Planet

12 Août 2008 à 19:20

En vrac via Taltan.Blog.Bkp

En vrac, quelques news autour de Ubuntu qui valent le coup d'être lues :

Edit du 13/08/2008 : Ubuntu à l'Assemblée nationale, trois députés racontent, très instructif...

Sniping : Cette technique consiste à soumettre votre enchère maximale quelques secondes avant la fin de la vente, de sorte qu'un éventuel adversaire ne puisse pas surenchérir.

De nombreux logiciels propriétaires et payants existent, quelques uns sont gratuits, très peu sont libres, et parmi ces derniers, encore moins sont pleinement utilisables...

J'ai sélectionné pour vous un logiciel fonctionnant sans difficultés sous linux. Ce programme tourne en java (donc fonctionne aussi bien sous windows que linux ou mac) et nécessite l'installation du paquet sun-java5-jre ou sun-java6-jre. Il possède les principales fonctionnalités que l'on peut attendre d'un logiciel dans cette catégorie et peut facilement tenir la concurrence face à ses équivalents propriétaires. Seul défaut, il n'est pas en français, ce qui peut en bloquer certains, mais il reste simple à utiliser.

Présentation

Ce petit outil si pratique s'appelle JBidwatcher. Vous pourrez le trouver sur le site jbidwatcher.com où il est publié sous licence LGPL 2.0. Le développement est constant et il est rapidement mis à jour après chaque modification du site ebay.

Fonctionnalités

  • JBidwatcher gère les différentes sortes de ventes sur ebay (achat immédiat, enchères etc...) ainsi que les monnaies si vous achetez des objets en $ ou en £.
    Attention : à vous de faire la conversion, si vous entrez le chiffre 10 en pensant 10€, le programme va placer 10£ sur une enchère en £ et 10$ sur une enchère en $
  • Il permet d'effectuer des recherches et de les incorporer à votre liste d'enchères surveillées.
  • il importe les photos des objets
  • Il permet surtout le multi-sniping.
    Cette fonctionnalité est particulièrement intéressante car elle vous permet de sélectionner plusieurs objets identiques et de n'en acheter qu'un seul. Vous définissez classiquement un prix maximum et le logiciel enchérit comme habituellement. Si la première enchère est perdue, il enchaine sur la seconde et dès qu'un des objets est emporté, il annule les autres enchères en cours, vous ne vous retrouvez donc pas avec un achat en triple exemplaire ;).

Captures

Je ne sais pas si beaucoup d'entre vous connaissent ce genre d'outils, mais c'est super pratique à l'usage. Difficile de s'en passer quand on a tenté l'expérience, non ?

PS: oui, les enchères sur la captures représentent l'occupation majeure de ces derniers jours...

12 Août 2008 à 15:21

Mon installation audio via Kévin Dunglas

Sur ce blog, je parle beaucoup d’informatique et un peu de musique. Quand je travail, comme quand je ne travail pas, j’aime bien avoir du bon son dans les oreilles !

Le casque

C’est mon acquisition la plus récente et j’en suis très content. Mon JVC HA-S350 m’accompagne partout, au travail (en open space relativement bruyant), dans le métro et même pour aller courir. Léger, robuste, très bon son et prix raisonnable, que demander de plus :) Bien sur il est noir !

Oui, c'est mon casque !

Le baladeur

Très content de mon iPod shuffle de première génération (de forme rectangulaire et de couleur blanche) à l’autonomie démente et au son quasi parfait que j’ai maleuhreusement brisé. J’ai profité il y’a deux ans d’une offre qui m’a permis d’obtenir gratuitement un iPod nano avec mon Macbook. Plus design et disposant d’un écran, c’est mon compagnon de tous les instants. Le son est très bon et l’autonomie plus que correcte. Il dispose de fonctionnalitées avancées tel que le stockage et l’affichage de photos ou la gestion du carnet d’adresse, fonctionnalitées que j’avoue ne jamais avoir utilisé :P
Seul regret, contrairement à mon ancien iPod shuffle, le nano nécessite un câble pour être rechargé via le port USB d’un ordinateur, plutôt encombrant et gênant à transporter.

