Planet

Contrairement aux objectifs qui avaient été prévu précédemment par les ingénieurs de Canonical, Ubuntu continuera d'utiliser l'historique serveur d'affichage X.Org dans sa prochaine version, qui sortira en version finale dans quelques jours. Le greffon de compatibilité, XMir, comporte en ce moment "des importantes difficultés techniques" forçant les développeurs à en repousser son intégration de base dans la distribution. Selon la feuille de route qu'avait annoncée Oliver Ries en juin dernier, Ubuntu pour postes de travail devait amorcer sa transition vers le nouveau serveur graphique Mir dès le mois d'octobre. Ubuntu 13.10 devait être livrée avec XMir, une couche de compatibilité permettant de faire fonctionner toutes les applications nécessitant une instance de X.Org au-dessus de Mir. Malheureusement, quelques difficultés techniques jugées majeures sont toujours présentes dans XMir. Ries a posté une annonce mardi dernier dans la liste de diffusion Ubuntu-devel indiquant que l'objectif sera repoussé. Plus spécifiquement, c'est la gestion de multiples moniteurs qui est en-deçà de la qualité attendue par le projet. Afin de ne pas compromettre la stabilité, la fiabilité et les performances de la distribution, X.Org demeurera le serveur graphique par défaut pour la prochaine mouture d'Ubuntu. Bien qu'ils ne seront pas présents de base dans une nouvelle installation d'Ubuntu, Mir et XMir pourront néanmoins être testés par les testeurs aventureux, puisque les paquets d'installation seront disponibles dans les dépôts de logiciels.  

Mir toujours de la partie dans Ubuntu Touch

Dans le même billet d'annonce, Ries rapporte que Mir, de son côté, est toujours en bonne voie d'intégration dans Ubuntu Touch, l'édition d'Ubuntu à destination des téléphones intelligents et des tablettes numériques. Les premières images du couple Unity 8 avec Mir sont apparues au mois de mai, et la plupart des efforts investis dans Mir l'ont été pour cette plateforme. Quant à la prise en charge des pilotes graphiques propriétaires par Mir, Ries informe que, bien que les discussions avec les manufacturiers de puces graphiques sont sous un accord de non-divulgation, celles-ci vont bon train -- ce qui est une bonne nouvelle pour atteindre l'objectif d'un Ubuntu pour postes de travail avec Mir pour le prochain cycle. Nvidia a récemment publié de nouveaux pilotes pour Linux qui supportent partiellement EGL.. Une brique essentielle pour le support de Mir (et Wayland).

Tout le monde sait que l’élément le plus fragile d’un ordinateur est le disque-dur. D’abord parce que c’est un organe mécanique (le seul en dehors du lecteur/graveur de CD/DVD) et qu’il est en permanence sollicité par le système (l’OS) et par les applications.

Depuis 2004, les fabricants de disques-dur ont adopté un ensemble de spécifications pour surveiller l’état d’un disque-dur et prévenir une défaillance. Il s’agit de la technologie S.M.A.R.T. (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology). Le disque garde plusieurs informations intéressantes :

  • nombre d’arrêts / démarrage
  • heures de fonctionnement
  • température du disque
  • nombre de secteurs en attente de ré-allocation
  • nombre de secteurs incorrigibles, …

Vous avez choisi une distribution GNU/Linux ? Vous avez de la chance ! Aucune application spéciale à installer pour accéder aux informations SMART, tout est là d’origine. Sous Linux Mint, l’application graphique s’appelle tout simplement “Disques” et sous Ubuntu “Utilitaire de disque”. Un démon “Notifications de disque” (Gnome disk-utility) est également lancé au démarrage du système, ne le désactivez pas. Il vous informera au cas où un paramètre SMART dépasserait le seuil fixé par le constructeur. Il vous sera alors encore temps de prendre la décision de sauvegarder toutes vos données et de les transférer sur un nouveau disque, avant défaillance complète de votre disque actuel.

