Planet

logo_jelix_moyen.pngArticle rapide, afin de démontrer qu'il ne faut que quelques minutes pour installer un framework PHP sur sa machine Linux. J'ai déjà rédigé un article équivalent sur Symfony et Ubuntu, aujourd'hui je me permets de vous faire découvrir un framework moins célèbre, mais qui mérite attention : Jelix. L'article est orienté "vrai débutant". Néophyte également sur Jelix, je vous remercie de poser vos questions techniques à qui de droit. Hum c'est quoi un framework PHP (lire début)  ?

Attention certaines manipulations, notamment la modification du fichier .bashrc ou l'utilisation d'outil/script inconnus peuvent rendre Ubuntu instable, même si les risques ici sont minimes, veillez à toujours prendre conscience des opérations effectuées sur votre système. Je ne peux être tenu responsable des désagréments occasionnés.

Prérequis

Installer les paquets suivants. Ceci permet de vous assurer que votre serveur/machine sera capable d'effectuer les commandes internes à Jelix. sudo apt-get install apache2 apache2-doc mysql-server php5 libapache2-mod-php5 php5-mysql phpmyadmin php5-xsl php5-cli php-pear

Le paquet libapache2-mod-php5 gère finalement les extensions dom, simplexml, pcre, session, spl et tokenizer, extensions utiles pour jelix . Pour plus de détails je vous renvoie à la page des prérequis pourJelix

Télécharger Jelix 1.1

La page de téléchargement des versions stables vous permet de choisir parmi trois versions. Contrairement à Symfony où le basculement se réalise en ligne de commande (freeze / unfreeze) pour passer successivement en mode développement ou en mode test/ production, Jelix vous donne le choix de l'application uniquement par des archives. A première vue je trouve çà moins pratique.

  1. Edition développeur : Utile pour les développements, elle contient un ensemble de scripts pour effectuer des tests.
  2. Edition Optimisée : A utiliser sur les serveurs de production, plus légère elle est dépourvus des scripts de tests. (Censé ne pas afficher d'erreur serveur à l'écran)
  3. Edition Or/Gold : Prolongement de la version optimisée, idéale pour les serveurs de production. Cette dernière semble adaptée pour des architectures de serveurs dédiés ou du moins sur des serveurs sur lesquels l'installation d'extensions est possible.

Si vous débutez, je vous conseille évidemment de télécharger la version "développeur Jelix 1.1RC3".

Installation et utilisation de Jelix

Cette partie se nomme "installation" mais c'est bien par abus de langage, en effet l'opération consiste uniquement à dézipper l'archive jelix1.1RC3.

  1. Dézipper jelix via la commande tar xvzf jelix-1.1RC3.tar.gz ou le menu contextuel (clic droit) Extraire Ici. Dézipper dans le dossier /var/www/ Normalement le fichier est accessible via le navigateur web par http://localhost/jelix1.1/
  2. Ouvrir ou créer votre fichier .bashrc et ajouter ceci en fin de fichier : alias jelix='php/var/www/jelix-1.1/lib/jelix-scripts/jelix.php'.
  3. A cette étape si le terminal est ouvert vous avez besoin de relancer. bash -verbose
  4. A présent vous pouvez vous servir seulement de la commande jelix pour créer votre application
  5. Pour éviter les duplications voici la suite sur l'utilisation de Jelix
17 Janvier 2009 à 07:06

Ubuntu Jaunty Jackalope Alpha 3 via Cedynamix

Ubuntu Jaunty Jackalope Alpha 3 vient de sortir avec deux jours de retard sur le planning de développement (mais c’est pas très très grave). ;-)

Cette nouvelle version arrive X.Org server 1.6, qui risque de perturber le développement et créer quelques instabilités d’un point de vue graphiques. La nouvelle application permettant de configurer les fenêtres de  notifications. Il se pourrait d’ailleurs que lors de la sortie de la version finale, les fenêtres de notifications ressemblent à ça. Autre nouveauté importante, la présence du kernel Linux 2.6.28-rc8. Synaptic est maintenant pourvu d’un bouton « get a screenshot » qui permet de voir une capture d’écran de certains logiciels avant leur installation et enfin le support du système de fichier ext4 pour le formatage des partitions permettant, entre autres chose un démarrage plus rapide (option par défaut prévue pour Ubuntu 9.10). A souligner aussi la présence (enfin!) de OpenOffice.org 3.0.