Les enceintes

Question enceintes, je reste fidèle à mon kit Altec Lansing comprenant deux petits sattelites à la puissance exceptionnelle et un efficace caisson basse. Elles commencent à dater mais restituent toujours le son de manière très fidèle et disposent d’un volume suffisant pour se faire entendre même lors d’une soirée bruyante.

Les lecteurs

J’utilise en fait trois lecteurs :

Tous les trois ont une interface similaire, un bon support de l’iPod et un son plus que correct. Ils permettent de facilement retrouver les morceaux que l’on souhaite écouter, gèrent les playlists, affichent les couvertures des albums et sont supportés par Last.fm. A noter que iTunes contrairement aux deux autres n’est pas un logiciel libre.

Rhythmbox

Même si je n’ai aucune fascination particulière pour cette marque j’avoue utiliser beaucoup de produits Apple et en être très satisfait que ce soit au niveau du son, de la fiabilité ou du design. J’essaie de trouver des produits à bon rapport qualité prix qui font plaisir à mes oreilles, et c’est le cas pour tous ceux cités ici :)

12 Août 2008 à 13:55

Dell 1525 Ubuntu - suite et fin via erwan.me

Je vous avais parler le mois dernier de Dell, que tout le monde ici connaît plus ou moins comme étant le premier grand constructeur à vendre des PC sous Ubuntu.
Ma voisine voulant remplacer son ordinateur portable, je lui en avait parlé, tout en vantent évidemment les bienfaits de Gnu/Linux et surtout d'Ubuntu : l'accessibilité aux débutants, l'absence de virus et le prix. Je lui ai également parlé des contraintes qu'il pouvait y avoir tout en lui expliquant les causes : la Webcam sous MSN qui ne fonctionne pas vraiment (logiciels propriétaires), l'incompatibilité de certains périphériques (en partie du à l'hégémonie de Windows et la vente liée) et d'autres petits désagréments divers et variés que l'on rencontre aussi bien dans d'autres systèmes d'exploitation.

Pour être sûr que Ubuntu soit pour elle, je lui ai installé Ubuntu sur son vieux portable. Sous Windows, après plusieurs minutes de démarrage, les applications démarraient très lentement et cela devenait vite une corvée pour les tâches courantes (traitement de texte, Chat, Navigation internet). Chaque menus, chaque clics rendaient le temps long... Bref, le portable s'essoufflait. Il n'y a que 128MO de mémoire vive, alors je ne dis pas que sous Ubuntu, c'était une flèche, mais tout de même, les tâches courantes pouvait à nouveau être effectuées.

Et une voisine convaincue, une :)

Après mes déboires pour lui commander son nouveau PC Dell au rapport qualité prix intéressant sur le site, j'ai directement appelé. La commande était annoncé pour le 29 juillet, je ne l'ai reçu que le 5 Août. Dell est passé entre temps à Ubuntu 8.04, ce qui explique peut être le retard. Bref, le Heron déballé et configuré, je dois vous dire que c'est très agréable de voir un PC qui fonctionne parfaitement sous Ubuntu sans aucune manipulation. Webcam, Wifi, accélération vidéo, tout y est.

Je sais très bien que certains d'entre vous n'aime pas trop Dell. Sur certains points, c'est un peu mon cas aussi, mais je dois avouer que de recevoir un PC pas cher sous Ubuntu qui fonctionne parfaitement fait réellement plaisir. Du coup, je ne me suis pas trop amusé avec. Oui, quand ça ne fonctionne pas au déballage, c'est amusant aussi. :)

Alors pour pinailler un peu, il y a tout de même deux petites choses :

  • La luminosité qui diminue lorsqu'on lance certaines vidéos dans VLC :
    xbacklight -set 100
  • Toutes les langues inutilisées à supprimer :
    language-pack- , language-pack-gnome- , language-support- et compagnie
    Sinon, firefox met trois plombes à démarrer du fait de la vérification de toutes les mises à jour des packs de langues.

C'est malheureusement tout...