Utilitaire de disque Ubuntu

En sélectionnant le disque que vous voulez examiner, vous avez déjà accès à pas mal d’informations sur le modèle (référence constructeur, numéro de série, …), les partitions présentes, le point de montage et vous présente les actions possibles sur ces partitions. Il indique aussi que le disque est “sain”, c’est-à-dire, exempt d’erreurs SMART.

Ecran disque et partitionsS’il y a un problème avec les données SMART, vous verrez un message différent :

Ecran quelques secteurs défectueuxIl suffit de cliquer sur le bouton “Données SMART” pour voir le détail.

Ecran détail donnée SMARTVoilà, gardez à l’esprit que ces données ne sont pas visibles si vous branchez un disque externe via un port USB. Préférez les ordinateurs portables et boîtiers externes munis d’une interface e-Sata. Les cartes mères récentes (pour desktop) possèdent généralement cette interface, c’est plus rare sur les laptop mais çà existe.

Sous MS Windows, rien de prévu par défaut pour accéder aux informations SMART. Utilisez une application dédiée ou un live-CD sous Linux : je recommande la distribution live spécialisée Parted Magic. L’application “GSmartControl” est accessible directement depuis le bureau une fois le CD démarré.

flattr this!

crypto-anarchiste

Ça y est, après toutes les récentes révélations, vous commencez enfin à se rendre compte de la nécessité de protéger vos données personnelles ainsi que votre vie privée ? Si ce n’est pas encore le cas, vous devrez sérieusement y songer, surtout que ça ne nécessite pas des compétences techniques que seuls les crypto-anarchistes connaissent, ou un apprentissage qui durera plusieurs mois. Tout ce dont vous aurez besoin c’est un peu de volonté et accessoirement d’une connexion Internet !

Par exemple, il y a quelques jours je vous ai parlé de cette petite astuce qui permet de chiffrer des fichiers avec gpg en toute simplicité. Cependant, vous étiez nombreux à me dire que vous auriez aimé savoir s’il existe quelque chose de semblable mais avec plus d’options et fonctionnalités. Il faut avouer que je me suis limité à un exemple d’utilisation très basique dans mon article. Pour ces dernières personnes, j’aimerai leurs présenter OpenPGP Studio.

Cette une application multiplate-forme, c’est à dire qu’elle est disponible pour plusieurs systèmes d’exploitations dont GNU/Linux, Windows et OS X, qui comme on le peut deviner de son nom, repose sur le standard qui a fait ses preuves OpenPGP.

Son interface est très soignée et permet d’accéder aux principales fonctionnalités de l’application. Le premier onglet OpenPGP keys vous permet de créer, supprimer, importer et exporter les clés OpenPGP, quant au deuxième, vous y trouverez les tâches essentielles : Chiffrer, déchiffrer et signer un fichier, de vérifier de leur origine et qu’ils sont intacts. Bref tous ce dont vous avez vraiment besoin.

OpenPGP Studio n’est pas encore disponible dans les dépôts des distributions GNU/Linux et à ma connaissance aucun paquet n’a été réalisé. Elle est introuvable même sur le dépôt communautaire d’archlinux aur.

Mais n’ayez pas peur, vous n’aurez pas à le compiler depuis les sources. Dans cette page vous allez trouver une liste des différentes versions qui existent, choisissez celle qui correspond à votre système d’exploitation et architecture. Par exemple pour une distro GNU/Linux 32 bit :

wget http://linomafiles.com/releases/goanywhere/openpgpstudio/gapgpstudio1_0_1_linux_x86.sh
sh gapgpstudio1_0_1_linux_x86.sh

Les autres étapes de l’installation ne sont pas compliquées et vous ne devrez rencontrer aucun problème à les suivre. Une fois terminé, lancez OpenPGP Studio et commencez par créer une clé pgp :

OpenPGP Studio

Malheureusement, il manque à OpenPGP Studio une fonction qui permet d’uploader directement depuis l’interface, la clé pgp générée vers un des nombreux serveurs qui existent. Vous devrez donc le faire manuellement. Vous pouvez par exemple utiliser celui du MIT.

