Planet

Un très court billet[1] dans le train de retour pour statuer que je n'ai pas eu/pris le temps de blogguer sur l'UDS maverick (Ubuntu Developer Summit) cette fois-ci.

Pour ceux qui ne connaissent pas l'UDS, il s'agit de la rencontre biannuelle des développeurs et de la communauté Ubuntu pour décider de la direction à prendre pour les 6 prochains mois. Ce cycle, nous étions dans un hôtel près de Bruxelles et de (trop) nombreuses sessions en parrallèles étaient intéressantes.

S'il n'y avait qu'une seule chose à retenir[2] : 10.10.10[3]! Nous ferons tout notre possible pour que la prochaine release d'ubuntu maverick sorte le 10 octobre 2010[4] et par conséquent, ubuntu maverick 10.10 sortira le 10/10/10[5]… Les plus geeks d'entre vous auront fait la relation avec le nombre 42 en binaire :)

La réponse universelle sera donc dans maverick, beaucoup de changements passionnant, aussi bien au niveau du desktop/server que de UNE qui aura droit à une toute nouvelle interface, appellée "unity". Et c'est sans parler d'ubuntu light, de l'intégration avec le cloud, des améliorations d'ubuntu one…

Vous avez aimé lucid ? Le cycle de développement de maverick sera passionnant et un réel nouveau challenge[6] pour Ubuntu et sa communauté, temps de s'y remettre !

Notes

[1] ne vous attendez pas à plus après une nuit de 4h

[2] en fait il y en a beaucoup plus :)

[3] "don't panic"

[4] don't panic ?

[5] don't panic !

[6] vous ai-je déjà dit "don't panic" ? ;)


Ubuntu utilise maintenant Plymouth pour le processus de démarrage graphique. C’est maintenant le noyau qui s’occupe de la configuration graphique à la place de Xorg : c’est plus joli, plus rapide…

Le problème, c’est que le logiciel propriétaire ne suit pas le rythme du logiciel libre. En particulier, le pilote NVIDIA propriétaire ne supporte pas encore cette fonctionnalité (alors que le pilote libre la gère correctement, mais ne supporte pas la 3D). Du coup, on se retrouve avec un splash screen très laid en basse résolution au démarrage.

Ce billet décrit comment avoir un logo à la bonne résolution (même si on n’obtiendra pas la fluidité possible actuellement avec le pilote libre). Une mise à jour sera peut-être disponible (espérons-le), avec un pilote NVIDIA propriétaire fonctionnant correctement. Si tel est le cas, merci de me prévenir, pour que je marque ce billet comme déprécié.

Contourner le problème

Attention : ces modifications modifient votre configuration graphique, elles pourraient empêcher votre système de fonctionner correctement.

Remplacez dans les étapes suivantes 1680x1050 par la définition de votre écran.

Tout d’abord, il faut prendre un post-it, un stylo, et écrire « ne plus acheter d’ordinateur avec une carte graphique nécessitant des pilotes propriétaires pour fonctionner ». Le coller ensuite bien en évidence pour s’en rappeler lors du prochain achat informatique.

Ensuite, installer le paquet v86d :

sudo apt-get install v86d

Puis éditer le fichier /etc/default/grub :

gksudo gedit /etc/default/grub

et remplacer la ligne :

GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet splash"

par :

GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet splash nomodeset video=uvesafb:mode_option=1680x1050-24,mtrr=3,scroll=ywrap"

et la ligne :

#GRUB_GFXMODE=640x480

par :

GRUB_GFXMODE=1680x1050

Puis exécuter les commandes suivantes :

echo 'uvesafb mode_option=1680x1050-24 mtrr=3 scroll=ywrap' | sudo tee -a /etc/initramfs-tools/modules echo FRAMEBUFFER=y | sudo tee /etc/initramfs-tools/conf.d/splash sudo update-grub2 sudo update-initramfs -u

Il ne reste plus qu’à redémarrer le système, le logo est maintenant joli.

Merci à softpedia pour cette astuce.

Il y a quelques années de cela nous avions fait de petits films d'animation avec mon fils en utilisant Stopmotion. Nous avons cette fois ci utilisé le très prometteur Luciole.

Le logiciel Luciole est donc un petit logiciel libre de capture et d'animation d'images.

Pour l'installer sur Ubuntu, activez les dépots inattendu.org.

Sur Jaunty Jackalope :

# liens vers repository.inattendu.org (Ubuntu jaunty jackalope) deb http://repository.inattendu.org jaunty main

puis :

sudo apt-get update sudo apt-get install luciole

La prise en main de Luciole est réellement un jeu d'enfant grâce à son interface sobre et efficace :

Luciole

Il est possible d'utiliser sa Webcam ou d'importer les images de son appareil photo puis il suffit de glisser les images souhaitées dans la partie dédiée au montage pour voir ainsi le film s'animer.