Je me permet de vous rappeler également qu'il y a une liste de revendeur non exhaustive sur le site d'ubuntu-fr.org :
http://www.ubuntu-fr.org/revendeurs

Lire un livre sur comment optimiser son site web c'est bien, appliquer les conseils qui s'y trouvent c'est encore mieux. Parmi les 14 bonnes pratiques, 3 peuvent être appliquées très rapidement au niveau système en quelques lignes de commande et de configuration du serveur web pour un résultat quasi immédiat :

Dans un premier temps, je vais m'intéresser à la règle 3, je suppose que vous avez déjà un serveur web Apache2 actif servant des fichiers (peu importe la technologie autour). La configuration suivante est utilisée sur ma Dedibox sous Ubuntu avec Apache2 mais doit pouvoir s'appliquer à peu près partout.

Ajoutez et configurez l'en-tête Expires

L'en-tête Expires indique quand un élément devra expirer du cache du navigateur; mettre une date d'expiration dans un futur lointain permet de maximiser l'utilisation du cache navigateur et donc d'éviter les téléchargements inutiles, ce qui est particulièrement utile pour les éléments statiques (images, feuilles de style, ...) qui ont tendances à changer ... peu fréquemment mais à ralentir l'affichage de la page si ils ne sont pas en cache. Pour ces éléments, il est possible de configurer l'expiration dans Apache avec le module expires. Pour les pages dynamiques ou éléments générés dynamiquement, c'est au script d'envoyer l'en-tête et sa valeur adéquate par exemple avec la fonction header() en PHP.

L'activation du module pour Apache2, il faut utiliser a2enmod avec la ligne suivante et ensuite recharger apache :

$ sudo a2enmod expires $ sudo /etc/init.d/apache2 reload

Il reste alors à configurer ce module. Je stocke la configuration de ce module dans le fichier /etc/apache2/conf.d/expires dont voici le détail :

ExpiresActive On ExpiresByType image/gif "access plus 30 days" ExpiresByType image/jpg "access plus 30 days" ExpiresByType image/jpeg "access plus 30 days" ExpiresByType image/png "access plus 30 days" ExpiresByType image/x-icon "access plus 30 days" ExpiresByType text/css "access plus 30 days" ExpiresByType application/x-javascript "access plus 30 days"

Tous les éléments statiques des types listés expirent 30 jours après leur premier téléchargement. Après un nouveau reload d'Apache, vous devriez voir apparaître l'en-tête Expires par exemple avec l'extension Firebug de Firefox au premier chargement des éléments de la page. Ensuite le navigateur utilisera son cache ce qui devrait accélérer l'affichage des pages suivantes utilisant les mêmes éléments.

N'étant pas un as de la photo et de la retouche, je suis toujours à l'affût de petit tutos, outils ou astuces pour me faciliter la vie.

L'outil que je vais vous présenter est un outil pratique, dont les résultats sont assez bluffant et très facile d'emploi.

Installation

Cette astuce utilise le plugin resynthesizer the Gimp. Assurez-vous donc qu'il est installé avant d'aller plus loin. Avec Ubuntu, comme souvent, il suffit d'installer le paquet gimp-resynthesizer qui se trouve dans les dépots universe.

sudo aptitude install gimp-resynthesizer si vous êtes en ligne de commande.

Utilisation

Niveau utilisation, c'est assez simple. Il suffit de faire une sélection des éléments à faire disparaître avant d'appeler le script.

resynth-pat_bef.jpg

Pour faire la sélection plus facilement, nous allons utiliser un nouveau calque. Créez donc un nouveau claque. Mettez la transparence de celui-ci à 80% pour voir ce que vous faites.

Peignez alors avec une couleur les parties de l'image que vous voudriez voir disparaître.

resynth-pat_selec.jpg

puis sur le calque, faites un clic droit, suivi de "Alpha vers sélection". Sélectionnez le calque avec votre photo, puis rendez vous dans le menu Script Fu > Enhance > Smart remove selection.

resynth-menu.png

puis cliquez sur Suivant

Patientez....