Maintenant, passez à l’onglet OpenPGP tasks, où vous pouvez chiffrer/déchiffrer, signer et vérifier vos fichiers. l’utilisation est facile, je ne vais donc pas rentrer dans le détail, il suffit de sélectionner votre fichier et de lui appliquer l’action de votre choix. Pour info,  OpenPGP utilise les algorithmes de chiffrement AES128/192/256, Blowfish, Cast5, Des, 3Des, Safer et Twofish. Quant au hachage, il supporte RIPEMD160 et SHA512.

Voilà, enjoy it :)

Cet article Signer et chiffrer vos fichiers avec OpenPGP Studio est apparu en premier sur crowd42.

Related posts:

  1. Astuce : chiffrer vos fichiers avec gpg
  2. PDFtk : le couteau suisse de la manipulation des fichiers pdf
  3. RedPhone : une application Andoird pour chiffrer ses appels téléphoniques

01 Octobre 2013 à 21:50

Ubuntu continue sa percée en Chine via Ubuntuser

Dell et HP viennent d'annoncer, à quelques semaines d’intervalle, l’expansion des magasins vendant des ordinateurs avec Ubuntu préinstallé. Dell Ubuntu en Chine Le 5 septembre, Dell a annoncé qu'il allait étendre la présence d'Ubuntu dans plus de 1000 magasins en Chine. Actuellement, plus de 400 magasins disposent d'un rayon spécifique Ubuntu/Dell avec des vendeurs spécialement formés sur de ces produits. Le tout est accompagné de matériel promotionnel pour mettre en avant ces machines. Deux semaines plus tard, c'est au tour de HP de se lancer dans l'aventure. Deux nouveaux modèles d'ordinateurs portables HP avec Ubuntu feront leur apparition dans plus de 1500 magasins en Chine. Ce sont les modèle Pavillon G14 et G15 qui auront l’honneur d’accueillir l'OS libre. Tout comme Dell, ces ordinateurs sont accompagnés de matériel promotionnel, et HP a procédé à la formation de plus 4000 vendeurs pour pouvoir informer les potentiels acheteurs. HP et Ubuntu en chine  

La stratégie chinoise de Canonical

Avec ces deux grands constructeurs misant sur Ubuntu, on voit que Canonical essaie de mettre en place une véritable stratégie pour vendre des machines sous Ubuntu. La Chine a l'avantage d'offrir un très grand marché, dont encore beaucoup d'utilisateurs n'ont pas encore accès à l'outil informatique (et ne sont donc pas formatés à l'environnement Windows) ou utilisent encore Windows XP, qui ne sera bientôt plus soutenu par Microsoft. Qui plus est, le gouvernement chinois a signé un accord avec Canonical pour fournir une version spécifique d'Ubuntu adaptée au marché asiatique : UbuntuKylin. Enfin, du côté d'Ubuntu Touch, Canonical, par l'intermédiaire de son programme Carrier Advisory Group, est déjà en lien avec l'opérateur China Unicom en vue de potentiellement distribuer le nouvel OS mobile dès l'an prochain. Souhaitons donc à Canonical de réussir sur le marché chinois, qui pourrait ensuite inciter l'entreprise à s'aventurer dans d'autres territoires. L'Inde, par exemple, a bénéficié d'une initiative identique il y a peu, et on en attend également des retours.
29 Septembre 2013 à 09:28

6ème Anniversaire du FCM via Full Circle Mag FR

Bonjour à toutes et à tous ! Oui, le magazine Full Circle a eu 6 ans au mois d'avril 2013. Et c'est le numéro 72, le numéro anniversaire, que nous avons le plaisir de vous présenter aujourd'hui. Vous pouvez le visionner ou le télécharger ICI ou en cliquant directement sur l'image ci-dessous.

