Planet

Qu’on ne se soit jamais vu, pas vu depuis longtemps … ou vu hier soir, vous êtes tous conviés aux 10 ans d’Ubuntu !

Ubuntu fête ses 10 ans à Lyon ! Conférence/débat

  • Rétrospective des 10 ans passées au travers de l’histoire de la communauté francophone :

    La première versions d’Ubuntu, dérivée de Debian, à vu le jour en octobre 2004. En France dés cette époque une communauté s’est crée autour du site ubuntu-fr.org. Le forum, la documentation ont rapidement donné naissance à l’association francophone devenue « loco-team officielle ». Comment les rapports avec Canonical s’organisent-ils ? Qui produit les versions francophones ? Comment s’organise l’infrastructure du site ainsi que les ubuntu-party ?

    Présentation par Olivier Fraysse membre de la première heure de la communauté Ubuntu.

  • Ubuntu perspectives et évolutions :

    Depuis ses débuts, Ubuntu, ainsi que le « paysage numérique », ont beaucoup évolués. Utilisateurs historiques, écrans tactiles, mobilité, interface grand public, besoin des grandes structures (Chine, Corée du Sud, entreprises…), sont quelque-unes des thématiques auxquelles Ubuntu doit répondre.
    Comment concilier des attentes contradictoires ? Au delà des débats stériles Ubuntu se résume-il à Unity ? Que pourrait être Ubuntu à l’avenir ? Et quelle est la place de la communauté dans tout ça ?

    Présentation par Didier Roche membre fondateur de l’association ubuntu-fr et développeur Ubuntu.

  • Derrière ces jolis mots, le but, vous l’aurez compris, c’est de trinquer pour les 10 ans d’Ubuntu ! :)

    Infos pratiques :

    Jeudi 6 novembre 2014 à 19h30

    Adresse de l’événement :
    Maison Pour Tous / Salle des Rancy :
    249 rue Vendôme
    69003 LYON
    (Métro Saxe Gambetta).


    Afficher une carte plus grande

    Me voila avec ma stack ELK fraîchement installée. formation-elasticsearch.png

    Voici un cas d’utilisation assez simple :Je recherche à insérer au fil de l’eau des documents JSON dans l’index ELASTICSEARCH. Pour ceci on peut le faire de plusieurs manières :

    • Utiliser un ETL (ex. TALEND)
    • Utiliser un programme manipulant l’API ELASTICSEARCH
    • Utiliser LOGSTASH

    Cette dernière brique était dans un premier temps dédiée aux LOGS. Dorénavant, elle se rapproche d’un ETL.

    Voici le cas (assez simple j’en conviens) que je vais mettre en place

    Screen_Shot_10-30-14_at_04.42_PM.PNG

    Configuration de LOGSTASH

    LOGSTASH s’exécute dans mon cas comme un agent. Il faut créer le fichier de configuration suivant dans le répertoire /etc/logstash/conf.d :

    input{ file{ codec => multiline{ pattern => "^." what => previous } path => ["/home/alexandre/src/logstash/data/*.json"] sincedb_path => "/home/alexandre/src/logstash/.sincedb_path" start_position => "beginning" } } filter { json { source => message remove_field => message } } output{ stdout{} elasticsearch { embedded => false host => "localhost" cluster => "elasticsearch" node_name => "localhost" index => "index" index_type => "document" } }

    Dans le premier bloc (input) je spécifie que je cherche à traiter les fichiers json qui sont dans mon répertoire et qu’ils sont multilignes.

    Ensuite dans le bloc filter , j’applique une transformation pour les mettre en JSON. Enfin dans le dernier bloc ( output) j’affiche dans la sortie standard ( stdout() ) le résultat et je charge dans elasticsearch le document JSON ainsi chargé.