Résultat

resynth-pat_end.jpg

ps : excusez la photo de saison ;) ....

En ces périodes propices à l'abandon de son clavier au bénéfice du retour à la "nature", il existe un petit moyen pour faciliter ce "décrochage" sans trop se faire violence, en s'astreignant simplement à des temps de pauses et ainsi préférer perdre la notion du temps à respirer le bon air de la nature, de la mer ou de la montagne, à celui que l'on passe face à un écran.

En plus, tout cela est intégré de série avec la dernière version Ubuntu Hardy Heron 8.04.
Pour la mise en place, rien de plus simple : aller sélectionner dans le menu Système->Préférences->Clavier, l'onglet "Pause de saisie".

Pause_tab

Fin de l'intervalle de travail : votre temps de travail alloué avant de faire la pause.
Fin de l'intervalle de pause : temps de pause à prendre afin de pouvoir à nouveau travailler!
Autoriser le report des pauses : c'est pour les tricheurs et c'est mal!

Après ça, plus d'excuse. En plus un petit indicateur apparaît dans la barre des tâches indiquant le temps restant avant les pauses, et un clignotement rouge vous averti d'enregistrer votre travail et vous prévient que ça va couper !

Pause_green

Pause_Red

Si toutefois vous n'aimez pas être contraint et forcé, vous pouvez désactiver en décochant l'option Verrouiller l'écran pour forcer une pause.

09 Août 2008 à 09:45

Et voila le Coca Ubuntu via Taltan.Blog.Bkp

coca1.png C'est bien connu, le breuvage de prédilection du geek est sans aucun doute la fameuse boisson du géant américain Coca-Cola, cette lapalissade pourrait bientôt changer, car voila le Coca Ubuntu. Et non, il ne s'agit pas d'un coca open source, mais plutôt d'un coca issu du commerce équitable proposé dans la chaîne de restauration The Coffee Club. Il s'agit donc d'une boisson qui respecte le système de certification FLO (Fairtrade Labelling Organizations, pour plus d'explication sur Wikipédia, c'est ici) du commerce équitable, plus connu en France sous le nom de Max Havelaar, qui s’attache donc à garantir les conditions de production et de commercialisation d’un produit issu du commerce équitable.

Je ne sais pas si ce Coca Ubuntu sera un jour distribué en France, pourquoi pas quelques mètres dans les linéaires de nos grandes surfaces, au même titre que le café ou le chocolat, quoi qu'il en soit pour l'instant il est possible de le commander online sur le site goodnessdirect.

Ce qui est certain c'est que ce Coca Ubuntu n'a rien à voir avec la société Canonical Ltd qui est propriétaire de la marque Ubuntu pour tout ce qui touche à l'univers de l'informatique mais pas pour les produits alimentaires, donc à priori pas de problème de trademark. Ubuntu c'est d'abord une idéologie...

D'ailleurs, L'idéologie Ubuntu dans son « Je suis ce que je suis parce que vous êtes ce que vous êtes. » colle parfaitement à la philosophie du commerce équitable dont voici la définition selon Artisans du monde :

« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l'objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleurs conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s'engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l'opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel.»

Après la salade Ubuntu, qui pour le coup n'est qu'un simple « piquage » de logo, voila donc le coca. La panoplie alimentaire de l'Ubuntueros s'agrandit, nul doute que si la distribution suit, ce coca sera plus prompt que la salade à se déployer dans la communauté ;) Et en plus c'est pour la bonne cause...

On en parle ailleurs :

06 Août 2008 à 17:59

Gmrun : un alt+F2 surpuissant via Skate in Mars

Vous utilisez peut-être le raccourci alt + F2 (la combinaison de touches par défaut pour cet utilitaire sous Gnome et KDE), qui permet de lancer une commande ou un programme plus rapidement que si l'on devait ouvrir un terminal.

Cet outil est certes intéressant mais parfois assez limité. C'est pourquoi gmrun est un remplacent idéal !