issue72fr.png

Ce mois-ci, outre les bonnes rubriques habituelles (séries, opinion, etc.), les sujets suivants sont à la une :

  • De nouvelles précisions concernant Ubuntu Touch (c'est apparemment heureux que je ne l'ai pas encore chargé sur mon One Touch 995 sous Android) ! (Command & Conquer) ;
  • Une critique sur Solyd X et K et une critique littéraire sur une sorte de « bible » pour les amateurs de GIMP qui savent lire l'anglais, car c'est un gros pavé qui n'est pas encore traduit en français ;
  • Les opinions (très favorables) du Petit Nouveau concernant les Chromebooks et leur rapport qualité-prix, étant donné qu'ils peuvent fonctionner sous Ubuntu (au cas où vous ne le savez pas !) ; et
  • Les Top 10 des jeux Greenlight choisis par Jennifer Rogers...

Bien entendu, cette liste est loin d'être exhaustive.

Vous aurez peut-être remarqué que nous sortons le numéro français d'avril à la fin du mois de septembre. Si cela vous dit de venir nous aider à rattraper le temps perdu, vous serez vraiment les bienvenus !!

En attendant, bonne lecture et à bientôt.

Toute l'équipe du FCM-fr, dont Bab, le scribeur, Franck, FredPhil91, Ekel et moi-même pour les traductions et, pour les relectures (au pluriel !), Bab, Ekel, Tiboo et moi-même, AuntieE

19 Septembre 2013 à 15:15

Astuce : chiffrer vos fichiers avec gpg via crowd42

encrypt-files-642x350

Il vous est arrivé sans doute un jour, de vouloir partager ou transmettre à vos collègues, amis ou membres de votre famille, un fichier un peu confidentiel, contenant par exemple des mots de passe, ou des photos personnelles de vos dernières vacances… etc. Voici une petite astuce qui va vous permettre de le faire, sans craindre les conséquences de les voir tomber dans les mauvaises mains.

La commande que nous allons utiliser est gpg et sa syntaxe est simple à retenir. Pour chiffrer un fichier, vous n’avez qu’à exécuter la ligne de commande suivante :

gpg -c monfichier.txt

gpg

À noter que cette commande va créer un nouveau fichier monfichier.txt.gpg, mais ne supprimera pas le ficher d’origine.

Pour déchiffrer notre fichier, il suffit de taper la commande suivante :

gpg monfichier.txt.gpg

Petit détail qui a son importance, la commande gpg ne permet de chiffrer les répertoires. Pour cette dernière tâche, il faut utiliser ecryptfs.

Cet article Astuce : chiffrer vos fichiers avec gpg est apparu en premier sur crowd42.

Related posts:

  1. PDFtk : le couteau suisse de la manipulation des fichiers pdf
  2. RedPhone : une application Andoird pour chiffrer ses appels téléphoniques
  3. Astuce : extraire le son d’une vidéo avec Mplayer