Luciole ne gère pas encore le son, j'ai donc installé OpenShot qui permet d'effectuer simplement le montage sonore et les transitions vidéos.

Pour l'installer sur Ubuntu il faut télécharger les fichiers deb des dépendances et du logiciel correspondants à votre version d'Ubuntu. Décompressez puis installez les dépendances avant d'installer OpenShot.

Je rappelle que toute installation hors des dépots peut présenter un risque pour la stabilité de votre système.

OpenShot répond à la même logique que Luciole : simplicité et efficacité. On importe notre vidéo générée par Luciole ainsi que les différents sons enregistrés par ailleurs pour monter notre vidéo finale :

OpenShot

Il suffit ensuite d'exporter le tout au format «Youtube» sans rentrer dans le détail des paramètres audio et vidéo qui ne sont pas toujours évidents à comprendre pour nous mais encore moins pour un enfant de 7 ans.

Voici le résultat :

J’ai fait l’acquisition, il y a peu de temps d’une clé USB TNT. Je me suis bien entendu documenté avant de l’acheter afin de ne pas avoir la mauvaise surprise que Ubuntu ne la reconnaisse pas. J’ai finalement opté pour une PCTV NanotStick (modèle 73e).

Bon l’avantage de cette clé, c’est qu’elle est reconnue directement par Ubuntu (depuis la 9.04 il paraît). Le problème pour moi c’est qu’avec l’antenne fournie, pas moyen de capter quelque chose. Bon, il faut dire que je suis à une distance assez élevée de l’émetteur TNT. Cependant, j’ai pu voir que tout marchait parfaitement avec une antenne de toit classique (chaînes normale  + chaînes HD). Alors comment fait-on ?


Mise en situation : il existe des logiciels spécialement conçus pour regarder des chaînes télévisuelles (genre Me-Tv, etc…). Avec ces logiciels normalement aucun souci, tout se fait facilement (configuration, enregistrement…). Mais personnellement, je tiens à garder l’excellent VLC comme lecteur vidéo. Pour pouvoir donc regarder la TNT avec VLC, il faut générer un fichier contenant une liste des chaînes disponibles avec plein de choses dedans. Pour créer ce fichier, on utilise le programme w-scan.

~$ sudo aptitude install w-scan
~$ w_scan -c FR -X > chaines.conf


La seconde commande permet donc de chercher les chaînes disponibles. Cela peut prendre du temps (chez moi une dizaine de minutes). Si aucune chaîne n’est détectée, cela vient probablement de l’antenne (c’est ce qu’il m’arrive avec l’antenne fournie). Donc il faut essayer avec une autre antenne plus performante (il va falloir que j’en cherche une qui marche, Arnaud, spécialiste TNT, si t’es dans le coin…). Si tout fonctionne bien, on obtient un fichier chaines.conf (voici le mien) avec plusieurs lignes (une par chaîne). Et là, il suffit simplement de lancer VLC et de lui indiquer d’ouvrir le fichier précédemment généré.

~$ sudo aptitude install vlc
~$ vlc chaines.conf


On peut aussi aller dans Média > Ouvrir un fichier (et préciser dans la fenêtre ouverte d’afficher tous les fichiers).


Il ne reste qu’à regarder ce qui est intéressant et voire enregistrer (il suffit d’aller faire un tour dans les menus de VLC). Ah j’oubliais, la télécommande peut servir mais juste pour contrôler le volume ou éteindre l’ordinateur. Pour le reste, il faut probablement faire des manipulations et/ou utiliser un logiciel comme Me-Tv. Le clé est petite, rétractable et jolie. Seul bémol : l’antenne qui ne capte rien chez moi. Dommage…

07 Mai 2010 à 08:30

Résultat du sondage via Libre Astux

Bonjour à tous,

Une semaine après la mise à disposition d’Ubuntu Lucid Lynx, voici les premiers résultats du sondage sur le déroulement de cette mise à niveau.

Nous pouvons constater que pour la plupart d’entre nous, la mise à niveau se passe plutôt bien, il y a évidemment les inconditionnels de la réinstallation complète, pour qui il ne doit pas y avoir de problèmes.

C’est d’ailleurs l’une des forces des systèmes d’exploitations Gnu/Linux, la facilité à changer de système tout en conservant ses paramètres via l’utilisation de points de montages séparés, notamment pour /home (répertoires personnels) et /var (surtout sur les serveurs).

De l’autre côté, nous avons environ 30% des mises à niveaux qui se passent sans soucis et environ 25% plus ou moins bien qui permettent de retrouver un système stable et opérationnel après quelques lègeres manipulations.