    Chargement des données Il faut pour cela redémarrer logstash

    #service logstash restart

    Et logiquement, vous devriez voir dans les logs d’ELASTICSEARCH des lignes qui ressemblent à ça

    Orphan] added {[localhost][diyTqVzwSWqydrCDF6EnNQ][debian][inet[/10.0.2.15:9301]]{client=true, data=false},}, /// !!!Requête dans ELASTICSEARCH Maintenant que les données sont chargées on peut faire les recherches dans ELASTICSEARCH Il suffit de taper l'URL suivante dans un navigateur

    http://127.0.0.1:9200/index/document/_search ///

    Visualisation dans KIBANA

    Je ne décrirais pas cette partie car je suis encore en cours d’exploration. Voici néanmoins un bon point de départ pour ceux que ça intéresse

     

    L'écosystème des clients Twitter est assez bien fourni pour Windows et pour Mac, mais assez pauvre pour les systèmes Linux. J'utilisais hotot qui n'est plus mis à jour depuis un moment, mais qui fonctionnais encore à peu près sur Ubuntu. Par contre, depuis la mise à jour en 14.10, hotot est quasiment inutilisable.

    Pour le remplacer, j'ai trouvé rapidement Birdie et Turpial, mais qui ne me convenaient pas pour plusieurs raisons. J'avais trouvé Corebird il y a un moment, mais il ne fonctionnait que sur ArchLinux. J'avais bien essayé de le compiler à la main mais il nécessitait plusieurs bibliothèques dans des versions qui n'étaient pas supportées par Ubuntu.

    Mais depuis la version 14.10 tout fonctionne et un dépôt PPA est même disponible :)

    On peut donc l'installer et profiter d'un très bon client Twitter !

    sudo add-apt-repository ppa:ubuntuhandbook1/corebird sudo apt-get update sudo apt-get install corebird

    Bon ça faisait pas mal de temps que je n’avais pas posté un article. Je travaille actuellement sur les moteurs de recherche. Je suis actuellement en train de monter une architecture ELK (ELASTICSEARCH, LOGSTASH, KIBANA) pour pouvoir gérer l’insertion au fil de l’eau ou en BATCH de données dans le moteur de recherche ELASTICSEARCH.

    Architecture et composants

    L’architecture typique est la suivante :

    Screen_Shot_10-29-14_at_04.08_PM.PNG

    On y retrouvera les éléments suivants :

    Agents (shipper)

    C’est un agent LOGSTASH qui prend désormais la place d’un ETL. Dans mon cas, il scanne un répertoire pour la présence et la modification de fichiers et les envoie au moteur de recherche ou au buffer

    Buffer ou le Broker

    C’est un cache permettant de découpler les envois de fichiers du moteur de recherche. La base NoSQL REDIS est la plus utilisée pour ce rôle

    Indexer /Moteur de recherche

    J’utilise ELASTICSEARCH pour ceci

    Interface graphique

    On utilisera le plugin Kibana d’ ELASTICSEARCH

    Je décrirai dans cet article l’installation de LOGSTASH et ELASTICSEARCH

    Prérequis

    Avoir installé un JDK (version 7 minimum)

    Installation de LOGSTASH et ELASTICSEARCH

    J’utilise les repository décrits sur le site d’elasticsearch

    Lancer la commande suivante

    #wget -qO - http://packages.elasticsearch.org/GPG-KEY-elasticsearch | sudo apt-key add -

    Puis dans le fichier /etc/apt/sources.list.d/elasticsearch.list

    deb http://packages.elasticsearch.org/elasticsearch/1.3/debian stable main deb http://packages.elasticsearch.org/logstash/1.4/debian stable main

    Lancer les commandes suivantes

    #apt-get install logstash elasticsearch

    Installation de KIBANA

    Après avoir téléchargé l’archive, la placer dans le répertoire /var/www

    cp kibana-3.1.1.tar.gz /var/www/ cd /var/www/ tar -zxf kibana-3.1.1.tar.gz mv kibana-3.1.1 kibana vi kibana/config.js

    Assigner l’ URL d’elasticsearch

    elasticsearch: "http://127.0.0.1:9200"

    Redémarrer apache ( pas obligatoire, mais ça ne fait pas de mal….)