17 Septembre 2013 à 22:19

vUDS 13.08 via Ubuntuser

Tous les trois mois se déroule un meeting en ligne où sont conviés des ingénieurs de Canonical, des membres de la communauté Ubuntu, des membres d'équipes de développement en amont et d'autres participants. Réparties sur trois jours, ces rencontres sont l’occasion de faire le point sur les développements en cours et de préparer l’avenir de la distribution. Le dernier UDS, qui s'est déroulé du 27 au 29 août, a été relativement pauvre en annonces intéressantes. Il est tombé en effet en plein milieu du cycle de développement d'Ubuntu 13.10, qui sortira en octobre prochain. Les contributeurs sont donc encore occupés à la stabilisation d'Ubuntu et l’implémentation des derniers changements -- la FeatureFreeze ayant eu lieu le 29 août. Comme pour chaque session, l'UDS s'est ouvert par une présentation de Jono Bacon et Mark Shuttleworth. Ici, peu de nouvelles informations ; on apprendra seulement que les optimisations de performances en cours de développement sur la version mobile d'Ubuntu (consommation d'énergie réduite, temps d'amorçage raccourci, meilleure gestion de la mémoire) devraient arriver progressivement dans l'édition d'Ubuntu pour postes de travail à compter de la version 14.04. Du côté de Mir, on nous a informé que ses performances pourraient être meilleures comparativement à celles du traditionnel serveur X.Org. De plus, comme nous l'avions déjà évoqué dans ce site, les backends pour XBMC, SDL2 et GTK+ sont en cours de portage vers Mir, et ils devraient arriver à temps pour la version 14.10.  

LibreOffice : mises à jours plus régulières

LibreOffice, la suite bureautique libre livrée par défaut avec la distribution, pourrait bientôt bénéficier de mises à jour dans les versions stables d'Ubuntu. Actuellement, la version de LibreOffice n'évolue plus après la fin d'un cycle de développement d'Ubuntu, et les utilisateurs doivent faire appel à un PPA s'ils veulent obtenir la dernière mouture. De possibles mises à jour poseraient toutefois quelques embûches. En effet, au fil des versions majeures, différentes régressions ont lieu et les dépendances peuvent être changées. Ceci ne facilite pas le travail des mainteneurs et peut poser des problèmes de stabilité de la distribution. La discussion reste ouverte, bien qu'une première proposition ait été formulée. LibreOffice serait testée en premier dans un PPA (comme c'est le cas actuellement), puis rétro-porté dans les versions non-LTS de manière régulière. Ce ne seraient que les versions les plus stables de LibreOffice qui seraient alors envoyées vers les dépôts backports. Qui plus est, les images d'installation des versions LTS profiteraient également des rétro-portages lors des mises à jour d'étapes.  

32 bits ou 64 bits

Autre élément de discussion : la mise en avant de l'édition 64 bits pour postes de travail. Ceci s'insère dans un objectif d'abandon d'une image d'installation 32 bits à moyen/long terme -- la première ébauche de calendrier, très agressive, propose d'interrompre la production des images 32 bits dans sept ans. D'ici à ce que cela arrive, l'équipe Ubuntu Foundations a souhaité amorcer la transition. Premier argument avancé pour proposer l'édition 64 bits par défaut à partir d'Ubuntu 13.10 : les ordinateurs livrés avec un micrologiciel de type UEFI et avec le mode SecureBoot activé sont de plus en plus communs, et ceux-ci ne prennent pas en charge l'édition 32 bits (sans désactiver le mode SecureBoot). Autre point soulevé : les processeurs gérant les instructions sur 64 bits sont désormais largement démocratisés ; en effet, seuls les plus vieux ordinateurs ne savent encore gérer que les instructions sur 32 bits. Enfin, l'édition 64 bits peut faire bénéficier de meilleurs performances et une meilleur gestion de la mémoire, particulièrement lorsqu'un ordinateur dispose d'au moins 4 Go de RAM. Suite à la rencontre, il a été décidé que le message de la page de téléchargement du site officiel serait ajusté. À partir d'octobre, autant pour Ubuntu 13.10 que pour Ubuntu 12.04 LTS, l'édition 64 bits sera proposée en tant que média d'installation par défaut. Un menu déroulant permettra de facilement télécharger l'édition 32 bits pour ceux qui préféreraient ou auraient besoin de cette image.  

Gestion de Intel Rapid Start

Intel Rapid Start est une nouvelle technologie d'hibernation ultra-rapide qui permet de redémarrer l'ordinateur en 4 à 6 secondes. Elle est gérée spécifiquement au niveau de l'UEFI. Son implémentation a juste débuté dans le noyau Linux en version 3.11, et il reste encore beaucoup de travail. Sa configuration reste encore très compliquée. Les développeurs d'Ubuntu souhaiteraient l'adopter dans la version 14.04 qui sortira l'an prochain.  