Et enfin, il y a ceux pour qui cette mise à niveau s’est mal passée, suite à divers problèmes, allant du reboot pendant la mise à niveau empêchant le redémarrage du système au crash de l’interface graphique en passant par les problèmes de configuration de Grub. Certains sont passés par les versions instables, ce qui augmente, au vu des retours, la possibilité d’un crash lors de la mise à niveau. Pour la plupart de ces utilisateurs, la réinstallation d’Ubuntu depuis le live-cd d’Ubuntu Lucid Lynx à résolu l’ensemble des problèmes.

Si certains ont des problèmes apparus avec la mise à niveau et qui n’ont pas été résolu lors d’une réinstallation complète, merci de nous en faire part, je n’ai pas intégré cette possibilité au sondage mais j’aimerai avoir des retours sur ces cas s’il y en a. Merci d’indiquer votre configuration afin de faciliter l’aide que l’on pourrait vous apporter.

Je laisse encore ce sondage à votre disposition afin de voir comment vont évoluer ces résultats d’ici la fin du mois.

Note: There is a poll embedded within this post, please visit the site to participate in this post's poll.

flattr this!

 Alexandre MoryC’est désormais une tradition : à nouvelle version d’Ubuntu, nouvelle version du framabook « Simple comme Ubuntu » - ou SCU pour les intimes - de Didier Roche, qui est peut-être l’ouvrage le plus vendu (à plusieurs milliers d’exemplaires) et diffusé (à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires) de l’édition francophone sous licence libre.

Vous pourrez constater ci-contre que la couverture du livre chez InLibroVeritas s’est mise au diapason de la nouvelle charte graphique de ce millésime 10.04 LTS Lucid Lynx d’Ubuntu.

Le contenu a été bien entendu également mis à jour (cf le changelog complet en bas de page), mais c’est du côté de l’impression, et donc du vrai livre papier chez InLibroVeritas, que se situe l’amélioration la plus spectaculaire : les illustration sont désormais toutes en couleur. Adieu le terne noir et blanc, bonjour les copies d’écran qui claquent !

Dernière originalité. Plutôt qu’une désormais classique interview de son auteur pour annoncer l’évènement, nous avons préféré donner la parole à quelques uns des indispensables relecteurs et relectrices du livre.

Pour, une fois n’est pas coutume, mettre un peu en lumière ces travailleurs de l’ombre. Pour rappeler également que ce projet possède lui aussi une dimension collective et collaborative.

L’occasion pour moi de les remercier chaleureusement et… de m’excuser publiquement pour la grande faiblesse intellectuelle de mes questions ;-)

10 questions à 6 membres de l’équipe de relecture du SCU

Question de mieux vous connaître : Bonjour à tous, pourriez-vous vous présenter en une phrase ?

rmy : Rémy (alias rmy), militant du TdCT, prof de ballon, data tracker.

hopimet : Médecin et passionné d’informatique.

Bruno : Bruno, breton, et maintenant assistant parlementaire européen.

Garburst : Barbara, bidouilleuse informatique, unixienne depuis 1989, linuxienne depuis 1996, ubuntutiste depuis 2007.

le n@nyl@nd : Le n@nyl@nd, c’est mon petit univers.

kinouchou : Kinouchou, ange utilisateur d’Ubuntu.

Question d’histoire : Comment êtes-vous tombés dans la marmite de la relecture du SCU ?

rmy : J’ai commencé à crayonner une version que j’avais achetée pour ma femme à Nantes l’an dernier. Je n’ai pas envoyé mes remarques en me disant qu’une nouvelle version allait sortir. Quand kinouchou a relayé sur le forum l’appel aux taupes de l’ombre, je me suis dit : « tiens on va pouvoir balancer grave », et puis à force d’aider des plus ou moins débutants sur le forum, quoi de plus logique que d’aider celui écrit pour eux. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est absolument pas par respect pour l’auteur, pour son bouquin, ni même par sympathie, non…

hopimet : C’est ma première relecture. Après proposition de kinouchou du tdct.

Bruno : La lecture d’abord… J’ai découvert SCU au cours de l’été 2006 alors que ce n’était qu’un PDF qui ne devait en aucun cas dépasser les70 pages ! Pour la relecture, et bien Did avait déclaré que si on y trouvait des fautes c’est pas lui qu’il fallait taper mais SaintRaph (le correcteur de la 1ère heure)… Alors moi quand on me prend par les sentiments…

Garburst : Suite à un appel à relecteurs sur le site Framasoft fin 2007, j’ai commencé par quelques chapitres des Framabooks alors en relecture — sur SPIP, OOo et Latex — et depuis je relis le SCU tous les 6 mois. De l’acharnement, comme le dit Didier. Ou Didier le dit. Ou Dit le Didier. Ledit Didier… ;-)

le n@nyl@nd : On ne peut pas dire que j’y suis tombé. En fait, j’ai participé au renouvellement des captures d’écrans et lorsque l’appel à la relecture a été lancé, je n’était pas vraiment disponible. Je n’ai fait que parcourir le livre pour voir les belles images que nous avions fournit à Didier. C’est comme ça que je me suis rendu compte d’une erreur de légende de l’une d’entre elles et je l’ai signalée. Voilà pourquoi je suis surpris mais somme toute flatté que Didier m’ait cité comme relecteur.

kinouchou : Je ne suis pas Obélix moi !