    #service apache2 restart

    Enfin on peut tester la connexion au portail KIBANA Screen_Shot_10-30-14_at_09.54_AM.PNG

    Références

    http://blog.xebia.fr/2013/12/12/logstash-elasticsearch-kibana-s01e02-analyse-orientee-business-de-vos-logs-applicatifs/

    http://www.logstashbook.com/

    NVIDIA-logoL’autre jour j’ai réinstallé mon PC portable (ce qui ne s’était pas produit depuis au moins 2 ans) et j’ai eu la surprise de voir après l’installation des pilotes propriétaires, un charmant logo NVIDIA  au démarrage d’Ubuntu.

    Et la la seule chose qui m’est venu à l’esprit est « Comment je vais pouvoir désactiver ce truc inutile? »

    Après quelque recherches sur google j’ai trouvé la solution.

    1) La méthode douce

    Entrer la commande suivante:

    sudo nvidia-xconfig --no-logo

    Au prochain redémarrage vous ne devriez plus voir le dit logo :)

    2) La méthode dure

    Editer le fichier suivant: /etc/X11/xorg.conf

    sudo vi /etc/X11/xorg.conf

    Et ajouter la ligne suivante: Option “NoLogo” dans la section « Device »

    Section “Device” Identifier “Device0″ Driver “nvidia” Option “NoLogo” VendorName “NVIDIA Corporation” BoardName “GeForce 9600 GT” EndSection

    Normalement après ça vous ne verrez plus le logo NVIDIA au démarrage de votre machine (une bonne chose de moins :) )

    COURSERA

    Comme beaucoup d’entre vous, je suis un accro aux cours de la plateforme de MOOC Coursera, je peux même vous dire que cette dernière a ruiné ma productivité ! Mais cette histoire on va la garder pour un autre article, aujourd’hui je veux vous parler de coursera-dl, un script python qui va vous permettre de Télécharger toutes ressources disponibles dans un cours : vidéos, sous-titres, présentations…

    Pour le moment coursera-dl n’est pas présent dans les dépôts Debian/ubuntu, mais il est possible de l’installer via le gestionnaire de paquet pour python pip, d’ailleurs c’est la méthode recommandée par le développeur.

    Donc pour commencer, installez le paquet python-pip si ce n’est pas déjà fait :

    apt-get install python-pip

    Ensuite, on va installer les dépendances nécessaires :

    wget https://raw.githubusercontent.com/coursera-dl/coursera/master/requirements.txt

    sudo pip install -r requirements.txt

    Enfin, exécutez cette ligne de commande :

    sudo pip install coursera-dl

    La prochaine étape c’est de créer un fichier .netrc dans notre home et d’y insérer notre login et mot de passe coursera. Cette méthode à l’avantage de vous épargner de saisir vos identifiants à chaque fois que vous voulez télécharger un cours :

    machine coursera-dl login <utilisateur> password <mot de passe>

    Maintenant, exécutez la ligne de commande suivante :

    coursera-dl -d ~/videos/coursera/ programming1-002

    -d : permet de spécifier le chemin vers le répertoire de sauvegarde

    programming1-002 : est le nom du cours que je veux télécharger, ici en l’occurrence il s’agit de Learn to programm : The fundamentals.

    Mais si vous ne voulez pas créer un fichier .netrc, de peur que quelqu’un d’autre ait accès à votre login et mode de passe, c’est cette ligne de commande qu’il faut exécuter :

    coursera-dl -u  username -p password programming1-002

    Une dernière chose à signaler, avant de télécharger un cours, vous devez impérativement signer manuellement le Code of Honor sur le site de coursera.

    Cet article Coursera-dl : un script python pour télécharger les cours de Coursera est apparu en premier sur crowd42.

    24 Octobre 2014 à 16:12

    Pour les fans de Blender via Full Circle Mag FR

    Bonjour !

    Voici le premier Numéro spécial de Blender en français. Il s'agit d'une compilation des parties 1-10 de la série sur Blender, parues dans les numéros 68 à 82 du FCMfr. Comme d'habitude, vous pouvez le lire ou le télécharger sur notre page Lire ou télécharger les numéros, ou en cliquant directement sur l'image ci-dessous.