Installation

Pour installer gmrun il vous suffit d'installer le paquet gmrun du même nom.
Pensez à lui modifier vos raccourcis pour qu'il remplace le alt+f2 habituel, ou à lui attribuer un autre raccourci (sous xfce cela se passe dans l'onglet Raccourcis de la section Clavier dans vos préférences).

Utilisation

L'utilisation de base de gmrun est très simple : pour lancer votre commande, il faut évidemment utiliser la touche Entrée après avoir tapé le nom du programme. Mais le raccourci Ctrl+Entrée peut lui aussi être utilisé pour lancer votre commande dans un terminal (utile avec un éditeur en mode texte par exemple).

L'interface de gmrun est certes simpliste mais les fonctionnalités sont au rendez-vous.

La plus importante est peut-être la complétion automatique des commandes. Tapez donc quelques lettres de la commande à lancer, puis la touche TAB, et admirez le programme à l'oeuvre :

Vous pouvez également utiliser la complétion des noms de fichiers (si vous voulez par exemple en passer en paramètre de votre commande).

L'historique de commande est également très utile. Vous pouvez ainsi utilisez les touches haut/bas pour retrouver les commandes déjà lancées. Les amateurs de shell se réjouiront aussi de la présence de fonctionnalitées de recherche dans l'historique "à la bash" comme ctrl+r et ctrl+s et "!" (reportez-vous au manuel pour en savoir plus).

Configuration

Gmrun marche très bien avec sa configuration par défaut mais il peut être interressant de regarder quelques options du programme.

Pour modifier la configuration on va (comme pour de nombreux programmes) utiliser le fichier .gmrunrc. Commencez par copier la configuration de base depuis /etc/gmrunrc vers votre répertoire personnel (sans oublier d'ajouter la . au début du nom de fichier), pour éviter de modifier la configuration pour tous les utilisateurs.

Ouvrez ensuite ce fichier dans votre éditeur de texte préféré pour modifier les options. Ce fichier est commenté en anglais et de la documentation plus complète est également disponible sur le site du projet.

Parmis les points interressants à noter, l'option AlwaysInTerm qui définit une liste de programme qui seront toujours lancés dans un terminal (comme ssh ou vim). Vous pouvez ajouter à la liste par défaut des commandes telles que nano (éditeur en mode texte), ou encore bc (calculette) ou yafc (client FTP) si vous utilisez de tels softs.

Vous pouvez également changer la taille de l'historique à conserver, ou encore la largeur de l'interface.

Une autre partie de la configuration à observer est la liste "d'URL handlers". Ces "handlers" permettent de vous simplifier la vie en n'ayant pas à taper un nom de commande à chaque fois. par exemple, si vous entrez simplement "http://google.fr" la commande définie dans URL_http sera lancée (par défaut votre navigateur).
Parmis les handlers par défaut les plus utiles (pour moi du moins :p) on retrouvera mailto, man:commande, ou encore term:commande (je vous laisse essayer ce dernier avec un "cat").
Vous pouvez également ajouter vos handlers personnalisés en suivant la syntaxe définie.

La derniere partie de la configuration montre également une utilisation sympatique de gmrun. Certains fichiers peuvent ainsi être lancés simplement en entrant leur chemin, et si leur extension est présent dans la liste des "'Extention handlers" ils seront ouverts en utilisant la commande définie. Un fichier PDF sera donc ouverts avec votre lecteur pdf, un fichier doc sous openoffice, etc. Vous pouvez la aussi ajouter des extensions à la liste par défaut qui est assez courte.
Notez également que chez moi la configuration pour les extensions html ne marche pas, je l'ai donc remplacée par cette ligne :

EXT:html,htm = x-www-browser %s

pour utiliser le navigateur graphique par défaut.

Vous voila donc avec un outil sympatique qui vous economisera peut-être de nomreuses ouvertures de terminaux pour lancer de simples commandes !

06 Août 2008 à 17:59

Gmrun : un alt+F2 surpuissant via Skate in Mars

Vous utilisez peut-être le raccourci alt + F2 (la combinaison de touches par défaut pour cet utilitaire sous Gnome et KDE), qui permet de lancer une commande ou un programme plus rapidement que si l'on devait ouvrir un terminal.

