nombre de pixels par millimètre. Ici j'ai 77 pixels pour une distance de 100cm. Au 100ème 100cm sont représentés par 10mm. Donc 77/10=7.7 pixels/mm

Pour imprimer au 50ème, le calcul devient 77/20=3.85 px/mm etc...

Toujours dans Gimp, choisir Image → Taille de l'impression. Cette boite de dialogue permet de calculer la taille que devra faire l'image une fois imprimée.

Calculer

Et voila, il ne vous reste plus qu'à imprimer l'image à la taille voulue. On peut même en faire un pdf histoire de ne pas refaire le calcul à chaque impression.

Imprimer

Vous pouvez bien sur aussi utiliser l'impression via Gimp. Dans ce cas, pensez bien à donner la valeur en pixels/pouce.

Notes

[1] de maison par exemple

Pages