Question sérieuse : Quelles sont d’après vous les qualités d’un bon relecteur / d’une bonne relecture ?

rmy : À question sérieuse réponse sérieuzeuse : Il faut savoir lire à l’envers, par transparence, écouter le chant du papier quand on tourne les pages, lire le flat-braille, chanter le LaTeX sous la douche et compter jusqu’à 11 (chapitres). Être capable de faire tout ça les yeux fermés est un plus certain pour la candidature des relecteurs de la prochaine version.

hopimet : Respecter le sens de l’auteur mais garder un avis critique. Être attentif à la forme.

Bruno : Être insomniaque ! Sisi, vu les délais que nous impose Did, avoir du temps la nuit est indispensable !

Garburst : Il faut être tatillon sur l’orthographe et la typographie. Suivre l’auteur en restant dans la peau du lecteur qui découvre le bouquin.

le n@nyl@nd : Comme je l’ai répondu à la question précédente, je n’ai pas vraiment fait une relecture. Je ne peux donc pas répondre à cette question.

kinouchou : Savoir lire.

Question encore plus sérieuse : Qu’est-ce qui d’après vous différencie la relecture d’un ouvrage spécialisé comme le SCU d’une relecture plus classique ?

rmy : Pour relire un classique il faut savoir lire la musique en plus.

hopimet : Voir si une description technique qui semble évidente aux connaisseurs est accessible aux novices.

Bruno : Pour le savoir va falloir que j’essaie une relecture plus classique :)

Garburst : Je ne m’endors pas en le relisant…

le n@nyl@nd : Mais combien de fois va-t-il falloir vous dire que n’ai pas vraiment fait une relecture ?

kinouchou : Il faut comprendre les blagues de l’auteur.

Question d’exploitation : Vous faites cela bénévolement ! Mais ce n’est pas possible, on vous arnaque ! Une réaction ?

rmy : Ha bon ? Bah tant pis, maintenant c’est fait. Et puis notre grandeur d’âme étant sans borne nous recommencerions sans fin avec le plaisir de savoir que nous participerions encore et encore à l’accomplissement de la connaissance - au-delà même de la reconnaissance.

hopimet : Non, je fais ça pour la gloire.

Bruno : Ballmer l’avait bien dit que les libristes c’était tous des escrocs !

Garburst : Normal, Linux est un système d’exploitation ! À défaut de savoir bien coder, je lis très vite j’aime ça ! C’est ma petite pierre à l’édifice.

le n@nyl@nd : Votre information est erronée. Vérifiez vos sources ! Didier m’a grassement payé pour mon travail ? il va peut-être falloir que je demande à mon banquier si le chèque est bien encaissé ? et je peux maintenant vivre de mes rentes.

kinouchou : En fait la plupart des autres exploités l’ont été à cause de moi donc je ne suis pas seulement exploitée mais exploitatrice.

Question piège : Est-ce que Didier est un bon auteur ?

rmy : Oui, il préfère les - aux (), ce qui est plus français. Il devrait être introduit à l’Académie Française rien que pour ce fait.

hopimet : Sans aucun doute.

Bruno : Non !!! Car il ne tient aucun compte des remarques constructives que des correcteurs éclairés (évidemment) lui apportent !!! Cela fait des années que je lui dis de virer l’image 6.4 des plus ringardes, et rien elle est toujours là ! :D

Garburst : Oui. et surtout très courageux de s’y remettre tous les 6 mois.

le n@nyl@nd : Évidemment qu’il est à la bonne hauteur : ce n’est pas pour rien qu’il est un « maître de l’univers » !

kinouchou : Il est obligé d’exploiter des gens pour lire son livre c’est dire combien c’est un bon auteur !

Question qu’on n’a pas le droit de répondre non : Êtes-vous sous Ubuntu ?

rmy : Oui, et alors ?

hopimet : Oui (et Debian Lenny).

Bruno : Ben j’aurais bien essayé Gentoo, mais Did n’a pas encore sorti le bouquin…

Garburst : Bien sûr ! 4 PC sous Lucid Lynx à la maison, et 2 enfants jusqu’ubuntistes.

le n@nyl@nd : Non, je préfère avoir le dessus.

kinouchou : C’est moi qui exploite Ubuntu pas le contraire, donc je ne peux pas être « sous » Ubuntu.