L’annonce officielle et les notes de version.

Cette version est une version de dévellopement. Ne l’installez pas sur une machine demandant de la stabilité

12 Janvier 2009 à 20:00

Amarok 2.0.1.1 et applet lastFm via eMerzh's Notes

Hello à tous,

Pour ceux qui ne l'auraient pas suivi, la version 2.0.1.1 de Amarok est sortie ce 11 Janvier.

Au menu des changements, beaucoup de corrections de bugs, mais également un série d'améliorations comme :

  • l'ajout d'un champ de recherche sur la playlist
  • amélioration de la gestion de la playlist au clavier et du tri de la collection
  • Le grand retour de la file d'attente des chansons
  • le support de Growl sous Osx
  • le "Stopper la lecture après cette chanson"

Pour plus de détails consultez les notes de version.

Pour l'installer sur votre ubuntu Intrepid, vous devez ajouter le dépôt "kubuntu-members-kde4".

!!Attention cette manipulation pourrait mettre à mal votre système!!

ajoutez donc cette ligne à votre /etc/apt/sources.list :

deb http://ppa.launchpad.net/kubuntu-members-kde4/ubuntu intrepid main

Installez ensuite :

sudo aptitude install amarok-kde4

Depuis la mise à jour de la RC1, L'applet last.Fm à été enlevée pour cause de stabilité et finition... (Last.fm applet have been removed for now as they are not ready for final release).

Depuis cette mise à jour, une erreur était affichée à la place de l'applet ... et impossible de supprimer cette applet.

Amarok-Erreur

Après investigations, il suffit d'éditer un fichier. Fermez Amarok et faites :

vim .kde/share/config/amarok_homerc

Remplacez le la ligne "plugins" qui contient "\\0"

[Containment 1]

plugins=\\0

par, par exemple :

[Containment 1]

plugins=lyrics

Relancez ensuite Amarok... et voilàààà... profitez bien!

Google picasa ne gère plus les écrans de veille depuis le passage de xcreensaver à gnome-screensaver. Ca fait donc une paye . Je sais qu'il existe d'autres solutions telles que f-spot, le slideshow standard, ... mais je souhaitai quand même utiliser cette fonctionnalité de picasa ( je sais c'est pas libre , ca pue, etc etc ; mais pour l'instant c'est le meilleur outil que j'ai trouvé dans ce domaine).

Si on lit leur FAQ on voit que l'on peut quand même executer la commande /opt/picasa/bin/showpicasascreensaver.

Les utilisateurs de picasa trouveront donc grisés les élements relatifs à la configuration de l'écran de veille dans ce dernier. Voici après quelques recherches sur le net et dans les fichiers de configuration un tuto pour installer l'écran de veille picasa dans l'environnement Gnome.

warning.png ATTENTION: Cette manipulation n'est pas standard et peut mettre à mal votre système!



Dans Picasa

Ajouter des photos dans l'album écran de veille

Création du raccourci

Créer le fichier de thème

$sudo gedit /usr/share/applications/screensavers/picasa-slideshow.desktop

Et renseigner les valeurs suivantes :

[Desktop Entry] Encoding=UTF-8 Name=PICASA Slideshow Name[fr]=Ecran de veille picasa Comment=Shows google picasa screensaver Comment[fr]=Affiche l ecran de veille google picasa Exec=picasaslideshow TryExec=picasaslideshow StartupNotify=false Terminal=false Type=Application Categories=GNOME;Screensaver; X-Ubuntu-Gettext-Domain=gnome-screensaver