    NSBlenderP1.png

    Bonne lecture...

    Toute l'équipe du FCMfr

    P.S. Si vous n'avez pas encore répondu à notre enquête, nous vous remercions d'avance de bien vouloir le faire en cliquant ICI

    20 Octobre 2014 à 12:32

    Et voici le numéro 83 via Full Circle Mag FR

    Bonjour à toutes et à tous !

    L'Équipe de traduction du magazine Full Circle en français est heureuse de vous proposer le numéro 83, celui de mars 2014. Comme d'habitude, il est disponible sur la page Lire ou télécharger les numéros ou directement en cliquant sur l'image ci-dessous.

    issue83fr.png

    Bien entendu, il y a beaucoup d'articles intéressants à lire : les tutoriels habituels, des critiques - dont deux de jeux, l'article d'un membre de l'équipe sur Audacious, le Petit Nouveau, la deuxième partie de la série sur la Monnaie virtuelle, etc., etc.

    Autrement dit, nous avons bien travaillé pour vous, mais notre retard s'accumule ; il est maintenant de sept mois !!!

    Nous vous demandons donc ce mois-ci de travailler un peu pour nous en répondant à l'enquête sur notre Full Circle en français.

    Avec nos remerciements.

    Bonne lecture !

    Toute l'équipe du FCMfr, dont Bab, notre scribeur et relecteur assidu, Ekel, frangi, FredPhil91, Le Castillan et moi-même, AuntieE

    13 Octobre 2014 à 18:18

    WPScan Vulnerability Database via crowd42

    WPScan Vulnerability Databse

    Vous connaissez sûrement exploit-db.com, cette gigantesque base de données de vulnérabilités et exploits de tout genre, l’équipe qui développe WPScan s’en est “probablement” inspiré pour réaliser son nouveau projet WPScan Vulnerability Database.

    WPScan Vulnerability Databse utilise la base de données de WPSscan pour vérifier si une version de WordPress, un plugin ou un thème est vulnérable ou pas. Pour ceux qui ne le savent pas, WPScan est l’outil du choix des pentestser pour auditer la sécurité des sites réalisés avec WordPress.

    WPScan Vulnerability Databse fournit des détails très complets sur les failles (description, références. CVE, CWE…). Ils fournissent aussi une API dont l’usage est cependant limité à une activité non-commerciale.

    Cet article WPScan Vulnerability Database est apparu en premier sur crowd42.

    09 Octobre 2014 à 16:58

    Ubuntu 14.10 attendue le 23 octobre via Ubuntu Party

    Actuellement en « Béta finale » la sortie officielle de la vingt-et-unième version d’Ubuntu est attendue ce 23 octobre 2014.
    Nom de code « Utopic Unicorn », Ubuntu 14.10 n’est pas une révolution, mais promet d’être particulièrement soignée et intégrera les dernières versions des logiciels libres proposés dans sa logithèque, comme LibreOffice 4.3.1, Mozilla Firefox 32 et Mozilla Thunderbird 31.

    Attention toutefois : Contrairement à Ubuntu 14.04 dont les mises à jours sont assurées pendant 5 ans, Ubuntu 14.10 ne sera supportée que 9 petits mois.

    Cela fait dix ans qu’Ubuntu existe et dynamise l’univers du système d’exploitation libre. La communauté francophone, qui anime ubuntu-fr.org, a elle aussi 10 ans ! Anniversaire qu’elle ne manquera pas de fêter à l’occasion de sa dix-neuvième Ubuntu Party parisienne, ainsi qu’à celle de Sarrebourg (et si on en oublie, signalez-le nous).

    À Paris, dès le 25 octobre un festin s’auto-organisera avec les petits plats préparés par les ubunteros eux-mêmes, dans un lieu magnifique (mais encore secret). Inscrivez-vous vite :)
    Nous attendons des nouvelles des autres villes pour relayer l’information.

    Pages