Question con (enfin, plus encore que les autres) : Pourquoi le lynx est-il lucide ?

rmy : Parce que la vache à lait, petit scarabée.

hopimet : Parce qu’il voit ce que l’utilisateur recherche.

Bruno : Parce qu’il sait qu’il devra bientôt laisser la place…

Garburst : Parce qu’il est clair et limpide.

le n@nyl@nd : Parce que c’est un félin et, comme tous les félidés, il a la vue perçante ; surtout la nuit.

kinouchou : C’est plus vendeur que lynx laborieux.

Question d’esthétique : Le nouveau look d’Ubuntu, ça sucks ou ça roxe ?

rmy : Y a-t-il une métaphore à caractère pornographique dans cette question ?

hopimet : C’est beau.

Bruno : Je l’aimais bien le marron moi, avec une pensée particulière pour le héron psychédélique, et l’Ibex trace de café… Ça c’était original !

Garburst : Chais pas, c’est la première chose que je change…

le n@nyl@nd : Oh, vous savez, les goûts et les couleurs…

kinouchou : C’est juste mes couleurs donc Ubuntu c’était mon idée :)

Question d’avenir : Jusqu’où ira le logiciel libre ?

rmy : Le logiciel libre est déjà utilisé par des gens qui ne le sont pas. Un jour il sera majoritairement utilisé sur le poste de travail des gens qui fabriquent du logiciel non libre.

hopimet : Jusqu’au bout.

Bruno : Jusqu’où on le fera aller !

Garburst : Loin, là-bas.

le n@nyl@nd : Jusqu’au cap de bonne espérance ?

kinouchou : Vers l’infini et au-delà !

Question subsidiaire (pour départager le vainqueur) : Qui de Google, Apple ou Microsoft est le plus grand méchant et pourquoi ?

rmy : Pas de haine brother.

hopimet : Apple qui censure le contenu de l’iPhone. La censure saymal.

Bruno : C’est le client qui se laisse emprisonner qui est le vrai méchant !

Garburst : Le loup, bien sûr !

le n@nyl@nd : Ils ne sont pas méchants. Ils n’ont simplement pas pris la bonne voie.

kinouchou : Ils ne le sont pas tous ?

 Alexandre Mory

Changelog du SCU 10.04 LTS de Didier Roche

  • Remplacement de toutes les références de l’ancienne à la nouvelle version, ainsi que le nombre d’inscrits sur le forum ubuntu-fr, comme d’hab :)
  • Remise à jour de la procédure d’installation
  • Remplacement des notifications par les indicateurs
  • Remplacement de la barre FUSA par le session indicateur
  • Mise à jour de la partie mise à jour nécessitant un redémarrage
  • Pitivi est maintenant installé par défaut, il a gagné sa description au chapitre 8 :)
  • Gimp n’est plus installé par défaut
  • Suppression de la modification de grub (plus valable dans grub2), non nécessaire maintenant
  • Paufinage de termes et présentation au chapitre 2
  • Changement des étapes d’installations
  • Changement de la prise en charge des langues
  • Précisions concernant les runlevels et introduction d’une note sur upstart
  • Mise à jour de la partie sur les distributions en ajoutant les netbooks
  • Mise à jour de la fiche de l’auteur :)
  • Mise à jour de nautilus qui ne contient plus de bouton pour basculer le comportement de l’affichage de l’url
  • Affichage s’appelle maintenant écran
  • Nouvelle entrée micro-blogage
  • Nouvelle entrée partage de fichiers
  • Explication d’ubuntu one, accès, son rôle
  • Ajout de simpescan (installé par défaut), avec encore des explications sur xsane
  • Mis à jour de plups de 200 images, notamment grâce à la communauté ubuntu-fr. Merci à eux !
  • Suppression de Créateur de CD/DVD
  • Ajout de enventelibre.org
  • Remis à jour complet des liens et de certains modes d’installation des jeux du chapitre 9, tout frais, tout beau, tout neuf
  • Remplacement de UNR par UNE et suppression de Mobile Edition
  • Suppression de ctrl + alt + backspace
  • Quelques précisions sur l’installation
  • Driver nouveau par défaut
  • 4 bureaux par défaut
  • Des tonnes de reformulation, corrections, etc.
  • Merci aux relectures à nouveau

Chromium est un navigateur web libre propulsé par webkit. C’est la base qu’a choisi Google pour développer son propre navigateur: Google Chrome.

La dernière version de Chromium, que je teste en ce moment même, est une bête de course ultra-rapide.

Chromium est un logiciel en majeure partie publié sous license BSD et est disponible sur les trois plateformes: Windows, Mac OS X et GNU/linux.