Possible décalage de la sortie d'Ubuntu 14.04

La sortie de la prochaine version LTS d'Ubuntu pourrait être retardée d'une semaine en raison d'un calendrier un peu serré, entre différentes périodes de Fêtes et de vacances. Pour laisser plus de temps aux développeurs et aux testeurs, la publication de la version finale pourrait donc avoir lieu à la fin du mois d'avril, plutôt que le 17 avril initialement prévu.  

Voir et lire les rencontres

Toutes les sessions ayant eu lieu durant le vUDS ont été enregistrées. Elles peuvent être visionnées (en anglais) dans le site officiel de l'UDS. Chaque session disposait aussi de son bloc-note Etherpad en ligne, résumant les grandes lignes des discussions, qui peut être consulté à la même adresse.
Dans son blog, Gauvain Pocentek a annoncé que le dépôt Medibuntu, qui contient des paquets de logiciels libres ne pouvant être inclus dans les dépôts de base, n'est plus maintenu. Les utilisateurs d'Ubuntu devraient s'attendre à le voir disparaître vers la sortie d'Ubuntu 13.10. Le projet Medibuntu avait pour mission de distribuer des logiciels et des bibliothèques qui ne pouvaient être présents dans Ubuntu et ses dépôts officiels pour des raisons variées. Dû aux variations de législations à travers le monde, Ubuntu ne peut inclure certains paquets, même s'ils contiennent des logiciels libres, pour cause de possibles violations de propriété intellectuelle ou de sécurité. Le dépôt Medibuntu n'est plus maintenu depuis plusieurs mois, et son contenu est devenu de plus en plus obsolète au cours des années. Le projet est maintenant considéré abandonné. Gauvain Pocentek désire donc se retirer du projet et, par le fait même, fermera prochainement le serveur hébergeant le dépôt de logiciels. Il avertit que le serveur répondra encore d'ici la sortie d'Ubuntu 13.10, mais les utilisateurs ne devront pas être surpris de le voir s'arrêter par après.  

Videolan reprend le flambeau pour libdvdcss

Blue Systems, la compagnie allemande qui est devenue une influence importante sur le projet Kubuntu, a comparé les paquets proposés par Medibuntu à ceux présents dans les dépôts officiels d'Ubuntu et ses dérivées. Elle en est venue à la conclusion que la plupart d'entre eux soit étaient obsolètes, soit avaient finalement trouvé un chemin vers les dépôts officiels, soit disposaient d'un meilleur équivalent présent dans les dépôts officiels. L'exception à cette règle est libdvdcss, cette bibliothèque développée par l'équipe de Videolan qui permet le contournement du chiffrement des DVD vendus dans le commerce. Contrevenant aux lois étasuniennes, elle ne peut toujours pas être incluse dans les dépôts officiels. Jonathan Riddell, employé chez Blue Systems et chef du projet Kubuntu, s'identifie maintenant en tant que mainteneur du paquet libdvdcss. De plus, il a travaillé de concert avec l'équipe de Videolan afin que cette dernière monte son propre dépôt distribue elle-même libdvdcss. Ce dépôt est compatible avec à peu près toutes les versions d'Ubuntu et de Debian. Pour retirer le dépôt Medibuntu de vos listes de sources de logiciels et rajouter le dépôt de Videolan, exécutez les commandes suivantes dans un terminal : sudo rm /etc/apt/sources.list.d/medibuntu.list wget -O - http://download.videolan.org/pub/debian/videolan-apt.asc | sudo apt-key add - echo "deb http://download.videolan.org/pub/debian/stable /" | sudo tee /etc/apt/sources.list.d/libdvdcss.list echo "deb-src http://download.videolan.org/pub/debian/stable/ /" | sudo tee -a /etc/apt/sources.list.d/libdvdcss.list sudo apt-get update Si vous maintenez de la documentation faisant référence à Medibuntu, pensez à la mettre à jour rapidement ! Sources : blogs.kde.org et Gauvain Pocentek
13 Septembre 2013 à 18:29