Maintenant nous devons renseigner la commande picasaslideshow. Pour ce faire, nous devons créer le fichier suivant : /usr/lib/gnome-screensaver/gnome-screensaver/picasaslideshow

$sudo touch /usr/lib/gnome-screensaver/gnome-screensaver/picasaslideshow

Et maintenant voici la commande fournie par google:

#!/bin/sh /opt/picasa/bin/showpicasascreensaver

Pour tester

Il faut redémarrer gnome-screensaver

$killall gnome-screensaver $gnome-screensaver

Configurer l'écran de veille par le menu système > préférences > écran de veille Capture-Preferences_de_l__economiseur_d__ecran.png

Pour tester, soit vous attendez le délai d'application de l'écran de veille, soit vous lancez la commande suivante :

$gnome-screensaver-command -a

Pour cet article, deux présentations obligatoires, vim d'un côté et codepad de l'autre. Ici vous vous rendrez rapidement compte, je l'espère, qu'il est possible de "partager" son code source (C, Python, Perl, Php ...) avec d'autres, simplement sans effectuer un seul copier-coller. En effet, habituellement lorsque je bloque sur une ligne de code, où bien que je souhaite partager "un extrait de génie" je copie-colle mon texte sur des sites spécialisés, il en existe pléthore. Aujourd'hui vous apprendrez à devenir encore plus fainéant et donc à éviter le fameux copier-coller par une commande automatique.

Codepad

Présentation

Service online permettant de copier-coller son code source, en vue de le partager. Codepad.org permet de gérer les langages suivant C C++,D, Haskell, Lua, OCaml, PHP, Perl, Plain Text, Python,Ruby, Scheme, Tcl. Outre le fait d'afficher le code source, codepad.org est également capable de lancer l'exécution de script et d'en afficher le résultat.

Vim

Présentation

Vim est un éditeur de texte en mode texte sous GNU/Linux. Mode texte, signifie qu'il est utilisable depuis le terminal (vous savez les caractères blancs sur fond noir), aussi il apparait souvent austère à première vue. Malgré cela, il n'en demeure pas moins un outil très puissant capable d'effectuer des opérations complexes, difficiles ou plus longue à obtenir en regard d'une interface graphique comme nous pouvons en trouver pour les logiciels comme gedit, geany, emacs, scribes ...

Installation de vim

Dans le terminal (Application > Accessoires > Terminal) sudo apt-get install vim vim-python, vim-python étant obligatoire pour l'utilisation du plugin vim codepad".

Pour les curieux, je vous invite à tester vimtutor (depuis le terminal), en 30 minutes vous apprendrez déjà l'essentiel du logiciel. Sinon il vous reste toujours des sites comme dansmongrenier.com, scribd.com, Guide Vim pour apprendre à tirer profit de Vim.

Installation du plugin codepad

  1. Dans votre dossier personnel ( cd ~) créer si il n'existe pas le dossier .vim
  2. Dans le dossier .vim créer le dossier plugin
  3. Télécharger le "plugin" codepad et disposer le dans plugin

Utilisation du plugin ou (copier-coller automatique)

Dans le terminal (Application > Accessoires > Terminal)

  1. Ouvrez un fichier php par exemple, vim monfichier.php
  2. Taper :CPPaste ou bien :CPRun

Suite à ça, le code est automatiquement envoyé à codepad.org qui repère le langage de programmation. CPPaste correspond à un simple copier-coller vers codepad.org, tandis que CPRun permet d'afficher le résultat de l'execution du script. L'exécution de ces deux commandes permet de récupérer directement dans le presse-papier l'adresse du script partagé (Ctrl + v ou Shift Inser)

Remarque

  • Je n'ai pas cherché à effectuer un "copier-coller" sur une sélection et non la totalité d'un fichier
  • Je ne sais pas comment éviter le lancement automatique d'un navigateur lorsque CPPaste ou CPRun est lancé.
  • Vous connaissez d'autres solutions de copier-coller automatique ? Il y a quelques temps jamais développé un petit script Php+Curl pour Geany-Pastebin mais pas super efficace.