Depuis le mois de décembre 2009, des extensions sont disponibles pour Chromium et Google Chrome.

Installation de Chromium sur une machine Ubuntu

Deux solutions s’offrent à vous: la version daily qui est le build de développement du navigateur ou la version Dev Channel qui suit le développement de Google Chrome.

Pour ma part, j’ai choisi la version daily qui permet de suivre de plus près l’évolution du navigateur.

Installation de la version daily

Si votre version d’Ubuntu est Karmic 9.10 ou plus récente, entrer cette ligne dans un terminal:

sudo add-apt-repository ppa:chromium-daily

Si votre version est antérieure à Ubuntu Karmic Koala:

# 1 - Ajouter ces 2 lignes à votre fichier sources.list deb http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/ppa/ubuntu VOTRE_VERSION main deb-src http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/ppa/ubuntu VOTRE_VERSION main # 2 - Ajouter la clé GPG sudo apt-key adv --recv-keys --keyserver keyserver.ubuntu.com 4E5E17B5

Installation de la version Dev Channel

Si votre version d’Ubuntu est Karmic 9.10 ou plus récente, entrer cette ligne dans un terminal:

sudo add-apt-repository ppa:chromium-daily/dev

Si votre version est antérieure à Ubuntu Karmic Koala:

# 1 - Ajouter ces 2 lignes à votre fichier sources.list deb http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/dev/ubuntu VOTRE_VERSION main deb-src http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/dev/ubuntu VOTRE_VERSION main # 2 - Ajouter la clé GPG sudo apt-key adv --recv-keys --keyserver keyserver.ubuntu.com 4E5E17B5

Une fois les dépôts et la clés GPG ajoutés, vous n’avez plus qu’à mettre à jour votre fichier source des dépôts et d’installer le navigateur:

sudo aptitude update sudo aptitude install chromium-brower chromium-browser-l10n

chromium-browser-l10n étant le paquet vous permettant de franciser votre logiciel.

L’application sera ensuite disponible en passant par le menu Applications -> Internet -> Chromium Web Browser.

Au premier lancement, veillez à ce que Mozilla Firefox ne soit pas ouvert, Chromium ira chercher vos signets et paramètres et vous serez directement comme à la maison.

La version testée est vraiment rapide. Un excellent navigateur.



Chromium: un navigateur internet ultra rapide est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

Chromium est un navigateur web libre propulsé par webkit. C’est la base qu’a choisi Google pour développer son propre navigateur: Google Chrome.

La dernière version de Chromium, que je teste en ce moment même, est une bête de course ultra-rapide.

Chromium est un logiciel en majeure partie publié sous license BSD et est disponible sur les trois plateformes: Windows, Mac OS X et GNU/linux.

Depuis le mois de décembre 2009, des extensions sont disponibles pour Chromium et Google Chrome.

Installation de Chromium sur une machine Ubuntu

Deux solutions s’offrent à vous: la version daily qui est le build de développement du navigateur ou la version Dev Channel qui suit le développement de Google Chrome.

Pour ma part, j’ai choisi la version daily qui permet de suivre de plus près l’évolution du navigateur.

Installation de la version daily

Si votre version d’Ubuntu est Karmic 9.10 ou plus récente, entrer cette ligne dans un terminal:

sudo add-apt-repository ppa:chromium-daily

Si votre version est antérieure à Ubuntu Karmic Koala:

# 1 - Ajouter ces 2 lignes à votre fichier sources.list deb http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/ppa/ubuntu VOTRE_VERSION main deb-src http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/ppa/ubuntu VOTRE_VERSION main # 2 - Ajouter la clé GPG sudo apt-key adv --recv-keys --keyserver keyserver.ubuntu.com 4E5E17B5

Installation de la version Dev Channel

Si votre version d’Ubuntu est Karmic 9.10 ou plus récente, entrer cette ligne dans un terminal:

sudo add-apt-repository ppa:chromium-daily/dev

Si votre version est antérieure à Ubuntu Karmic Koala:

# 1 - Ajouter ces 2 lignes à votre fichier sources.list deb http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/dev/ubuntu VOTRE_VERSION main deb-src http://ppa.launchpad.net/chromium-daily/dev/ubuntu VOTRE_VERSION main # 2 - Ajouter la clé GPG sudo apt-key adv --recv-keys --keyserver keyserver.ubuntu.com 4E5E17B5

Une fois les dépôts et la clés GPG ajoutés, vous n’avez plus qu’à mettre à jour votre fichier source des dépôts et d’installer le navigateur:

sudo aptitude update sudo aptitude install chromium-brower chromium-browser-l10n

chromium-browser-l10n étant le paquet vous permettant de franciser votre logiciel.