vUDS 13.08 - Résumés des sessions via Winael's Blog

Bonjour à tous,
Bien conscient que nombre d'entre vous n'ont pas pu assister aux sessions du Sommet Virtuel des Développeurs d'Ubuntu, je vous propose ici une traduction de son résumé. Cet article sera enrichi peu à peu, donc gardez-le au chaud pour tout savoir (ou presque) de ce qu'il s'est dit à la dernière UDS. Le brouillon se trouve ici

Résumés des sessions de la vUDS 13.08

  1. Développement d'applications :

    1. Le Portail des développeurs :
      • Révision complète du site et nouvelle architecture de l'information
      • Concentrer le développement d'applications sur le SDK d'Ubuntu
      • Intégrer la documentation de développement de charmes Juju
      • Élargir la documentation des applications web pour Unity
      • Fournir de la documentation entre tutoriels et documentation de l'API
      • Poursuite du développement du site Web des API pour remplacer la documentation statique
    2. Les outils du SDK et le mode développeur des applications phablets
      • Installation d'OpenSSH par défaut, mais sans le faire fonctionner
      • Paramétrage système permettant d' activer le mode développeur d'Applications sur l'image du système en lecture seule
      • Permettre la compilation croisée sur l'hôte de développement, et non pas sur le dispositif
      • Travailler sur des images de machines virtuelles d'Ubuntu contenant un environnement de développement complet pour les utilisateurs Windows et Mac
    3. Offre pour les développeurs d'applications:
      • Une documentation complète de l'API sur le portail développeurs
      • Lignes directrices de conception concrètes pour les composant d'Ubuntu et pour l'utilisation du thème
      • Terminer l'offre pour développeur HTML5 et la documentation
      • Construction Croisée de greffons C++ et d'extensions de composants
      • Magasin d'applications en ligne à venir
      • L'API de la plateforme pour découvrir les capacités matérielles
    4. Les applications de bases
      • Démarrer un client Email en tant qu'application de base
      • Ajout du streaming dans l'application Musique
      • Support des MMS dans application de messagerie
      • Manipulation de la chaîne appropriée de l'agent utilisateur de webbrowser-app avec commentaires des utilisateurs
      • Révision des conceptions des applications de bases, de l'état des fonctionnalités et des plans pour finir en Octobre
      • Activités proposées :
        • Un sprint sur la documentation pour le site developer.ubuntu.com
        • Cliniques de conception hebdomadaires
        • Un autre hackfest pour les applications de bases




Depuis que Apport a été intégré à Ubuntu, nombreux sont les ubunteros qui ont été au bord de la crise des nerfs, à cause des fausses Alertes de type : «Désolé, ubuntu a rencontré une erreur interne». Dans la majorité des cas, il s’agit d’un bug de Apport.

Heureusement, il existe une astuce simple qui permet de résoudre ce bug, il suffit de juste de désactiver Apport.

Éditer le fichier /etc/default/apport avec votre éditeur préféré :

sudo vim /etc/default/apport

Ensuite changer :

enabled=1

En

enabled=0

Enfin, enregistrez et quitter. Vous êtes à présent tranquilles des fausses alertes de Apport ;)

source

Cet article Désactiver Apport dans Ubuntu pour se débarrasser des fausses alertes est apparu en premier sur crowd42.

Related posts:

  1. Désactiver un dépôt PPA et rétrograder les paquets qu’il contient avec PPA-Purge
  2. Cinq astuces pour améliorer le temps de démarrage de Ubuntu
  3. Astuce : désactiver le tap clic du touchapd

Pages