Canonical avait précédemment annoncé qu'ils délivreraient le code source de launchpad, la plateforme de développement d'ubuntu et de nombreux autres projets, sous licence libre .... ( Affero GPL selon le mail...).

Ils avaient déjà précédemment libéré une partie de leurs bibliothèques sous-jacentes comme storm (l'orm) , lazr.config (le gestionnaire de configuration), ... .

Depuis quelques jours, Canonical a ouvert un wiki pour le développement de launchad sur lequel on retrouve une page contenant le planning de la libération.

Celle-ci devrait s'effectuer en même temps que la sortie de la version 3.0 qui devrait se situer vers le 21 juillet 2009.

Certains morceaux ne seront toutefois pas de la pare puisque beaucoup trop liés au mode de fonctionnement de cannonical ( ceux-ci n'ont pas clairement été désignés....).

Bref à suivre....

N'oubliez pas d'écouter le podcast avec l'interview faite pour l'occasion...

Amis Barbu et défenseurs de vos libertés, à vos agenda :)

Avertissement: l’installation de ce logiciel nécessite des manipulations à effectuer  avec des droits super-utilisateur (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système.

checkgmail_empty_mailbox

CheckGmail est une petite application pour Ubuntu -entre autres distributions évidemment- qui va relever pour vous votre boîte Gmail et vous informer de son état sans que vous ayez à ouvrir un navigateur internet tel que Epiphany.

Ainsi, nul besoin de consommer des ressources système inutiles simplement à cause de vos emails. L’icône Gmail apparaîtra, grisée ou en couleur suivant la présence ou non de nouveaux courriers électroniques, sur votre tableau de bord à proximité de votre horloge.

Un simple passage de la souris sur l’icône vous permettra de visualiser les nouveaux messages et de décider de la destination que vous y donnerez: ouvrir, marquer comme lu, archiver, signaler comme spam et supprimer. Par contre, si vous souhaitez consulter le mail, votre navigateur favori s’ouvrira automatiquement.

checkgmail_new_mail

La configuration de Checkgmail est aisée et se fait via le menu préférences.

L’installation se fait très simplement à partir des dépôts.

$ sudo aptitude install checkgmail

Etant donné que vous enregistrez le nom d’utilisateur et le mot de passe de votre compte Google sur votre machine, il vous est possible de crypter ces données. Pour ce faire, il s’agira d’installer le paquet libcrypt-simple-perl (il était déjà installé chez moi).

$ sudo aptitude install libcrypt-simple-perl

Et le tour est joué. J’utilise cette petite friandise depuis quelques temps déjà, ce qui m’évite de consulter frénétiquement ma page Gmail à la recherche de nouveaux emails.



CheckGmail: Gmail dans votre zone de notification sans navigateur internet est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

Avertissement: l’installation de ce logiciel nécessite des manipulations à effectuer  avec des droits super-utilisateur (root) dont le mauvais usage peut engendrer des effets néfastes pour votre système.

checkgmail_empty_mailbox

CheckGmail est une petite application pour Ubuntu -entre autres distributions évidemment- qui va relever pour vous votre boîte Gmail et vous informer de son état sans que vous ayez à ouvrir un navigateur internet tel que Epiphany.

Ainsi, nul besoin de consommer des ressources système inutiles simplement à cause de vos emails. L’icône Gmail apparaîtra, grisée ou en couleur suivant la présence ou non de nouveaux courriers électroniques, sur votre tableau de bord à proximité de votre horloge.

Un simple passage de la souris sur l’icône vous permettra de visualiser les nouveaux messages et de décider de la destination que vous y donnerez: ouvrir, marquer comme lu, archiver, signaler comme spam et supprimer. Par contre, si vous souhaitez consulter le mail, votre navigateur favori s’ouvrira automatiquement.

checkgmail_new_mail

La configuration de Checkgmail est aisée et se fait via le menu préférences.