L’application sera ensuite disponible en passant par le menu Applications -> Internet -> Chromium Web Browser.

Au premier lancement, veillez à ce que Mozilla Firefox ne soit pas ouvert, Chromium ira chercher vos signets et paramètres et vous serez directement comme à la maison.

La version testée est vraiment rapide. Un excellent navigateur.



Chromium: un navigateur internet ultra rapide est un article publié sur Another Pinky Punky. Si vous l'avez aimé, n'hésitez pas et rejoignez-nous sur notre page Facebook ou sur Twitter

04 Mai 2010 à 00:22

Lubuntu, première ! via Gilir

La première iso « finale » de Lubuntu, en version 10.04 est maintenant disponible :

Torrent (à privilégier) : http://people.ubuntu.com/~gilir/lubuntu-10.04.iso.torrent
Téléchargement direct http://people.ubuntu.com/~gilir/lubuntu-10.04.iso

Mais Lubuntu, qu’est que c’est ? C’est d’abord le projet de créer une version d’Ubuntu basée sur LXDE. Après un an de développement, voici une première sortie, un premier live-cd opérationnel.

Lubuntu, c’est aussi une tentative de créer une version d’Ubuntu spécialement conçue pour les petites configurations. C’est pouvoir redonner vie à un ancien PC, avec tous les avantages qu’offre Ubuntu (support, grande variété de logiciels etc …). Évidemment, il ne faut pas compter avoir les mêmes fonctionnalités que sa grande soeur :-) Mais son but n’est pas d’être une solution universelle, mais bien de se focaliser sur sa cible : les petites configurations (vieille machine, mobile etc …), c’est à dire entre 128 et 256 Mo de mémoire et l’équivalent d’un Pentium III.

Cependant, Lubuntu ne fait pas encore officiellement parti de la famille Ubuntu. Un concours de circonstances n’a pas permis que le CD soit construit directement dans l’infrastructure Ubuntu. Mais ce n’est que partie remise :-) Toutefois, pour cette version, le CD a été généré « à la main », avec un procédé, certes proche du système officiel, mais pas aussi complet. Cela fait que certaines fonctionnalités du live-cd ne sont pas activée (exemple, il n’y a pas de Wubi). Mais la plupard des paquets sont intégrés aux dépôts officiels, modulo le gestionnaire de fichiers (pcmanfm2) et 2-3 paquets patchés, disponibles dans le PPA Lubuntu-desktop.

Enfin, et bien entendu, Lubuntu 10.04 n’est pas une version LTS.

Pour vous donner envie (ou pas :-) ) de tester Lubuntu, voici quelques fonctionnalités :

Pour ceux qui ne connaissent pas LXDE, c’est un environnement utilisant GTK, créé pour être le plus léger possible, en offrant les fonctionnalités essentielles par interface graphique.

  • Chromium, la version open-source de Google Chrome

Alors non, Google Chrome n’est pas inclus dans Lubuntu, c’est son équivalent open-source qui est utilisé. Si les gens qui reprendrons cette news pouvaient ne pas faire l’erreur ;-)

Le choix de Chromium a été fait après quelques tests et des discussions assez enflammées sur la mailing list. Au final, il restait 2 autres candidats Firefox et Midori. Le premier a été abandonné car son comportement sur des configurations modestes était moins satisfaisant que les 2 autres. Quand à Midori, la différence de support avec les 2 autres (Mozilla et Google …) et quelques tests pas très positifs, ont fait pencher la balance vers Chromium.

  • pcmanfm 0.9.X, la réécriture du gestionnaire de fichiers pcmanfm

L’une des principales nouveautés est la nouvelle version de pcmanfm. C’est une réécriture complète de ce gestionnaire de fichiers. Basé maintenant sur une bibliothèque à part (libfm), il gagne notamment le support de gvfs.

  • lxdm, le nouveau gestionnaire de connexion

L’autre nouveauté est l’arrivée de lxdm, un petit gestionnaire de connexion (comme gdm, kdm ou slim). Le but a été d’abandonner la dépendance à gdm. Bien qu’il soit encore limité, il permet de réaliser les opérations de base que l’on demande à un gestionnaire de connexions : connexion, déconnexion, support de thèmes, auto-connexion (par édition manuelle du fichier configuration) …

  • Aqualung, le lecteur de musique peu connu

Le choix du lecteur de musique est aussi un sujet très polémique. Dans notre cas, il fallait trouver un lecteur qui ne prennent pas trop de mémoire, ni tout le temps processeur. Si vous ne pouvez plus utiliser votre système quand il joue de la musique, cela limite l’utilité du lecteur de musique :-) Aqualung a été le meilleur compromis que nous avons trouvé. Malheureusement, son interface est assez particulière, pas toujours simple à appréhender.