Cet outil est certes intéressant mais parfois assez limité. C'est pourquoi gmrun est un remplacent idéal !

Installation

Pour installer gmrun il vous suffit d'installer le paquet gmrun du même nom.
Pensez à lui modifier vos raccourcis pour qu'il remplace le alt+f2 habituel, ou à lui attribuer un autre raccourci (sous xfce cela se passe dans l'onglet Raccourcis de la section Clavier dans vos préférences).

Utilisation

L'utilisation de base de gmrun est très simple : pour lancer votre commande, il faut évidemment utiliser la touche Entrée après avoir tapé le nom du programme. Mais le raccourci Ctrl+Entrée peut lui aussi être utilisé pour lancer votre commande dans un terminal (utile avec un éditeur en mode texte par exemple).

L'interface de gmrun est certes simpliste mais les fonctionnalités sont au rendez-vous.

La plus importante est peut-être la complétion automatique des commandes. Tapez donc quelques lettres de la commande à lancer, puis la touche TAB, et admirez le programme à l'oeuvre :

Vous pouvez également utiliser la complétion des noms de fichiers (si vous voulez par exemple en passer en paramètre de votre commande).

L'historique de commande est également très utile. Vous pouvez ainsi utilisez les touches haut/bas pour retrouver les commandes déjà lancées. Les amateurs de shell se réjouiront aussi de la présence de fonctionnalitées de recherche dans l'historique "à la bash" comme ctrl+r et ctrl+s et "!" (reportez-vous au manuel pour en savoir plus).

Configuration

Gmrun marche très bien avec sa configuration par défaut mais il peut être interressant de regarder quelques options du programme.

Pour modifier la configuration on va (comme pour de nombreux programmes) utiliser le fichier .gmrunrc. Commencez par copier la configuration de base depuis /etc/gmrunrc vers votre répertoire personnel (sans oublier d'ajouter la . au début du nom de fichier), pour éviter de modifier la configuration pour tous les utilisateurs.

Ouvrez ensuite ce fichier dans votre éditeur de texte préféré pour modifier les options. Ce fichier est commenté en anglais et de la documentation plus complète est également disponible sur le site du projet.

Parmis les points interressants à noter, l'option AlwaysInTerm qui définit une liste de programme qui seront toujours lancés dans un terminal (comme ssh ou vim). Vous pouvez ajouter à la liste par défaut des commandes telles que nano (éditeur en mode texte), ou encore bc (calculette) ou yafc (client FTP) si vous utilisez de tels softs.

Vous pouvez également changer la taille de l'historique à conserver, ou encore la largeur de l'interface.

Une autre partie de la configuration à observer est la liste "d'URL handlers". Ces "handlers" permettent de vous simplifier la vie en n'ayant pas à taper un nom de commande à chaque fois. par exemple, si vous entrez simplement "http://google.fr" la commande définie dans URL_http sera lancée (par défaut votre navigateur).
Parmis les handlers par défaut les plus utiles (pour moi du moins :p) on retrouvera mailto, man:commande, ou encore term:commande (je vous laisse essayer ce dernier avec un "cat").
Vous pouvez également ajouter vos handlers personnalisés en suivant la syntaxe définie.

La derniere partie de la configuration montre également une utilisation sympatique de gmrun. Certains fichiers peuvent ainsi être lancés simplement en entrant leur chemin, et si leur extension est présent dans la liste des "'Extention handlers" ils seront ouverts en utilisant la commande définie. Un fichier PDF sera donc ouverts avec votre lecteur pdf, un fichier doc sous openoffice, etc. Vous pouvez la aussi ajouter des extensions à la liste par défaut qui est assez courte.
Notez également que chez moi la configuration pour les extensions html ne marche pas, je l'ai donc remplacée par cette ligne :

EXT:html,htm = x-www-browser %s

pour utiliser le navigateur graphique par défaut.

Vous voila donc avec un outil sympatique qui vous economisera peut-être de nomreuses ouvertures de terminaux pour lancer de simples commandes !

Pages