L’installation se fait très simplement à partir des dépôts.

$ sudo aptitude install checkgmail

Etant donné que vous enregistrez le nom d’utilisateur et le mot de passe de votre compte Google sur votre machine, il vous est possible de crypter ces données. Pour ce faire, il s’agira d’installer le paquet libcrypt-simple-perl (il était déjà installé chez moi).

$ sudo aptitude install libcrypt-simple-perl

Et le tour est joué. J’utilise cette petite friandise depuis quelques temps déjà, ce qui m’évite de consulter frénétiquement ma page Gmail à la recherche de nouveaux emails.



CheckGmail: Gmail dans votre zone de notification sans navigateur internet est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

Suite à la lecture du blog de eMerzh je livre ici la méthode pour installer Arora (basé sur le moteur webkit) pour Ubuntu Hardy Heron

Attention, les manipulations indiquées dans l'article et les liens mentionnés peuvent compromettre la stabilité de votre système, je décline toutes responsabilités. Les paquets présentés ci-dessous ne sont pas officiels !

  1. Editer le fichier sudo gedit /etc/apt/sources.list
  2. Ajouter à la fin du fichier si besoin : deb http://fr.archive.ubuntu.com/ubuntu hardy-backports main universe
  3. Mettre à jour ses dépôts sudo apt-get update
  4. Télécharger Arora.deb (435k) depuis Google Code
  5. Installer Arore en ligne de commande : sudo dpkg -i arora_0.4-0sikon1_i386.deb , ou via l'interface graphique par double clic.
06 Janvier 2009 à 19:34

Symfony 1.2 sous Ubuntu via Blog Creaone.fr

JobeetSuite à la parution des tutoriaux "Jobeet", je me permets de rédiger un court article vous permettant d'installer le framework Symfony en 10 minutes sur Ubuntu. Pour les curieux, Symfony est un framework MVC libre écrit en PHP 5. En tant que framework, il facilite et accélère le développement de sites et d'applications Internet et Intranet à conditon bien sûr d'assimiler quelques concepts.

Installation des paquets LAMP

sudo apt-get install apache2 apache2-doc mysql-server php5 libapache2-mod-php5 php5-mysql phpmyadmin php5-xsl php5-cli, php-pear

Quelques détails sur la documentation LAMP d'ubuntu. Afin de bénéficier des commandes internes de Symfony telles que la création d'un schema.xml à partir de fichier yml, php5-xsl semble être indispensable.

Vérifier votre version de php

php -V doit vous retourner une version >= 5.0

Télécharger et installer Symfony 1.2 via Pear

  • sudo pear channel-discover pear.symfony-project.com
  • sudo pear install symfony/symfony-1.2.1

Vérifier la version de Symfony

symfony -V doit retourner 1.2

Créer l'application

  • sudo mkdir /var/www/jobeet
  • cd /var/www/
  • sudo chmod 777 jobeet/
  • symfony generate:project jobeet
  • symfony generate:app escaping-strategy=on csrf-secret=UniqueSecret frontend

Configurer votre serveur

sudo gedit /etc/apache2/httpd.conf

Copier-coller ceci :

# Be sure to only have this line once in your configuration NameVirtualHost 127.0.0.1:8080 # This is the configuration for Jobeet Listen 127.0.0.1:8080 <VirtualHost 127.0.0.1:8080> DocumentRoot "/var/www/jobeet/web" DirectoryIndex index.php <Directory "/var/www/jobeet/web"> AllowOverride All Allow from All </Directory> Alias /sf /usr/share/php/data/symfony/web/sf <Directory "/usr/share/php/data/symfony/web/sf"> AllowOverride All Allow from All </Directory> </VirtualHost>

Redémarrer votre serveur via sudo /etc/init.d/apache2 restart

Tester l'application

Dans votre navigateur préféré taper : http://localhost:8080/

Pages