  • Mini iso

Le CD à l’origine fait environ 400 Mo. Nous avons décidé de rajouter toutes les traductions principales (langpacks) vu que nous avions de la marge. C’est pour cela qu’au final, l’iso fait 520Mo. Le système installé fait environ 1,8 Go.

J’espère que vous apprécierez cette version. Pour ma part, cela a été 6 mois de développement très intéressant. Il y a encore beaucoup à faire, beaucoup de bugs qui restent (à mon gout), mais il faut bien se jeter dans le grand bain un jour ou l’autre :-)

En tout cas, même s’il est trop tôt pour prédire le succès ou non de cette version, elle est attendue (enfin, ça reste relatif quand même :-) ). Il y a déjà 2 projets de dérivées de Lubuntu qui ont été lancés, + les variantes LXDE et Fluxbox de Linux Mint qui vont certainement se rebaser sur Lubuntu au lieu d’Ubuntu. Tout cela lancé alors qu’aucune version finale n’était sortie. Lubuntu a aussi talonné Ubuntu dans le classement Distrowatch (c’est toujours sympathique, même si cela n’est pas vraiment une indication fiable). Enfin, les quelques tests et articles sur le web sont plutôt encourageants, malgré une publicité très réduite.

Enfin, les captures d’écran obligatoires :

Le bureau par défaut

Le gestionnaire de fichiers pcmanfm .. qui permet aussi de lancer des appplications

Chromium, le navigateur

Le site officiel : http://lubuntu.net/

Le wiki : https://wiki.ubuntu.com/Lubuntu


Tagged: Lubuntu, Packages, planet-libre, planet-ubuntu-fr, Ubuntu

Peu d’entre vous (lecteurs) ont manqué la naissance de la dernière version de Ubuntu. Oui, vous vous souvenez c’était il y a quelques jours, le bébé s’appelle Lucid Lynx et aura une espérance de vie un peu plus élevé que les versions normales puisque la 10.04 est une version avec support à long terme (aussi connu sous l’acronyme LTS).

Avec Ubuntu 10.04 (que j’utilise), nous avons eu la surprise, même si on le savait depuis un moment, de voir les boutons de gestion des fenêtres (fermer, réduire, maximiser) migrer sur la gauche. Certains aiment, d’autres pas. Personnellement, je m’y suis fait et je garde donc les boutons à gauche. Il y a eu beaucoup de protestations à ce sujet mais Mark Shuttleworth a très vite mis les pendules à l’heure et a dit (en gros) “c’est comme ça et puis c’est tout”.


On a beaucoup entendu parler de ce changement. Et il est évident que certains se devaient de faire le rapprochement avec le système d’exploitation de la marque à la pomme. Cependant, ce que l’on ne savait pas jusque là, c’est que cette décision est justifiée par une nouveauté qui verra le jour avec Ubuntu 10.10 Maverick Meerkat. En effet, Mark Shuttleworth a annoncé aujourd’hui l’arrivée d’indicateurs destinées aux fenêtres. Et devinez où ils seront placés… Sur la droite en face des fameux boutons qui ont été déplacés. Ces indicateurs seront du même genre que ceux que l’on trouve déjà dans le panel en haut à droite. Ils serviront probablement à indiquer si un programme est connecté à l’Internet ou non, à contrôler le volume du programme indépendamment de celui du système, à indiquer si une action est en cours, si un document est partagé voir non-enregistré ou modifié, etc…


Pour continuer dans l’idée de modifier les interactions entre les programmes et les utilisateurs. Mark a énoncé le fait d’avoir recours à un système de barre de statut à la Google Chrome (va-t-il y avoir un troll là-dessus ?) pour les applications. C’est-à-dire que les barres de statut pourraient être remplacées par d’autres qui n’apparaîtront que temporairement. Tout ceci afin de gagner de la place (bonne chose pour les netbooks).

Bien évidemment, ces changements ne seront appliqués qu’aux applications le voulant bien. Et c’est ici que je m’interroge. En effet, ces innovations qui sont apportées par Canonical sont, pour moi, de bonnes choses. Mais est-ce que ça ne va pas entraîner le fait que certaines applications ne seront faites que pour Ubuntu ? Faire des API pour faire de jolies choses c’est bien mais ces API ne seront pas nécessairement utilisées dans d’autres distributions. Il est toujours possible pour les développeurs d’applications d’utiliser peut-être des instructions de précompilation (je pense au langage C) ou des gestions d’exceptions avec les instructions du genre import (je pense au langage Python). Le problème c’est que ce n’est pas forcément accessible avec d’autres langages (je pense à Java).

C’est ici que je vais m’arrêter. Les nouveautés proposées par Ubuntu sont, à mon sens, intéressantes et c’est ce que je retiens.

Pages